IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Contact tracing Covid-19 : plus de 600 millions d'euros dépensés en trois ans pour une « efficacité globale incertaine »
Selon un rapport de la Cour des comptes

Le , par Stéphane le calme

352PARTAGES

18  0 
Entre 2020 et août 2022, 34,5 millions de cas de contamination à la covid 19 ont été identifiés en France (hors résultats des autotests). Plus de 150 000 personnes sont décédées, dont près de 126 400 à l’hôpital. Le contact tracing (ou l'identification des personnes cas contact à risque), déployé à partir de mai 2020 à la sortie du premier confinement, est l’un des outils de lutte contre cette épidémie. Alors que le contact tracing va s’arrêter fin janvier 2023, la Cour des comptes a dressé le bilan de son efficacité globale, la jugeant plutôt incertaine.

Le contact tracing, déployé à partir de mai 2020 à la sortie du premier confinement, est l’un des outils de lutte du gouvernement français contre cette épidémie. Il consiste à joindre, par téléphone, par SMS ou par courriel, les personnes dépistées positives afin qu’elles recensent les personnes avec lesquelles elles ont eu un contact à risque, puis à prendre l’attache de celles-ci, en préservant l’anonymat des personnes positives, et à utiliser ces échanges pour communiquer des consignes de prévention (tests pour détecter une contamination pour les personnes contact ou une guérison pour celles positives ; isolement dans l’attente ou à la suite de leurs résultats).

Dans cette perspective, des solutions technologiques ont été explorées. Parmi elles figure StopCovid, une application permettant d’informer les citoyens ayant été à proximité des porteurs du virus.

Le 22 octobre 2020, le gouvernement français a annoncé la sortie de l’application de contact tracing TousAntiCovid qui est venue remplacer StopCovid. En plus des améliorations apportées au niveau de l’ergonomie et du contenu, TousAnticovid a reçu une implication particulière de la part du gouvernement dans la promotion de l’application. En effet, le gouvernement français a envoyé un SMS à tous les Français afin de les encourager à télécharger et à activer TousAntiCovid.


Le rapport de la Cour des comptes quant à l'efficacité du contact tracing

Implication de l'assurance maladie

Dans l’urgence, l’assurance maladie a créé un nouveau système d’information, mis en place des plateformes départementales d’enquêteurs, recruté des milliers de contractuels à durée déterminée, puis indéterminée pour stabiliser les effectifs et adapté continûment son dispositif. Depuis mai 2020, l’assurance maladie a joint plus de 32 millions de personnes dépistées positives et près de 22,7 millions de personnes contact, d’abord par téléphone puis essentiellement par SMS ou par courriel.

Pour être plus précis, en 2020, l’assurance maladie a enregistré et contacté 2,5 millions de personnes positives et 5 millions de cas contact, puis, en 2021, 7,2 millions de personnes positives et 11,8 millions de cas contacts. Entre janvier et juillet 2022, elle a joint près de 23 millions de personnes positives et 7,2 millions de cas contact. Au total, 56,7 millions de personnes ont été contactées entre mai 2020 et juillet 2022. À titre de comparaison, l’assurance maladie a reçu sur le numéro téléphonique 3646 ouvert aux assurés 22,6 millions d’appels en 2020 et 29,3 millions en 2021.


Au total, les dépenses liées au contact tracing, notamment de personnel, pourraient dépasser 600 millions d'euros au titre des trois années 2020 à 2022, dont un peu plus de 500 millions d'euros en interne et près de 110 millions d'euros pour la couverture de dépenses des ARS et de l’État.

La dématérialisation croissante du contact tracing

À partir de novembre 2020, les personnes positives ont reçu un SMS leur permettant de préparer l’entretien téléphonique avec l’enquêteur sanitaire. Les cas contact ainsi renseignés recevaient alors, à leur tour, un SMS les renvoyant vers le site de l’assurance maladie et précisant les informations relatives aux mesures sanitaires et à leurs droits. L’assurance maladie a continué à appeler les personnes contact qui ne se rendaient pas sur ce site.

