IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Internet des années 90 : quand 20 heures successives en ligne pouvaient être à l'origine du courriel du président d'un organisme fournisseur de services Internet

Le , par Nancy Rey

91PARTAGES

4  1 
Aujourd'hui, alors qu'il semble que tout le monde soit en ligne 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 grâce aux smartphones et à la large bande, il serait étrange que de ne pas être en ligne pendant 20 heures d'affilée. Mais en 1998 c'était différent. À l'époque des lignes téléphoniques en cuivre et des modems d'accès à distance, l'accès à l'internet n'était généralement pas une situation de continuité pour un utilisateur domestique. Chaque ligne téléphonique occupée signifiait qu'un autre client du FAI ne pouvait pas l'utiliser et personne ne pouvait vous appeler non plus. C’est dans ce contexte que Benj Edwards (archiviste et journaliste spécialisé dans l'IA et l'apprentissage automatique) a reçu un courriel que l’on qualifierait de surréaliste de nos jours. « En vérifiant le système ce matin, j'ai remarqué que votre compte était connecté depuis plus de 20 heures. Notre service est illimité, mais nous vous demandons d'utiliser la connexion lorsque vous êtes connecté », commence ce courriel de décembre 1998 du président du fournisseur d'accès à Internet par ligne commutée de l'époque.

Benj Edwards est journaliste spécialisé dans l'IA et l'apprentissage automatique. Et le fait d'être un archiviste de données amateur lui a bien servi au cours de sa carrière d'écrivain spécialisé dans la technologie. Il y a environ huit ans, il a décidé de rechercher dans ses archives d'anciens fichiers de courrier électronique et de les importer dans Apple Mail pour OS X, en les organisant par ordre chronologique afin de pouvoir les consulter en un seul endroit. Il a trouvé des courriels Internet remontant à 1995, lorsqu’il a commencé à utiliser un client POP3 au lieu de Pine. En parcourant des courriels datant de 1998, Edwards a trouvé une curieuse pépite d'une autre époque.


De : Eugene J. Fourney III
Date : 18 décembre 1998 11:21 AM 18 décembre 1998 11:21 AM
Sujet : en ligne pendant 20 heures d'affilée

Je vous remercie d'avoir permis à NetWorks de fournir un service Internet.

Je vous écris parce qu'en vérifiant le système ce matin, j'ai remarqué que votre compte était connecté depuis plus de 20 heures.
J'ai remarqué que votre compte était connecté depuis plus de 20 heures.

Notre service est illimité, mais nous vous demandons d'utiliser réellement la connexion lorsque vous êtes connecté.
connexion pendant qu'il est connecté. Cela n'a pas été le cas à l'occasion avec votre compte.

Nous devons vous demander de prendre des mesures pour vous assurer que vous vous déconnectez après une session. Nos ressources doivent être partagées entre de nombreux clients, et la seule façon d'y parvenir est de fermer la connexion lorsqu'on ne l'utilise pas activement.

Veuillez nous aider en vérifiant les paramètres de votre composeur et en le configurant de manière à ce qu'il se déconnecte après 30 minutes d'inactivité.
Veuillez également décocher l'option de votre programme de messagerie qui vérifie automatiquement le courrier toutes les 10 minutes,
ou réglez-la sur un nombre supérieur à 30 minutes.

Si vous avez besoin d'aide pour localiser ces paramètres ou si vous souhaitez en discuter plus avant, veuillez me contacter à l'adresse suivante
de cette question, n'hésitez pas à me contacter à cette adresse électronique ou à nos bureaux au
518-0351 ou 518-8034.

Gene Fourney
Benj Edwards dit se souvenir vaguement d'avoir reçu cet e-mail et d'avoir pensé que c'était ridicule parce que la connexion était censée être "illimitée". Sa famille payait à NetWorks une redevance mensuelle (un "plan familial" de 24,95 dollars pour trois identifiants) qui leur permettait, à son père, à son frère et à lui, de se connecter à Internet autant qu’ils le voulaient, c'est du moins ce que Edwards pensait.

Edwards a utilisé un fournisseur d'accès à distance, entre 1995 et 2000, ce qui signifie qu’il devait appeler le fournisseur d'accès à l'aide d'une ligne téléphonique en cuivre ordinaire et d'un modem d'accès à distance fonctionnant à une vitesse comprise entre 14,4kbps et 56kbps au fil des ans. Étant donné que la plupart des gens utilisaient également leurs lignes téléphoniques pour parler, on partait du principe que la plupart des appels vers le fournisseur d'accès seraient temporaires. Si votre ligne était occupée, vous manquiez les appels entrants. Dans ce cas, les parents de Edwards avaient installé une deuxième ligne téléphonique exclusivement pour son BBS en 1993 afin qu’il puisse passer autant de temps en ligne que nécessaire sans se soucier de bloquer les appels téléphoniques entrants de toute la famille.

L'un des principaux problèmes avec le courrier électronique était qu'il laissait entendre que Edwards n'utilisait pas sa connexion Internet pendant ces 20 heures. Alors qu’il dit être sûr qu’il utilisait, et pas seulement pour vérifier automatiquement son courrier électronique toutes les 30 minutes, comme le suggère l'e-mail :

Mes premières aventures par modem (avec un BBS) ont eu lieu en 1992, si bien qu'à la fin de 1998, j'avais l'impression d'être un vétéran de l'Internet. Je gérais mon propre site web et celui de l'entreprise de mon père. Je jouais fréquemment à des MUSH, des MUD et Ultima Online, et j'étais également actif sur un chat graphique multi-utilisateur appelé WorldsAway. J'utilisais ICQ pour parler avec mes amis et j'étais classé au jeu de dames sur Yahoo ! Games. Il y avait tant de choses à faire sur l'internet, même en 1998. Mais récemment, je me suis mis à réfléchir : existe-t-il un autre moyen de savoir exactement ce que je faisais ce jour-là ? J'ai la plupart de mes fichiers de l'époque, alors je les ai récemment parcourus et j'ai découvert des journaux d'un MUSH (transcriptions de fichiers texte) datés du 16 décembre et d'un MUD quelques jours plus tard. J'ai également trouvé des captures d'écran de WorldsAway datant de la même époque. Sur WorldsAway, on recevait de la monnaie du monde toutes les heures ou presque où l'on restait connecté, si bien qu'il m'arrivait de tourner au ralenti avec un outil spécial qui vous évitait de vous faire kicker.

Le 18 décembre était un vendredi. Si l'on prend l'heure du courriel (11 h 21) et que l'on soustrait 20 heures, cela signifie que la connexion a commencé vers 15 h 21 le jeudi 17 décembre. D'après un vieux calendrier du lycée que j'ai trouvé, les vacances de Noël devaient commencer le lundi suivant, et le 18 était un jour de rattrapage d'examen, donc j'avais probablement un jour de congé. Il est donc tout à fait possible que je sois resté éveillé toute la nuit du 17 décembre à naviguer sur les autoroutes de l'information.

Les sessions de vingt heures, bien que rares, n'étaient pas rares. Je me souviens en particulier être resté sur un MUSH pendant 20 heures d'affilée vers 1994, alors que j'étais connecté via le Dataswitch de la NC State University (juste avant l'avènement de l'ère des fournisseurs d'accès Internet locaux). Mon premier fournisseur d'accès a été Nando.net, géré par mon journal local The News and Observer à Raleigh, à partir de 1994. En 1996, Nando a décidé de vendre son activité de fournisseur d'accès à MindSpring. Alors que de nombreuses familles ont opté pour MindSpring, mon père a choisi NetWorks, un nouveau fournisseur local qui promettait une transition en douceur et un prix raisonnable pour un accès mensuel "illimité" à l'internet. D'après un courriel que j'ai trouvé dans mes archives, NetWorks comptait environ 2 500 abonnés en 2000.







Le point de vue du fournisseur d'accès

En fouillant davantage dans ses archives, Benj Edwards découvre des courriels similaires de NetWorks ou de son président Gene Fourney datant de 1999 et 2000, faisant référence au fait d'être connecté 24 heures sur 24 sans aucune activité. Un courriel un peu plus ancien, daté du 3 décembre 1998, le remerciait (d'une manière impersonnelle, sous forme de lettre) de « travailler à la réduction de son utilisation », suggérant que la tentative de réduire le nombre d'appelants qui encombraient les lignes téléphoniques était un phénomène courant chez NetWorks.

Apparemment, ce problème s'est également posé à d'autres fournisseurs d'accès à distance à la même époque. Après avoir récemment publié le courriel du 18 décembre 1998 sur Twitter et Bluesky, Edwards commencé à recevoir des commentaires d'anciens employés du fournisseur d’accès internet. Sur Twitter, Jim Antoniou a écrit : « J'ai travaillé pour un petit fournisseur d'accès à distance de 95 à 98 et nous faisions la même chose : avertir les gros utilisateurs de leur consommation. Nous ne le faisions pas souvent, mais nous avions une poignée d'utilisateurs qui ne se déconnectaient jamais. Nous leur suggérions de passer au RNIS, qui offrait une option illimitée ».

Un autre utilisateur de Twitter a écrit : « J'ai travaillé pour un petit fournisseur d'accès à distance à la fin des années 90. Le vendredi soir, les gens appelaient parfois pour se plaindre de signaux occupés si l'un des pools d'accès à distance était plein. Je vérifiais le système et réinitialisais les ports de ceux qui étaient connectés le plus longtemps afin de libérer quelques lignes ».

Même AOL a eu un problème avec les plans Internet illimités. Après être passé d'une facturation horaire à un temps de connexion illimité en octobre 1996, cinq clients en colère ont intenté un procès à AOL parce que l'augmentation de la demande engorgeait les réseaux d'AOL. (Avant cela, AOL était facturé 9,95 dollars par mois avec cinq heures gratuites, plus 2,95 dollars pour chaque heure supplémentaire, ou 19,95 dollars pour 20 heures gratuites, plus 2,95 dollars pour chaque heure supplémentaire).

Benj Edwards souligne : « Il est intéressant de noter que si, en 1998, je me suis d'abord concentré sur l'injustice supposée de ne pas disposer d'un temps d'accès à l'internet "illimité" (ou sur les implications du courrier électronique), aujourd'hui, je comprends les limites de l'occupation d'une ligne téléphonique qui pourrait potentiellement être utilisée par d'autres clients ».

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Avez-vous connu l'internet de cette époque ? Si oui, pouvez-vous partager vos différentes expériences ?

Voir aussi :

« J'ai 30 ans et l'ancien internet me manque », la journaliste Marie Le Conte a publié un livre, dans lequel elle décrit avec nostalgie comment le monde en ligne était meilleur au début du siècle

Un site Web de simulation d'explosion nucléaire vieux de dix ans redevient populaire, les internautes essayant de mesurer les conséquences d'une guerre nucléaire

Petite histoire sur l'évolution des navigateurs web de 1993 à 2020, de la première guerre remportée par IE en passant par l'avènement du web mobile

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de plegat
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 31/07/2023 à 22:54
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message

Avez-vous connu l'internet de cette époque ? Si oui, pouvez-vous partagez vos différentes expériences ?
Roh oui, internet en 98, que du bonheur!
Le modem 56K, franchement, une école de patience...
J'ai connu infonie, les 18 heures gratos d'Oreka, wanadoo ensuite (en forfait 50 heures ou un truc du genre), puis numéricable pour ma première connexion "illimitée" et haut débit... mais là on avait passé l'an 2000.

Avec le design de sites internet de l'époque, avec les trucs volants qui suivaient la souris, des trucs clignotants partout, des associations de couleurs parfois psychédéliques... et installer mon premier linux (une red hat) en full manuel...

Le premier qui dit que c'était mieux avant...
6  0 
Avatar de virginieh
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 01/08/2023 à 8:12
Citation Envoyé par Ehma Voir le message
J'y pense souvent à cette période avec un peu de nostalgie, car, malgré le fait que les connexions étaient pénibles, il me paraissait plus simple de trouver l'information recherchée : aujourd'hui, tout est envahi de pub et de référencements bidon dus au plus offrant. Bref, avant il y avait peu et c'était lent, mais aussi, globalement, l'information était nettement plus pertinente.
Je ne suis pas tout à fait d'accord :
-Pour le premier point il y avait déjà énormément de pubs à l'époque. Sur beaucoup de site en plus des frames tu avais beaucoup de pop-up qui te sautaient sur l'écran. Je trouve que sur beaucoup de sites justement ils ont fait des efforts pour les rendre moins intrusives. Évidement sur certains sites (X, piratages et pseudo information principalement) ça reste très agressif, mais je trouve qu'après les années 2000 beaucoup ont fait des efforts sur ce point en outre on a plus facilement des bloqueurs efficaces. Pour empirer le tout à l'époque internet était déjà lent de base quand tu rajoutais le téléchargement de pubs ça aggravait le phénomène surtout qu'on payait les connections au temps.

-Pour le second point il y avait surtout moins de sites donc il était plus facile de trier.
3  0 
Avatar de jnspunk
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 01/08/2023 à 0:58
Je me souviens en 2000 avec edonkey je téléchargeais une semaine non stop pour une simple iso avec le 56k.
Mon plus lointain souvenir avec internet c'était en 1994 avec un modem 2400 bauds, télécharger des pack d'icones c'était deja bien !
Je suis bien content avec la fibre aujourdhui, il faudrait etre fou pour regretter cette époque.
2  0 
Avatar de nl.smart
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 01/08/2023 à 4:04
Bonjour!

Que de souvenirs !

Écoutez plutôt ça ! C'était le bon temps !

http://corky47.free.fr/ASSET/IMG/WEB...odem_sound.mp3

I'am older than the internet
I'am older than google
I'am older than linux
I'am not older than ibm, apple or microsoft :-)
1  0 
Avatar de binarygirl
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 01/08/2023 à 23:54
C'est vrai qu'à l'époque les contraintes techniques imposaient une certaine sobriété. Il y avait même des sites qui proposaient le téléchargement du contenu pour le visualiser offline
Le matin j'allais à l'univ avec une disquette et je sauvegardais plein de pages pour les consulter à la maison.

Et surtout il n'y avait pas encore le flicage généralisé par des "services de renseignements" qui se font appeler réseaux sociaux ou agences publicitaires... c'était une autre époque.
1  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 01/08/2023 à 7:59
J'y pense souvent à cette période avec un peu de nostalgie, car, malgré le fait que les connexions étaient pénibles, il me paraissait plus simple de trouver l'information recherchée : aujourd'hui, tout est envahi de pub et de référencements bidon dus au plus offrant. Bref, avant il y avait peu et c'était lent, mais aussi, globalement, l'information était nettement plus pertinente.

Je ne dirai pas que c'était mieux avant, parce qu'aujourd'hui, malgré l'information diffuse, il y a des services sublimes et des accès culturels fortement facilités. De plus, internet a démocratisé l'expression et propose une offre alternative inouïe.

Bon, maintenant, écologiquement, c'est une autre histoire....
4  4 
Avatar de Dominik94
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 01/08/2023 à 23:53
les recherches sur internet, de nos jours, sont beaucoup plus faciles à effectuer et donnent des résultats plus pertinents qu'à l'époque. Ne pas oublier que google, fin du siècle dernier, était loin d'être pertinent : nous devions utiliser des meta-moteurs de recherches et, je crois, que je paramétrais 7 ou 8 moteurs sur lesquels chercher.
0  0