IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'effort ultime d'Internet Archive pour se sauver dans l'affaire l'opposant à Hachette
Jugée coupable de numérisation et de distribution non autorisée d'œuvres protégées par le droit d'auteur

Le , par Bruno

866PARTAGES

8  0 
The Internet Archive, une institution qui joue un rôle crucial dans l'archivage et la préservation de documents culturels en ligne, est confrontée à un défi juridique majeur. Suite au procès « Hachette v. Internet Archive », où elle a été jugée coupable de numérisation et de distribution non autorisées d'œuvres protégées par le droit d'auteur, l'Internet Archive a fait appel de la décision. Cependant, son dossier final d'appel semble manquer de fondements solides, laissant présager une issue défavorable.

Quatre éditeurs ont intenté un procès à l'Internet Archive, alléguant que la CDL violait leurs droits d'auteur. L'un des aspects les plus critiqués de la décision est la conclusion du tribunal selon laquelle les activités d'Internet Archive sont commerciales, et non pas à but non lucratif. Dans leur plainte, Hachette, HarperCollins, Wiley et Penguin Random House affirment que le programme de prêt numérique contrôlé (CDL) leur a coûté des millions de dollars et constitue une menace pour leurs activités.



L'Internet Archive soutient que son programme relève du « Fair Use » et est donc légal. Pourtant, ses arguments dans son mémoire d'appel soulèvent des questions déconcertantes. Par exemple, l'organisation affirme que son programme ne vise pas à rendre les livres accessibles à tous, malgré avoir lancé une « Bibliothèque nationale d'urgence » qui a effectivement rendu disponible une vaste quantité de livres en ligne. De plus, l'Internet Archive avance que le coût élevé de numérisation et de distribution des livres sans autorisation justifie leur action, une défense qui semble peu convaincante.

Face à cette situation juridique précaire, l'Internet Archive a choisi de s'adresser au public, tentant de susciter l'empathie en présentant l'affaire comme une lutte pour les droits des bibliothèques à l'ère numérique. Cependant, cette stratégie semble déconnectée de la réalité juridique de l'affaire et risque de ne pas être suffisante pour influencer le verdict.

Fondée en 1996 par Brewster Kahle, l'Internet Archive est une bibliothèque numérique à but non lucratif basée aux États-Unis. Elle offre gratuitement un accès à une vaste gamme de documents numérisés, comprenant des sites web, des logiciels, de la musique, des médias audiovisuels et des documents imprimés. En plus de fournir un accès libre à l'information, l'Archive défend également la cause d'un Internet ouvert et libre. Au 4 février 2024, ses collections comprenaient plus de 44 millions de documents imprimés, 10,6 millions de vidéos, 1 million de logiciels, 15 millions de fichiers audio, 4,8 millions d'images, 255 000 enregistrements de concerts, et une archive de plus de 835 milliards de pages web dans sa Wayback Machine. Son objectif principal est de garantir un « accès universel à toutes les connaissances ».

L'Internet Archive permet au public de charger et de télécharger du contenu numérique sur son cluster de données, mais la majeure partie de ses données est collectée automatiquement par ses robots d'indexation. Ces robots travaillent à préserver autant que possible le contenu du web public. L'Archive est également impliquée dans de nombreux projets de numérisation de livres, ce qui constitue l'un des plus grands efforts mondiaux dans ce domaine.

Les Enjeux de la bataille Juridique : l'Internet Archive défend son rôle dans l'ère numérique

Hachette, le troisième plus grand groupe d'édition mondial, est un rassemblement de plus de 200 marques éditoriales dans divers segments de l'édition grand public et de l'éducation. Proposant une variété de contenus écrits et illustrés dans différentes langues et formats, Hachette Livre étend son expertise au-delà du livre traditionnel en s'impliquant dans l'édition de jeux de société et de jeux mobiles. Fondé à Paris en 1826 par Louis Hachette, le groupe a su évoluer et innover au fil des ans, déployant son savoir-faire dans la commercialisation de collections de fascicules dans 15 langues et 38 pays.

Avec une équipe de 7 600 collaborateurs travaillant pour plus de 200 maisons d'édition à travers le monde, Hachette Livre publie en moyenne 15 000 nouveautés chaque année, générant un chiffre d'affaires de 2 809 millions d'euros en 2023. Au cours de ses près de 200 ans d'histoire, les maisons d'édition qui composent aujourd'hui le groupe Hachette Livre ont donné vie à de nombreux chefs-d'œuvre culturels et éditoriaux emblématiques, laissant ainsi une marque indélébile dans le monde de la culture et de l'édition.

Comme c'est souvent le cas, les parties ne sont pas d'accord sur l'objet de cette affaire. Pour sa part, Internet Archive déclare dans son « Statement of the Issue on Appeal » que la question est de savoir « si le prêt numérique contrôlé d'Internet Archive constitue un usage loyal ». Les éditeurs, quant à eux, reformulent la question de manière plus large, ce qui, en combinaison avec leurs arguments dans le mémoire, semble avoir pour but non seulement de tuer la mise en œuvre du prêt numérique contrôlé par IA, mais aussi d'encourager le tribunal à statuer d'une manière qui remettrait en question toutes les autres applications du CDL par les bibliothèques. Selon eux, la question est de savoir « si la violation par IA des œuvres des éditeurs constitue un usage loyal sur la base des théories et des pratiques de CDL d'Internet Archive ».

Ce litige, coordonné par l'AAP, semble être une tentative de saper ce que les bibliothèques font depuis des siècles : prêter les livres qu'elles possèdent déjà légalement. Ironiquement, l'opposition qualifie la CDL de théorie inventée par un « cadre de promoteurs », mais en réalité, c'est le système de licence des éditeurs qui est une invention moderne et inventée. Les œuvres elles-mêmes sont inchangées, mais la nature de la distribution numérique permet aux éditeurs de faire payer les gens d'une nouvelle manière. Rien dans la loi sur le droit d'auteur ne stipule que les licences pour les livres électroniques sont, ou devraient être, le moyen par défaut pour les bibliothèques d'acquérir et de prêter des livres.

Impact sur Internet Archive et les bibliothèques

En avril de l'année précédente, le tribunal du district sud de New York a rendu sa décision finale dans l'affaire Hachette contre Internet Archive, concluant ainsi la phase initiale du procès. Chris Freeland, directeur des services de bibliothèque d'Internet Archive, a déclaré : « Nous ne sommes pas en accord avec la décision du tribunal et avons l'intention de faire appel. En attendant, nous nous conformerons à l'injonction du tribunal ».

Cette affaire concerne exclusivement le programme de prêt de livres. Selon l'injonction, les éditeurs plaignants notifieront à Internet Archive les livres disponibles dans le commerce, et Internet Archive les retirera promptement de son programme de prêt. De plus, le juge Koeltl a également décidé que l'injonction ne couvrirait que les livres disponibles au format électronique, et non l'intégralité du catalogue des livres imprimés des éditeurs. Par ailleurs, Internet Archive a conclu un accord avec l'Association of American Publishers (AAP), stipulant que l'AAP ne poursuivra pas d'autres actions en justice contre Internet Archive pour le prêt numérique contrôlé, sous réserve du respect des mêmes procédures de retrait pour tous les éditeurs membres de l'AAP.

Quant à l'impact de ces décisions finales sur la bibliothèque, Internet Archive estime que cela entraînera une perte significative d'accès à des connaissances précieuses pour le public. Cela signifie que les individus qui ne font pas partie d'une institution prestigieuse ou qui n'ont pas accès à une bibliothèque publique bien financée perdront l'accès à des livres qu'ils ne pourront pas lire autrement. Internet Archive avait indiqué que cette décision ait un jour sombre pour l'organisation, ses utilisateurs et pour toutes les bibliothèques.

Malgré tout, Internet Archive peut poursuivre la numérisation de livres à des fins de préservation et offrir un accès à ses collections numériques de différentes manières, notamment par le biais de prêts interbibliothèques et en fournissant des formats accessibles aux personnes souffrant de déficiences de lecture. Ils peuvent également continuer à afficher de courtes portions de livres dans le cadre de l'utilisation équitable, par exemple des références sur Wikipédia. L'injonction n'affecte pas le prêt de livres épuisés, et Internet Archive continuera de mettre à disposition du public des millions de textes du domaine public sans restriction.

Concernant les frais juridiques, l'AAP a été largement compensée par le paiement du jugement monétaire pour les frais d'avocats et les coûts encourus depuis 2020. L'Electronic Frontier Foundation (EFF), en collaboration avec Morrison Foerster LLP, défendent l'Internet Archive, affirmant que les éditeurs qui ont engagé des poursuites contre l'organisation se trompent. Ils soulignent que les bibliothèques ont déjà versé des sommes considérables aux éditeurs pour les livres de leurs collections imprimées et ont investi des ressources considérables dans la numérisation pour préserver ces textes.

Selon eux, le prêt numérique contrôlé (CDL) permet au public de bénéficier pleinement des livres acquis par les bibliothèques sans poser de nouveaux problèmes aux auteurs ou à l'industrie de l'édition. Ils affirment que les bibliothèques n'ont jamais eu besoin d'obtenir des autorisations supplémentaires ou de payer des frais supplémentaires pour le prêt de livres. De plus, ils soutiennent que les données pratiques montrent que la CDL n'a pas nui et ne nuira pas aux résultats des éditeurs. L'Internet Archive et les nombreuses bibliothèques et archives qui soutiennent la CDL cherchent simplement à servir leurs utilisateurs de manière efficace et efficiente en prêtant des livres un par un, comme elles l'ont fait pendant des siècles. Selon eux, la loi sur le droit d'auteur ne s'oppose pas à cette utilisation équitable et légale, mais la soutient.

L'Internet Archive : un gardien de la culture ou un pirate numérique ?

L'affaire opposant Hachette à l'Internet Archive met en lumière un problème majeur dans le paysage numérique contemporain : la préservation de la culture en ligne face aux droits d'auteur. L'Internet Archive, institution cruciale dans cette lutte, se retrouve maintenant dans une position précaire après avoir été jugée coupable de violations présumées du droit d'auteur. Ce qui est particulièrement troublant, c'est le manque de fondements solides dans le dossier d'appel de l'Internet Archive. Malgré son rôle crucial dans l'archivage et la préservation des documents culturels en ligne, son argumentaire semble faible et insuffisant pour défendre ses actions. L'absence de solides arguments juridiques laisse présager une issue défavorable pour cette institution.

De plus, la conclusion du tribunal selon laquelle les activités de l'Internet Archive sont commerciales plutôt que non lucratives soulève des questions importantes. Si une institution qui se présente comme un gardien de la culture en ligne est en réalité considérée comme opérant à des fins commerciales, cela remet en question son intégrité et sa légitimité. Les plaintes des éditeurs, notamment Hachette, HarperCollins, Wiley et Penguin Random House, mettent en évidence les préoccupations légitimes des détenteurs de droits d'auteur face aux activités de l'Internet Archive. Leur argument selon lequel le programme de prêt numérique contrôlé constitue une menace pour leurs activités financières ne peut être ignoré.


Dans son ensemble, cette affaire met en lumière les défis complexes auxquels sont confrontées les institutions telles que l'Internet Archive dans leur mission de préserver la culture en ligne tout en respectant les droits d'auteur. Elle souligne également l'importance d'une réflexion approfondie et d'une action concertée pour trouver un équilibre entre la préservation culturelle et la protection des droits de propriété intellectuelle.

Finalement, si la décision de justice actuelle est maintenue contre l'Internet Archive, l'organisation pourrait être confrontée à des dommages financiers importants et être contrainte de retirer davantage de contenus en ligne. Cela pourrait également avoir des répercussions sur d'autres projets d'archivage en ligne et inciter l'Internet Archive à explorer d'autres voies légales pour contester le verdict.

Sources : Internet Archive, Authors Alliance, Electronic Frontier Foundation

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Dans quelle mesure les actions de l'Internet Archive peuvent-elles être considérées comme une menace pour les activités financières des éditeurs, comme le prétendent les éditeurs ?

Quels sont les enjeux éthiques soulevés par le fait que les activités de l'Internet Archive soient qualifiées de commerciales plutôt que non lucratives, et quelles implications cela pourrait-il avoir pour d'autres organisations à but non lucratif engagées dans des activités similaires ?

Dans quelle mesure les décisions rendues dans cette affaire pourraient-elles influencer les pratiques futures de préservation culturelle en ligne et les politiques de droits d'auteur dans le paysage numérique ?

Quelles alternatives légales l'Internet Archive pourrait-elle explorer si la décision de justice actuelle est maintenue contre elle, et quelles pourraient être les conséquences de ces alternatives pour ses activités et sa mission ?

Y a-t-il un compromis possible entre la préservation culturelle en ligne et la protection des droits d'auteur, et si oui, quelles pourraient être les stratégies pour parvenir à cet équilibre dans le contexte de cette affaire ?

Voir aussi :

Internet Archive se défend face à Hachette au sujet de sa bibliothèque numérique devant les tribunaux, qui estime que les bibliothèques ne peuvent pas numériser leurs propres collections de livres

Google ne sauvegardera plus l'internet : les pages web mises en cache sont officiellement mortes. Google met fin à une fonctionnalité historique de son moteur de recherche

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 07/05/2024 à 13:54
Soutient complet à Internet Archive, la meilleurs initiative depuis l'apparition du web.

Même s'il est débouté par les éditeurs, il ne faut pas qu'il doive payer des dommages, car son rôle est cruciale dans la préservation du savoir, à commencer par les pages web.

Quand au éditeurs, je voit qu'il y a Hachette parmi eux... Hachette fait probablement parti de ceux qui on fait pression pour instaurer en France une taxe sur le livre d'occasion. Taxe totalement injuste, car la taxe à déjà été payé lors de l'achat du livre. Et le pire, c'est pour un livre tombé dans le domaine publique (sans parler de la situation où même l'édition est tombé dans le domaine publique).
En gros on peut revendre un livre où l’œuvre est dans le domaine publique, l'édition aussi, mais il faut payer une taxe. D'ailleurs les grosses éditions françaises appartiennent au mêmes que les gros médias ; le contenu est de moins en moins qualitatif, comme pour la presse. Du coup, de la même manière que les taxes pour subventionner les médias privés, on impose par la force de subventionner les éditeurs.
3  0