IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le chiffre d'affaires du marché low-code, no-code atteindra les 21 Mds $ en 2026 selon IDC
Qui note que ce marché connait « une forte demande de la part des développeurs pro et non techniques »

Le , par Stéphane le calme

116PARTAGES

19  0 
Le marché du low-code, no-code et technologies intelligentes de développement (LCNCIDT pour low-code, no-code, and intelligent developer technologies) continue de connaître une forte demande de la part des développeurs professionnels et non techniques. Une nouvelle prévision d'IDC montre que les revenus mondiaux du LCNCIDT atteindront 21,0 milliards de dollars en 2026 avec un taux de croissance annuel composé (TCAC) sur cinq ans de 17,8 % de 2021 à 2026.

LCNCIDT, qu'est-ce que c'est ?

No-Code

Comme son nom l’indique, le No-Code est une technique qui ne requiert aucune notion de codage informatique de la part de l’utilisateur. Bien que l’utilisation du No-Code ne requiert aucune connaissance approfondie sur le développement, il est néanmoins conseillé de suivre des formations. En effet, les plateformes No-Code sont faciles à utiliser, mais il est tout de même nécessaire, pour les utilisateurs finaux, d’apprendre leurs fonctionnalités et de se familiariser avec l’outil qu’ils souhaitent intégrer.

Il faut dire qu’il existe une multitude de plateformes No-Code, avec chacune ses propres spécificités. Nous pouvons citer entre autres :
  • Airtable : Crée en 2012, Airtable est un outil No-Code qui évolue dans la gestion de données. Il permet de créer des feuilles de calcul, sans limites. On peut surtout l’utiliser dans de nombreux cas d’usages, grâce à ses intégrations : CRM, automatisation du suivi client, gestion de contenu, calendriers, et bien plus encore. De plus, Airtable est un outil collaboratif, qui permet d’interagir en équipe sur toutes vos bases de données. Bien qu'il reste gratuit uniquement pour un usage limité, il est plutôt complet. Comme alternatives ici vous avez Notion ou Coda
  • Zapier : Zapier est l’un des outils no code les plus populaires pour l’automatisation. Il permet de connecter les outils entre eux à l’aide d’une API, et automatise les tâches les plus récurrentes : sauvegarder, alimenter des bases de données, créer des alertes, réceptionner des chiffres et informations, etc. Simple d’utilisation, Zapier est l’un des outils qui possède le plus d’intégrations avec d’autres logiciels. Vous avez donc de nombreuses chances de trouver l’intégration et la tâche que vous souhaitez automatiser, grâce aux nombreux “Zaps” déjà existants. Comme alternatives à Zapier, vous pouvez retrouver Integromat, Phantom Buster, Automate.io, Parabola
  • Webflow : le CMS se démarque des autres outils no code par sa simplicité d’utilisation. Avec son design attrayant et son interface intuitive, vous pouvez créer des sites web vraiment personnalisés. Vous pouvez aussi changer des scripts HTML si vous souhaitez encore plus de personnalisation. Pour lancer un site web unique, vous pouvez donc passer par Webflow. Bubble est plus adapté pour une web app, et Shopify pour les sites e-commerce. Comme alternatives à Webflow, vous avez bien évidemment Wordpress, Wix, Shopify, Squarespace, Carrd, Dorik.



Low-Code

Contrairement au No-Code où aucune ligne de code n’est nécessaire pour créer une application, le Low-Code fait intervenir un minimum de notion de codage. En ce sens, les utilisateurs finaux des outils Low-Code doivent posséder des connaissances basiques en développement informatique pour exploiter le plein potentiel de ces outils. En clair, le Low-Code permet de créer des applications (mobile ou web) ou d'automatiser des processus sans nécessairement maîtriser toutes les étapes de programmation bien souvent complexes. La conception des applications se fait via des modèles qui génèrent automatiquement de lignes de code et de réaliser de la programmation visuelle.

La prise en main des outils Low-Code n’en reste pas pour autant exigeante puisque la majorité des plateformes fonctionne selon un système de drag and drop similaire à ce qui est utilisé par les plateformes No-Code. En effet, certaines plateformes embarquent un générateur de formulaires dans lesquels l’utilisateur final remplit les champs servant de base pour créer l’application souhaitée. Sur d’autres plateformes LowCode, il revient à l’utilisateur de modéliser les données sous forme d’organigramme pour que l’outil génère l’interface utilisateur. Le Low-Code s’apparente donc plus à un système d’aide dédié aux développeurs pour gagner plus de temps dans la conception d'applications.

Voici quelques outils Low-Code :
  • Microsoft PowerApps est une application de développement low-code qui permet aux utilisateurs de créer des applications métier sans écrire de code. L’outil, qui dispose d'une interface permettant d'effectuer un glisser-déposer, fournit une variété de templates et d’exemples pour vous guider et apprendre les bases d’utilisation. Dans le cas où votre objectif final est similaire à celui de l’un des modèles présentés, il est même possible de l’utiliser comme point de départ. PowerApps est compatible avec diverses sources de données, telles que Microsoft Excel, OneDrive et SharePoint, et peut être utilisé pour se connecter à des services de données basés sur le cloud tels qu'Azure SQL.
  • Zoho Creator est l'un des programmes logiciels low-code les plus complets. C'est une bonne option pour les services de petite et moyenne taille. En plus d'être à petit budget, le logiciel est simple à utiliser et fournit des services de développement d'applications intuitifs pour simplifier les tâches. L’un des plus grands atouts de Zoho Creator est la pléthore de templates proposée aux utilisateurs. Ceux-ci constituent un excellent point de départ pour automatiser les opérations les plus courantes telles que la logistique, la gestion des commandes, la gestion des stocks, la gestion des distributeurs, et bien plus encore. Il faut tout de même souligner que vous devrez effectuer un minimum de codage pour obtenir un résultat acceptable, mais le processus lui-même est intuitif. Vous pouvez facilement automatiser les opérations commerciales les plus courantes en utilisant la logique métier.
  • Salesforce dispose également d’une solution low code. Similaire à Zoho Creator, cet outil se concentre sur l’automatisation des opérations commerciales quotidiennes, avec un minimum de code. Chaque application que vous créez peut s’adapter automatiquement à l’augmentation du nombre d’utilisateurs, de sorte que vous ne serez jamais dépassé par Salesforce. Parmi les outils mis à disposition, vous retrouverez les points forts de Salesforce comme l’automatisation de plusieurs systèmes connectés, la protection des informations sensibles, une interface glisser-déposer, et l’intégration de composants externes pour accroître les fonctionnalités.


Technologies intelligentes de développement

Les technologies intelligentes de développement désignent celles qui tirent parti de l'intelligence artificielle et de l'apprentissage automatique pour accélérer le développement de logiciels ou le développement de solutions numériques alimentées par l'IA. Les technologies intelligentes de développement incluent les outils d'auto-complétion de code, les technologies de développement d'IA, les outils et plates-formes de développement d'IA conversationnelle et l'automatisation des tests.


Un marché qui va continuer de croître, selon IDC

Les entreprises mettent en œuvre les technologies LCNCIDT pour améliorer la productivité des développeurs, soit en permettant aux développeurs professionnels de travailler plus rapidement en rationalisant ou en éliminant certains aspects du processus de développement, soit en fournissant aux développeurs non techniques des outils qu'ils peuvent utiliser pour créer ou mettre à jour des solutions numériques sans l'aide de développeurs professionnels.

« Le marché des technologies LCNCDIT est stimulé par la pénurie mondiale de développeurs à temps plein », a déclaré Michele Rosen, responsable de la recherche, Low-Code, No-Code et Intelligent Developer Technologies chez IDC. « Cette situation devrait se poursuivre tout au long de cette décennie, créant un marché solide pour les technologies qui augmentent la productivité des développeurs ou élargissent le bassin potentiel de développeurs ».

Selon IDC, la croissance du LCNCIDT est en partie stimulée par l'adoption de technologies natives du cloud alors que les organisations s'orientent vers un monde axé sur le numérique. Les avantages du développement de logiciels natifs du cloud incluent une agilité accrue, des coûts d'hébergement réduits, un délai de mise sur le marché plus rapide et des améliorations de l'expérience utilisateur. Cependant, cette approche comporte également des risques pour la gestion des coûts et des opérations, surtout si l'organisation ne dispose pas de l'expertise nécessaire en interne. Les fournisseurs qui mettent à disposition des outils de développement LCNCIDT permettant la transition vers le cloud et la gestion du développement de logiciels natifs du cloud, y compris des outils de conception natifs du cloud, des EDI et des outils DevOps, ont la possibilité d'aider les organisations dans cette transition complexe mais nécessaire.

De nombreuses fonctionnalités fournies par les outils low-code et no-code bénéficient du développement basé sur le cloud, et de nombreuses technologies intelligentes de développement reposent sur des services basés sur le cloud. Par conséquent, une grande partie des revenus du LCNCIDT au cours des dernières années a été générée à partir de déploiements basés sur le cloud. IDC s'attend à ce que cette tendance se poursuive, avec plus de 75*% des revenus du marché générés par les déploiements cloud d'ici 2026.

