Microsoft annonce la disponibilité de la préversion privée de SQL Server 2016 sur Linux
Et propose des licences gratuites aux DBA Oracle

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Durant la conférence Data Driven, Microsoft a fait le point sur les fonctionnalités proposées par SQL Server 2016, mais s'est également lancé à l'assaut d'Oracle.

Dans son offre de migration, Microsoft propose des licences gratuites SQL Server (toutefois, une souscription à l'assurance logicielle est requise) des formations gratuites SQL Server Essentials pour les administrateurs de bases de données Oracle (cette offre est disponible jusqu'au 30 juin 2016) ainsi que des subventions de déploiement de service pour démarrer les migrations (une offre qui est également disponible jusqu'au 30 juin 2016).

C'est d'ailleurs ce que Judson Althoff, President of Microsoft North America Sales & Marketing, a expliqué en faisant une comparaison détaillée entre SQL Server 2016 et Oracle dans un scénario faisant appel à différentes fonctionnalités embarquées dans SQL Server 2016. Quand les fonctionnalités embarquées dans SQL Server 2016 étaient comparées à celles proposées par les produits Oracle, il a avancé « qu'Oracle est pratiquement douze fois plus cher ».


« Aussi, si vous voulez effectuer la migration depuis Oracle, nous vous octroierons des licences gratuites SQL Server », a-t-il assuré dans sa présentation. « Pour toute instance Oracle que vous avez, vous obtiendrez des licences gratuites SQL Server. Tout ce que vous avez à faire est de posséder un accord Software Assurance avec Microsoft. Si vous souhaitez entreprendre ce voyage avec nous avant la fin du mois de juin, nous allons vous aider et investir dans les coûts de migration, mettre des ingénieurs sur le coup pour vous aider à effectuer la migration depuis Oracle ».

Mais qui peut en bénéficier ? « Tout le monde est éligible », a précisé Althoff.

Microsoft a également attaqué Oracle au niveau de la sécurité, se référant aux informations publiées par le National Institute of Standards and Technology qui a publié une liste de bases de données et les vulnérabilités associées. Joseph Sirosh, corporate vice president of the Data Group de Microsoft, a rappelé dans sa présentation qu'en moyenne, sur les années précédentes, SQL Server avait le dixième (1/10) des vulnérabilités découvertes sur Oracle.

Il a également mis en exergue de nouvelles fonctionnalités de sécurité embarquées dans SQL Server : « dans SQL Server 2016, pour la première fois, vous entendrez parler d'une fonctionnalité que nous avons appelée Always Encrypted ». « Il s'agit ici de sécuriser les données tout le long du chemin, depuis le client jusqu'à la base de données, et de les garder sécurisées même quand le processus de requêtes est achevé. Sur la base de données du site, les données ne sont jamais déchiffrées, même dans la mémoire, et vous pouvez encore effectuer des requêtes dessus ».

Lorsque Scott Guthrie, Executive Vice President du Cloud and Enterprise Group, a pris la parole, il a annoncé que la préversion privée de SQL Server sur Linux est désormais disponible. Il a expliqué que cette décision faisait partie d'une stratégie de l'entreprise consistant à apporter ses produits et services à un éventail plus large d'utilisateurs, mais aussi pour « rencontrer les clients où ils sont ».

« Nous avons conçu SQL Server 2016 pour aider les entreprises à anticiper les perturbations d'aujourd'hui. Il prend en charge le traitement hybride transactionnel/analytique, les analyses avancées et le machine learning, la BI mobile, l'intégration des données et offre la possibilité de chiffrer en permanence les requêtes » a expliqué Guthrie. « Il s'agit même là peut-être de la première base de données relationnelle au monde qui soit « née du Cloud-first », avec la majorité des fonctionnalités qui ont d'abord été déployées et testées sur Azure, dans 22 centres de données dans le monde et des milliards de requêtes par jour. Il a été testé par la clientèle et est prêt pour la bataille », a-t-il continué.

Source : Data Driven (Microsoft), blog Microsoft, document relatif à l'offre de migration (au format PDF)


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de redcurve redcurve - Membre averti https://www.developpez.com
le 12/03/2016 à 15:33
Citation Envoyé par gerard093 Voir le message
Les bases de données SQL server arrivent bien en tête du nombre de serveurs installés.

Mais les résultats changent totalement si on prend en compte les terra (data) de données gérées. Dans ce domaine, les bases Mysql ont un fort leadership, avec l'utilisateur Google.

Enfin, toujours chez Google, remarquons que Nosql et MongoDB font une belle percée !!!
Petite info venant de chez Google heu comment dire ils n'utilisent plus du tout MySQL sauf pour les applications où ils peuvent se permettre de perdre des données (MySQL n'est pas fiable mais suffisant pour ce genre d'appi, Facebook fait pareil ). En réalité ils utilisaient surtout l'interpréteur SQL, qui a été branché au dessus de F1. MySQL en lui même n'a que peu d'intérêt, le moteur de stockage par défaut n'est rien d'autre que BerkeleyDB qu'ils ont trouvé le moyen de rendre moins fiable ... Des génies chez MysqlAB/Oracle
Avatar de marsupial marsupial - Membre émérite https://www.developpez.com
le 12/03/2016 à 18:05
Bien que cela soit un défi technique, 98% de supercalculateurs et 90% de serveurs GNU/Linux avec 88% de Microsoft SQL Server donne une stratégie financière satisfaisante pour toutes les parties (fournisseurs, clients, utilisateurs, actionnaires, administrateurs, développeurs,... ).

Tomahawk enterré. Retournons fumer le calumet de la paix.
Avatar de kilroyFR kilroyFR - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 13/03/2016 à 19:03
Le pb de SQL Server c'est que ce qui fait la force d'Oracle c'est a dire son langage procedural PL/SQL. Dans ma boite on utilise massivement ce langage et donc on est et on restera fortement lié a Oracle meme si sql server devenait gratuit. Reecrire des milliers de lignes en PL/SQL vers TSQL est inimaginable.

A un moment on avait envisagé passé a Postgresql qui a une certaine compatibilité avec Oracle PL/SQL mais ca a ete abandonné egalement (trop de code a porter).
De plus Oracle nous permet jusqu'a maintenant de ne pas se soucier de la plateforme cible (linux/windows etc) en fonction de la demande du client sans qu'on ait a s'en soucier. Donc pour les grosses applis existantes je vois mal comment SQL Server pourrait s'imposer.
Avatar de SQLpro SQLpro - Rédacteur https://www.developpez.com
le 14/03/2016 à 17:44
Citation Envoyé par kilroyFR Voir le message
....Donc pour les grosses applis existantes je vois mal comment SQL Server pourrait s'imposer.
ça fait longtemps que les grosses applis existantes migrent massivement sous SQL Server...
Exemple : SAP offre une version SQL Server depuis 2005 et s'en trouve plus économique plus performant et moins couteux...
http://download.microsoft.com/downlo...howcase_fr.pdf

A +
Avatar de sevyc64 sevyc64 - Modérateur https://www.developpez.com
le 14/03/2016 à 21:10
Citation Envoyé par kilroyFR Voir le message
Le pb de SQL Server c'est que ce qui fait la force d'Oracle c'est a dire son langage procedural PL/SQL. Dans ma boite on utilise massivement ce langage et donc on est et on restera fortement lié a Oracle meme si sql server devenait gratuit. Reecrire des milliers de lignes en PL/SQL vers TSQL est inimaginable.
Inimaginable, non.
Long sans doute, couteux en temps et en travail, oui. Mais il y a bien d'autres projets, certainement plus couteux, qui se réalisent pourtant.

Comme je dis souvent, dans ce genre de projet, ce qui est le plus souvent très long et très couteux, c'est de se décider à lancer sérieusement l'étude de la faisabilité tant économique que technique du potentiel futur projet.
Tout est question de décision à prendre et à assumer. C'est généralement là le plus gros frein.

Citation Envoyé par kilroyFR Voir le message
De plus Oracle nous permet jusqu'a maintenant de ne pas se soucier de la plateforme cible (linux/windows etc) en fonction de la demande du client sans qu'on ait a s'en soucier.
Ben justement c'est ce que va te permettre aussi SQL Server maintenant aussi.

Citation Envoyé par kilroyFR Voir le message
Donc pour les grosses applis existantes je vois mal comment SQL Server pourrait s'imposer.
Il y a bien longtemps que SQL Server absorbe sans problème les très grosses bases à l'image d'Oracle.
Des bases dépassant les To, montées en cluster, n'est pas une situation tant anecdotique que ça.
Avatar de kilroyFR kilroyFR - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 14/03/2016 à 21:55
"Long sans doute, couteux en temps et en travail, oui."
=> Quand je dis inimaginable, c'est irrealiste - on n'est plus dans un mode ou on change de techno pour le plaisir de quelques developpeurs. L'investissement en temps etc est trop important et peu envisageable dans un environnement ou on cherche a baisser les couts de devpts. Refaire pour refaire et se retrouver fonctionnellement avec la meme chose ca n'a aucun interet (le client achete un fonctionnel, pas une techno, il se fout que ce soit Oracle/sql server ou autre - une BDD reste une BDD).

Les etudes de faisaibilité/couts ont les a vite faites. Oui Oracle peut etre lourd quelques fois mais on ne paie jamais les prix publics (c'est comme pour les prix des voitures neuves).
En tant que fournisseur de logiciel cle en main (le client ne touche pas a la BDD qui fait partie du logiciel livré) on a >80% de reduction donc ca a toujours rendu inutile le passage sous SqlServer.
Si c'est pour changer de solution, autant alors passer a une solution non proprietaire et essayer de recuperer tout ce qui a ete codé/testé etc.; mais passer de l'un a l'autre je n'y vois pas bien l'interet (a part s'enfermer encore un peu plus dans les specificités de l'un et de l'autre).
Pour les grosses applis Oracle l'alternative qui tient a la route en ce moment c'est PostGreSql (recuperation d'une partie du code PL/SQL); impossible de faire comprendre a un commercial que de passer de Oracle a SqlServer va lui faire gagner de l'argent (en tout cas dans ma boite ca ne se passe pas - fonctionnellement ca fait toujours la meme chose - pourquoi aller claquer des centaines d'heures de portage pour faire la meme chose ?). Les gains de licences "gratuites" sont un leurre et en concerneront certainement que les versions basiques (genre sqlserver express donc aucun interet).
Je n'ai jamais dit que sqlserver ne savait pas gerer de grosses BDD; il sait faire ... comme les autres.

Microsoft et sa strategie a geometrie variable et ses errements quel que soit le sujet technique (maintenant ils s'interessent a Linux mais rien ne dit qu'ils ne laisseront pas tomber dans quelques mois pour je ne sais quelle nouvelle raison sortie du chapeau).
Plus aucun confiance depuis qu'ils nous ont planté avec silverlight//wpf (enfin chez nous ca a couté enormement en investissement pour tout jeter et refaire a la sauce client leger - merci M$). Oracle c'est un peu plus cher mais ca rassure aussi les clients.
Et parler de SAP/Oracle, normal que ca ne colle pas ils sont en procés depuis des années.
Avatar de SQLpro SQLpro - Rédacteur https://www.developpez.com
le 14/03/2016 à 23:59
Votre commentaire est un tissus de bétises !

Citation Envoyé par kilroyFR Voir le message
"Long sans doute, couteux en temps et en travail, oui."
=> Quand je dis inimaginable, c'est irrealiste - on n'est plus dans un mode ou on change de techno pour le plaisir de quelques developpeurs. L'investissement en temps etc est trop important et peu envisageable dans un environnement ou on cherche a baisser les couts de devpts.
Sauf que ne serait-ce que 10% de moins en licences pour un éditeur qui peut avoir plusieurs dizaines milliers de clients ça finit par couvrir plus que largement les frais de redéveloppement et permet de mieux vendre sa solution.
Au liue de vous repliez sur votre petite expérience personnelle étriquée dans votre boite, ouvrez les yeux sur d'autres entreprises et vous verrez que beaucoup d'entre elle font le grand saut et je suis sûr qu'avant 2 ans, ce sera de même dans votre entreprise... Nus en reparlerons !

Refaire pour refaire et se retrouver fonctionnellement avec la meme chose ca n'a aucun interet (le client achete un fonctionnel, pas une techno, il se fout que ce soit Oracle/sql server ou autre - une BDD reste une BDD).

Pas si vrai que cela... Les fonctionnalités sont pas les mêmes et les couts pas du tout. Par exemple Oracle a été en retard sur le In Memory et est totalement absent du cloud... Et ça, sa pardonne pas. Quelques uns de mes nouveaux clients quittent Oracle pour aller vers du SQL Server en refonte d'appli à cause du cloud.


Les etudes de faisaibilité/couts ont les a vite faites. Oui Oracle peut etre lourd quelques fois mais on ne paie jamais les prix publics (c'est comme pour les prix des voitures neuves).

L'écart est juste de plus de 10 fois

Et les remises Oracle dépassent rarement 70% et 40 % chez Microsoft. La différence est donc très avantageuses pour SQL Server. Tous les experts Oracle le savent qui voient des clients hurler et se tourner vers du "tout sauf oracle".
Exemple, il y a 8 ans, la BI d'un gros avionneur américain à migré d'Oracle à SQL Server (plusieurs centaines de To sur 120 serveurs : une dizaines de DataWarehouse + 100 serveurs de reporting en ferme + ...). Bilan, plusieurs centaines de millions de dollars de licences Oracle économisé !


En tant que fournisseur de logiciel cle en main (le client ne touche pas a la BDD qui fait partie du logiciel livré) on a >80% de reduction donc ca a toujours rendu inutile le passage sous SqlServer.
La encore une différence fondamentale... Avec les contrats d'éditeurs logiciels Microsoft sur SQL Server c'est pas 80% de réduction, c'est 0 €, nada.. rien à payer et en plus la version Enterprise !


Si c'est pour changer de solution, autant alors passer a une solution non proprietaire et essayer de recuperer tout ce qui a ete codé/testé etc.;
Compte tenu du nombre de bugs de MySQmerde et ses performances lamentable lors de la montée en charge... c'est même pas la peine d'essayer... Pour PostGreSQL c'est bien gentil, mais les principaux éléments qui pourrait en faire quelques chose d'utile, n'y sont pas :
  • pas de parallélisme des requêtes ni de lecture écriture des disques
  • un seul journal de transaction pour toutes les bases (point de contention catastrophique)
  • pas de pilotage des transactions dans les routines
  • pas de partitionnement
  • pas de DDL online
  • pas de transaction sur DDL / DCL
  • pas de vues indexées
  • pas d'index INCLUDE
  • pas d'index verticaux,
  • pas de "in memory"
  • un optimiseur plus que pauvre (au delà de 12 jointures il se vautre à cause de GEQO et si l'on pousse le paramétrage au dessus, genre 20 jointures, il passe plus de temps à trouver un plan à peine acceptable qu'à l'exécuter !)
  • et pour couronner le tout un VACUUM (nécessaire du fait du MVCC qui farcie les pages de ghost records) et malheureusement pourri la base d'un maximum de deadlock, obligeant à interdire les accès au serveur pendant la maintenance !



mais passer de l'un a l'autre je n'y vois pas bien l'interet (a part s'enfermer encore un peu plus dans les specificités de l'un et de l'autre).
Commencez par les connaître ces spécificités ! On en reparlera.... D'autant plus que le SQL de SQL Server est l'un des plus proche de la norme, devant celui de PG maintenant, alors que le SQL d'Oracle a toujours été hyper spécifique et peu portable et ce n'est que très récemment qu'Oracle à enfin daigné, hélas un peu tard, à rejoindre la norme SQL.. Quelque petits exemples :
  • les jointures externe (+)
  • la récursivité limitée avec CONNECT BY PRIOR...
  • l'adoption tardive des CTE
  • NVL, DECODE, TO_CHAR/DATE... alors que la norme c'est COALESCE, CASE, CAST..

etc !

Pour les grosses applis Oracle l'alternative qui tient a la route en ce moment c'est PostGreSql (recuperation d'une partie du code PL/SQL);
Visiblement vous avez pas dû tester beaucoup la chose parce que ça marche jamais !

Rectification... Ha mais si !!!! Je vous cite :
A un moment on avait envisagé passé a Postgresql qui a une certaine compatibilité avec Oracle PL/SQL mais ca a ete abandonné egalement (trop de code a porter).
Donc, là vous êtes de mauvaise fois... dans un post vous dites noir et celui d'après vous dites blanc... Vous êtes mâle ou femelle ?


impossible de faire comprendre a un commercial que de passer de Oracle a SqlServer va lui faire gagner de l'argent (en tout cas dans ma boite ca ne se passe pas - fonctionnellement ca fait toujours la meme chose - pourquoi aller claquer des centaines d'heures de portage pour faire la meme chose ?).
Pourtant ce que font la plupart des boîtes aujourd'hui... Bref selon vous les autres seraient-ils des imbéciles ?

Les gains de licences "gratuites" sont un leurre et en concerneront certainement que les versions basiques (genre sqlserver express donc aucun interet).
Quand je disait que vous disiez de grosses conneries, ben en voila une comaque ! Relisez, c'est bien la version Enterprise qui sera gratuite à condition de faire du portage depuis un autre SGBDR. Il y a longtemps que la version Express est gratuite. Elle l'a toujours été !

Je n'ai jamais dit que sqlserver ne savait pas gerer de grosses BDD; il sait faire ... comme les autres.
Microsoft et sa strategie a geometrie variable et ses errements quel que soit le sujet technique (maintenant ils s'interessent a Linux mais rien ne dit qu'ils ne laisseront pas tomber dans quelques mois pour je ne sais quelle nouvelle raison sortie du chapeau).
Ha on y est... Vous avez un mal vécu avec MS, donc pour vous tout ce qui touche à MS c'est de la merde... N'auriez vous par par hasard un léger à priori ???

Plus aucun confiance depuis qu'ils nous ont planté avec silverlight//wpf (enfin chez nous ca a couté enormement en investissement pour tout jeter et refaire a la sauce client leger - merci M$). Oracle c'est un peu plus cher mais ca rassure aussi les clients.
Le un peu, c'est juste 10 fois dans la pratique.... Quand à Oracle ils en ont planté aussi pas mal... La faille de sécurité majeure sur les mots de passe pour laquelle ils ont mis plus de 2 ans à corriger c'est c'était le top... De toutes façons les métriques du NIST sont claire, Oracle a 4 fois plus de failles de sécurité que SQL Server ! Et en plus ils mettent 6 fois plus de temps à corriger leurs bugs.. Si ça c'est pas prendre les clients pour de la merde... Alors quand à les rassurer, vous me faites grassement rigoler !

Et parler de SAP/Oracle, normal que ca ne colle pas ils sont en procés depuis des années.
La question serait plutôt... Avec qui ne sont-ils pas en procès....

Et puis tient tant qu'à faire, parlons étique...
  • D'un côté Larry Ellison, milliardaire, PDG d'Oracle dilapide son argent en luxueuses courses de voiliers (1 quart de millions de dollars...) et passe son temps à faire chier les autorités en faisant voler son mig 29 malgré les interdictions (dangerosité + pollution)...
  • De l'autre Bill Gates, PDG de Microsoft, qui avec sa fondation a dilapidé 44 milliards de dollars en œuvre de bienfaisance.....


Je ne sais pas pourquoi, mais j'aurais tendance à prix et fonctionnalité équivalente à aller donner mes sous à MS et pas à Oracle !

