IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Nous perdons jusqu'à 20 % de notre temps à cause des systèmes informatiques défaillants ou incompréhensibles
Selon les chercheurs des universités de Copenhague et de Roskilde

Le , par Bruno

119PARTAGES

5  0 
Les ordinateurs sont devenus plus performants, mais ils continuent de présenter des problèmes qui font perdre du temps et de l’énergie aux utilisateurs. C’est ce que révèle une étude des universités de Copenhague et de Roskilde, qui a mesuré que les utilisateurs perdent en moyenne 11 à 20 % de leur temps devant leur ordinateur à cause de systèmes défaillants ou incompréhensibles. Les chercheurs estiment qu’il est possible d’améliorer la situation en repensant les systèmes informatiques et en impliquant davantage les utilisateurs dans leur conception et leur développement. Ils rappellent que les frustrations ne sont pas liées à des usages complexes, mais à des tâches ordinaires qui devraient être simples et intuitives. « Il n'y a pas de mauvais utilisateurs de technologies de l'information, seulement de mauvais systèmes », précisent les chercheurs.

Les chercheurs ont fait appel à 234 participants qui passent entre six et huit heures devant un ordinateur dans le cadre de leur travail quotidien. Ils estiment donc qu'il est possible de réaliser des gains importants pour la société en repensant les systèmes et en impliquant davantage les utilisateurs dans leur développement. Ils appellent donc à une meilleure prise en compte des besoins et des attentes des utilisateurs.


Un programme qui s'arrête sans sauvegarder les données ou des systèmes qui nécessitent des procédures illogiques ou qui ne fonctionnent tout simplement pas. L’étude danoise, « s'arracher les cheveux à cause d'un ordinateur qui ne fonctionne pas reste très courant parmi les utilisateurs. » En fait, nous perdons en moyenne 11 à 20 % de notre temps devant notre ordinateur à cause de systèmes qui ne fonctionnent pas ou qui sont si difficiles à comprendre. Et c'est loin d'être suffisant, déclare le professeur Kasper Hornbæk, l'un des chercheurs à l'origine de l'étude.

« Il est incroyable que ce chiffre soit si élevé. Cependant, la plupart des gens éprouvent de la frustration lorsqu'ils utilisent des ordinateurs et peuvent raconter une histoire d'horreur à propos d'une présentation PowerPoint importante qui n'a pas été sauvegardée ou d'un système qui est tombé en panne à un moment critique. Tout le monde sait qu'il est difficile de développer des systèmes informatiques qui répondent aux besoins des gens, mais ce chiffre devrait être beaucoup plus bas, et une chose que cela montre est que les gens ne sont pas suffisamment impliqués lorsque les systèmes sont développés », dit-il.

Le professeur Morten Hertzum, l'autre chercheur à l'origine de l'étude, souligne que la plupart des frustrations sont ressenties lors de l'exécution de tâches tout à fait ordinaires.

« Les frustrations ne sont pas dues au fait que les gens utilisent leur ordinateur pour quelque chose de très avancé, mais parce qu'ils rencontrent des problèmes dans l'exécution de tâches quotidiennes. Il est donc plus facile d'impliquer les utilisateurs dans l'identification des problèmes. Mais cela signifie aussi que les problèmes qui ne sont pas identifiés et résolus frustreront probablement un grand nombre d'utilisateurs », explique Morten Hertzum.

Les participants à l'enquête ont également répondu que 87 % des problèmes pouvaient se reproduire. Selon Kasper Hornbæk, nous rencontrons aujourd'hui les mêmes problèmes fondamentaux qu'il y a 15 ou 20 ans. « Les deux catégories de problèmes les plus importantes concernent toujours les performances insuffisantes et le manque de convivialité », déclare-t-il. Morten Hertzum ajoute : « Notre technologie peut faire plus aujourd'hui, et elle s'est également améliorée, mais en même temps, nous attendons plus d'elle. Même si les téléchargements sont plus rapides aujourd'hui, ils sont encore souvent perçus comme étant d'une lenteur frustrante. »

Repenser la conception des systèmes informatiques pour réduire les problèmes rencontrés par les utilisateurs

Selon Statistics Denmark, 88 % des Danois ont utilisé des ordinateurs portables, des smartphones, des tablettes ou d'autres appareils mobiles au travail en 2018. Dans ce contexte, la nouvelle étude indique qu'une demi-journée à une journée entière d'une semaine de travail normale peut être gaspillée en raison de problèmes informatiques.

« Il y a beaucoup de productivité perdue sur les lieux de parce que l'ordinateur ne fonctionne pas comme il le devrait. Cela entraîne également beaucoup de frustrations pour l'utilisateur individuel », déclare Kasper Hornbæk. Cela signifie que la société aurait tout à gagner à ce que nous rencontrions moins de problèmes devant nos ordinateurs. Selon Kasper Hornbæk, ces avantages peuvent, par exemple, être obtenus si davantage de ressources sont investies pour repenser la manière dont les erreurs nous sont présentées sur l'ordinateur.

Les développeurs informatiques devraient impliquer davantage les utilisateurs lors de la conception des systèmes afin de les rendre aussi faciles à utiliser - et à comprendre - que possible. Car, selon les chercheurs, il n'y a pas de mauvais utilisateurs de technologies de l'information, seulement de mauvais systèmes.

« Lorsque nous sommes tous entourés de systèmes informatiques que nous maudissons, il est très sain de constater que ce ne sont probablement pas les utilisateurs qui posent problème, mais ceux qui créent les systèmes. L'étude montre clairement qu'il y a encore beaucoup de place pour l'amélioration, et nous espérons donc qu'elle permettra de mettre davantage l'accent sur la création de systèmes plus conviviaux à l'avenir », conclut Kasper Hornbæk.

L’étude des chercheurs danois met en lumière les difficultés rencontrées par les utilisateurs d’ordinateurs dans leur travail quotidien. Elle suggère des pistes intéressantes pour améliorer la qualité et l’efficacité des systèmes informatiques, en se basant sur les besoins et les attentes des utilisateurs. Cependant, elle ne prend pas en compte certains facteurs qui peuvent influencer la performance et la satisfaction des utilisateurs, tels que le contexte organisationnel, la formation, le soutien technique ou la motivation. Elle ne précise pas non plus comment mesurer et évaluer les gains de productivité et de convivialité obtenus grâce aux solutions proposées. Il serait donc utile de compléter cette étude par d’autres recherches qui tiendraient compte de ces aspects.

Source : University of Copenhagen

Et vous ?

Les résultats de ses recherches sont-ils pertinents ?

Partagez-vous l'avis selon lequel « il n'y a pas de mauvais utilisateurs de technologies de l'information, seulement de mauvais systèmes » ?

Comment impliquer les utilisateurs dans la conception et le développement des systèmes informatiques, tout en respectant les contraintes de temps, de budget et de sécurité ?

Voir aussi :

« Dans 5 ans, il n'y aura plus de programmeurs humains », prédit le PDG de Stability AI, qui ravive le débat sur la possible prise de pouvoir de l'IA dans la filière du développement informatique

88 % des entreprises affirment que la durabilité environnementale a une influence importante ou modérée sur leur approche du traitement des données en fin de vie (EOL data), selon Blancco Technology

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de SQLpro
Rédacteur https://www.developpez.com
Le 05/07/2023 à 15:59
Exemple parfait, le site web de vente en ligne de billet TGV, l'un des sites web marchand français les plus pourris...

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer...

Vous voulez aller de Paris à Marseille ? Très facile... Devinez par quoi commencer votre saisie ? Non, vous ne savez pas ??? Par Marseille bien sûr, puis il faut saisir Paris !

Vous avec une carte de fidélité ? Sympa, le site ne vous présentera que les trajets auquel vous avez droit avec votre carte. S'il existe un trajet moins cher, il faut retirer la carte et vous faisant passer pour quelqu'un d'autre et recommencer toute votre saisie...

Vous réitérez la même demande plusieurs fois en 5 minutes, vous aurez la surprise de voir de temps à autres une disparité inquiétante des offres ! Certains trains sont-ils passé dans un tunnel spatio-temporel un court instant ?

Vous voulez une facture de votre achat ? Elle ne sera disponible que dans plusieurs jours...

A +
6  0 
Avatar de philouZ
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 07/07/2023 à 7:37
Il est en effet très fréquent d'avoir des logiciels mal conçus. Les développeurs ont un réel problème d'ergonomie au niveau de leur développement. Ils n'ont très souvent pas la vision de l'utilisateur.
J'ai rencontré ca tellement de fois. Cependant les éditeurs sont également responsables de ça. Même si certaines sociétés utilisent des ux/ui, ces gens là n'ont pas non plus la vision de l'utilisateur car ne connaissent pas le métier de l'utilisateur. Les projets étant en plus dirigé par le profit, l'ergonomie devient bien souvent le cadet des soucis de l'éditeur. Il faut que ça sorte et vite.
Tout un chacun ayant fait 3 sites web pense être un dieu en ergonomie.
Comme le dit SQLPro, quand on commence par la fin pour finir par le début, c'est qu'il y a un sacré problème.
Dans ma petite carrière de développeur en gestion (+ de 20 ans), j'en ai vu passé des grosses bouses.
Il y a peu encore j'ai croisé la route d'un logiciel ou pour ouvrir les fiches clients ou articles c'est d'une lenteur incroyable. Et bien l'éditeur arrivé à répondre que c'est tout a fait normal et que ce n'est pas si lent. Ils n'ont aucune vision du côté utilisateur. Et pour compenser ces lenteurs ils font acheter des serveurs surpuissants qui bien évidemment ne peuvent pas régler ce problème.
Donc en résumé, le jour où les éditeurs prendront conscience du problème et que les développeurs seront sensibilisés à l'ergonomie alors ce jour là il sortira des logiciels fonctionnels et intuitifs.
5  0 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 10/07/2023 à 13:34
Dans certains cas, si la bdd est mal modélisée, on pourra ajouter tous les index qu'on veut ou tenter de réécrire la requête, ce sera vain.
Typiquement : cas des tables obèses, source d'index pléthoriques, de redondances et de contentions.
2  0 
Avatar de binarygirl
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 07/07/2023 à 18:21
En partie, ça doit être dû au manque de testing aussi.

Il faut tester une application dans des conditions défavorables pour évaluer son degré de stabilité et de fiabilité.

Avec des petits volumes de données, l'application peut fonctionner correctement, mais en production avec des gros volumes les performances chutent.
Exemple typique: une base de données mal conçue ou sans index, ou un algorithme qui "scale" mal.
Très souvent, la réponse sera effectivement d'allouer davantage de ressources, plutôt que d'améliorer la performance du code.

Le développeur est généralement mal placé pour mettre à l'épreuve une application qu'il a conçue, il faut que ça soit fait par d'autres.

Pour ce qui est des sites web, je crois que dans certains cas la contre-ergonomie est voulue: le but est que le "client" passe plus de temps que nécessaire sur le site pour qu'il consomme de la pub.

De mémoire, le site d'OVH est particulièrement mal fichu (l'espace admin). Les entreprises qui ont une position dominante ne ressentent sans doute pas le besoin de se remettre en question avec autant d'acuité que leurs plus petits concurrents.
1  0 
Avatar de AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 07/07/2023 à 19:22
Citation Envoyé par binarygirl Voir le message
Exemple typique: une base de données mal conçue ou sans index, ou un algorithme qui "scale" mal.
Très souvent, la réponse sera effectivement d'allouer davantage de ressources, plutôt que d'améliorer la performance du code.
En tant que dba, combien de fois je l'ai entendu celle-là ! « TON serveur a un problème ! »
Généralement, je réécris la requête ou j'ajoute un index et le problème s'envole...
1  0 
Avatar de fredinkan
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 10/07/2023 à 16:39
Citation Envoyé par escartefigue Voir le message
Dans certains cas, si la bdd est mal modélisée, on pourra ajouter tous les index qu'on veut ou tenter de réécrire la requête, ce sera vain.
Typiquement : cas des tables obèses, source d'index pléthoriques, de redondances et de contentions.
Ce que déplorent nombre de DBA avec les outils comme hibernate qui peuvent parfois générer des entités (tables ou vues dans les 2 cas j'y ai vu des soucis), requêtes extrêmement mal optimisées (si t'as mal configuré ton truc ..) ou comme dit AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ avec des indexes manquants.
On nous vend des profils devops qui n'en ont que le nom et ont vite tendance à nous faire des énormités sur les DB qu'ils accèdent ...
1  0 
Avatar de binarygirl
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 10/07/2023 à 18:54
Plus haut, on a parlé des sites mal foutus qui font perdre du temps, et c'est vrai que les exemples ne manquent pas. Par exemple, les formulaires qui ne retiennent rien en cas d'erreur et obligent à saisir tout à nouveau, ou bien les formulaires qui se plaignent que certaines données sont invalides mais ne disent pas lesquelles, ou ne disent pas le format attendu (eg numéro de téléphone).

Ils posent aussi des problèmes de performance.
Quand je vais sur certains sites, je constate que la consommation CPU monte (je l'entends au ventilateur qui s'emballe). Je regarde dans le gestionnaire de tâches, et je vois que c'est Firefox (Précision: je suis sous Linux).
Or, Firefox dispose de son propre gestionnaire de tâches, ce qui est pratique pour voir les onglets qui consomment de la mémoire et de la CPU. Du coup, on ferme l'onglet/fenêtre incriminé et tout rendre dans l'ordre. Je suppose que c'est du JS ou un truc de ce genre (ça ne peut pas être à chaque fois du mining de bitcoin).

Je m'interroge sur la consommation d'électricité engendrée par ces sites, à l'heure de la soi-disant sobriété énergétique
1  0 
Avatar de Escapetiger
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 10/07/2023 à 21:16
Citation Envoyé par binarygirl Voir le message
Ils posent aussi des problèmes de performance.
Quand je vais sur certains sites, je constate que la consommation CPU monte (je l'entends au ventilateur qui s'emballe). Je regarde dans le gestionnaire de tâches, et je vois que c'est Firefox (Précision: je suis sous Linux).
Or, Firefox dispose de son propre gestionnaire de tâches, ce qui est pratique pour voir les onglets qui consomment de la mémoire et de la CPU. Du coup, on ferme l'onglet/fenêtre incriminé et tout rendre dans l'ordre. (.../...)
Sous Linux ici également avec un portable de 10 ans d'âge, reconditionné avec un SSD, j'utilise dans ces cas d'autres navigateurs en navigation privée, comme ceux ci-après (liens Wikipedia) :

Selon son créateur, le logiciel serait 40 % plus rapide que Google Chrome sur les ordinateurs et quatre fois plus rapide sur les smartphones. Cette plus grande rapidité est due aux éléments qu'il ne charge pas (pisteurs, cookies tiers et publicité en ligne) *
Brave (navigateur web) (* réglages désactivés sur dvp )

LibreWolf is a free and open-source web browser and fork of Firefox with an emphasis on privacy and security (.../...)
Librewolf

It is reported to consume fewer system resources than the major general purpose browsers like Firefox and Google Chrome (.../...)
Falkon
Pour ce dernier, sur certains sites, il arrive, avec ma version (un peu ancienne) que l' interface ne donne pas satisfaction et/ou que le site signale une version obsolète

Etc.
0  0