Le marché concurrentiel des technologies intelligentes de développement, low-code et no-code comprend les produits qui permettent aux développeurs professionnels de travailler plus rapidement en rationalisant ou en éliminant certains aspects du processus de développement et qui élargissent la population de développeurs en fournissant aux développeurs non techniques des interfaces de développement. qui éliminent tout ou partie des connaissances requises pour coder dans les environnements de développement traditionnels.

Limites du développement Low-Code et No-Code

Bien que le développement no-code soit une option, il a des limites. Les plateformes no-code n'ont pas autant de flexibilité que le code, ce qui signifie que vous pourriez ne pas être en mesure de construire une application qui répond à un ensemble très spécifique de besoins et d'attentes. Les créateurs d'applications qui n'ont pas d'expérience professionnelle en matière de développement peuvent ne pas avoir une idée précise de ce qui constitue une bonne expérience utilisateur, ni du temps nécessaire à la maintenance et à la mise à jour d'une application.

La sécurité peut être un problème avec les plateformes no-code, car on n'a pas le contrôle du code et il est potentiellement exposé aux vulnérabilités de la plateforme. La sécurité peut poser problème lorsque les utilisateurs professionnels créent des applications ou automatisent des flux de travail entre différentes applications sans aucune surveillance ni protocole d'accès. Pour certains analyste, une plateforme no-code doit avoir une gouvernance et une sécurité intégrées qui limitent la capacité des utilisateurs professionnels à créer des applications ou du code non sécurisé.

Un développeur d'une entreprise de taille moyenne a fait part de son expérience des plateformes no-code et low-code : « Nous avons essayé de faire en sorte que les utilisateurs professionnels développent les flux de travail de la plateforme low-code et cela a échoué lamentablement. Essentiellement, tous ces outils no-code et low-code nécessitent encore des connaissances assez sérieuses en matière de services web, de conception de bases de données, de conception de logiciels, de reporting, etc.»

Un autre problème courant avec les plateformes no-code est que, pour les cas d'utilisation plus complexes, elles sont trop rigides et restrictives pour produire les résultats souhaités. Les plateformes no-code fonctionnent en verrouillant certains blocs de code dans des composants visuels qu'un utilisateur professionnel peut manipuler. Ces blocs de construction regroupés sont par nature plus restrictifs que le code sous-jacent.

Même les meilleures plateformes no-code presentent des limites, et il est important d'aligner correctement leurs fonctionnalités sur leurs capacités. Elles fonctionneront souvent bien pour des cas d'utilisation simples où les blocs de construction prédéfinis et visualisés correspondent à des besoins ou processus commerciaux bien connus. Les applications complexes, les intégrations, la science des données ou les flux de travail nécessiteront toujours plus qu'une plateforme no code.

Source : IDC

Et vous ?

Que pensez-vous des outils Low-Code ? No-Code ?
En avez-vous déjà utilisé ? Si oui, le(s)quel(s) ?
À quel moment, selon vous, pourrait-on s'en servir ? Dès lors qu'on a suffisamment de bagage technique dans un langage ? Dès lors qu'on est capable de faire un diagramme UML ou que l'on maîtrise la méthode Merise ? Quand on est suffisamment calé sur l'outil (telle fonctionnalité suscite telle réaction, etc.) ? À une autre moment ?
Qu'est-ce qui peut, selon vous, expliquer la prolifération de tels outils et la croissance du marché ?
Avez-vous fait la même observation que le cabinet (une augmentation de l'utilisation de tels outils) ?
Partagez-vous le point de vue d'IDC dans ses projections ?

Voir aussi :

Le low-code est susceptible de remplacer le codage traditionnel d'ici 2024, selon une étude de Mendix, un éditeur de solutions low-code, qui ravive le débat sur l'avenir du métier de développeur
Pourquoi les outils de développement low-code ne permettront pas aux développeurs citoyens de créer 80 % des logiciels d'ici 2024 ? De bons outils ne suffiraient pas pour créer de bons logiciels

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de kain_tn
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 17/01/2023 à 21:00
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Le chiffre d'affaires du marché low-code, no-code atteindra les 21 milliards de dollars en 2026 selon IDC
qui note que ce marché « continue de connaître une forte demande de la part des développeurs professionnels et non techniques »
Des développeurs non-techniques??
6  0 
Avatar de nickylarson
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 17/01/2023 à 23:39
Pour alimenter la discussion, on croise souvent effectivement des gens qui font du drag and drop et qui disent qu’il développe alors bon…

Perso ça me fait un peu sourire, en même temps l’essentiel reste toujours de comprendre ce que l’on fait à mon sens , car même avec les outils de dev moderne on rencontre des tools et autre assistant pour aller plus vite.

Mais tous ces truc no code ou mon code sans moi. 😅

Mais évidement je ne suis pas dans la cible comme bcp ici.
2  0