Unroll.me assure qu'il a « le cœur brisé » suite à la colère des utilisateurs
Qui ont appris qu'ils vendaient des données personnelles à Uber

Le , par Stéphane le calme

0PARTAGES

10  0 
Unroll.me est un service gratuit qui vise à vous permettre de faire le tri dans votre boîte de réception en vous permettant de vous désabonner des bulletins d’information que vous ne voulez pas ou de bloquer des messages promotionnels indésirables.

Seulement voilà : lorsque le New York Times a révélé que Tim Cook a menacé d’expulser l’application VTC Uber de l’App Store pour fraude, le quotidien a également indiqué que ce service (Unroll.me) a vendu des données personnelles à Uber, données dont il voulait se servir pour jauger son rival Lyft.

« Avec Kalanick (le PDG d’Uber) qui a donné le ton à Uber, les employés ont agi pour s'assurer que le service de VTC l’emporterait, peu importe le prix à payer. Ils ont dépensé une grande partie de leur énergie à évaluer des concurrents comme Lyft. Uber a consacré des équipes pour ce qu’il a qualifié de renseignement concurrentiel à l'achat de données auprès d'un service d'analyse appelé Slice Intelligence. S’appuyant sur un service de messagerie électronique qui s'appelle Unroll.me, Slice a recueilli des reçus Lyft envoyés par courrier électronique dans les e-mails d’utilisateurs et a vendu les données anonymes à Uber. Uber a utilisé les données comme proxy pour déterminer la santé des activités de Lyft (Lyft également exploite une équipe de renseignements à la concurrence) », peut-on lire sur l’article du New York Times.

« Slice a confirmé qu'il vend des données anonymes (ce qui signifie que les noms des clients ne sont pas joints) en fonction des reçus de course d'Uber et Lyft, mais a refusé de divulguer qui achète l'information », continue le quotidien.

Dans un billet de blog, l’entreprise a très vite réagi par le biais de son cofondateur Jojo Hedaya qui a déclaré que cela lui « fend le coeur de voir comment certains utilisateurs étaient mécontents de voir la façon dont nous finançons notre service gratuit ». « Bien sûr, nous avons un contrat d’utilisation du service et une politique de confidentialité en anglais clair que nos utilisateurs déclarent avoir lu et compris avant même de s'inscrire, mais la réalité est que la plupart d'entre nous, moi inclus, ne prenons pas le temps de les lire en profondeur », a-t-il reconnu.

En faisant un tour du côté de cette politique, nous pouvons lire (l’emphase est la nôtre) :

« Nous pouvons collecter, utiliser, transférer, vendre et divulguer des informations non personnelles à quelque fin que ce soit. Par exemple, lorsque vous utilisez nos services, nous pouvons recueillir des données à partir des “messages électroniques commerciaux” et des “messages transactionnels ou relationnels” (tel que ces termes sont définis dans la Loi CAN-SPAM (15 USC 7702 et s. ) qui sont envoyés à vos comptes de messagerie. Nous collectons ces messages transactionnels commerciaux afin de mieux comprendre le comportement des expéditeurs de ces messages et de mieux comprendre le comportement de nos clients et d'améliorer nos produits, nos services et notre publicité. Nous pouvons divulguer, distribuer, transférer et vendre ces messages et les données que nous recueillons à partir de ces messages à condition que, si nous divulguons ces messages ou données, toutes les informations personnelles contenues dans ces messages soient supprimées avant toute divulgation.

Nous pouvons collecter et utiliser vos messages transactionnels commerciaux et les données associées pour créer des produits et des services de recherche de marché anonymes avec des partenaires commerciaux fiables. Si nous combinons des informations non personnelles avec des informations personnelles, les informations combinées seront traitées comme des informations personnelles pour autant qu'elles restent combinées ».

Quoi qu’il en soit, Heyada a indiqué qu’il comprend que des messages plus clairs doivent être postés sur le site web du service. « Je ne peux pas assez souligner l'importance de votre vie privée. Nous ne publions jamais de données personnelles sur vous. Toutes les données sont complètement anonymes et ne concernent que les achats », a-t-il promis .

Source : New York Times, blog Unroll.me

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ? Véritable mea culpa ou aveu déguisé ?

Voir aussi :

Uber poursuivi en justice pour invasion illégale de la vie privée des chauffeurs de Lyft, avec son programme de surveillance Hell
Uber aurait enregistré une perte de 2,8 milliards de dollars en 2016, malgré un chiffre d'affaires de 6,5 milliards de dollars

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Vulcania
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 25/04/2017 à 13:34
Mais ils s'imaginaient quoi ? Bien évidemment que les gens sont pas content, d'autant plus que le service proposé n'a rien à voir avec Uber ! Pis surtout pour une entreprise qui a une réputation de plus en plus mauvaise d'exploitants inhumains !
Avatar de Iradrille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 26/04/2017 à 6:19
Et Apple, le "grand défenseur de la vie privée" n'a pas jugé utile de virer toute cette magouille de leur store ?
Pas assez médiatisé ? Trop d'argent en jeu ?

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web