Fin 2021, la dématérialisation s’est poursuivie. En décembre 2021 et janvier 2022, les personnes positives ont été invitées par SMS à alerter elles-mêmes leurs cas contacts, qui n’étaient ainsi plus recensés par l’assurance maladie. Début février 2022, la CNAM (Caisse Nationale d'Assurance Maladie) a mis en ligne le téléservice « Lister mes cas contacts » afin de dématérialiser l’ensemble du dispositif. Ce téléservice aide les personnes positives à identifier leur période de contagiosité et les situations à risque et permet d’informer automatiquement les cas contact par SMS. Les appels téléphoniques sont alors devenus résiduels, les enquêteurs sanitaires n’appelant plus que les personnes positives n’ayant pas renseigné au préalable leur numéro de téléphone portable.

Depuis juillet 2022, le contact tracing est entièrement dématérialisé : l’assurance maladie ne passe plus d’appels, même aux personnes pour lesquelles elle ne disposait pas au préalable des coordonnées téléphoniques ; elle continue en revanche à traiter des appels entrants. Compte tenu de cette dématérialisation intégrale, les personnes n’ayant pas communiqué au préalable leur numéro de téléphone portable ne reçoivent pas de SMS de l’assurance maladie les invitant à déclarer leurs cas contact. Elles représentent une part réduite des assurés (moins de 5 %) et restent en revanche destinataires des messages adressés par SiDep par courriel et SMS.

Une efficacité globale incertaine

Sans le contact tracing, il est vraisemblable que les contaminations auraient été plus nombreuses ou rapides et leur incidence plus forte sur les hôpitaux, mais ces impacts ne peuvent être quantifiés en l’absence d’évaluation scientifique.

L’assurance maladie est parvenue à joindre plus de neuf personnes sur dix dépistées positives ou qui lui ont été déclarées comme cas contact et plus de 90 % des personnes positives jointes l’ont été dans les 24 heures suivant l’annonce du résultat du test. En revanche, seules 70 à 80 % des personnes contact ont été jointes dans les 24 heures suivant leur recensement.

Surtout, l’assurance maladie n’est parvenue à recenser qu’une partie, potentiellement minoritaire, des personnes contact. En moyenne, une personne dépistée positive sur deux ne lui a déclaré aucune personne contact en 2020 et en 2021. En augmentant sa charge de travail, les vagues épidémiques ont conduit l’assurance maladie à alléger ses procédures de recherche des cas contact. Devant l’impact des 5e à 7e vagues sur le nombre de personnes à contacter, l’assurance maladie a dématérialisé l’essentiel des procédures de traçage. Or, l’envoi de SMS aux personnes positives pour les inviter à télédéclarer leurs contacts sur un site internet
entraîne moins de déclarations de cas contact que les appels téléphoniques. Près de 90 % des personnes positives n’en ont déclaré aucun au premier semestre 2022.

En outre, les rares éléments d’analyse disponibles font apparaître un respect partiel par les personnes positives et par leurs contacts des consignes de prévention qu’elles ont reçues, ce qui n’a pu qu’amoindrir l’efficacité du contact tracing.

Les principaux enseignements de l’enquête

Le traçage des personnes contact à risque de personnes dépistées positives, ou contact tracing, est un dispositif de prévention de la covid 19, devenu secondaire à la suite de la montée en charge de la vaccination. L’assurance maladie s’est fortement impliquée dans cette mission de santé publique inédite et de grande ampleur et a joint dans des délais rapides plusieurs dizaines de millions de personnes positives et de personnes contact.

Cependant, elle n’est parvenue à recenser qu’une partie des personnes contact. Le remplacement des appels téléphoniques par des demandes par SMS de déclaration des contacts sur internet s’est accompagné d’une chute des nombres de contacts déclarés. L’efficacité du contact tracing a par ailleurs été affectée par des facteurs sur lesquels l’assurance maladie ne pouvait avoir prise (non-respect des consignes de prévention données).

