Google et d'autres moteurs de recherche en Russie auraient supprimé 786 sites jugés illégaux par le pays
Quel est votre avis sur cette mesure ?

Le , par Olivier Famien, Chroniqueur Actualités
Pour de nombreuses raisons y compris celles liées à la lutte contre la violation des droits d’auteur, les autorités russes se sont lancées dans ces dernières années à la censure des sites web accessibles par les résidents du pays. Mais ces blocages de sites web n'ont pas vraiment servi à grand-chose dans la mesure où les personnes vivant en Russie ont la possibilité d’utiliser des VPN et des serveurs proxy pour accéder aux contenus web légaux ou non bloqués par le pays. Depuis la fin du mois de juillet dernier, la Russie a donc voté une loi afin d’interdire l’usage de Tor, des VPN, des serveurs proxy et tout autre service similaire permettant de contourner les restrictions imposées par les forces de l’ordre russes afin d’empêcher l’accès à tout contenu en ligne prohibé dans ce pays. Au début de ce mois, cette loi est entrée en vigueur.

Pour appuyer son action, les autorités russes ont également voté une loi afin d’exiger aux fournisseurs de moteurs de recherche dans le pays de veiller à ce que les outils d’anonymisation (VPN, sites miroirs, Tor, etc.) bannis par les autorités russes n’apparaissent pas dans leurs résultats de recherche de ces opérateurs. Cette seconde loi est entrée en vigueur depuis le 1er octobre dernier.

De manière pratique, le régulateur russe Roskomnadzor a dressé une base de données contenant les domaines et autres références des services dits illégaux qu’il partagera avec les fournisseurs de services de télécommunication en Russie afin de leur permettre de mettre en application le blocage des contenus jugés illégaux par les autorités russes. Toutefois, si ces contenus illégaux listés par Roskomnadzor ne sont pas bloqués par les fournisseurs de services de télécommunication, alors le régulateur se charge de bloquer les services du fournisseur d'accès internet en faute. Lorsque les fournisseurs de services télécom procèdent au blocage des informations à partir de leurs ressources, ces informations bloquées sont automatiquement envoyées aux fournisseurs de moteurs de recherche.

Il faut souligner que la suppression de domaines entiers des résultats de recherche est une pratique controversée et contre laquelle les fournisseurs de moteurs de recherche ont longtemps protesté. Ils soutiennent que ce n’est pas leur travail d’agir en tant que censeurs et de toute façon, le contenu reste en ligne, qu’il soit indexé par recherche ou non. Mais que l’on aime ou pas cette loi est en vigueur.

Récemment, Roskomnadzor a rapporté que jusqu’à ce jour, 786 sites pirates ont été supprimés dans les résultats des moteurs de recherche. Selon un rapport de Roskomnadzor, les moteurs de recherche Google, Yandex, Mail.ru, Rambler et Sputnik ont ​​cessé de présenter dans les résultats de moteur de recherche les informations relatives aux sites bloqués de manière permanente par les fournisseurs d’accès internet à la suite d’une décision du tribunal municipal de Moscou.

Alors qu’il est maintenant clair que la Russie possède l’un des régimes de blocage de sites les plus agressifs au monde, avec des fournisseurs d’accès internet et des moteurs de recherche pour empêcher l’accès aux sites pirates, il est difficile de savoir si ces mesures suffiront à lutter contre le piratage en ligne. En outre, une nouvelle étude publiée en octobre par Group-IB a révélé que malgré des milliers de domaines bloqués l’année dernière, le marché de la vidéo pirate en Russie a plus que doublé. Mais en attendant de faire la lumière sur l'efficacité de ces mesures, nous nous demandons si d'autres pays ne suivront pas le pas.

Source : Torrent Freak

Et vous ?

Pensez-vous que la suppression de certaines informations dans les moteurs de recherche sera efficace pour empêcher les résidents en Russie d’accéder à ces informations ?

Cette initiative de la Russie pourrait-elle donner des idées à d’autres entités ?

Voir aussi

Russie : la loi interdisant l’usage des VPN et serveurs proxy est entrée en vigueur ce mercredi trois mois après la signature du projet de loi
La Russie bannit finalement l’usage des VPN et serveurs proxy, le président a signé le projet de loi y relatif
La Russie pourrait bientôt devenir le premier pays au monde à bannir les VPN et les serveurs proxy, le projet de loi attend la signature du président


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de captaindidou captaindidou - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 26/11/2017 à 0:00
Cela ne fera qu'attiser l'envie de contourner les barrières. L'oignon est là pour ça.
Mesure peu efficace voire contre-productive.
Avatar de hotcryx hotcryx - Membre émérite https://www.developpez.com
le 27/11/2017 à 10:56
"Google et d’autres moteurs de recherche en Russie auraient supprimé 786 sites jugés illégaux par la Russie"

Qu'ils virent les sites porn* et le darknet pédo... => une belle m*
Avatar de Madmac Madmac - Membre averti https://www.developpez.com
le 27/11/2017 à 18:50
Jusqu'à maintenant, ce que je constate est que les sites d'heroku sont jugés "sites malicieux". Si GitHub devient inaccessible, les gens vont se réveiller.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil