Censure d'Internet : la cyber-mobilisation des acteurs de l'IT fait flancher le Senat
Qui ne renonce pas pour autant

Le , par Gordon Fowler

0PARTAGES

17  0 
Mise à jour du 20/01/2012, par Hinault Romaric

La riposte des acteurs du Web et des internautes contre deux projets de loi du Senat et du Congrès américain, semble avoir refroidi les élus qui ne renoncent pas pour autant.

Soutenue par l’industrie du disque et du cinéma, la chambre des représentants américains a procédé à l’étude de deux nouveaux projets de loi SOPA et PIPA (PROTECT IP Act et Stop Online Piracy Ac) sur le « filtrage du web pour en contrôler les contenus illicites ».

Un jour après, environ 10 000 sites, dont Wikipedia, ont décidé de se mettre hors ligne pendant 24 heures ou de censurer symboliquement leurs contenus.

Des milliers d’utilisateurs ont pris d’assaut les réseaux sociaux Twitter, Facebook et Google + pour manifester leur mécontentement à travers Tweets, mises à jour des profils, etc. Pas moins de 7 millions d’internautes ont signé une pétition controversée de Google.

Ces manifestations semblent porter leur fruit et freiner les ardeurs de l’organisme, dont plusieurs élus ont déjà commencé à se désolidariser de ce projet de loi via des tweets et leur compte Facebook. « Merci pour tous les appels, e-mails et tweets. Je m’opposerai à SOPA et PIPA » écrit le sénateur démocrate de l’Oregon Jeff Merkley sur Twitter.

Bien plus, certains élus ayant participé à la rédaction de ces projets de loi ont commencé à retourner leur casquette. C’est le cas du sénateur républicain E. Grassley de l’Iowa et Marco Rubio qui ont retiré leur soutien aux projets qu’ils ont parrainés.

Néanmoins, la chambre des représentants ne cède pas pour autant et pourrait s’orienter vers une révision de cette loi pour protéger les entreprises américaines contre le piratage. On sera fixé mardi prochain après une séance de vote cruciale des élus.

Source : New York Times

Et vous ?

Pensez-vous que ce projet de loi pourra être voté ?

Censure d'Internet : Blackout pour Wikipedia
Et journée de cyber-mobilisation pour les acteurs majeurs de l'IT, dont Google et Mozilla

Une action d’envergure est actuellement en cours sur Internet et Wikipedia a décidé de se mettre hors ligne pendant 24h.



Pourquoi ?

Pour lutter contre un projet du Sénat et du Congrès américain, soutenu par l’industrie du disque et du cinéma, qui vise à instaurer une forme de filtrage du web pour, en résumé, en contrôler les contenus illicites.

SOPA et PIPA (PROTECT IP Act et Stop Online Piracy Act) sont les pendants outre-Atlantique des lois LOPSI et HADOPI en France.

Pour Google, ces lois seraient dangereuses et contre-productives. En instaurant « une censure », elles ralentiraient l’innovation IT et surtout elles ne mettraient pas fin au piratage. Ce que tend à confirmer d’ailleurs une simple extension de Firefox, MAFIAA, dont nous avons parlé ici même.



Cette position est également celle de Mozilla et de plus de 50 acteurs de l’IT comme WordPress qui a décidé, lui, de censurer symboliquement ses blogs.



Twitter, Facebook, LinkedIn, Yahoo !, AOL et eBay, parmi beaucoup d'autres, apportent également de manière plus discrète leur soutien au mouvement.

Bref, le Web américain va connaitre une journée de perturbations qui pourrait également toucher le reste du monde. Et qui pourrait s'étendre à la rue. Fait plutôt rare aux Etats-Unis, des manifestations sont en effet prévues à San Francisco, Seattle et New York.

Ces rassemblements seront-ils des succès ? Les internautes s’intéresseront-ils à ce sujet épineux ou regretteront-ils simplement de ne pas pouvoir faire leurs devoirs (comme le montre de nombreux Tweets relevés par le quotidien 20 Minutes) ?

Cette journée le dira.

Mais même en cas de succès, elle ne sera qu’une première manche dans la lutte contre SOPA et PIPA dont les soutiens sont bien décidés à la faire passer malgré ses très nombreuses oppositions et les menaces de boycotts qui se multiplient.

Côté français, les ayants-droit et les partisans des lois LOPSI et HADOPI regarderont aussi certainement avec beaucoup d’attention ce mouvement de cyber-militantisme.

Rappelons que dès 2006, le chanteur de Kyo avait par exemple publiquement appelé à des mesures similaires en France dans le cadre de « l’Internet civilisé » voulu par Nicolas Sarkozy. « Avec Internet on peut faire n'importe quoi. On peut empêcher ces sites d'être utilisables en France », avait alors déclaré Benoît Poher. Qui concluait : « ils le font bien en Chine ».



Sources :

Listes des entreprises s’opposant officiellement aux lois SOPA et PIPA : SOPA Strike et End Piracy, Not Liberty
Appels à manifester à New-York, à San Francisco et à Seattle
Appel de Google et son billet « Don’t Censor The web »
Appel de Mozilla
20 Minutes
Propos de Benoît Poher rappelés par le Parti Pirate

Et vous ?

Une telle mobilisation vous parait-elle possible en France sur un sujet qui touche à l’IT ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de _skip
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 19/01/2012 à 9:58
Citation Envoyé par Gordon Fowler Voir le message

Pour lutter contre un projet du Sénat et du Congrès américain, soutenu par l’industrie du disque et du cinéma, qui vise à instaurer une forme de filtrage du web pour, en résumé, en contrôler les contenus illicites.
J'aimerai pouvoir croire que tous ces projets de censure qui émergent sont conçus et mis en avant avec les meilleures intentions du monde.

Je ne suis pas un complotiste mais j'arrive pas à m'empêcher de penser que sous prétexte de lutte contre le piratage, on essaie petit à petit d'instaurer des moyens de contrôle de l'information à grande échelle. Ce dont je suis sûr, c'est qu'il y a un très grand nombre de vidéo et de textes sur internet qui n'auraient jamais eu aucune chance d'être publiés dans les médias traditionnels malgré toute la soi-disant liberté de presse de nos pays occidentaux.

J'ai peur qu'une fois les infrastructures en place, on ajoute des petites choses petit à petit, en vendant au public la défense de glorieuses causes de chevalier en armure scintillante, par exemple pour lutter contre le racisme sur internet, l'incitation à la haine sur internet etc... et qu'on finisse avec un monopole de l'information.

Ca a l'air débile comme ça, ça fait complot de domination du monde par Ctulhu et les homme-lézards mais ce n'est pas aussi hors de propos qu'on pourrait le croire et on s'en rapproche petit à petit. Il y a même des personnes très influentes qui critiquent ouvertement l'accès universel à internet (Mr. Rockfeller par exemple).
18  1 
Avatar de Marco46
Modérateur https://www.developpez.com
Le 20/01/2012 à 16:20
Citation Envoyé par Acropole Voir le message

[*]Les études sur les gains/pertes liées au système du piratage sont à prendre avec précautions car pilotées par les ayants droits ou les pro piratage, selon les cas.
Il n'y a pas d'études menées par des pro-piratages. La plupart des études indiquant des pertes sont financées directement par les ayants droits.
Les autres études sont menées par des universitaires et elles donnent des conclusions montrant que le résultat du piratage est au pire neutre pour le marché et au mieux bénéfique.

A moins que pour toi un universitaire soit obligatoirement pro-piratage. Mais une telle assertion serait tout a fait discutable

Citation Envoyé par Acropole Voir le message

[*]Aucune étude sérieuse n'a jamais été menée, à ma connaissance, sur la rentabilité d'un système de diffusion en ligne.
Il manque le mot gratuit. ITunes est extrêmement rentable.

Ceci dit pour étudier cela il faudrait tenter le coup.

Encore que ... Deezer était bien rentable du temps où il était totalement gratuit en libre accès complet.

Donc là aussi discutable.

Citation Envoyé par Acropole Voir le message

[*]Si les bénéfices étaient si importants les majors s'y précipiteraient dessus comme des sauvages affamés.
Le coeur du métier des Majors étant de vendre des copies, il est évident qu'avec des milliards de personnes sur la planète disposant de machines à copier gratuitement (coût nul pour un copier/coller) leur business a du plomb dans l'aile. C'est l'évolution technique qui veut ça. On a pas interdit le moteur à explosion parce que les maréchaux-ferrands perdait leur marché à cause de cette évolution technique. Faut arrêter de déconner un peu.

Le financement des créateurs est un problème différent du financement des dividendes des actionnaires des Majors dont le coeur de métier est de vendre des copies. Ca par contre c'est indiscutable (bien que les Majors s'occupent aussi de production).

Citation Envoyé par Acropole Voir le message

[*]L'auteur d'une oeuvre en est propriétaire. Une oeuvre n'est pas la culture. Tout comme la science fiction n'est pas Star Wars. Or le sujet concerne la diffusion illégale des oeuvres et non pas la censure de la culture.
Pas nécessairement. On peut avoir plusieurs angles d'attaque sur ce problème.

Un parmi d'autres : Les auteurs ne peuvent accéder à la notoriété et devenir bankable que s'ils se plient au chantage des gros éditeurs qui est donnes moi tous les droits sur ton oeuvre contre une part misérable des gains ou restes anonyme et pauvre.

Si on veut résoudre le problème de la rémunération de la création il faudra bien s'attaquer à ce problème là.

Le problème de la rémunération des actionnaires des Majors est marginal. C'est une industrie de dinosaures qui n'a plus lieu d'être dans de telles proportions. Ils sont voués à mourir, question d'évolution technique.

Comme faits indiscutables tu pourrais rajouter que le piratage sur Internet est inexorable à partir du moment où les citoyens sont administrateurs de leurs postes. Tu ne pourras pas stopper ça sans prendre le contrôle des machines des gens. C'est impossible techniquement. Sans rentrer dans le débat de savoir si c'est bien ou mal, c'est comme ça.

Doit y avoir d'autres choses à dire mais faut que j'y retourne.
11  1 
Avatar de Bluedeep
Inactif https://www.developpez.com
Le 18/01/2012 à 12:17
Citation Envoyé par coshibe Voir le message

Par contre ca fait plaisir de voir une telle mobilisation aux Etats Unis, c'est relativement surprenant de la part d'un peuple qui ne manifeste(que ce soit dans la rue ou ailleurs) quasiment jamais et qui ne fait jamais greve.
Cela n'a absolument rien de surprenant : les américains sont très attachés à leurs libertés individuelles, beaucoup plus que les français.

Ce qui est plus surprenant c'est qu'ils ne se soient pas levés contre le patriot act par exemple.
9  1 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 19/01/2012 à 10:15
Skip : je crois que c'est encore plus basique : on a juste à faire à des gens qui craignent pour leur position dominante, et cherchent à contrôler une situation qui leur échappe. Pas de complot, juste des opportunités et des essais pour ne pas être dépossédé du pouvoir.

Mais le résultat est le même.
9  1 
Avatar de coshibe
Membre averti https://www.developpez.com
Le 18/01/2012 à 11:46
Une telle mobilisation en France? mouhaha. Les nazis nous ont occupé que ca à peine changé la vie de certains Français. Alors une loi anti piratage pensez vous. Les Francais sont pour la plupart(on va pas généraliser non plus) passifs et tout à fait heureux comme ca.

Par contre ca fait plaisir de voir une telle mobilisation aux Etats Unis, c'est relativement surprenant de la part d'un peuple qui ne manifeste(que ce soit dans la rue ou ailleurs) quasiment jamais et qui ne fait jamais greve.

Je me rappelle de la periode ou Hadopi etait à l'étude... Les personnes concernées se contentaient de dire que c’était inapplicable, les autres disaient que c'est bien fait pour les pirates...

Trolling.quit();
8  31 
Avatar de Marco46
Modérateur https://www.developpez.com
Le 18/01/2012 à 12:04
Citation Envoyé par Gordon Fowler Voir le message


Pour lutter contre un projet du Sénat et du Congrès américain, soutenu par l’industrie du disque et du cinéma, qui vise à instaurer une forme de filtrage du web pour, en résumé, en contrôler les contenus [présumés] illicites [aux USA].

C'est tout le problème.

Certaines entreprises US contrôlent des TLD majeurs comme .net ou .com qui affectent l'ensemble de la planète.
8  1 
Avatar de coshibe
Membre averti https://www.developpez.com
Le 18/01/2012 à 12:16
Citation Envoyé par vazkeizh Voir le message
Trolling + Godwin dès la 1ère réponse, bien joué.

Cette mobilisation est effectivement impressionnante, mais il faut relativiser par rapport à celle qui avait suivi la proposition d'HADOPI. Là ce qui donne vraiment du volume c'est l'implication de géants du Web qui sont tous américains, et donc directement concernés par cette loi. S'ils étaient français, il y a fort à parier qu'ils se seraient à l'époque dressés contre HADOPI.
Citation Envoyé par wikipedia

Il est intéressant de remarquer la facilité avec laquelle nous établissons des analogies avec Hitler et les nazis, à cause de l'aspect extrême et donc discriminant de ces évènements, c'est une autre chose d'en déduire que toute analogie de ce genre soit nécessairement abusive.
Pour une fois je pense qu'on peut regarder les Francais avec un peu de recul. Les canadiens les premiers(et je suis sur qu'il yen a dans la communauté DVP) confirmeront que les Français sont un peuple de raleurs mais qui rechignent à agir, par peur d'etre mis en avant ou d'assumer leurs convictions. L'illustration de la France occupée était certes extreme, mais ca reflete tout de même la facilité avec laquelle on peut s’accommoder de méthodes anti libertaires.
8  12 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 20/01/2012 à 15:56
Je pense qu'il est nécessaire d'énoncer certains fait indiscutable pour que les choses soient claires pour tout le monde.
  1. Certains téléchargent comme ils respirent, sans acheter quoi que ce soit.
  2. D'autres téléchargent "pour voir" et achètent après, parfois.
  3. Les études sur les gains/pertes liées au système du piratage sont à prendre avec précautions car pilotées par les ayants droits ou les pro piratage, selon les cas.
  4. Aucune étude sérieuse n'a jamais été menée, à ma connaissance, sur la rentabilité d'un système de diffusion en ligne.
  5. Si les bénéfices étaient si importants les majors s'y précipiteraient dessus comme des sauvages affamés.
  6. Les conséquences du piratage en général sont une absurdité puisse qu'on compare l'industrie du cinéma (diffusion en salle, télé, dvd) de la musique (concerts, radios, cd), de la télé (télé, dvd) et du jeu vidéo (dvd uniquement). Les conséquences du piratage sont donc très différentes d'une industrie à l'autre puisse qu'elles n'ont pas les mêmes possibilités de compensations sur des canaux tiers.
  7. L'auteur d'une oeuvre en est propriétaire. Une oeuvre n'est pas la culture. Tout comme la science fiction n'est pas Star Wars. Or le sujet concerne la diffusion illégale des oeuvres et non pas la censure de la culture.
  8. Si Louix XVI avait voté la Hadopi ça n'aurait pas empêché la révolution française...
8  0 
Avatar de coshibe
Membre averti https://www.developpez.com
Le 20/01/2012 à 17:27
Citation Envoyé par Acropole Voir le message
Je sais en tous cas, et par ma propre étude des faits en direct, que quand je dis a certaines personnes que je connais que j'ai ou vais acheter tel ou tel jeu ils me regardent tout d'un coup avec des yeux énormes et ronds de surprise et me disent "Hein, acheter ??".
Alors, ces études universitaires de personnes non impliquées idéologiquement, elles les chiffrent a combien les pertes provoquées par ces personnes là ?
Y'a des bilans pertes/gain ? Ou juste null/gain ?
Dans le second cas il est clair que l'étude est biaisée.
De plus, comme je l'ai dis au point 6 on ne peut pas parler des conséquences du piratage en général sans se tromper parce qu'il touche divers secteurs qui n'ont pas du tout les mêmes moyens de diffusion.
Quand à iTune, il faudrait savoir, un jour les pro piratage disent "on pirate parce que c'est trop cher et de mauvaise qualité, y'a qu'a voir iTune" et maintenant iTune devient un argument pro piratage ?

Dans tes précédents tu restais convainquant, mais là tu généralise à partir de ton cas et c'est dommage. Car quand tu prends pour exemple le monde du jeu video, tu parles d'une industrie encore toute autre que les majors de l'industrie de l'art audio visuel. Pour jouer actuellement la plupart des jeux te demandent nécessairement de valider ta licence en restant connecté sur internet pendant que tu joues(je ne parle pas des consoles), que ce soit pour les MMORPG, les jeux via steam & cie... Donc déja ils trouvent des moyens de s'assurer qu'on va payer.

Ensuite quand tu parles de tes amis qui ne paient pas, la véritable question à se poser est : est ce qu'ils auraient payé autrement? Joueraient-ils vraiment à autant de jeu s'ils n'étaient pas piratables? C'est une question qu'on oublie souvent, mais grace à internet, des gens qui devaient se limiter on desormais accès à TOUT. Donc quand un smicard téléchargent 200 jeux d'une valeur de 60€ chacun est ce que ca représente une perte de profit de 12k€ pour les majors? Je pense que la réponse est evidente, sans internet il n'aurait jamais pu se permettre tout ca.

Si tu veux vraiment savoir ce que représente le manque à gagner, regarde l'évolution des ventes. Actuellement la vente de cd audio est (en nombre) la moitié de ce qu'on faisait en 1999. Et c'est le meme taux qu'en 1985. Mais il faut relativisé. On ne vend plus de cds, mais les e-stores ont pris le relai. Faisant que certains artistes battent des records de vente(J'ai Adele à l'esprit). Meme chose pour le monde du cinema, les ventes de dvd diminuent mais la VoD explose, les entrées au cinema battent des records. Internet ne ruine pas les majors, il change juste le mode de consommation et surtout LE FORMAT.

Il ya toujours eu des pirates(vente de bouquin sous le manteau, cassettes audio copiées, etc...) seulement aujourd'hui le piratage devient plus une sorte de partage des données. Avant tu prêtais ton cd à tes amis pour leur faire profiter, maintenant tu partages une video sur e-donkey.

donc tu as fait ta propre etude, relativise là et analyse un peu plus la situation
8  2 
Avatar de Marco46
Modérateur https://www.developpez.com
Le 20/01/2012 à 19:55
Citation Envoyé par Acropole Voir le message
L'offre légale est surement discutable et améliorable, mais le piratage n'est pas la solution.
Ce que tu veux pas comprendre c'est qu'il n'est pas une solution, il est LA solution pour pallier à une offre légale déplorable. En d'autres termes le piratage est la conséquence de l'offre légale déplorable.

Pour ce qui est du jeu vidéo, avant je piratais. J'ai toujours piraté des jeux depuis que j'ai 10 ans parce que les prix étaient horribles. Et depuis steam (ou d'autres plateformes) je me remets à acheter plusieurs jeux par ans. Et c'est pareil autour de moi.

Donc tu vois mon étude autour de moi montre bien qu'une bonne offre légale est le meilleur rempart au piratage ...
8  3 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web