ZeniMax revient à la charge contre Facebook en réclamant l'interdiction totale du casque Oculus Rift
Ou 20 % sur les ventes des produits Oculus

Le , par Christian Olivier, Rédacteur
Au début de l’année 2017, Zenimax, l’entreprise mère de Bethesda Softworks et Id Software, avait ouvertement accusé la société Oculus VR, filiale du géant technologique Facebook, d’avoir volé ses secrets commerciaux pour concevoir le casque Oculus Rift. L’affaire était allée devant la justice et c’est le jury du tribunal fédéral de Dallas qui, au mois de février, avait rendu le verdict définitif. Ce jury avait estimé que Palmer Luckey, le cofondateur d'Oculus VR, n’a pas respecté l’accord de confidentialité qui le liait à son ancien employeur Zenimax. En conséquence, Facebook a été condamnée à verser 500 millions USD à Zenimax à titre de dommage puisque l’entreprise Oculus VR lui appartient.

Palmer Luckey a été obligé de quitter Facebook après cet incident. D’après le média The New York Times, ce jeune entrepreneur de seulement 24 ans travaillerait actuellement sur un nouveau projet de start-up spécialisée dans les technologies de surveillance soutenu par l’administration Trump. Confortée dans sa position de victime après ce résultat, ZeniMax a décidé, trois mois plus tard, de s’attaquer à Samsung en déposant une nouvelle plainte devant la même instance juridique, la Cour fédérale de Dallas. Elle estimait cette fois que le casque de réalité virtuelle du Sud-Coréen, le Samsung Gear VR, était conçu sur la base de technologies qui sont la propriété intellectuelle de ZeniMax. Étant donné que le Samsung Gear VR est officiellement basé sur le logiciel d’Oculus, Zenimax en a conclu que l’entreprise sud-coréenne continue à promouvoir et à vendre des appareils électroniques en profitant sciemment et de manière illégale des technologies et des secrets commerciaux de ZeniMax.

Loin d’être satisfaite de l’état actuel des choses, l’entreprise ZeniMax a décidé de mettre la barre encore plus haut devant les tribunaux pour protéger ses propriétés intellectuelles et ses technologies contre tout usage non autorisé. Elle a une nouvelle fois saisi un tribunal afin d’obtenir une injonction permanente contre la vente du casque Oculus Rift. Dans sa requête, la société précise que s’il n’est pas possible d’appliquer l’injonction qu’elle réclame, elle voudrait en contrepartie percevoir une redevance d’au moins 20 %, pendant les 10 prochaines années, sur les ventes des produits Oculus.

Pour contrer cette nouvelle attaque, Oculus VR soutient que « ZeniMax n’est pas en mesure de démontrer qu’elle souffre d’un préjudice continu » à cause des actions d’Oculus étant donné que « ZeniMax n’offre aucun produit qui rivalise avec les plateformes de réalité virtuelle et les casques d’Oculus ». La filiale de Facebook estime que toute injonction sur son matériel lui « imposerait une contrainte excessive » et serait même « nuisible à l’intérêt public ».

Facebook cherche, désormais, à réduire le montant de la première amende qui lui avait été infligée en février à titre de dommages à la faveur de ZeniMax. Ses avocats pensent qu’une « offre de 50 millions USD serait plus que généreuse » pour réparer le préjudice dont a été victime Zenimax.

Source : Business Insider, The New York Times, Law360

Et vous ?

Quel est votre avis sur cette affaire ?

Voir aussi

Selon Zenimax, l'Oculus Rift serait conçu à partir de technologies volées, l'entreprise réclame 2 milliards de dollars de dommages et intérêts
Facebook annonce le rachat d'Oculus VR pour 2 milliards de dollars, un spécialiste dans la technologie de la réalité virtuelle immersive


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Aurelien Plazzotta Aurelien Plazzotta - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 24/06/2017 à 20:40
L'impossibilité de Zenimax de produire un casque de réalité virtuelle rivalisant avec l'Occulus Rift démontre assez bien le préjudice continu je trouve.
En clair, l'entreprise est tellement pénalisée par son vol de technologies qu'il serait suicidaire pour Zenimax de commercialiser son propre casque, qui ne présenterait probablement aucun avantage par rapport aux concurrents cités dans l'article.

Le paradoxe, c'est qu'en l'absence de casque commercialisé, Facebook va effectivement gagner les procès suivants :/

Mais tout ça, je suppose, avait été prévu par Facebook de longue date. L'histoire est crapuleuse depuis le début, le directeur technologique d'Id Software de l'époque refusait de vendre ses technologies à Facebook pour finir comme par hasard écrasé par une bagnole volée par une brigand en course-poursuite avec les forces de l'ordre. Ou comment maquiller un assassinat (meurtre avec préméditation) en accident abracadabrant.

Vous me prenez pour un taré parano ? Relisez les actualités du passé, vous vous rappellerez alors que la vente du prototype de Zenimax fût conclue avec Facebook 1 mois après la mort du directeur de Zenimax pour 2 milliards de $...

Dans le monde, des gens tuent pour quelques centaines de $, alors 2 milliards justifient bien un complot.

D'ailleurs, ça ne serait pas justement Palmer Luckey qui avait validé la vente à l'époque ? Si c'est le cas, aujourd'hui il sert de bouc-émissaire après s'être enrichi lui et Facebook.
Avatar de Christian Olivier Christian Olivier - Rédacteur https://www.developpez.com
le 25/06/2017 à 19:22
Citation Envoyé par Aurelien Plazzotta Voir le message
L'impossibilité de Zenimax de produire un casque de réalité virtuelle rivalisant avec l'Occulus Rift démontre assez bien le préjudice continu je trouve.
En clair, l'entreprise est tellement pénalisée par son vol de technologies qu'il serait suicidaire pour Zenimax de commercialiser son propre casque, qui ne présenterait probablement aucun avantage par rapport aux concurrents cités dans l'article.

Le paradoxe, c'est qu'en l'absence de casque commercialisé, Facebook va effectivement gagner les procès suivants :/

Mais tout ça, je suppose, avait été prévu par Facebook de longue date. L'histoire est crapuleuse depuis le début, le directeur technologique d'Id Software de l'époque refusait de vendre ses technologies à Facebook pour finir comme par hasard écrasé par une bagnole volée par une brigand en course-poursuite avec les forces de l'ordre. Ou comment maquiller un assassinat (meurtre avec préméditation) en accident abracadabrant.

Vous me prenez pour un taré parano ? Relisez les actualités du passé, vous vous rappellerez alors que la vente du prototype de Zenimax fût conclue avec Facebook 1 mois après la mort du directeur de Zenimax pour 2 milliards de $...

Dans le monde, des gens tuent pour quelques centaines de $, alors 2 milliards justifient bien un complot.

D'ailleurs, ça ne serait pas justement Palmer Luckey qui avait validé la vente à l'époque ? Si c'est le cas, aujourd'hui il sert de bouc-émissaire après s'être enrichi lui et Facebook.

Tes arguments m'ont convaincu...(meurtre avec préméditation)
Offres d'emploi IT
Développeur WEB PHP F/H
VACALIANS GROUP - Languedoc Roussillon - SETE (34)
RESPONSABLE WEB ANALYTICS F/H
VACALIANS GROUP - Languedoc Roussillon - SETE (34)
Développeur Web FULL-STACK
VACALIANS GROUP - Languedoc Roussillon - SETE (34)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil