Google Shopping pourrait être séparé du moteur de recherche pour satisfaire l'UE
Mais ses concurrents n'apprécient guère les solutions proposées

Le , par Christian Olivier, Rédacteur/Modérateur
Afin de se conformer aux nouvelles directives de la Commission européenne visant à lutter contre les pratiques antitrust sur le marché des technologies d’Internet, il semble que Google, la filiale d’Alphabet, se soit décidée à remanier en partie le fonctionnement de sa plateforme de recherche en ligne. D’après les informations fournies par le média Bloomberg, la firme de Mountain View envisagerait désormais de séparer son service de shopping en ligne de son moteur de recherche en ligne afin de créer une nouvelle entité automne.


Pour ce faire, Google devrait mettre en place une division spécifique qui sera entièrement dédiée à la gestion des activités de comparaison des prix et de shopping en ligne. Cette division sera uniquement réservée au marché européen. Au vu de l'historique de la société technologique américaine, ce sera tout sauf une surprise. En effet, la multinationale Alphabet a été créée à l’occasion de la restructuration de Google, afin de recentrer les activités de l’entreprise liées à Internet tout en permettant l’exploration « avec un minimum de risques » d’autres domaines via des filiales au sein d’Alphabet. Cette initiative a permis de regrouper plusieurs marques indépendantes capables de fonctionner et de se gérer de manière autonome. L’entreprise Google en elle-même compte déjà plusieurs divisions comme YouTube, sa division Hardware, Android ou encore sa division dédiée au Cloud Computing Business qui opèrent indépendamment les unes des autres. Google pourrait se servir de la même recette pour mettre en place sa division européenne dédiée à la comparaison de prix et au shopping en ligne qui fonctionnera avec ses fonds propres.

Il faut rappeler qu’au terme d’une bataille juridique longue de plusieurs années, la Commission européenne a décidé d’infliger à la firme de Mountain View une amende record de 2,42 milliards d’euros pour abus de position dominante sur le marché des moteurs de recherche parce qu’elle favorisait son propre service de comparaison de prix en ligne (Google Shopping) au détriment des autres (ses concurrents). La Commission avait donné 60 jours à Google pour lui dire comment elle comptait mettre fin aux pratiques dénoncées et 30 jours supplémentaires pour mettre fin à ces pratiques. Passé ce délai de 90 jours, Google écoperait chaque jour d’une amende équivalant à 5 % du revenu quotidien d’Alphabet (environ 12 millions USD par jour) jusqu’à ce que l’entreprise se conforme aux recommandations de l’UE. Google avait jusqu’au 28 septembre 2017 pour se conformer aux demandes des régulateurs européens avant d’être frappée par les sanctions suscitées.

Plutôt que de s’afficher directement en tête de liste, Google propose que son service de shopping soit intégré dans un système d’enchères collectives avec les autres comparateurs de prix. La proposition consiste à permettre aux concurrents de faire une offre à n’importe quel endroit du service de shopping du moteur de recherche, une offre connue sous le nom de Product Listing Ads. Les enchères entre Google Shopping et ses concurrents concerneraient un bloc d’images (avec liens) au-dessus des résultats de recherche. Les emplacements prévus à cet effet devraient afficher les résultats pour différents comparateurs de prix en fonction du niveau des enchères. En principe, c’est celui qui proposera l’offre avec le prix le plus élevé qui devrait bénéficier d’une meilleure visibilité.

Le problème avec ce dispositif, c’est qu’il suffira qu’un service de comparaison des prix s’arrange à proposer les montants les plus élevés à chaque enchère pour qu'il puisse systématiquement être classé en tête de liste dans les résultats de recherche. Une solution qui permettrait probablement de limiter la généralisation de ce genre de dérive serait d'obliger le comparateur à reverser une part fixe de ces montants aux revendeurs. Il serait également intéressant de voir dans quelle mesure ce système pourrait être compatible avec la recherche du prix le plus bas sur Internet.

Les concurrents de Google Shopping qui ont soutenu la décision des autorités de régulations européennes contre la filiale d'Alphabet ne cachent pas leur appréhension vis-à-vis des solutions proposées par la firme de Mountain View. Selon Richard Stables, PDG de Kelkoo, cette solution serait pire que celle de 2013, permettant à des fournisseurs de contenus de ne plus apparaître dans Shopping, et levant quelques restrictions contractuelles. Le comparateur britannique Foundem estime qu’il s’agit du « retour de l’enchère mort-vivante ».

Source : Bloomberg

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Antitrust : Google propose un système d'enchères aux comparateurs de prix concurrents pour se conformer à la demande de l'UE
Comment pourraient évoluer les services de recherche de Google après les sanctions de la Commission européenne ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 28/09/2017 à 1:03
Antitrust : Google a décidé de traiter son service Shopping de la même manière qu'il traite ses concurrents,
pour échapper à une nouvelle amende de Bruxelles

Accusé d’avoir favorisé son service de comparaison de prix (Google Shopping) dans ses résultats de recherche, Google a été lourdement sanctionné fin juin par le régulateur européen de la concurrence. La Commission a infligé une amende de 2,4 milliards d’euros au numéro un de la recherche en ligne, soit plus du double de l’amende record de 1,06 milliard prononcée pour Intel.

Dans un communiqué de presse publié après sa décision, la Commission européenne a expliqué que Google donne une place privilégiée à Google Shopping, en le plaçant en haut dans ses résultats de recherche. Pendant ce temps, les services de comparaison de prix des concurrents sont affichés beaucoup plus bas, là où les consommateurs ne les voient pas.

En prononçant sa décision, la Commission avait aussi donné un délai de 60 jours à Google pour lui dire comment l’entreprise comptait mettre fin aux pratiques dénoncées et 30 jours supplémentaires (soit 90 jours au total) pour mettre fin à ces pratiques.

Google a eu a jusqu'au 28 septembre pour mettre fin à cette pratique anticoncurrentielle ou faire face à une pénalité pouvant aller jusqu'à 5 pour cent de son chiffre d'affaires mondial quotidien moyen. Google a décidé de se conformer aux exigences de la Commission européenne ; ce qui sera l’une des rares fois où le géant de l'Internet a accepté de s’incliner sous la pression des régulateurs européens pour éviter d'autres amendes.

Google a décidé de traiter son propre service Shopping de la même manière que les concurrents lorsqu'ils proposent des publicités au sommet d'une page de recherche, a annoncé mercredi la société.

La société a déclaré que les concurrents seraient en mesure d'offrir des publicités dans les magasins via une vente aux enchères.

« Nous donnons à des services de comparaison de magasins la même opportunité de montrer les annonces d'achat de marchands sur les pages de résultats de recherche de Google que nous donnons à Google Shopping », a déclaré Al Verney, un porte-parole de l’entreprise.

« Google Shopping participera à des conditions égales et fonctionnera comme s'il s'agissait d'une entreprise distincte, participant à la vente aux enchères de la même manière que tous les autres », a-t-il déclaré. Les modifications entreront en vigueur jeudi et ne s'appliqueront qu'en Europe.

Le service d'achat fonctionnera comme une unité indépendante, avec une équipe travaillant avec des sites concurrents et une autre avec des marchands et soumise à un contrôle réglementaire.

L'autorité de la concurrence de l'UE a déclaré avoir embauché le commissaire aux comptes KPMG et le cabinet de marketing Mavens pour aider à la tâche.

« Il serait prématuré à ce stade que la Commission prenne des positions définitives sur les plans de Google. Comme l'a déclaré le gendarme européen de la concurrence Vestager, « Cette question restera dans nos bureaux pendant un certain temps. »

Le lobby FairSearch, dont les membres incluent les rivaux de Google, tels que le site de comparaison britannique Foundem et le site américain de voyage TripAdvisor, a déclaré qu'il surveillerait de près les développements.

« Nous surveillerons attentivement si cette solution va mettre fin aux abus afin que les consommateurs obtiennent les meilleurs prix et les résultats les plus pertinents, et que les concurrents aient l’opportunité d'innover », a déclaré l'avocat Thomas Vinje.

Néanmoins, plusieurs d’entre les membres de ce lobby ont critiqué cette proposition, estimant qu’elle ne répond pas aux préoccupations réglementaires.

Source : Reuters
Avatar de Namica Namica - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 28/09/2017 à 2:40
A propos de la neutralité des recherches.

Ne sommes-nous pas en train de passer d'un modèle où la pertinence des résultats d'une recherche est prépondérante vers un modèle où les résultats de recherche seront classés selon le tarif payé par les annonceurs ?
Je trouve cela très inquiétant.
Plus sur ce sujet : https://en.wikipedia.org/wiki/Search_neutrality

Qu'en pensez-vous ?
Offres d'emploi IT
Data Ingénieur F/H
Zenika - Nord Pas-de-Calais - Lille (59000)
Formation Développeur Logiciel
AFPA - Nord Pas-de-Calais - Lomme (59160)
Responsable Developpement Informatique
Cabinet de recrutement Valeurs&Valeur - Nord Pas-de-Calais - Roubaix (59100)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil