Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Fonction publique : open source ou solution propriétaire ?

Le , par Stéphane le calme

50PARTAGES

11  0 
Open source VS solution propriétaire : quel est le meilleur choix pour la fonction publique ?
Est-il préférable que les autorités locales optent pour des solutions propriétaire ou open source ? C’est une question qui suscite de vives réactions de la part de certains défenseurs au sein de ces deux camps. Tandis que certains parmi ceux qui se prononcent en faveur des solutions open source mettent en exergue les économies qui pourraient être réalisées en se débarrassant des coûts liés aux licences et en réduisant les frais liés à la gestion, les autres avancent que la courbe d’apprentissage des solutions propriétaires est moins longue et, de façon générale, embarque une pléthore de fonctionnalités.

Illustrons l’opposition de ces deux philosophies par des cas pratiques. Tout d’abord rendons nous en Italie, dans la municipalité de Pesaro où, entre 2011 et 2014, 500 employés ont été entraînés à l’utilisation d’OpenOffice. Pourtant, l’année dernière, elle a décidé de retourner à Microsoft et d’utiliser sa suite bureautique sur le Cloud Office 365. Une situation qui a également été observée dans la ville de Munich en Allemagne où était lancé le projet de migration LiMux ; 14 000 ordinateurs équipés de Windows NT devaient migrer vers LiMux (un système d’exploitation dérivé d’Ubuntu) mais également vers la suite bureautique LibreOffice. Le projet, qui a été motivé par les résultats d’une étude qui avançait que la ville aurait ainsi pu économiser des millions d’euros mais également gagner une indépendance vis-à-vis des éditeurs de solutions propriétaires, a officiellement vu ses objectifs atteints en 2013. Pourtant, la ville envisageait d’abandonner Linux pour revenir sur Windows.

Selon une étude récente commandée par la municipalité et Microsoft à Netics Observatory, l’administration aurait été en mesure d’épargner 80 pour cent du prix total en adoptant Office 365, un prix qui englobe le déploiement, le support TIC, et d’autres éléments encore.

Comment l’économie a-t-elle été réalisée ? L’étude avance que « le passage à l’open source, motivé par des raisons d’ordre financier et l’absence d’un coût en licence, a en effet donné lieu à des coûts imprévus de support informatique, de mise en œuvre et de formation, pour une dépense totale de plus de 300.000 € » sans compter le fait que « OpenOffice a été estimé à plus de 500 euros par utilisateur dans les dépenses annuelles, un montant beaucoup plus élevé que celui des dépenses annuelles d’Office qui était estimée à environ 118 euros par utilisateur ».

« Nous avons rencontré plusieurs obstacles et dysfonctionnements relatifs à l’utilisation de fonctionnalités spécifiques », a expliqué Stefano Bruscoli, chef du département Statistiques et Systèmes d’information de la municipalité. « Qui plus est, en raison de l’impossibilité de remplacer Access et partiellement Excel (différentes macros utilisées sur des dizaines de fichiers), nous avons décidé que nous devions garder une solution hybride, utilisant les deux solutions à la fois. Ce mélange a été dévastateur » a-t-il confié. Il faut dire qu’avoir à repaginer et modifier un certain nombre de documents à cause du manque de compatibilité entre les solutions propriétaires et open source s’est traduit par une perte de temps et de productivité considérable. La direction a estimé que, chaque jour, près de 300 employés devaient passer 15 minutes à résoudre ce genre de problème.

Il faut tout de même noter que cette étude n’est pas une étude comparative des deux solutions que sont OpenOffice et Office 365. Si la première solution fonctionne en local et n’a pas de fonctionnalité de collaboration intégrée / activée par défaut, la seconde fonctionne sur le Cloud.

D’après l’enquête « Panorama de l’usage des logiciels libres et open source dans les collectivités locales en France », réalisée par Markess, 25% du patrimoine logiciel des collectivités locales reposait en 2014 sur l’open source et représentait 15% des budgets des directions de l’informatique.



« Les positions sur l’open source évoluent, l’on n’y vient plus uniquement par militantisme mais pour la recherche d’interopérabilité par exemple. Le monde de l’open source s’est professionnalisé, il est sortie de sa phase expérimentale », avance Aurélie Courtaudon, analyste secteur public de Markess.

Dans l’édition 2015 du SILL (socle interministériel des logiciels libres), une liste proposée pour harmoniser l’emploi des logiciels libres au sein de la sphère publique (ministères, agences, collectivités…), Markess y voit une confirmation de l’Etat d’impulser les logiciels libres dans ces services : « les efforts se sont surtout portés sur les logiciels associés au poste de travail ces derniers mois (système d’exploitation, bureautique, navigateur web). La prochaine étape sera les serveurs, les bases de données et les environnements de développement. L’appropriation du libre est également favorisée par les besoins renforcés en sécurité des données face aux attaques extérieures, les solutions libres garantissant l’indépendance technologique » a expliqué Courtaudon.

Notons qu’en juillet dernier, le gouvernement français a apporté son soutien à hauteur de 10,7 millions d’euros dans le cadre d’un programme de R&D pour la compétitivité à un projet de plateforme collaborative à partir de plusieurs solutions open source : services d'édition collaboratifs en temps réel, réseau social d'entreprise, vidéoconférence et etc. La plateforme a aussi été pensée pour accueillir et faciliter la création d'applications. Cette plateforme collaborative, dénommée OpenPaaS, se positionnera en alternative aux solutions collaboratives de Google ou même Microsoft et ne manquera probablement pas de susciter l’intérêt des administrations françaises.

Source : SILL 2015, résultat d'enquête de Netics Observatory (Microsoft News Center Italy)

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ? L'open source est il prêt pour une utilisation dans la fonction publique ? Pourquoi ?

Des solutions open source et propriétaires, lesquelles seraient les mieux taillées pour une utilisation dans la fonction publique ?

forum Libres & Open Source

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de RyzenOC
Inactif https://www.developpez.com
Le 23/08/2015 à 14:24
. Tandis que certains parmi ceux qui se prononcent en faveur des solutions open source mettent en exergue les économies qui pourraient être réalisées en se débarrassant des coûts liés aux licences et en réduisant les frais liés à la gestion, les autres avancent que la courbe d’apprentissage des solutions propriétaires est moins longue et, de façon générale, embarque une pléthore de fonctionnalités.
Opensource ne veut pas dire gratuit

Propriétaire ne veut pas dire que le produit est meilleur qu'une alternative libre et opensource.
16  2 
Avatar de codec_abc
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 23/08/2015 à 15:10
Pour les fonctions publiques, je suis pour l'open source. A mon sens ça permet de garder un regard et un peu de contrôle. Mais comme dit précédemment open source ne veut pas dire gratuit.

D'ailleurs, je me demandais :
-Y a-t-il eu des cas ou des logiciels sont développés par des entreprises privés mais ou le client a demandé à l'entreprise qui développe de publier les sources ?
-Y a-t-il eu des cas ou des particuliers se sont regroupés pour acheter les sources d'un logiciel et continuer le développement eux-mêmes ou le refiler à quelqu'un d'autre parce qu'ils n'étaient plus satisfait des développement ?

PS: peux-t-on enlever le "parce qu'elles ont fait leur preuve" de la réponse concernant les solutions propriétaires. Parce que ça sous-entend que les solutions propriétaires font toujours le boulot attendu et que les solutions open source le font jamais. D'ailleurs si c'est un sondage autant juste laisser les choix possibles et laisser les gens s'exprimer sur la raison de leur vote plutôt que de leur en fournir une de base.
11  1 
Avatar de deusyss
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 24/08/2015 à 7:54
Pour reprendre un exemple simple, que j'utilise dans mes cours: on entend souvent dire que Libre Office ne lit pas à 100% correctement les formats ms office. Avez vous déjà essayer l'inverse (lire de l'ODF sous ms office)? C'est bien pire, quand ça veut bien s'ouvrir. Maintenant considérant que le format ms office est proprietaire et fermé, et que le format ODF est ouvert et sa documentation librement accessible en ligne, une seule chose constatable: le logiciel Open Source, dans ce cas, fait du meilleur travail que le logiciel proprietaire.

Même si par conviction personnelle, j'encourage l'utilisation des logiciels Open Source, objectivement, cela me parait le meilleur choix pour la fonction publique.

En effet, beaucoup de techno utilisée bride l'utilisateur. J'ai en mémoire un exemple vecu tout simple: l'an dernier j'ai changé de voiture. Je me connecte sur le site gouv.fr pour charger le formulaire de destruction de l'ancien vehicule et là... TADAAAAA...

  • impossible d'editer le PDF sous Linux. Ah oui pardon, c’est noté en dessous: EXCLUSIVEMENT Adobe Reader (Il n'y a pas une loi contre ça sur les sites publics? Du moins a une epoque c'était en discussion)=> traduction, sous windows


Résultat, obligé de faire cela chez des amis. Je ne cherche pas à lancer des trolls, juste à rapporter un vecu.

Chacun est libre de faire tourner ce qu'il veut chez lui. Et à partir du moment ou il s'agit d'un service public, la moindre des choses est de respecter un standard ouvert afin que chacun puisse accéder aux données/fichiers avec l'ensemble des fonctionnalités nécessaires. Et cela, c'est principalement l'Open Source qui le peut.
10  1 
Avatar de Wirbelwind
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 23/08/2015 à 17:11
Dans un monde idéal, ça serais mieux. Car le jour où l'entreprise propriétaire d'un logiciel ferme, on fait quoi ? On retrouve par exemple plein de jeu avec DRM dont les serveurs sont inaccessible et donc injouable ...
Mais la réalité : matraquage commercial, l'effet de réseau, et surtout une énorme dose de résistance au changement ( "ça marche tant que ça marche" ).
8  1 
Avatar de Youjin
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 24/08/2015 à 10:03
Je trouve que encore une fois on parle trop de LibreOffice/MSOffice... Qui n'est pas vraiment à l'avantage de l'Open Source...
Au niveau infrastructure par contre je ne comprenais jamais pourquoi l'Open Source n'est pas plus mis en avant. N'avez vous donc pas entendu parler de Bluemind/Zimbra (groupware), XiVo (communication), Centreon (supervision), Alfresco/Liferay (GED/Portail), Amanda/Bacula (sauvegarde), IPA (AD like pour linux capable de ce sync avec AD), Odoo (ERP et bien plus) ?

Pourquoi utiliser du propriétaire dans ces domaines alors que les solutions Open Source sont vraiment prêtes (contrairement à LibreOffice)

Citation Envoyé par deusyss Voir le message

En effet, beaucoup de techno utilisée bride l'utilisateur. J'ai en mémoire un exemple vecu tout simple: l'an dernier j'ai changé de voiture. Je me connecte sur le site gouv.fr pour charger le formulaire de destruction de l'ancien vehicule et là... TADAAAAA...

  • impossible d'editer le PDF sous Linux. Ah oui pardon, c’est noté en dessous: EXCLUSIVEMENT Adobe Reader (Il n'y a pas une loi contre ça sur les sites publics? Du moins a une epoque c'était en discussion)=> traduction, sous windows

Les formulaire sont éditable depuis pas mal de temps maintenant sous Evince (lecteur de pdf de GNOME) par exemple.
6  0 
Avatar de Marco46
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 24/08/2015 à 12:37
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message

Des solutions open source et propriétaires, lesquelles seraient les mieux taillées pour une utilisation dans la fonction publique ?
C'est un faux débat. Le problème c'est le format de stockage des données et l’interopérabilité. Je rajouterai à ça d'éviter les solutions cloud (espionnage trop facile) et de ramener l'exploitation des SI au coeur des admnistrations.

En résumé, le critère de fond doit être la maîtrise complète de bout en bout du système, incluant la maîtrise du format de stockage des données.

Évidemment c'est la solution la plus chère à mettre en oeuvre (investissements importants), probablement pas le plus chère à exploiter par contre.
6  0 
Avatar de FMJ
Membre actif https://www.developpez.com
Le 05/09/2015 à 11:20
Quand on considère la rupture hyper brutale qu'a introduit MS Office 2007 avec son Ruban et le fait que cette pilule amère soit passée pour la plupart des utilisateurs (pas moi, je suis resté sous 2003 ....), il faut arrêter de raconter que le passage de MS Office à LibreOffice serait un traumatisme pour les utilisateurs et les DSI. Je n'ai pas vu une vaste levée de bouclier de leur part quand il a fallu reformer les utilisateurs pour ce fameux Ruban !

Le seul "vrai" problème , c'est l'existant : les documents modèles, les macros, le VBA et certaines fonctionnalités spécifiques. A part Access et dans une moindre mesure Outlook qui sont des cas un peu particuliers (encore que, via DAVMail, Thunderbird offre une certaine compatibilité avec Exchange).
A mon avis, les utilisateurs utilisent en moyenne pas plus de 10-15% des possibilités de MS Office. Et LibreOffice doit supporter 99% de ces fonctionnalités.

C'est très clairement une histoire de (mauvaise) volonté et de lobbying !
7  1 
Avatar de bumblee
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 24/08/2015 à 8:00
Je pense personellement que des solutions open source — ou libres, on chipotera une autre fois — sont préférables dans les administrations publiques. En effet, cela permet de ne pas rester dépendant d'une entreprise quant, par exemple, à la lecture d'un certain format de fichier. Cela lui permet de pouvoir vérifier les sources et d'être, plus ou moins, sûr de ce qu'elle utilise. Cependant, ce qui me chagrine est que beaucoup des administrations sont passées à l'open source en pensant faire des économies. Sur le long terme, peut-être et je n'en suis même pas sûr, mais cela représente forcément un investissement sur le court terme. De plus, la news parle beaucoup de solutions communautaires, contre lesquelles je n'ai rien et que j'aime beaucoup, mais j'aurais préféré que celles-ci se tournent vers une entreprise du genre Novell ou Red Hat qui puisse leur garantir le support mais également les accompagner dans leur transition.
5  0 
Avatar de renoo
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 24/08/2015 à 10:11
Citation Envoyé par codec_abc Voir le message
C'est un peu dommage que ça n'arrive pas en aval. Parce que comme dit après, la pérennité d'un logiciel est quand même meilleur quand celui-ci est open source si l'évolution n'a pas été planifié dès le début. Par exemple, je viens de me faire une partie de Doom et je pense pas que l'installation aurait aussi simple s'il n'avait pas été open source et permis à des moddeurs de le faire sortir de son cadre ms-dos pour l'adapter aux os modernes. Bref, c'est un peu dommage que les personnes qui achètent un logiciel achètent avant tout un binaire et pas les sources. J'aimerai bien voir ce mode de pensée changé.
OpenSource ne signifie pas nécessairement pérenne, beaucoup de projets sont portés par un seul mec, il faut voir comment et qui développe le soft et avec quels moyens. Doom est un jeu mythique et a attiré une foule de joueurs et de développeurs derrière lui, et pour financer IdSoftware et ses developpeurs le jeu a d'abord été un jeu propriétaire qui a généré du cash (et beaucoup). La version libre est aussi beaucoup du au projet de Carmack qui a souhaité que doom soit encore plus largement diffusé et porté sur les os récents (la diffusion large d'un soft est une forte motivation pour les développeurs).
5  0 
Avatar de Zirak
Inactif https://www.developpez.com
Le 25/08/2015 à 8:50
Citation Envoyé par grunk Voir le message

Si je ne me trompe pas le format des documents office est basé sur office open xml qui est une norme tout à fait ouverte et ce depuis quelques années déjà. Suffit d'ailleurs de dezipper un docs pour voir qu'on peut quasi tout lire avec un simple éditeur de texte.
Oui mais à la base, pourquoi faire chier tout le monde avec le format Office Open Xml, alors qu'il existait déjà un format normé et utilisé par les autres, et que tout aurait été compatible directement ?

Que cela soit ouvert c'est bien, que cela soit compatible c'est mieux. ^^
5  0