IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Donald Trump prépare son retour sur Facebook et Twitter
Son équipe de campagne estime que la suspension de son compte qui dure depuis janvier 2021 est une « ingérence » électorale

Le , par Stéphane le calme

288PARTAGES

4  0 
Organisant un retour à la Maison-Blanche, Donald Trump cherche à reprendre le contrôle de ses comptes sur les réseaux sociaux. Étant donné qu'il a désormais accès à son compte Twitter, les responsables de sa campagne présidentielle ont officiellement demandé à la société mère de Facebook de débloquer son compte, qui a été suspendu en réponse à l'émeute du Capitole américain il y a deux ans.

« Nous pensons que la suspension du compte du président Trump sur Facebook a considérablement déformé et inhibé le discours public », ont indiqué les responsables de la campagne de Trump dans leur lettre adressée à Meta mardi, selon une copie qui a pu être examinée par le quotidien NBC News.

« Pour que Meta maintienne de manière crédible une politique d'intégrité électorale légitime, il est essentiel que votre entreprise maintienne la suspension de l'ancien président Trump de sa plateforme », ont écrit le représentant américain Adam Schiff (D-Calif.) et le sénateur Sheldon Whitehouse (D-R.I.) le mois dernier dans une lettre exhortant Meta à éloigner Trump de Facebook.


Le 7 janvier 2021, Facebook (qui est récemment devenu Meta) a procédé au blocage des comptes Facebook et Instagram de Donald Trump sur une durée de 24 heures. Le lendemain, Facebook s'est ravisé en optant pour un blocage d'une durée indéterminée et pendant « au moins les deux prochaines semaines, jusqu'à ce que la transition pacifique du pouvoir soit terminée », selon les propos du PDG de Facebook, Mark Zuckerberg.

Ce dernier avait alors expliqué :

Citation Envoyé par Mark Zuckerberg
Les événements choquants des dernières 24 heures démontrent clairement que le président Donald Trump a l'intention d'utiliser le temps qu'il lui reste pour saper la transition pacifique et légale du pouvoir à son successeur élu, Joe Biden.

Sa décision d'utiliser sa plateforme pour tolérer plutôt que condamner les actions de ses partisans au Capitole a à juste titre dérangé les gens aux États-Unis et dans le monde. Nous avons supprimé ces déclarations hier parce que nous avons estimé que leur effet – et probablement leur intention – serait de provoquer de nouvelles violences.
Mais l'Oversight Board (un groupe indépendant financé par Facebook pour examiner ses décisions les plus épineuses en matière de contenu) qui a confirmé la sanction, estimant que les circonstances sans précédent justifiaient la mesure exceptionnelle qui a été prise, a estimé qu’elle ne pouvait pas être indéfinie. L'Oversight Board a critiqué la nature illimitée de la suspension, déclarant « qu'il n'était pas approprié que Facebook impose la peine indéterminée et sans norme de suspension indéfinie », rappelant que « dans les six mois suivant cette décision, Facebook doit réexaminer la sanction arbitraire qu'il a infligée le 7 janvier et décider de la sanction appropriée ».

C'est ainsi qu'en juin 2021, Facebook a estimé que le compte de Donald Trump serait suspendu sur une durée de deux ans, c'est à dire jusqu'au 7 janvier 2023 :

Citation Envoyé par Facebook
Nous annonçons aujourd'hui de nouveaux protocoles d'application à appliquer dans des cas exceptionnels comme celui-ci, et nous confirmons la sanction limitée dans le temps conformément à ces protocoles que nous appliquons aux comptes de M. Trump. Compte tenu de la gravité des circonstances qui ont conduit à la suspension de M. Trump, nous pensons que ses actions ont constitué une grave violation de nos règles qui méritent la sanction la plus élevée disponible en vertu des nouveaux protocoles d'application.

Nous suspendons ses comptes pendant deux ans, à compter de la date de la suspension initiale le 7 janvier de cette année. À la fin de cette période, nous ferons appel à des experts pour évaluer si le risque pour la sécurité publique a diminué. Nous évaluerons les facteurs externes, y compris les cas de violence, les restrictions aux rassemblements pacifiques et d'autres marqueurs de troubles civils. Si nous déterminons qu'il existe toujours un risque grave pour la sécurité publique, nous prolongerons la restriction pour une période donnée et continuerons de réévaluer jusqu'à ce que ce risque disparaisse.

Lorsque la suspension sera finalement levée, il y aura un ensemble strict de sanctions à escalade rapide qui seront déclenchées si M. Trump commet de nouvelles violations à l'avenir, jusqu'à et y compris la suppression définitive de ses pages et comptes.

En établissant la sanction de deux ans pour les violations graves, nous avons estimé qu'elle devait être suffisamment longue pour permettre une période de sécurité après les actes d'incitation, suffisamment importante pour dissuader M. Trump et d'autres de commettre de tels actes, violations graves à l'avenir et proportionnées à la gravité de la violation elle-même.

Nous sommes reconnaissants que le Conseil de surveillance ait reconnu que notre décision initiale de suspendre M. Trump était juste et nécessaire, dans les circonstances exceptionnelles de l'époque. Nous reconnaissons que nous n'avions pas mis en place de protocoles d'application adéquats pour répondre à de tels événements inhabituels. Maintenant que nous les avons, nous espérons qu'elles ne seront applicables que dans les circonstances les plus rares.

Nous savons que toute sanction que nous appliquons – ou choisissons de ne pas appliquer – sera controversée. De nombreuses personnes pensent qu'il n'était pas approprié qu'une entreprise privée comme Facebook suspende un président sortant de sa plateforme, et beaucoup d'autres pensent que M. Trump aurait dû être immédiatement banni à vie. Nous savons que la décision d'aujourd'hui sera critiquée par de nombreuses personnes de part et d'autre du clivage politique, mais notre travail consiste à prendre une décision de la manière la plus proportionnée, équitable et transparente possible, conformément aux instructions que nous a données le Conseil de surveillance.

Bien entendu, cette pénalité ne s'applique qu'à nos services — M. Trump est et restera libre de s'exprimer publiquement par d'autres moyens. Notre approche reflète la façon dont nous essayons d'équilibrer les valeurs de liberté d'expression et de sécurité sur nos services, pour tous les utilisateurs, telles qu'elles sont inscrites dans nos normes communautaires. D'autres sociétés de médias sociaux ont adopté des approches différentes – soit en interdisant définitivement à M. Trump l'accès à leurs services, soit en confirmant qu'il sera libre de reprendre l'utilisation de leurs services lorsque les conditions le permettront.

Pourtant, rendu au 19 janvier 2023, le compte de Donald Trump n'est toujours pas rétabli.

L'équipe de Trump prête pour le combat

Le quotidien NBC News donne directement le ton en précisant que l'équipe responsable de la campagne de Trump n'a pas menacé Meta de poursuites, comme certaines sources proches de Trump pensaient qu'elle le ferait. Elle a plutôt parlé de l'importance de la liberté d'expression et a demandé à Meta une « réunion pour discuter de la réintégration rapide du président Trump sur la plateforme ».

Cependant, un conseiller de Trump a déclaré à NBC News que l'équipe de campagne était « prête à dialoguer avec les républicains de la Chambre qui contrôlent la chambre basse du Congrès pour défendre les intérêts de Trump et faire pression sur Meta » : « Si Facebook veut avoir ce combat, très bien, mais la Chambre est un levier, et garder Trump hors de Facebook a juste l'air politique », a déclaré le conseiller.

Lorsque Facebook et Instagram ont bloqué les comptes de Trump et supprimé certaines de ses publications, Zuckerberg a critiqué Trump pour avoir utilisé sa plateforme « pour tolérer plutôt que condamner les actions de ses partisans au Capitole » et « pour inciter à une insurrection violente contre un gouvernement démocratiquement élu ». Trump a affirmé, sans apporter de preuve, que l'élection qu'il a perdue face à Joe Biden a été volée.

Meta « se tournera vers des experts » pour trancher sur le retour ou non de Trump

« Lorsque la suspension sera finalement levée, il y aura un ensemble strict de sanctions à escalade rapide qui seront déclenchées si M. Trump commet de nouvelles violations à l'avenir, jusqu'à et y compris la suppression permanente de ses pages et de ses comptes », a expliqué en juin 2021 Nick Clegg, Facebook VP of Global Affairs.

Quant à savoir si Trump utilisera son compte Twitter nouvellement restauré, NBC News a cité un républicain anonyme qui a déclaré que c'était probable. « Trump revient probablement sur Twitter. Le tout est juste de savoir comment et quand », a déclaré un républicain qui a parlé sous couvert d'anonymat pour discuter de conversations privées avec Trump sur le retour sur la plateforme, selon NBC News. « Il en parle depuis des semaines, mais Trump parle pour Trump, donc tout le monde ne peut que tenter de deviner ce qu'il va faire, dire ou quand il va le faire ».


Mais des représentants s'étaient déjà opposés au retour de Trump sur Facebook

Le représentant américain Adam Schiff (D-Calif.) et le sénateur Sheldon Whitehouse (D-R.I.) ont écrit le mois dernier une lettre exhortant Meta à éloigner Trump de Facebook, déclarant :

À la suite des élections de mi-mandat de 2022, nous vous écrivons pour exhorter Meta à maintenir son engagement à maintenir hors de sa plateforme les contenus de déni électoral dangereux et infondés. À cette fin, nous exhortons également Meta et ses dirigeants à poursuivre la suspension du compte Facebook de l'ancien président Donald Trump au-delà de janvier, et à surveiller attentivement et à contrer la diffusion de fausses informations électorales nuisibles, y compris le gros mensonge sur l'élection présidentielle de 2020, sur Facebook.

Après chaque cycle électoral, les plateformes de médias sociaux comme Meta modifient ou annulent souvent certaines politiques de désinformation, car elles sont temporaires et spécifiques à la saison électorale. Le faire dans le contexte actuel, où la désinformation électorale érode continuellement la confiance dans l'intégrité du processus électoral, serait une erreur tragique. Meta doit s'engager à appliquer de solides politiques de désinformation électorale tout au long de l'année, car nous assistons toujours à la diffusion de mensonges sur le vote et les élections précédentes sur votre plateforme.

Meta a déjà pris des mesures concrètes pour lutter contre les mensonges et la désinformation concernant les élections, comme l'ajout par Facebook d'étiquettes sur les publications liées aux élections promouvant des informations fiables en 2020 et 2021, ce qui était une étape importante pour contrer la prolifération de la désinformation électorale sur la plateforme. Nous avons également soutenu la décision de Meta de suspendre le compte Facebook de l'ancien président Trump pour avoir « entretenu un récit infondé de fraude électorale et fait des appels persistants à l'action », créant ainsi « un environnement où un risque grave de violence était possible », selon le Facebook Oversight Board. Ce risque persiste et n'a certainement pas diminué depuis la suspension du compte de l'ancien président.

Pour que Meta maintienne de manière crédible une politique d'intégrité électorale légitime, il est essentiel que votre entreprise maintienne la suspension du compte de l'ancien président Trump. Nous comprenons que la suspension initiale de son compte expire en janvier, et que Meta prendra alors une décision concernant l'avenir de son compte. Lors de la suspension initiale du compte, la déclaration de Facebook indiquait: "Si nous déterminons qu'il existe toujours un risque sérieux pour la sécurité publique, nous prolongerons la restriction pour une période déterminée et continuerons à réévaluer jusqu'à ce que ce risque ait diminué." Deux ans plus tard, nous pouvons voir sans équivoque que Trump propage toujours le Grand Mensonge et sape ainsi notre démocratie. En effet, il a exprimé son soutien au pardon des personnes impliquées dans l'attaque du 6 janvier contre la police.

Trump a continué à publier sur Truth Social du contenu électoral préjudiciable qui violerait probablement les politiques de Facebook, et nous avons toutes les raisons de croire qu'il ramènerait une rhétorique conspiratrice similaire sur Facebook, s'il en avait l'occasion. Le jour des élections cette année, Trump a perpétré de faux récits électoraux, y compris des affirmations infondées selon lesquelles « la situation du vote par correspondance à Detroit est VRAIMENT MAUVAISE... Protestez, protestez, protestez ! » De même, il a posté que « le comté de Maricopa en Arizona ressemble à une CATASTROPHE complète pour l'intégrité des électeurs. De même que Detroit (bien sûr !), la Pennsylvanie et d'autres endroits. Ce n'est pas couvert par les Fake News Media! » Un message ultérieur a affirmé: « l'Arizona a même dit "d'ici la fin de la semaine! - Ils veulent plus de temps pour tricher ! Kari Lake DOIT gagner ! »
Sources : NBC News, lettre des représentants à Facebook

Et vous ?

Quelle lecture faites-vous de la situation ?
Donald Trump devrait-il revenir sur Facebook selon vous ? Pourquoi ?
Que pensez-vous du fait que des représentants aient contacté Facebook pour lui demander de maintenir Donald Trump loin de ses plateformes ? Êtes-vous d'accord avec leur manœuvre ? Dans quelle mesure ?

Voir aussi :

Elon Musk restaure le compte de Donald Trump après un sondage réalisé auprès de ses abonnés, mais Trump indique n'avoir « aucun intérêt » à revenir sur Twitter, préférant rester sur Truth Social

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Prox_13
Membre actif https://www.developpez.com
Le 26/01/2023 à 16:14
Citation Envoyé par BleAcheD Voir le message
Je pense que les 3/4 des politiciens cochent minimum 3 cases à cette liste
Donc les 3/4 des politiciens devraient être bannis, tout simplement. Niveler vers le bas, ça va un moment.
1  0 
Avatar de BleAcheD
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 26/01/2023 à 17:37
Citation Envoyé par Prox_13 Voir le message
Donc les 3/4 des politiciens devraient être bannis, tout simplement. Niveler vers le bas, ça va un moment.
Ce n'est pas vraiment mon propos...
Je dis juste que l'on pourrait reprocher la même chose à 3/4 des politiciens... (sauf l'incitation à envahir le capitole bien-sûr).
2  1 
Avatar de totozor
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 20/01/2023 à 8:01
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Quelle lecture faites-vous de la situation ?
Trump is back in the business.
Se faire virer de facebook et Twitter lui a bien rendu service sur le coup, ça soutient sa position de complotiste.
Mais il y a aussi perdu pas mal de visibilité, ce qui pose problème en période de campagne, donc il essaye de revenir.
Facebook se retrouve devant une situation compliquée qu'elle voudrait apolitique mais qui le sera quel que soit le choix qu'elle fera.
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Donald Trump devrait-il revenir sur Facebook selon vous ? Pourquoi ?
Ma réponse simple est non, parce que ce mec est toxique (ce qui ne veut pas dire que ses concurrents ne le sont pas)
Maintenant s'il se présente c'est une autre histoire, ne pas lui donner accès à facebook devient une décision politique (de le désavantager), mais on sait tous qu'il va sortir une dinguerie qui va relancer la question du ban des candidats.

Je me demande s'il ne gagne pas quelle que soit la décision:
Il est débanni il gagne une tribune gigantesque
Il reste banni et ça amplifie sa position complotiste "l'ordre mondial essaye encore de me museler en voici une preuve"
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Que pensez-vous du fait que des représentants aient contacté Facebook pour lui demander de maintenir Donald Trump loin de ses plateformes ? Êtes-vous d'accord avec leur manœuvre ? Dans quelle mesure ?
Je penses que la manœuvre est vraiment maladroite :
Suggérer la décision que devrait prendre facebook c'est empêcher toute sortie apolitique de facebook du sujet, ce qui est probablement son envie première.
Après le "camp du bien" est contre Trump donc que chacun pose ses pions maintenant est peut être un moyen de contraindre facebook à choisir le "bien".
Je ne sais pas trop, ce niveau de stratégie n'est pas ma spécialité et me rebute un peu.
2  2 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 23/01/2023 à 15:16
Citation Envoyé par totozor Voir le message
Trump is back in the business.Je me demande s'il ne gagne pas quelle que soit la décision:
Il est débanni il gagne une tribune gigantesque
Il reste banni et ça amplifie sa position complotiste "l'ordre mondial essaye encore de me museler en voici une preuve"
Je penses que la manœuvre est vraiment maladroite :
Suggérer la décision que devrait prendre facebook c'est empêcher toute sortie apolitique de facebook du sujet, ce qui est probablement son envie première.
Après le "camp du bien" est contre Trump donc que chacun pose ses pions maintenant est peut être un moyen de contraindre facebook à choisir le "bien".
Je ne sais pas trop, ce niveau de stratégie n'est pas ma spécialité et me rebute un peu.
En plus, il faut prendre en compte le fait que si il n'est pas débanni, il auras quant même une visibilité avec Twitter. Donc clairement il gagne dans les deux cas.
Quant à ces histoires de "camp du bien" c'est vraiment ridicule, tout ça c'est du spectacle. Tout ce que je vois entre les deux forces politiques américaines, ce sont des oligarques contre d'autres oligarques.
0  0 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 24/01/2023 à 8:46
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Trump s'est fait lyncher et il ne le mérite pas, il n'a rien fait de mal
Donald Trump n'a rien fait de mal, vraiment ?


Liste non exhaustive !

3  3 
Avatar de totozor
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 27/01/2023 à 8:00
Citation Envoyé par Anthony Voir le message
le mémo décrit comment des plateformes comme Facebook et Twitter, des sites de streaming comme YouTube et Twitch et des réseaux marginaux de tailles plus modestes comme Parler, Gab et 4chan ont permis d’organiser l’insurrection.
[...]
« Ces plateformes ont permis la mobilisation d’extrémistes sur des sites plus petits et ont attisé les griefs des conservateurs sur des sites plus grands et plus traditionnels. »
On peut dire de même des producteurs de GSM, d'ordinateurs, d'armes, de voitures et de cagoules.
Leurs services sont capables d'empêcher des exaction venant de pays étrangers mais sont incapable de protéger le pays de ses propres menaces? Laissez moi rire.
Identifier le problème des réseaux sociaux est un vrai besoin mais ignorer les autres et tout simplement de la mauvaise foi et un manque complet d'autocritique.

Pour quels objectifs:
Encourager la censure privée
Mettre en place des portes plus si dérobées que ça
Interdire le cryptage de bout en bout
etc...
0  0 
Avatar de totozor
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 27/01/2023 à 8:04
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Les garde-fous comprendront « des sanctions accrues en cas de récidive [...]Dans le cas où M. Trump publie d'autres contenus en infraction, le contenu sera supprimé et il sera suspendu pendant un mois à deux ans, selon la gravité de l'infraction ».
Combien de temps Trump a été banni?
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
un peu plus de deux ans après avoir été suspendu des plateformes
Je n'ai plus d'autre question votre honneur.
0  0 
Avatar de totozor
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 27/01/2023 à 15:24
Citation Envoyé par escartefigue Voir le message
Non, ça c'est la légende du "tous pourris", c'est très facile de propager ce genre de rumeurs, mais ce n'est heureusement pas le cas.
Et quand c'est le cas, les premiers coupables sont les électeurs qui votent pour ceux dont la corruption est avérée (jugement à l'appui).
Je ne suis pas d'accord avec ça, je trouve que ce raisonnement peut mener à la droite qui demande pourquoi on descend dans la rue pour une réforme que Macron, pour qui on a voté, avait promis.
Et ma réponse est simple (même si j'ai sincèrement du mal à la défendre) : on a voté pour le moins dangereux, on a oublié son programme nauséabond, son mépris etc, on s'est bouché le nez et on a mis le bulletin dans l'urne en lui promettant de se retrouver dans la rue.

A gauche on est relativement épargné mais il y a des endroits où c'est compliqué d'être de droite et de voter pour un gars qui n'a pas poussé le bouchon trop loin avec une collègue ou avec l'argent public.
0  0 
Avatar de BleAcheD
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 26/01/2023 à 14:09
Citation Envoyé par escartefigue Voir le message
Je pense que les 3/4 des politiciens coche minimum 3 cases à cette liste
2  3 
Avatar de marsupial
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 26/01/2023 à 15:52
Pensez-vous que le fait de ne pas avoir censuré les incitations à la révolte était une stratégie des médias sociaux pour obtenir plus de trafic sur leurs plateformes ?
Oui. Trump a tenu des propos dignes du troll et de la fake news comme les russes ne se sont pas ingérés dans l'élection de 2016 alors même que le patron de Wagner l'a reconnu et qu'ils continueront à le faire avant les midterms (source lefigaro.fr). Trump est populiste donc attire du monde donc génère du trafic. Les médias sociaux en ont profité jusqu'à ce que le drame se produise : 5 morts chez les manifestants et un parmi les forces de l'ordre (crise cardiaque). Donc en réintégrant Trump et ses suiveurs, j'espère que Meta et Twitter sont prêts à le rebannir mais cette fois avant une émeute.
2  3