Developpez.com

Club des développeurs et IT pro
Plus de 4 millions de visiteurs uniques par mois

Microsoft et Accenture dévoilent un prototype de système d'identification basé sur la blockchain
Dans le cadre du sommet ID2020

Le , par Patrick Ruiz, Chroniqueur Actualités
De récentes statistiques des Nations unies révèlent qu’approximativement 1,1 milliard d’individus ne peuvent apporter de preuves documentées de leur existence. ID2020 est une initiative globale qui met des organisations publiques et privées autour d’une table pour faire face au challenge de changer cette donne. D’après ce que rapportent de nombreux médias, Microsoft et Accenture ont, dans le cadre du dernier sommet d’ID2020 qui s’est tenu lundi dernier à New York, présenté un prototype de système d’identification digitale basé sur la chaîne de blocs.


Le prototype se veut être une extension d’une plateforme existante d’Accenture qui, faudrait-il le rappeler, maintient le système biométrique de gestion d’identités utilisé par le Haut Commissariat des Nations Unies (UNHCR) pour les réfugiés. Il s’appuie sur le protocole de chaîne de bloc mis en place par la fondation Ethereum. Ses concepteurs le décrivent comme une « base de données décentralisée maintenue par de nombreux intervenants fiables sur la chaîne de bloc, éliminant ainsi la nécessité d’une autorité d’identification centrale. » La base de données dont il est fait mention devrait, aux dires de ses concepteurs, avoir ses enregistrements créés via Microsoft Azure.

Le prototype serait conçu pour placer chaque possesseur de profil au centre des décisions concernant l’accès et la divulgation de ses informations personnelles. Il devrait rapidement être mis à contribution dans les camps de réfugiés pour constituer au plus vite à des individus une identité numérique, laquelle sera constituée de données numériques liées aux empreintes digitales et d’iris des concernés ainsi que d’autres données non mentionnées de façon explicite. La petite précision que les firmes apportent cependant est qu’il n’y aura pas d’enregistrement de données personnelles sensibles, c’est-à-dire celles susceptibles de faciliter la localisation ou l’identification d’un individu.

7 millions de réfugiés issus de 75 pays devraient recevoir une identité numérique d’ici à 2020, ce qui sera déjà un excellent début pour paver la voie à l’objectif « un individu, une identité numérique d’ici à 2030 », poursuivi par les Nations unies.

Sources : Accenture, BI

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi :

Blockchain : Microsoft, Intel et une poignée de grandes banques forment une alliance pour adapter la Blockchain Ethereum aux besoins des entreprises
Microsoft veut développer son offre de blockchain as a service sur Azure et dévoile le projet Bletchley pour un middleware blockchain sécurisé


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Pajerix Pajerix - Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
le 22/06/2017 à 14:43
Donc dès la naissance, nos données physiques (iris des yeux, empreintes des doigts, des veines plus difficile à reproduire,...) pourrait être entrer dans un telle blockchain. Ensuite dès que l'individu cherche à s'identifier pour accéder à un système, celui-ci n'aurait qu'à y poser une de ses empreintes pour l'identifier de manière chiffré et anonyme (avec un code personnel pour une double authentification).

Avec une telle approche, il suffirait de rajouter d'avoir la variable "est majeur" en public pour faire disparaître la possibilité au mineur d'accéder à des contenus pour adultes ? (dans le cas où la législation obligera les sites à utiliser ce procédé d'identification anonyme et chiffré).

Bien sûr, c'est applicable à toutes les systèmes requérant une (double) authentification (compte bancaire, impôts,...) et une vérification en temps réel (montrer la véracité de ces diplômes en entretien juste avec son index) alors qu'en temps normal les informations sont chiffrés et anonymisés. J'imagine que des approches vont vite être produite pour nous suivre à la trace, mais une simple demande de regénération de l'ID public de l'individu à la blockchain permettra de le réanonymiser à nouveau.
Avatar de massimo16 massimo16 - Candidat au Club https://www.developpez.com
le 26/06/2017 à 16:33
"des approches vont vite être produite pour nous suivre à la trace, mais une simple demande de regénération de l'ID public de l'individu à la blockchain permettra de le réanonymiser à nouveau.
Est-ce parce que l'article nous dit que "Le prototype serait conçu pour placer chaque possesseur de profil au centre des décisions concernant l’accès et la divulgation de ses informations personnelles" qu'on peut en tirer une telle conséquence ?

Il est plus probable qu'on assiste là à un fichage pur et simple, non ? Qu'Accenture permette une telle MàJ à des "utilisateurs" qui sont dans une misère noire et avec un degré d'utilisation IT sans doute faible me semble naïf. D'ailleurs, le principe-même de la blockchain n'est-il pas de permettre l'intangibilité des contrats ?

Quand on voit les difficultés pour faire modifier un état civil auprès d'un Etat moderne, si l'IT privée s'y substitue (parce que c'est de ça qu'il s'agit), ça ne va pas forcément être plus simple, amha.
Offres d'emploi IT
Ingénieur d'affaires h/f
Kacileo - Bourgogne - Dijon (21000)
Administrateur système et réseaux (H/F)
Atos - Lorraine - Metz/Strasbourg
Ingénieur systèmes et bases de données
E ConsultingRH - Nord Pas-de-Calais - Lens (62300)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil