Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Présidentielle en France : le candidat du NPA Philippe Poutou propose une abrogation immédiate de la loi Hadopi
Et une refonte des droits d'auteur

Le , par Malick

21PARTAGES

8  0 

La campagne électorale en France en vue des élections présidentielles prévues entre les mois d'avril et de mai prochain bat son plein et les candidats continuent de présenter leur programme électoral. C'est donc dans ce cadre que le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) en l'occurrence Philippe Poutou a porté à la connaissance des citoyens français le contenu de son programme. Dans ce dernier, Philippe Pouton a proposé une série de mesures parmi lesquelles figurent deux propositions qui attireront sans nul doute l'attention des utilisateurs d'Internet : il s'agit de la suppression immédiate de la loi Hadopi et de la refonte des droits d'auteur.

Pour rappel, la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet(HADOPI) a été créée en 2009 et a comme principale mission d’identifier les internautes qui téléchargent illégalement des œuvres sur Internet, notamment par l’entremise des FAI, et les sanctionner en plusieurs étapes. Par ricochet, la loi Hadopi est définie comme étant une loi qui favorise la diffusion et la protection de la création sur Internet.

La suppression immédiate de la loi Hadopi
Dans son programme, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) affirme clairement que la loi Hadopi doit être immédiatement abrogée. « La loi Hadopi doit être abrogée immédiatement (et non en 2022 comme cela est prévu actuellement) », a-t-il déclaré dans sa feuille de route. Avec ces propos, Philippe Poutou semble oublier que la mise à mort de l'Hadopi n'est plus prévue pour 2022. En effet, en mai 2016, nous vous annoncions que le gouvernement français avait réussi à obtenir la suppression du texte suggérant la mise à mort de la HADOPI en 2022. En effet, la commission des lois du Sénat a adopté l'amendement du gouvernement annulant la proposition de loi dans laquelle la mise à mort de la HADOPI était programmée pour 2022.

Il convient également de rappeler que la suppression de la loi Hadopi était partie intégrante du programme électoral de François Hollande. « Je remplacerai la loi Hadopi par une grande loi signant l’acte 2 de l’exception culturelle française, qui conciliera la défense des droits des créateurs et un accès aux œuvres par Internet facilité et sécurisé », avait déclaré Hollande à l'époque.

La refonte des droits d'auteur

En marge de la loi Hadopi, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste s'est également prononcé sur la propriété intellectuelle. En effet, Philippe Poutou estime que « les droits d’auteur doivent être refondus, cela afin de garantir des conditions de vie décentes à tous les artistes ». L'application de cette proposition devrait se traduire par un arrêt des droits d'auteur dès la mort du titulaire ; ce qui n'est pas le cas en ce moment, car d'après les informations recueillies, le droit d'auteur continue de profiter aux héritiers, cela jusqu'à près de 70 ans après la disparition de l'auteur.

Il convient également de préciser que dans son programme électoral, le candidat à la présidentielle du Nouveau Parti Anticapitaliste n'a pas proposé des mesures en rapport avec le numérique.

Source : Programme électoral 2017 de Philippe Poutou

Et vous ?

Que pensez-vous de la suppression de la loi Hadopi proposée par Philippe Poutou ?

Êtes-vous pour la refonte des droits d'auteur comme le suggère Poutou ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Grimly
Membre averti https://www.developpez.com
Le 23/03/2017 à 11:03
Citation Envoyé par Matthieu Vergne Voir le message
Dans les faits, son programme affirme que "La loi Hadopi doit être abrogée immédiatement(et non en 2022 comme cela est prévu actuellement) et les droits d’auteur doivent être refondus, pour garantir des conditions de vie décentes à tous les artistes", mais ne dit pas ce qu'il compte changer pour apporter cette garantie.

Mais même à supposer qu'il le dise, l'article 118 du Traité sur le Fonctionnement de l'Union Européenne stipule que :

Donc s'il veut refondre les droits d'auteurs, et si je ne me trompe pas dans ma lecture, il lui faut soit quitter l'UE, soit convaincre les 27 (bientôt 26) autres d'appliquer les même modifications (je passe sur ses nombreuses autres mesures qui vont nettement plus à rebours de l'UE que le droit d'auteur). En feuilletant son programme de 48 pages, je lis beaucoup de tapage sur l'UE qui impose trop de choses, mais nulle mention de sortie ni de renégociation. Il propose le "rejet de tous les traités de libre échange, dont ceux de l’Union européenne", mais ne dit pas quel type de rejet (modification, refus d'appliquer, sortie de l'UE). Il dit qu'il est "contre cette Europe, mais pour une Europe des travailleurs et des peuples, où tous les droits sociaux seraient alignés par le haut (salaires, protection sociale, droit à l’IVG...)", mais ne dit pas comment l'obtenir (modification de l'UE actuelle, sortie pour en faire une nouvelle, sortie simple puis accords multilatéraux).

Bref, beaucoup de vent, mais pas grand chose de concret.
Je suis d'accord avec le fait qu'il ne propose rien de concret et qu'il n'est que dénonciateur.

Mais j'ai pu discuter avec certains de ses adhérents et ceux de Mme Arthaud de même. Ces personnalités n'ont pas le but d'arriver à l'Elysée mais veulent utiliser le principe d'égalité du temps de parole de l'élection présidentielle (qui est d'ailleurs mis à mal par la récente loi dite Urvoas du 16 Avril 2016) pour mettre une certaine position ouvrière dans un débat national. M. Poutou l'a lui même dit sur France 2 avant de se faire humilier, il est contre l'idée même d'un président de la république.

Mais ces actions découlent de problèmes graves car elles montrent qu'une grande partie de la population n'a pas son mot à dire, est tenu à l'écart de tout débat et doit recourir à l'élection présidentielle pour se faire entendre.
5  0 
Avatar de _Thomas
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 27/03/2017 à 10:35
Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
D'autant que la 5ème n'a pas été avare en référendums.
10 référendums en 59 ans, c'est rien comparé à d'autres pays comme la Suisse (SOURCE).
"Bizarrement" depuis 2005, personne n'a pris le risque d'organiser un référendum en France alors que bien des sujets auraient pu/du en passer par là (traité de Lisbonne, adhésion de la Croatie à l'UE, TSCG, loi Travail, loi Mariage pour tous, ...).
5  0 
Avatar de _Thomas
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 30/03/2017 à 16:26
Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
Il y eu pourtant nombre de référendums au début de la 5ème (4 sous De Gaulle). Aujourd'hui, on n'en fait plus parce qu'on sait très bien ce que le peuple va répondre, et ce alors que l'on gouverne contre les intérêts du peuple.
Cette disparition progressive de la pratique du référendum et de la démocratie était annoncée depuis fort longtemps, et c'est une des raison pour laquelle Delors ne s'est pas présenté, affirmant qu'"il ne voulait pas tromper les français".
Oui, la différence majeure entre De Gaulle et les guignols de ces 30 dernières années c'est que lui a démissionné lorsqu'il a perdu, alors que dans la même situation les autres sont restés bien tranquillement à leurs postes, qu'ils ont ouvertement méprisé le vote des français en continuant d'appliquer une politique pourtant refusée souverainement, et qu'ils n'ont plus jamais consulté le peuple même lorsqu'ils auraient pu/du.

Si Sarkozy, Hollande & Cie s'étaient inspirés de De Gaulle en 2005, on aurait gagné 12 ans (peut-être même 17 ou 22 ans si l'UE actuelle reste encore en place pendant 1 ou 2 quinquennats) en évitant le risque de passer par la case "montée de l'extrême droite en Europe".
5  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 23/03/2017 à 8:42
Citation Envoyé par Malick SECK Voir le message
Que pensez-vous de la suppression de la loi Hadopi proposée par Philippe Poutou ?
C'est très bien, il faut immédiatement se débarrasser de ce gouffre financier inutile, qui n'est là que pour aider les plus gros de l'industrie du cinéma, des séries et de la musique...
3  0 
Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 30/03/2017 à 11:17
Citation Envoyé par _Thomas Voir le message
10 référendums en 59 ans, c'est rien comparé à d'autres pays comme la Suisse (SOURCE).
"Bizarrement" depuis 2005, personne n'a pris le risque d'organiser un référendum en France alors que bien des sujets auraient pu/du en passer par là (traité de Lisbonne, adhésion de la Croatie à l'UE, TSCG, loi Travail, loi Mariage pour tous, ...).
Il y eu pourtant nombre de référendums au début de la 5ème (4 sous De Gaulle). Aujourd'hui, on n'en fait plus parce qu'on sait très bien ce que le peuple va répondre, et ce alors que l'on gouverne contre les intérêts du peuple.
Cette disparition progressive de la pratique du référendum et de la démocratie était annoncée depuis fort longtemps, et c'est une des raison pour laquelle Delors ne s'est pas présenté, affirmant qu'"il ne voulait pas tromper les français".