A +
Avatar de kilroyFR kilroyFR - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 15/03/2016 à 9:02
Je n'ai aucun a priori ni ne suis fanboy de personne - je laisse ca aux gamins qui resume la techno a des querelles de clochets - toutes nos applis front office sont en .net et cela fait 25 ans qu'on fait du VC/VS donc j'ai un peu de retour.
Votre avis vaut ce qu'il vaut, le mien aussi. On n'a pas de milliers de clients mais seulement des gros qui veulent un logiciel maintenu pendant 10 ans (et oui c'est ca l'industrie) donc on peut difficilement prendre le risque de tout jeter et migrer sur autre chose comme ça.
Payer quelques licences Oracle sur des projets a plusieurs dizaines de millions d'euros ca represente une goutte d'eau.
Accessoirement, je ne viens pas ici pour me faire insulter.
Paradoxalement vous me traitez d'anti MS (ce qui est faux) mais visiblement vu votre signature vous etes un evangeliste donc discussion impossible. Je n'ai aucun parti pris contrairement a vous qui denigrez tout ce qui n'est pas microsoft (auriez vous des interets financiers a leur faire la pub ?).

J'ai juste dit qu'on a ete echaudés sur pleins de technos MS donc on a tendance a essayer de faire comme tout le monde : prendre du libre de partout ou on peut (Postgresql peut etre un jour mais pas les budgets a ce jour pour ne serait ce qu'envisager un debut de migration - ca reste le plus proche d'Oracle malgré tout - c'est uniquement ce que j'ai dit) et ne pas se lancer a corps perdu a la moindre decision de Microsoft.
Oracle a ete notre choix du depart, peut etre pas le bon mais pas le pire non plus lorsque le choix a l'epoque de Sql server s'appelait sybase et etait condamné (d'accord en 10 ans MS a tout reecrit mais nos applis de 1990 sont toujours en PROD a ce jour dans le monde entier - personne d'autre ne pouvait le garantir a l'epoque (et pour le multi plateforme demandé par nos clients il n'y avait qu'Oracle)).
Avatar de StringBuilder StringBuilder - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 15/03/2016 à 13:33
Une anecdote à propos d'Oracle...

En tant que distributeur et intégrateur de solutions ERP, cette expérience concerne un gros industriel français. Projet de plusieurs millions d'euros. Comme dirait kilroyFR, la licence Oracle est "une paille" par rapport au coût en licences du progiciel et du paramétrage.

Ok.

Suite à différents problèmes de performances (vive Oracle et son optimiseur qui préfère faire des full scan plutôt qu'un index seek sur une clé unique), on fait intervenir un DBA.
Il estime que le serveur physique est trop juste, et propose de faire un test sur une ferme de serveurs de virtualisation.
Ok, on coupe le serveur. On bascule sur la ferme.
Il active un certain nombre de paramètres permettant de faire un audit convenable.
Ne remarque au final pas grand chose de spécial.

Sauf un léger détail : "ah ben oui ma pauvre Lucette, on est passé sur une machine physique à 128 cœurs (pourtant, seuls 4 sont accessibles par la VM) et on a dû activer des options de trace disponibles qu'avec le mode de licence le plus cher... et on peut pas faire machine arrière, une fois que c'est activé, même par erreur, on peut plus faire marche arrière".
=> Résultat, la facture en licences Oracle dépassait au final de 10 fois l'ensemble du prix du projet tout entier !

Résultat, obligé de faire une réinstallation complète et perdre 3 semaines de boulot car pas moyen de récupérer les backups effectués sur la nouvelle config.

Vive Oracle quoi...
Avatar de 7gyY9w1ZY6ySRgPeaefZ 7gyY9w1ZY6ySRgPeaefZ - Membre émérite https://www.developpez.com
le 15/03/2016 à 14:11
Tiré de la conférence Data Driven SQL Event de Microsoft ( https://www.microsoft.com/en-us/serv...ta-driven.aspx ) :
Contacter le responsable de la rubrique Accueil