IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Neuralink, la société d'Elon Musk spécialisée dans les implants cérébraux, aurait transporté des implants cérébraux couverts d'agents pathogènes,
Une enquête est en cours

Le , par Bruno

252PARTAGES

3  1 
La recherche sur les virus et bactéries dangereux est importante, mais pour les agents pathogènes les plus mortels, il n'est pas certain que les avantages en valent les risques. Le ministère américain des Transports a déclaré qu'il enquêtait sur Neuralink, la société d'Elon Musk spécialisée dans les implants cérébraux, en raison du transport potentiellement illégal d'agents pathogènes dangereux. Des allégations selon lesquelles Neuralink aurait transporté illégalement des implants prélevés sur des animaux décédés et infectés par des agents pathogènes reposent sur les déclarations du Physician's Committee of Responsible Medicine (PCRM).

« Au nom du Physicians Committee for Responsible Medicine, de nos 17 000 médecins membres et de nos 175 000 membres au total, nous vous écrivons pour demander que le ministère américain des Transports ("DOT") enquête sur la société de dispositifs médicaux Neuralink pour violation de la loi fédérale sur transport de matières dangereuses et lui inflige une amende en conséquence », écrit le PCRM.

Neuralink est une startup américaine neurotechnologique qui développe des implants cérébraux d'interfaces neuronales directes, cofondée par Elon Musk. La société vise à développer des composants électroniques pouvant être intégrés dans le cerveau, par exemple pour augmenter la mémoire ou piloter des terminaux, et éventuellement pour mieux marier le cerveau et l'intelligence artificielle.


En début 2022, Neuralink, a publié une offre d'emploi pour un directeur d'essais cliniques, un poste qui pourrait aider l'entreprise à progresser vers son objectif déclaré de tester son implant cérébral sur des hommes. « En tant que directeur des essais cliniques, l’employé travaillera en étroite collaboration avec certains des médecins et ingénieurs de pointe, ainsi qu'avec les premiers participants aux essais cliniques de Neuralink », indiquait l’entreprise dans son offre. Il dirigera et aidera à mettre sur pied l'équipe chargée de faciliter les activités de recherche clinique de Neuralink et de développer les interactions réglementaires qui accompagnent un environnement en constante évolution et au rythme rapide. Vous êtes motivé par votre mission et êtes capable de respecter des délais serrés avec précision et efficacité. »

Les violations présumées auraient pu exposer les humains à des germes dangereux, notamment des bactéries résistantes aux médicaments et un herpèsvirus potentiellement mortel. Plus précisément, la commission déclare que parmi les maladies dangereuses trouvées sur les implants, on a :

  • les bactéries Staphylococcus et Klebsiella, qui peuvent causer des pneumonies, des infections sanguines, des infections du site chirurgical et des méningites ;
  • Corynebacterium ulcerans, une maladie courante chez les macaques rhésus et un pathogène humain émergent qui peut causer la diphtérie mortelle ;
  • le virus de l'herpès B.

Depuis son lancement public en 2017, Neuralink a fait la démonstration de son implant cérébral sur des porcs et des singes, mais n'a pas encore annoncé le début des essais sur l'homme promis depuis longtemps. L'implant de la société est un dispositif en forme de pièce de monnaie avec des électrodes cloutées sur des fils fins et flexibles. Ces fils constituent la principale innovation par rapport aux interfaces cerveau-machine plus anciennes, qui utilisent des aiguilles plus rigides susceptibles d'endommager les cellules du cerveau.

Reuters a été le premier à faire état de l'enquête du ministère, qui a été déclenchée par des allégations portées par le Physicians Committee for Responsible Medicine (PCRM), un groupe médical qui défend le bien-être des animaux dans la recherche médicale. Selon Musk, les puces cérébrales de Neuralink rendront un jour les humains « hyperintelligents » et permettront aux personnes paralysées de remarcher.

La société continue d'exploiter des installations de recherche en Californie et au Texas, ses actions posaient un risque sérieux et continu de poser un risque pour la santé publique. Neuralink continue d'employer le neurochirurgien qui a supervisé les expériences au cours desquelles les violations ont été commises et peut employer d'autres personnes qui ont été impliquées de la même manière.

Le Comité des médecins a déjà fait remarquer que les dispositifs implantés comme ceux de Neuralink s'accompagnent d'une myriade de problèmes, notamment la difficulté de les réparer et un potentiel élevé de complications médicales graves chez les patients. Le groupe demande instamment à Neuralink de mettre immédiatement fin à ses expériences sur les animaux et de se concentrer sur l'amélioration des interfaces cerveau-machine non invasives.

Le groupe constitué de médecins demande au secrétaire du ministère américain des transports (DOT), Pete Buttigieg, d'enquêter sur la société d'implants cérébraux d'Elon Musk, Neuralink, pour violation des lois fédérales sur les matières dangereuses.

Neuralink aurait transporté des produits « contaminés »

Les dossiers publics récemment obtenus par le Physicians Committee for Responsible Medicine, l’organisme à but non lucratif spécialisé dans l'éthique médicale, révèlent que des employés non formés de Neuralink ont transporté des produits « contaminés » qui avaient été retirés du cerveau de singes "infectés" sans les emballer de manière sûre.

Les produits peuvent également avoir été contaminés par Corynebacterium ulcerans, un « agent pathogène humain émergent » reconnu qui peut provoquer une diphtérie mortelle. En outre, les produits provenaient du cerveau de singes qui pouvaient souffrir d'une méningite bactérienne et avoir été infectés par l'herpès B, qui peut « entraîner des lésions cérébrales graves ou la mort si vous ne recevez pas de traitement immédiatement », selon les Centres américains de contrôle des maladies.


Les incidents, qui se sont produits en 2019, ont suscité l'inquiétude du personnel de l'Université de Californie, Davis, où Neuralink a mené des expériences invasives et mortelles sur des macaques rhésus jusqu'en 2020. Le macaque rhésus, aussi appelé singe rhésus, est l'une des espèces de singes les plus connues notamment à travers une sexualité débordante permettant une large reproduction, et ainsi un grand nombre de sujets permettant une étude représentative de la population des macaques rhésus.

Relativement facile à élever en captivité, le singe rhésus a été souvent utilisé pour des recherches médicales ou biologiques. Outre les expériences sur le sang, il a servi dans les expériences bien connues du psychologue Harry Harlow dans les années 1950 sur la privation maternelle.

Le Comité des médecins a déjà obtenu les dossiers médicaux des singes dans le cadre d'un procès d'intérêt public en cours contre UC Davis. Ces dossiers suggèrent que les dispositifs transportés ont pu être contaminés par des agents pathogènes résistants aux antibiotiques, notamment Staphylococcus et Klebsiella, qui peuvent provoquer des pneumonies, des infections sanguines et des méningites.

Dans un courriel, un employé de l'UC Davis (l'université de Californie à Davis, une université publique située à Davis, en Californie ) a écrit à Neuralink : « Étant donné que les composants matériels du dispositif neuronal explanté ne sont pas scellés et qu'il n'a pas été désinfecté avant de quitter l'[université], cela présente un danger pour toute personne pouvant entrer en contact avec le dispositif. Le simple fait de le qualifier de "dangereux" ne tient pas compte du risque de contracter l'herpès B. » « Les dispositifs étaient revenus [à l'université] dans une boîte ouverte », soulignant que « nous en faisons tout un plat parce que nous sommes inquiets pour la sécurité humaine », ajoute-t-il.

« Les dossiers suggèrent que les pratiques négligentes de Neuralink constituent un danger pour la santé et la sécurité publique », déclare Deborah Dubow Press, avocate générale associée du Comité des médecins. « En plus d'enquêter sur les incidents survenus à UC Davis, le DOT devrait examiner minutieusement les pratiques de sécurité dans les installations de Neuralink en Californie et au Texas, où des expériences sur les animaux sont en cours. »

Ryan Merkley, directeur de la défense de la recherche au Physicians Committee, a ajouté : « Combien d'agences fédérales doivent enquêter sur Musk et Neuralink avant qu'ils ne fassent le ménage ? ». Il a souligné les enquêtes ouvertes sur la société par le ministère américain de la Justice et le bureau de l'inspecteur général du ministère américain de l'Agriculture. En décembre, le Comité des médecins a demandé à la Food and Drug Administration américaine d'enquêter sur Neuralink pour violation des réglementations relatives aux « bonnes pratiques de laboratoire ».

L'histoire révèle que des agents pathogènes mortels ont échappé au laboratoire

En 1977, le dernier cas de variole a été diagnostiqué à l'état sauvage. La victime était Ali Maow Maalin, de Somalie. L'Organisation mondiale de la santé a recherché toutes les personnes avec lesquelles il avait été en contact direct afin de vacciner toutes les personnes à risque et de trouver celles qui auraient déjà pu attraper le virus. Heureusement, personne ne l'a fait. Maalin s'est rétabli, et la variole semblait avoir disparu à jamais.

Ce moment est arrivé à la fin d'une campagne de plusieurs décennies visant à éradiquer la variole - une maladie infectieuse mortelle qui tuait environ 30 % des personnes qui la contractaient - de la surface de la Terre. Environ 500 millions de personnes sont mortes de la variole au cours du siècle qui a précédé son éradication. Mais en 1978, la maladie est réapparue - à Birmingham, au Royaume-Uni. Janet Parker était photographe à l'école de médecine de Birmingham.

Lorsqu'elle a développé une effroyable éruption cutanée, les médecins ont d'abord cru à la varicelle. Après tout, tout le monde savait que la variole avait été chassée du monde. L'état de Parker s'est aggravé et elle a été admise à l'hôpital, où des tests ont révélé qu'elle avait bien la variole. Elle en est morte quelques semaines plus tard. Il s'est avéré que le bâtiment dans lequel travaillait Parker abritait également un laboratoire de recherche, l'un des rares où la variole était étudiée par des scientifiques qui tentaient de contribuer à l'effort d'éradication. Certains journaux ont rapporté que le laboratoire était mal géré et que d'importantes précautions avaient été ignorées en raison de la précipitation.

(Le médecin qui dirigeait le laboratoire s'est suicidé peu après le diagnostic de Parker). D'une manière ou d'une autre, la variole s'est échappée du laboratoire pour infecter un employé ailleurs dans le bâtiment. Grâce à une réaction rapide des autorités sanitaires, notamment la mise en quarantaine de plus de 300 personnes, l'erreur mortelle ne s'est pas transformée en une véritable pandémie.

Bloomberg dans un article publié en novembre 2022 évoque la possibilité que la pandémie de Covid ait commencé par un accident de laboratoire et précise qu’il ne s’agit pas d’une théorie du complot. « La science n'a pas non plus prouvé de manière concluante qu'elle a commencée dans un marché humide de Wuhan. Nous ne le savons tout simplement pas, car la Chine a mis en place de nombreux obstacles pour empêcher les scientifiques de comprendre l'origine d'une pandémie qui a tué des millions de personnes et ne montre aucun signe de fin », écrit le média américain.

Avril 2021, Elon Musk annonce qu'un singe est capable de jouer à des parties de Pong par la pensée, grâce à une interface cerveau-machine conçue par sa société Neuralink. Un macaque de 9 ans s'est fait implanter une puce cérébrale. Il est ensuite passé par un processus d’apprentissage qui consistait à jouer à des jeux vidéo à l'aide d'une manette en échange de purée de banane en guise de récompense. En parallèle, le dispositif Neuralink enregistrait des informations sur les neurones qui s'activaient, ce, pour s’en servir comme informations de prédiction des mouvements de la main. Après l'apprentissage avec succès des schémas, le joystick utilisé par le macaque pour jouer a été déconnecté de l'ordinateur. Le singe semblait continuer à jouer au jeu en utilisant uniquement son esprit.

En février 2022, Neuralink a fait l'objet d'un recours en justice de la part d'un groupe de défense des droits des animaux qui l'accusait de maltraitance animale. La startup du milliardaire aurait soumis des singes à une « souffrance extrême » pendant des années d'expériences macabres. Les animaux auraient servi d' « hôtes pour des implants crâniens expérimentaux hautement invasifs, alors qu'ils recevaient des soins inadéquats ». Les tests de puces cérébrales de Neuralink cités par le document de la plainte concernent 23 singes et auraient eu lieu entre 2018 et 2020.

La plainte déposée auprès de l'USDA (département de l'Agriculture des États-Unis) allègue que Neuralink et ses partenaires de recherche de l'Université de Californie Davis (UC Davis) ont violé la loi américaine sur le bien-être animal (Animal Welfare ou AWA) au cours des tests des implants cérébraux de Neuralink. La plainte avait été déposée jeudi par le PCRM. Un exemple cité par la plainte indique qu'un singe aurait été retrouvé amputé de certains de ses doigts et orteils « probablement à la suite d'une automutilation ou d'un autre traumatisme non spécifié ».

« Le singe a ensuite été tué au cours d'une "procédure terminale" », a déclaré le PCRM. Dans un autre cas, un singe a été percé de trous dans son crâne et des électrodes ont été implantées dans son cerveau. Il aurait ensuite développé une infection cutanée sanglante et aurait dû être euthanasié. Puis, dans un troisième cas, des électrodes ont été implantées dans le cerveau d'un macaque femelle, ce qui l'a ensuite rendu malade. Neuralink a par la suite confirmé que des singes sont morts dans le cadre d'un projet de test de puces cérébrales, mais a nié toute cruauté envers les animaux.

Dans le cadre de l'affaire sur le transport potentiellement illégal d'agents pathogènes, Ryan Merkley, directeur de la défense de la recherche au Comité des médecins, a ajouté : « Combien d'agences fédérales doivent enquêter sur Musk et Neuralink avant qu'ils ne mettent de l'ordre dans leurs affaires ? » Il a rappelé les enquêtes ouvertes sur la société par le ministère américain de la justice et le bureau de l'inspecteur général du ministère américain de l'Agriculture. En décembre, le Comité des médecins a demandé à la Food and Drug Administration américaine d'enquêter sur Neuralink pour violation des réglementations relatives aux « bonnes pratiques de laboratoire ».

Le Physicians Committee a déjà fait remarquer que les dispositifs implantés comme ceux de Neuralink s'accompagnent d'une myriade de problèmes, notamment de difficultés à les réparer et d'un potentiel élevé de complications médicales graves chez les patients. Le groupe demande instamment à Neuralink de mettre immédiatement fin à ses expériences sur les animaux et de se concentrer sur l'amélioration des interfaces cerveau-machine non invasives.

Source : PCRM

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

« Les pratiques de Neuralink constituent un danger pour la santé et la sécurité publique », partagez-vous cet avis ?

Voir aussi :

Elon Musk annonce qu'un singe est capable de jouer à des parties de Pong par la pensée, grâce à une interface cerveau-machine conçue par sa société Neuralink

Neuralink d'Elon Musk aurait soumis les singes qu'il utilise pour ses expériences d'implants cérébraux à des "souffrances extrêmes", selon un groupe de défense des droits des animaux

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de totozor
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 06/03/2023 à 7:57
Si on était dans l'industrie (et je suppose que le secteur médical est encore plus exigeant) il faudrait :
1. des pages et des pages de procédures pour expliquer les méthodes de test, d'implantation, les exigences de certification du personnel de recherche etc.
2. Prouver qu'on suit ce que disent ces pages

Ce qui n'est visiblement pas le cas quand on voit le nombre d'animaux tués inutilement. Je ne parle pas des expériences qui échouent mais d'opérations qui ne respectent pas la base d'hygiène ou de l'implantation de la mauvaise puce.
Je n'ai jamais cru qu'ils auraient cette autorisation et je m'inquièterais s'ils l'avaient eu.

Musk a affirmé que les implants cérébraux de Neuralink sont suffisamment sûrs pour être insérés dans son cerveau
Alors je propose qu'il soit le patient humain 0
3  0 
Avatar de totozor
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 27/02/2023 à 7:43
Citation Envoyé par Bruno Voir le message
DARPA a indiqué son intention de connecter le cerveau humain aux machines via une technologie sans fil, permettant ainsi aux soldats de contrôler pleinement les systèmes d'armes, de voir ou de ressentir des choses à distance.
On a même plus à imaginer les dérives l'armée les annonce au grand jour.

Mais ceci dit si cette technologie permet à des handicapés d'avoir une vie plus facile allons-y (avec éthique, svp, M. Musk)
1  1 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/03/2023 à 8:31
Citation Envoyé par totozor Voir le message
Alors je propose qu'il soit le patient humain 0
Vue comment il agit en ce moment, avec la reprise de Twitter, c'est à se demander s'il n'est pas piloté par son propre programme de conduite automatisée de la Tesla.
1  1 
Avatar de epsilon68
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 27/05/2023 à 8:52
Cela suivra sans aucun doute le même chemin catastrophique que la conduite autonome de Tesla ?
0  0 
Avatar de JackIsJack
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 04/03/2023 à 9:19
Quand le meilleur vendeur de voiture de la planète essaye LITTERALEMENT de s'insérer dans le cerveau des autres... Flippant.
1  2 
Avatar de HaryRoseAndMac
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/03/2023 à 3:41
Ces députés sont idiots.
Il faudra bien à un moment donné commencer à tester sur les humains et le plus tôt sera le mieux.
1  2 
Avatar de totozor
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 06/03/2023 à 8:49
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
Vue comment il agit en ce moment, avec la reprise de Twitter, c'est à se demander s'il n'est pas piloté par son propre programme de conduite automatisée de la Tesla.
Ce que disent les derniers articles sur Neuralink suggèrent surtout qu'il risquerait très probablement de décéder dans d'atroces souffrances à cause d'une infection cérébrale, ce que je ne lui souhaite pas.
Mais s'il a suffisamment confiance, qu'il se lance et devienne enfin l'une des statistiques qui rendent son approche acceptable.
0  1 
Avatar de destroyedlolo
Membre actif https://www.developpez.com
Le 04/03/2023 à 13:17
Franchement, quand on voit l'histoire de microsoft, quand on voit à quel point leurs produits sont "abouti" ... qui aurait envi que Bill Gates mette quelques chose dans son cerveau ?
1  4 
Avatar de HaryRoseAndMac
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/03/2023 à 15:58
Le plus vite neuralink sera fonctionnel, le mieux sera pour l'humanité toute entière.

Nous allons vers un monde à la "ghost in the shell", et c'est tant mieux.
0  4