C'était assez cocasse de la part de quelqu'un qui nous avait vendu le traité de Maastricht, mais à l'époque personne n'avait encore saisi l'ironie. A part peut-être Séguin, donc mettons de coté cet aspect des choses.
3  0 
Avatar de Pierre GIRARD
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 31/03/2017 à 16:04
Citation Envoyé par Matthieu Vergne Voir le message
Donc on est d'accord que ce n'est pas le référendum qui est spécial mais le personnage. Quand Fillon disait qu'il abandonnerait en cas de mise en examen, c'était tout aussi "plébiscite", mais le personnage étant différent, la confirmation de mise en examen n'aura pas eu les même conséquences.
C'est vrai, pareil pour Vals qui était sensé soutenir Hamon. Par contre Bruno Leroux a donné sa démission immédiatement ... pour des faits comparables à l'affaire Fillon.

Maintenant, même avant, je ne tenais pas Fillon en très haute estime. Pour moi, il est quo-responsable de 600 milliard de dettes supplémentaires en 5 ans avec Sarkosy, et a cherché à se défausser en disant qu'il n'était pas d'accord avec la politique de Sarkosy. Pas d'accord pendant 5 ans sans démissionner, fallait quand même le faire.
3  0 
Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 23/03/2017 à 7:27
Dans les faits, son programme affirme que "La loi Hadopi doit être abrogée immédiatement(et non en 2022 comme cela est prévu actuellement) et les droits d’auteur doivent être refondus, pour garantir des conditions de vie décentes à tous les artistes", mais ne dit pas ce qu'il compte changer pour apporter cette garantie.

Mais même à supposer qu'il le dise, l'article 118 du Traité sur le Fonctionnement de l'Union Européenne stipule que :
Dans le cadre de l'établissement ou du fonctionnement du marché intérieur, le Parlement européen et le Conseil, statuant conformément à la procédure législative ordinaire, établissent les mesures relatives à la création de titres européens pour assurer une protection uniforme des droits de propriété intellectuelle dans l'Union, et à la mise en place de régimes d'autorisation, de coordination et de contrôle centralisés au niveau de l'Union.

Le Conseil, statuant conformément à une procédure législative spéciale, établit, par voie de règlements, les régimes linguistiques des titres européens. Le Conseil statue à l'unanimité, après consultation du Parlement européen.
Donc s'il veut refondre les droits d'auteurs, et si je ne me trompe pas dans ma lecture, il lui faut soit quitter l'UE, soit convaincre les 27 (bientôt 26) autres d'appliquer les même modifications (je passe sur ses nombreuses autres mesures qui vont nettement plus à rebours de l'UE que le droit d'auteur). En feuilletant son programme de 48 pages, je lis beaucoup de tapage sur l'UE qui impose trop de choses, mais nulle mention de sortie ni de renégociation. Il propose le "rejet de tous les traités de libre échange, dont ceux de l’Union européenne", mais ne dit pas quel type de rejet (modification, refus d'appliquer, sortie de l'UE). Il dit qu'il est "contre cette Europe, mais pour une Europe des travailleurs et des peuples, où tous les droits sociaux seraient alignés par le haut (salaires, protection sociale, droit à l’IVG...)", mais ne dit pas comment l'obtenir (modification de l'UE actuelle, sortie pour en faire une nouvelle, sortie simple puis accords multilatéraux).

Bref, beaucoup de vent, mais pas grand chose de concret.
4  2 
Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 31/03/2017 à 15:52
Donc on est d'accord que ce n'est pas le référendum qui est spécial mais le personnage. Quand Fillon disait qu'il abandonnerait en cas de mise en examen, c'était tout aussi "plébiscite", mais le personnage étant différent, la confirmation de mise en examen n'aura pas eu les même conséquences.
2  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 23/03/2017 à 9:04
Fini l'Europe, vive la mondialisation et les droits d'auteurs qui auront leur refonte.
C'est pas un truc à demander aux entreprises concerner de faire autour d'une table ronde ?
1  0 
Avatar de abriotde
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 23/03/2017 à 14:26
Des droits d'auteurs juste n'aurait pas de lien avec la mort de l'auteur mais avec la date de première mise sur le marché comme tout brevets. 30 ans me parait une durée largement suffisante. Et en même temps si l'auteur meurt juste après la publication il est normal que ses héritiers puissent en profiter (il peux avoir fait des emprunts pour réaliser cette oeuvre...)
1  0