Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Que faire pour garder en France les emplois du jeu vidéo ?
Le pays a perdu plus de la moitié de ses emplois dans cette industrie

Le , par LittleWhite

0PARTAGES

8  0 
Que faire pour garder en France les emplois du jeu vidéo ?
Ces dernières années, la France a perdu plus de 50 % des emplois de cette industrie

Que faire pour garder en France les emplois du jeu vidéo ? La question est à se poser, lorsque l'on apprend la fermeture d'un studio lyonnais comme Eden Games. Et ce n'est pas le seul. En 2012 les studios suivants ont fermé les portes : Eden Games, Hydravision, Étranges Libellules, Sega France mais ce ne sont pas les seuls, les boutiques Game ont aussi fermé, ainsi que l'éditeur M.E.R. 7 (Joypad, PSM3, Le magazine officiel Nintendo, ...).

La France est pourtant un marché fort dans le domaine. En effet, on estime que 43 % de la population joue aux jeux vidéo et que le pays se place en seconde position dans le marché européen, derrière le Royaume Uni.

En 2008, le gouvernement a mis en place un fond d'investissement valable jusqu'en 2011. Celui-ci a aidé 94 projets avec un budget global de 330 millions d'euros. Fort de ce succès, la France a obtenu l'accord de l'union européenne pour prolonger cette aide sur six nouvelles années.

Bien sûr, cela n'est pas sans rappeler les aides que le Québec et d'autres pays mettent en place pour accueillir et favoriser les acteurs du jeu vidéo.

Il semble que les studios français qui arrivent à émerger s'orientent tous vers le serious gaming, les jeux sociaux, nécessitant un budget réduit par rapport aux jeux AAA. On notera tout de même, qu'en 2012 Arkane Studios a publié son remarquable Dishonored et que pour 2013, le studio Dontnod Entertainment devrait sortir le très attendu Remember Me.

Quelles sont les solutions que vous proposez pour garder les emplois en France ?
Pensez-vous que le pays soit en retard dans ce secteur ?
Avez-vous songé à partir du pays pour votre carrière dans le monde du jeu vidéo ? Pourquoi ?

Source

http://www.assemblee-nationale.fr/14...sp#P582_181362

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de TheGzD
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 25/02/2013 à 12:35
Citation Envoyé par LittleWhite Voir le message
En 2008, le gouvernement a mis en place un fond d'investissement valable jusqu'en 2011. Celui-ci a aidé 94 projets avec un budget global de 330 millions d'euros. Fort de ce succès, la France a obtenu l'accord de l'union européenne pour prolonger cette aide sur six nouvelles années.
Le soucis c'est que ce genre d'aide est distribué à des personnes n'en ayant pas du tout besoin car disposant de fonds propres plus que suffisants ou d'une notoriété assez importante pour lever des fonds autrement qu'en sollicitant une aide publique ...

D'autre part, à l'époque où les jeux qui "marchent" sont jetables et utilisés plus comme n'importe quel "tue le temps" que pour leur intérêt ludique propres, il ne faut pas s'étonner que les studios qui pondent un Xème clone d'un concept dont ils ne sont pas les auteurs, ne survivent pas. Quand on ne fait que du jeu à licence faut au moins veiller à choisir les bonnes.
9  0 
Avatar de camus3
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 25/02/2013 à 14:47
Quelles sont les solutions que vous proposez pour garder les emplois en France ?
+ Récompenser les gens qui travaillent et les patrons qui embauche , en baissant les charges sociales , des 2 cotés.

+ Arrêter de penser qu'on achète la paix sociale à coup d'aides sociales ( donc diminuer les aides et prestas sociales ).

+ Arrêter de pondre des lois qui favorise uniquement les gros , les petits étant condamnés à des rôles de sous traitant - sous payés, en particulier dans tout ce qui touche aux marchés publiques ( général , pas lié aux jeux vidéos ).

+ favoriser l'investissement "productif" ( incitation fiscale ) , ya personne pour investir dans les startups en France , et ce n'est pas le rôle de l'état de distribuer des "aides" empochées par les "copains".

Bref arrêter cette corruption généralisée et les copineries pour toucher des fonds publiques.
11  3 
Avatar de Njörd
Membre averti https://www.developpez.com
Le 25/02/2013 à 17:19
Bonjour,

Je souhaitais juste ajouter mon point de vue sur la tendance actuelle du jeu vidéo.

Il y a quelques années, les jeux vidéos étaient dans une perpétuelle recherche d'améliorer non seulement leur contenu mais aussi leur contenant. ça se traduisait par de nouveaux moteurs graphiques, de nouvelles licences, des jeux long ou "complexe", qui demandait un certain temps pour être pris en main ce qui au final, ajoutais au plaisir de découvrir et finir les jeux.

ça nous a donné des warcraft, des age of empire, des far cry, des deus ex, des homeworld, des metal gear, des raymans, les residents evil, les final fantasy, les halos, ....

De même, j'ai l'impression que certains types de jeu disparaissent petits à petits, notamment la stratégie temps réel.

Aujourd'hui, la demande de la majorité des joueurs c'est de pouvoir jouer rapidement, sans avoir besoin de se prendre la tête à comprendre le pourquoi du comment des commandes pour jouer. Résultat, les jeux d'actions ont la cote et ont nous a resservi encore et encore la WWI et II.

Mine de rien, le monde du jeu à suivi la tendance, et les jeux aujourd'hui apportent vite fait de la qualité, de la nouveauté, et répondent surtout aux besoin : je veux jouer 30min - 1h rapidement et basta.

Du coup, les serious game, les jeux flash, les jeux facebook etc sont ce qui se fait de mieux pour toucher un maximum de public, car le but est de se faire de l'argent comme d'habitude.

En parallèle, il y a eu les mmorpg qui ont eux aussi changé la donne.

Bref, tout cela pour dire, que de mon point de vue, c'est surtout la demande qui a évoluée et qui fait que passé du temps sur un jeu pour faire un nouveau moteur graphique ou créer une nouvelle licence est désormais réservé à une partie seulement des joueurs, et ça, ça ne suffit plus. Même sur les mmo il est difficile de se positionner face au leader WoW où seules des licences totalement différentes comme Eve Online peuvent résister et séduire.

My two cent
9  1 
Avatar de jeroy
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 26/02/2013 à 13:53
Quelles sont les solutions que vous proposez pour garder les emplois en France ?

Les salaires dans le jeu vidéo sont dérisoires : 1700€ net sur Paris, pour un Bac+5, bilingue anglais et dotés de compétences en maths très élevées par rapport à un développeur Web ou SSII. C'est le profil moyen du développeur de jeu vidéo. Faire du Java en SSII peut rapporter jusque 2x plus à compétences équivalentes. Bosser dans le jeu vidéo en région parisienne ne permet plus d'assurer un loyer : le salaire de base est inférieur à celui d'un manutentionnaire intérimaire.

Pensez-vous que le pays soit en retard dans ce secteur ?

Le retard est absolument énorme en terme de formation initiale. On le voit très clairement aux CV des développeurs francais. 100% d'entre eux passent par les universités étrangères pour pouvoir se former. Le problème c'est l'éducation. L'université doit impérativement ouvrir des filières spécifiques, comme c'est le cas ailleurs. Pourquoi rester en France quand on est déjà à l'étranger pour finir son cursus, qu'on y gagne déjà sa vie 2x plus ?

Avez-vous songé à partir du pays pour votre carrière dans le monde du jeu vidéo ? Pourquoi ?

Je quitte la France dans 3 mois. Pour des raisons purement financières : mon salaire est bloqué, il n'évoluera pas plus haut que son niveau actuel. Je suis lead-developer dans le casual/mobile. Il m'a été très facile de trouver rapidement un CDI hors France (dans la journée où j'ai décidé).

Tant que les salaires ne seront pas réévalués (à minima doublés), tant que l'université ne mettra pas en place des filières (courtes et orientées pratique, Bac+2), la fuite des cerveaux continuera. Je compte 3 départs dans mon entourage immédiat en moyenne par mois depuis Septembre 2012. Les étrangers quittent aussi les équipes localisées en France pour retourner chez eux.

Je serai remplacé par un stagiaire. J'ai vu monter CTO un type qui faisait quelques pages de HTML à titre perso, embaucher un développeur sans aucune expérience car il était sans emploi et ami du boss (payé au même niveau que moi malgré les 10 ans d'xp que j'avais...). La situation est catastrophique en terme de RH.

L'avenir est très très sombre pour le jeu vidéo en France depuis 2012. Ce n'est pas dû à un fait politique : les charges sont déjà baissées par le jeu du Crédit Impôts Recherche, JEI, et des subventions conséquentes dont est arrosé le secteur. Il est relativement facile de trouver 100K€ pour ouvrir un studio en France, et de ne payer que très peu de charges. Le problème, c'est que cet argent ne finit pas sur les fiches de paie, mais bien dans les poches des executives. La nécessité absolue est que le Syntec revalorise la grille de salaires de la convention collective, de forcer ainsi la redistribution de cette manne financière vers les échelons hiérarchiques inférieures, de manière à rendre à nouveau attractive l'industrie du jeu vidéo en France.

"When you pay peanuts, you end up hiring monkeys" : le bon mot d'un recruteur étranger vis à vis de la catastrophe française. Il avait bossé en France et en était parti rapidement, assez effaré.
6  0 
Avatar de Dabou Master
Membre expert https://www.developpez.com
Le 25/02/2013 à 20:58
Je vois pas trop pourquoi on se pose la question ici ...
Garder les emplois en France ? Bah encore s'il n'y avait que dans le Jeu vidéo que ça posait problème, on cherche des compromis etc. etc. Au final tout le monde veut quelque chose mais ce sont ceux qui ont le fric qui décident et ils ont décidé d'en gagner toujours plus, c'est comme une maladie qui pourrait corrompre l'homme le plus généreux au monde alors on ne peut pas vraiment trouver de solution sans faire appel à une certaine forme de violence. Mais tout ça ne fait que risquer d'amener un débat infini alors je ne sais pas, peut-être qu'on ne pose pas la bonne question pour que ça devienne un débat intéressant.

Que le pays soit en retard dans ce domaine ... Je vois pas ce que ça peut bien changer, d'ailleurs ça veut dire quoi être en retard dans ce domaine ? Ne pas utiliser les dernières technologies ? Est-ce que ne pas être en retard apporterait une solution à quoi que ce soit (d'ailleurs quel est le problème ? Où ne serait-ce qu'une nouvelle fois un moyen de jouer les coqs "nous les français on est bons dans la conception de jeux vidéo" ?

Quitter le pays pour sa carrière... On dit que l'herbe est toujours plus verte chez le voisin, au final c'est à cause de l'engrais. Pour épargner la compréhension de la métaphore pas très fine : c'est la merde partout.

Pour moi le Jeu vidéo n'est pas fini, je suis toujours joueur et je le resterai jusqu'à la fin, je suis né dedans si bien que ça fait partie de moi et je me battrai continuellement pour espérer un jour arriver à contribuer dans ce domaine. Le fait est que je suis surpris de ne pas voir aborder une seule seconde le sujet du jeu indépendant ici.
Les éditeurs sont là pour faire du frics et virent les studios qui à la base sont là pour créer du rêve (oui on ne peut pas critiquer un studio qui est obligé de s'en tenir à des jeux très communs à cause de la pression exercée par l'éditeur). Pour moi il s'agit d'une certaine prise de conscience générale et d'une maturité dans le regard vis-à-vis d'un aspect du divertissement qui est encore très jeune. Il faudra peut-être attendre la génération suivante, les enfants des vrais joueurs passionnés qui se verront inculquer certaines "valeurs", comme ne pas pirater le pauvre indépendant qui vend son jeu à 5€ et acheter la licence MW3 à 60€ (je dis pas qu'il faut un pirater un plus que l'autre mais il y en a un des deux qui en souffrira beaucoup moins et qui pourtant sera le premier à crier "au viol".

Il n'y a pas d'autre avenir que l'indépendant d'aujourd'hui qui sera le gros studio libre de demain (je n'en vise aucun). Ce ne sera pas des anges, ils seront là pour faire de l'argent, mais peut-être qu'il y aura un peu moins d'irrespect envers le consommateur. Et probablement que ça repartira en ce sens là jusqu'à ce que de nouveaux indépendants débarquent, je verrais bien une forme de cycle continu, ça colle bien avec notre société.

Donc, pour préserver l'emploi en France, moi je ne vois que, à la rigueur, des aides à la création de nouveaux petits studios indépendants contre obligation sous contrat de rester sur le territoire français et de ne pas virer tout le monde quand tout va bien.
On est tous des escrocs, alors ça devrait être à l'état de mettre des fessées quand ça va trop loin, mais il est lui aussi constitué d'escrocs donc je ne vois pas de solution réelle sans quelques têtes coupées pour l'exemple. Et encore, faut-il que ce soient les bonnes têtes qui tombent.
5  0 
Avatar de Dabou Master
Membre expert https://www.developpez.com
Le 28/02/2013 à 0:06
Faut pas perdre de vue que la centralisation "TOUT PARIS", normalement complètement désuète avec les moyens de transports grandement facilités que l'on a depuis bien longtemps et les nouveaux moyens de communication (internet) qui sont maintenant fortement implantés, participe au malheur des gens.
Tout le monde se concentre au même endroit alors que ça pourrait être n'importe où ailleurs en France mais apparemment, dans l'esprit des gens, il n'y a pas de France en dehors de Paris ... C'est désolant et aussi la raison de mon incapacité à trouver du boulot (bon on croise les doigts hein) et moi je suis prêt à sacrifier ma passion (qui serait dans le jeu vidéo mais côté graphisme) pour pas me retrouver dans cette capitale ô combien infâme à mes yeux alors ça en dit long sur ce que je pense de cette idée là (c'est à dire la centralisation).

Les salaires évoqués me paraissent tout à fait corrects, mais apparemment Paris c'est trop cher et je veux bien le croire, mais si les studios ne restaient pas tous bêtement coltinés au même endroit, on n'aurait plus besoin de monter les salaires.
5  0 
Avatar de Squisqui
En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
Le 25/02/2013 à 16:41
L'état a balancé par la fenêtre 3.5M€ à Ubisoft en fin Décembre (c'était Noël) pour qu'il développe plus rapidement un nouveau moteur de jeu pour les futurs consoles.
Il n'y a pas besoin de renifler pour sentir le bullshit (puisqu'une console ne sera ni plus ni moins qu'un PC pour gamer abordable). L'aide ressemble plus à un pot de vin pour qu'Ubisoft ne ferme pas la boutique en France et continue au Quebec...
4  0 
Avatar de zecreator
Membre expert https://www.developpez.com
Le 25/02/2013 à 17:33
Quand on pense que 63% des joueurs mobiles français sont des joueurs de casual games (jeux de réflexion), qui doivent couter 5000€ grand max à produire...

Je suis d'accord avec Njörd, l'industrie du jeu vidéo à prix tellement d'ampleur qu'il n'y a plus de place à la créativité. Je ne suis plus joueur car tous les jeux se ressemblent, sont de plus en plus violents et manque cruellement d'inventivité. Depuis 10 ans, le marché est en boucle sur 3 ou 4 genres. Point. Aucun producteur ne veut prendre de risque.

Moi, je me suis réinstallé Phantasmagoria sous DOSBOX, et bien ça c'était du jeu intéressant...
4  0 
Avatar de jeroy
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 26/02/2013 à 14:17
Il y a de l'argent en France, mais cet argent est utilisé par quelques executives qui font du "shoot & run". Ils ouvrent un studio sur des subventions, le ferme 3 ans après. L'argent est utilisé pour simplement produire un titre de très basse qualité, présenté aux pouvoirs publics pour justifier la subvention, mais qui ne va pas forcément être releasé. Le tout produit par une équipe de débutants+stagiaires+salaires bas.

C'est l'effet pervers des subventions : pourquoi produire de vrais titres exigeant des salaires élévés ? Il suffit de palper les subventions avec une démo, avoir quelques articles de presse, puis fermer et rouvrir en demandant une + grosse subvention sur la base du dossier de presse du jeu précédent ("presque sorti" finalement).

C'est la cause de fermetures des studios périphériques.

Les salaires trop bas poussent les développeurs plus expérimentés à quitter le territoire. Le climat social vieillot chez les grands éditeurs (pas de promotion, hiérarchie forte) refroidit ceux qui se satisfaisent de peu. Paradoxalement c'est en protégeant mieux le salarié, en renforcant son statut qu'on en sortira mieux et en allégeant le management que ça évoluera (cf. Valve).

C'est la cause de l'absence de production de gros titres par les gros studios français sur le territoire même : si le climat est pas fun, le jeu n'est pas fun.

L'ouverture de filières universitaires spécifiques permettraient de disposer de développeurs efficaces, payés correctement si la convention collective évolue. Le relévement des salaires réduirait à néant le Shoot & Run.

Il n'y a pas de problème de délocalisation : ne sont délocalisées que des tâches très subalternes (testing et localisation). Il y a quelques années le coût du travail était effectivement un problème, mais on s'est rendu compte que le off-shore coûtait en réalité aussi cher en terme de management et de QC.
4  0 
Avatar de Grimly
Membre averti https://www.developpez.com
Le 25/02/2013 à 11:42
Je sais que dans l'école où j'ai étudié, les jeux vidéos étaient mal vus de la plupart profs et ils tentaient de nous en éloigner (sauf certains chercheurs qui les utilisaient même jusque pour illustrer leur recherche).

En d'autres termes, le jeu est un sujet tabou dans certaines écoles (pas toutes je l'espère). Pourtant c'est un sujet qui rapporte énormément de sous comme le charme.
4  1