Procès Oracle - Google : le juge chargé de l'affaire est développeur !

Le , par Gordon Fowler

41PARTAGES

31  0 
Cela ne changera certainement rien au fond de l’affaire (qui reste de savoir si une API peut être brevetée ou pas), mais l’annonce a eu son petit effet.

Le juge en charge du procès entre Oracle et Google a réussi sa surprise en reprenant David Boies, l’avocat d’Oracle, sur la question de l’utilisation de « rangeCheck ».

« J’ai, et je continue, à faire du développement dans d’autres langages. J’ai écrit par le passé un millier de fois des blocs de codes du niveau de rangeCheck. J’aurais pu le faire. Vous pourriez le faire vous-même », a ainsi lancé le juge à une salle estomaquée. « Vous ne pouvez pas sérieusement affirmer que copier cela a accéléré l'arrivée sur le marché d’Android. »

Avant de crucifier son interlocuteur : « vous êtes un des meilleurs avocats d’Amérique, comment pouvez-vous imaginer avancer ce genre d’argument ? ».

Un peu désarçonné, l’avocat d’Oracle souhaite « revenir à rangeCheck » sans visiblement comprendre ce que le juge venait de lui dire.

Cette réponse étrange n’a pas manqué de donner lieu à une deuxième volée de bois verts : « rangeCheck ! Tout ce que ça fait c’est de s’assurer que les nombres que vous rentrez sont bien dans une certaine fourchette pour leur appliquer un traitement spécifique. […] Un étudiant pourrait le faire ! ».

L’avocat avoue alors qu’il n’est pas expert en Java et qu’il n’arriverait pas à faire ce genre de chose en 6 mois.

William Alsup, juge dans l'affaire Oracle vs Google

Le juge n’a cependant pas réservé ses foudres qu’à Oracle. L’avocat de Google les a lui-aussi essuyées pour s’être levé sans son autorisation alors qu’il n’avait pas fini de parler. « Vous, je ne sais pas ce que vous avez aujourd’hui. Vous êtes complètement à côté de vos pompes. Asseyez-vous !».

Un partout, la balle au centre, donc. Quant à l'affaire, elle demandera encore de très nombreuses heures de documentation et de débats. Pas sûr que les avocats des deux parties, déjà qualifiés de puériles par ce juge, soient ravis de les passer sous la présidence d'un tel maître de cérémonie.

Source : Law.com, Groklaw

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de loufab
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 20/05/2012 à 19:29
j'aime ce juge !
10  0 
Avatar de tomlev
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 20/05/2012 à 19:36
J'avais vu cette anecdote récemment. Ça fait plaisir de voir cette affaire jugée par quelqu'un qui sait de quoi il parle
11  0 
Avatar de IsiTech
Membre actif https://www.developpez.com
Le 20/05/2012 à 20:16
C'est bon de savoir que le juge possède des connaissances informatiques, et anecdote bien sympathique !
7  0 
Avatar de Franck Dernoncourt
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 21/05/2012 à 0:12
Citation Envoyé par Gordon Fowler Voir le message
Quant à l'affaire, elle demandera encore de très nombreuses heures de documentation et de débats. Pas sûr que les avocats des deux parties, déjà qualifiés de puériles par ce juge, soient ravis de les passer sous la présidence d'un tel maître de cérémonie.
Évidemment, un juge compétent, cela va leur changer.
6  0 
Avatar de _skip
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 21/05/2012 à 9:16
Et surtout qu'il puisse contredire un peu ces avocaillons qui profitent du manque de recul du jury dans le monde informatique pour avancer des trucs clairement bidons comme cette histoire de rangecheck.
13  0 
Avatar de worm83
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 21/05/2012 à 9:51
Au moins cette fois ci ils iront réellement bosser leur dossier au lieu de faire semblant de s'y connaitre en balançant des mots techniques que le commun des juges ne comprennent pas. Ce fait divers prouve une chose, que les brevets sont posés sur tout et n'importe quoi, comme un simple if/else pour vérifier l’intégrité d'un nombre et demander des royalties dessus; WAHOU mais quelle innovation technique !!!!!!!!!!!!!!!!!!! ..... on marche sur la tête.
4  1 
Avatar de Teocali
Membre averti https://www.developpez.com
Le 21/05/2012 à 9:56
I like this guy !

Plus serieusement, je suis interessé : dans quel cadre ce monsieur a-t'il eu a faire du dev' ? Ca rentre pas spécialement dans un cursus juridique, ce genre de compétence

Teocali
2  0 
Avatar de Thorna
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 21/05/2012 à 10:11
Oh là, ne nous emballons pas : écrire un "rangeCheck", comme le dit lui-même le juge, c'est à la portée d'un étudiant. C'est même un des premiers exercices d'un apprenti de 10 ans qui découvre l'informatique et la programmation !
D'un côté, ça montre à quel point le niveau des arguments dans ce genre de procès peut frôler le plancher le plus bas.
D'un autre côté, ça ne veut pas dire non plus que le juge est réellement un expert en informatique, même s'il écrit encore parfois des "milliers" de lignes. Simplement, les avocats devront revoir leur copie et ne pourront plus l'enfumer aussi facilement.
2  0 
Avatar de Traroth2
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 21/05/2012 à 10:17
Le juge met en doute l'un des principaux arguments d'Oracle, ce qui pourrait bien constituer un tournant du procès, mais il a dit à un avocat de Google de s'assoir, donc c'est un partout ?
11  0 
Avatar de douney
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 21/05/2012 à 10:21
Mince si j'avais su je serais millionnaire ! bon je go déposer vite fait un brevet sur ma dernière fonction pour créer un chiffre entre 1 et 100 !
Haha
6  1 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web