IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Un site Web de simulation d'explosion nucléaire vieux de dix ans redevient populaire,
Les internautes essayant de mesurer les conséquences d'une guerre nucléaire

Le , par Bill Fassinou

187PARTAGES

7  0 
Nukemap, un simulateur en ligne d'explosion nucléaire vieux d'une décennie, connaît un regain de popularité, qui coïncide avec les craintes de guerre nucléaire suscitées par l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Des informations issues du site montrent que pratiquement tous les pays disposant d'une connexion Internet ont eu au moins un visiteur sur Nukemap. Le site est en quelque sorte un classique culte, avec plus de 247 millions de "détonations" enregistrées depuis sa mise en ligne en 2012. Les résultats qu'il affiche donnent, comme vous pouvez l'imaginer, à réfléchir - surtout dans le contexte actuel. Les scientifiques craignent l'apocalypse.

Lorsque le président russe Vladimir Poutine annoncé il y a une semaine qu'il a ordonné au département de la Défense de mettre en alerte les forces de dissuasion (comprendre les armes/ogives nucléaires) de la fédération, cela a suscité une vive réaction de la communauté internationale et une panique chez les gens qui ont une idée de ce qu'est une arme nucléaire. Dans la foulée, il semble que plusieurs d'entre eux se sont rués sur Internet à la recherche d'informations sur les conséquences qu'une guerre nucléaire pourrait avoir au XXIe siècle où environ une dizaine de pays, y compris la France, disposent d'ogives nucléaires opérationnelles.



Le principal point de chute des internautes semble être le site Nukemap, un calculateur d'effets nucléaire. Il s'agit en effet d'un site Web qui vous montre les différents rayons de destruction, si une bombe nucléaire explosait à l'endroit donné. Vous pouvez personnaliser la zone de détonation, la taille de la bombe et d'autres détails. Mis en ligne en février 2012 par Alex Wellerstein, historien de la physique au Stevens Institute of Technology aux États-Unis, Nukemap permet aux utilisateurs de modéliser l'explosion d'armes nucléaires (contemporaines, historiques ou d'un rendement arbitraire donné) sur pratiquement n'importe quelle cible de leur choix.

Selon le blogue de Nukemap, une fois que l'utilisateur a spécifié les informations relatives à la détonation, il fait appel à une bibliothèque d'effets nucléaires qui produit des distances pour divers effets de la bombe. Ces distances sont ensuite traduites en coordonnées compréhensibles par l'API Google Maps (soit des cercles de rayon fixe, soit des polygones de retombées plus complexes), puis affichées grâce à l'interface Mapbox. L'estimateur de victimes utilise ensuite une base de données de densité de population ambiante pour demander le nombre de personnes se trouvant à différentes distances du Ground Zero (lieu précis de l'impact au sol).



Il applique par la suite un modèle de victimes à ces chiffres bruts. Selon Wellerstein, qui a publié un article sur le site de la carte interactive : « pratiquement tous les pays disposant d'une connexion Internet ont eu au moins un visiteur sur Nukemap, ce qui est un peu étonnant et accablant, d'autant plus que Nukemap est en anglais ». Depuis sa mise en ligne à ce jour, Nukemap aurait enregistré plus de 247 millions de "détonations" - le site a connu ces 10 derniers jours une hausse soudaine du trafic qui a parfois conduit à son indisponibilité. Selon Wellerstein, il y a parfois des pics soudains d'activité et des moments où l'activité semble constante.

« Au fil du temps, on observe de pics. Ceux-ci vont des moments de crise, comme le test d'un missile par la Corée du Nord ou ce qui se passe actuellement en Ukraine, à des moments plutôt anodins, comme le 70e anniversaire du bombardement d'Hiroshima, où les gens le regardent dans les écoles ou se demandent ce que cela ferait si cette bombe était tombée sur leur ville natale. J'ai constaté que ces moments où les gens utilisent Nukemap avec une crainte existentielle ne sont pas des pics, mais plutôt un plateau qui dure un certain temps », a-t-il déclaré la semaine dernière lors d'une entrevue avec Charlie Warzel de la newsletter "The Atlantic".


L'impact de la "Tsar Bomba" si elle était lancée sur Paris

« Ces événements vous donnent un pic d'utilisation et une très longue queue, et l'utilisation de base augmente régulièrement au fil du temps - le prochain pic est plus important que le précédent », a-t-il ajouté. Wellerstein a également déclaré que l'analyse des résultats montre que les gens utilisent son site de diverses façons. « En matière de résultats préliminaires, j'ai effectué une analyse il y a quelque temps - elle n'est pas à jour, mais elle laisse entrevoir quelque chose de très intéressant. J'ai constaté que les utilisateurs de différents pays l'utilisent différemment. Il y a deux catégories dans la façon dont les gens utilisent Nukemap », a-t-il déclaré.

« La première est le bombardement cathartique, qui consiste à bombarder quelqu'un d'autre. Par exemple, les Américains sont en colère contre la Russie, ils voient donc ce qui se passe quand on le fait à quelqu'un qu'on n'aime pas. La seconde est le bombardement expérimental, qui consiste à s'atomiser soi-même pour voir ce qui se passe si ça m'arrive », a-t-il ajouté. Les 10 pays dont proviennent la plupart des utilisateurs de Nukemap sont les suivants :

  • États-Unis d'Amérique, 14,2 millions d'utilisateurs (34 % du total) ;
  • Royaume-Uni, 2,4 millions (7,5 %) ;
  • Canada, 1,4 million (4,4 %) ;
  • Allemagne, 1,1 million (3,5 %) ;
  • Russie, 1,1 million (3,3 %) ;
  • Australie, 977 000 (3 %) ;
  • France, 856 000 (2,6 %) ;
  • Pologne, 633 000 (1,9 %) ;
  • Espagne, 582 000 (1,8 %) ;
  • Brésil, 572 000 (1,8 %).


Selon Wellerstein, au moment d'essayer les différents types de bombes que propose Nukemap, le choix le plus populaire des utilisateurs est la "Tsar Bomba" (ou roi des bombes en français) avec son rendement maximal (100 mégatonnes de TNT) et plus de 81 millions de simulations à elle seule (37 % du total des détonations). La "Tsar Bomba" est une bombe à hydrogène conçue par l’industrie nucléaire de l'Union soviétique. La Russie en aurait hérité lors de l'effondrement de l'URSS. Bien que l'industrie nucléaire s'est améliorée depuis, elle est aujourd'hui encore considérée comme l'arme de destruction massive la plus énergétique jamais créée.

Sources : FAQ de Nukemap, Interview d'Alex Wellerstein

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Connaissez-vous Nukemap ? Si oui, l'avez-vous déjà essayé ?
En quoi a consisté votre expérience avec Nukemap ?
Pensez-vous qu'il y a un risque de guerre nucléaire en Europe ?

Voir aussi

La société de paiement en ligne PayPal a cessé d'accepter de nouveaux utilisateurs en Russie, Moscou a réagi aux sanctions en empêchant les investisseurs étrangers de quitter le pays

Oracle et SAP suspendent leurs activités en Russie en raison de l'invasion du pays, les sanctions économiques contre la Russie seraient un mécanisme important dans les efforts pour restaurer la paix

AMD et Intel auraient suspendu leurs livraisons de processeurs à usage industriel à la Russie, TSMC pourrait leur emboîter le pas dans les prochaines heures

Le président russe Vladimir Poutine peut faire beaucoup plus de dégâts en Ukraine, et l'administration Biden pourrait priver le pays d'une vaste gamme de produits de basse et haute technologie

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Cpt Anderson
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 07/03/2022 à 16:51
Un p'tit coup de Satan2 et la France n'existe plus. C'est aussi simple que ça !
1  0 
Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 07/03/2022 à 19:28
il faudrait des abris anti atomique dans chaque foyer. En Suisse beaucoup en sont équipé puisque c'était obligatoire pendant la guerre froide.
Je dirais que la suisse est probablement le pays le mieux préparer en cas de conflit nucléaire.
1  0 
Avatar de Escapetiger
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 08/03/2022 à 12:19
Citation Envoyé par Cpt Anderson Voir le message
Un p'tit coup de Satan2 et la France n'existe plus. C'est aussi simple que ça !
Citation Envoyé par 23JFK Voir le message
Quinze "petites" ogives d'un Satan2 valent mieux qu'une grosse tsar bomba.

Ça fait plusieurs fois que je lis Satan2 sur le site, alors selon Wikipedia pour la compréhension de toutes et tous :

RS-28 Sarmat
Le RS-28 Sarmat (en russe : РС-28 Сармат, nommé d'après les Sarmates, surnommé « Satan 2 » par la presse occidentale (car successeur du R-36 (SS-18 Satan)), code OTAN : SS-X-30) est un missile balistique intercontinental de très grande taille développé par la Russie. Ce missile thermonucléaire est propulsé par un moteur-fusée à ergols liquides et possède un dispositif de type mirvage. Il est développé par le Bureau d'étude Makeïev à partir de 2009 pour remplacer le SS-18 Satan. Sa grande capacité de charge lui permet d'emporter jusqu'à dix têtes de forte puissance ou quinze têtes de puissance moindre, ou une combinaison de têtes nucléaires et de contremesures conçues pour tromper les défenses antimissiles. C'est une réponse de l’armée russe au programme Prompt Global Strike américain.
(.../...)
1  0 
Avatar de L33tige
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 08/03/2022 à 12:53
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
il faudrait des abris anti atomique dans chaque foyer. En Suisse beaucoup en sont équipé puisque c'était obligatoire pendant la guerre froide.
Je dirais que la suisse est probablement le pays le mieux préparer en cas de conflit nucléaire.
Le plus dur c'est pas la chute, mais l'atterrissage. Ils sont préparés au conflit mais absolument pas aux retombées. Qui peut envisager vouloir survivre comme un cafard derrière un meuble dans le meilleur des scénarios en survivant à tous nos êtres chers, laissant derrière eux une planète hostile à toute forme de vie, plutôt que de pouvoir mourir sans souffrir. Je préfèrerais largement finir pulvérisé que de manger des MRE dans un bunker pour le restant de mes jours.
1  0 
Avatar de 23JFK
Membre expert https://www.developpez.com
Le 07/03/2022 à 21:16
Quinze "petites" ogives d'un Satan2 valent mieux qu'une grosse tsar bomba.
0  0 
Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 09/03/2022 à 22:47
Citation Envoyé par L33tige Voir le message
Le plus dur c'est pas la chute, mais l'atterrissage. Ils sont préparés au conflit mais absolument pas aux retombées. Qui peut envisager vouloir survivre comme un cafard derrière un meuble dans le meilleur des scénarios en survivant à tous nos êtres chers, laissant derrière eux une planète hostile à toute forme de vie, plutôt que de pouvoir mourir sans souffrir. Je préfèrerais largement finir pulvérisé que de manger des MRE dans un bunker pour le restant de mes jours.
non en vrai les radiations sont pas si terrible que ça, il faudrait juste 1 décennie pour que ça retombe à un niveau vivable.
et meme ceux rester en surface vivrait "normalement", ils auraient juste une esperance de vie 50ans, l'espace humaine survivrait tres bien à une guerre nucléaire tkt, tout come le réchauffement climatique ou chute d'asteroide. Holywood aime exagerer les catastrophe mais en vrai exterminer toute l'espece humaine c'est tres tres difficile

beaucoup vivent déja come des cafards, beaucoup de citadins n'ont jamais vu les étoiles par exemple et passent leurs journée enfermé dans des bureaux
1  2