Alors que le contact tracing va s’arrêter fin janvier 2023, il convient de procéder à une évaluation scientifique de son impact sur les chaînes de contamination de la covid 19 afin de concevoir un dispositif plus efficace dans l’éventualité de nouvelles épidémies.

Source : rapport de la Cour des comptes

Et vous ?

Que pensez-vous du système de contact tracing tel qu'il est structuré ?
À la lecture de l'audit de la Cour des comptes, que pensez-vous finalement de son utilité ?
Quelles seraient, selon vous, les pistes à étudier pour l'améliorer ?

Voir aussi :

StopCovid : la première application de contact tracing développée par la France aurait coûté 6,5 millions €, mais « aurait été d'une inutilité sanitaire manifeste », selon un rapport des députés

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de totozor
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 27/01/2023 à 15:34
En tant qu'administrateur d'un club de sport on m'a demandé de vérifier les pass de mes coéquipiers - ce que j'ai refusé de faire.
Mais j'ai testé les informations disponibles sur mon pass : en scannant le QR code l'application m'a donné mon nom, mon prénom et mon statut (vert/rouge)
puis j'ai cliqué sur détails et là j'ai été très surpris d'y découvrir la date, la ville et le centre de vaccination. Pourquoi tant d'informations?
En quoi tout ceci est nécessaire?
A qui est ce nécessaire?

Pour moi le QR code aurait du contenir 4 informations : Nom + prénom (pour m'identifier) + pays + date de vaccination (parce que fut un temps tout le monde ne suivait pas la même règle)
Et ce même QR code devait fournir 3 informations : Nom + prénom (pour qu'un flic puisse vérifier que c'est le mien) + statut (vert/rouge)
Tout le reste est soit une donnée personnelle inutile (donc protégée par le RGPD) soit une donnée médicale (donc sous secret médical).
7  0 
Avatar de encoremoi21258
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 29/01/2023 à 17:31
6.5 millions d'euros ...

Je pourrais presque parier qu'une PME avec 2-3 développeurs aurait pu faire pareil pour un coût de maximum 1 million d'euros sur la même période, coût des serveurs inclus.
6  1 
Avatar de Prox_13
Membre actif https://www.developpez.com
Le 30/01/2023 à 10:00
Citation Envoyé par totozor Voir le message
En tant qu'administrateur d'un club de sport on m'a demandé de vérifier les pass de mes coéquipiers - ce que j'ai refusé de faire.
Mais j'ai testé les informations disponibles sur mon pass : en scannant le QR code l'application m'a donné mon nom, mon prénom et mon statut (vert/rouge)
puis j'ai cliqué sur détails et là j'ai été très surpris d'y découvrir la date, la ville et le centre de vaccination. Pourquoi tant d'informations?
En quoi tout ceci est nécessaire?
A qui est ce nécessaire?

Pour moi le QR code aurait du contenir 4 informations : Nom + prénom (pour m'identifier) + pays + date de vaccination (parce que fut un temps tout le monde ne suivait pas la même règle)
Et ce même QR code devait fournir 3 informations : Nom + prénom (pour qu'un flic puisse vérifier que c'est le mien) + statut (vert/rouge)
Tout le reste est soit une donnée personnelle inutile (donc protégée par le RGPD) soit une donnée médicale (donc sous secret médical).
Une raison simple et en deux mots : La falsification.
Pour être valable, ce n'est pas suffisant de n'avoir que "Nom + prénom (pour m'identifier) + pays + date de vaccination".
Finalement, la seule information supplémentaire, c'est le centre de vaccination ayant émis ce certificat. Cela permet de simplement vérifier dans le registre que ce numéro ait bien été émit, rien de terrible surtout comparé à ce que TousAntiCovid récupère comme info. Je suis bien plus inquiet quant à ma localisation par exemple.

Non, pour de vrai, ce qui est sidérant, c'est le nombre de virologues qui sont nés de cette pandémie et comment les gens s'écrasent les uns les autres en politisant la chose.
Et pourquoi finalement ? Rien.
3  0 
Avatar de maxtal
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 30/01/2023 à 9:40
Une belle illustration de l'incompétence totale de notre gouvernement vis à vis du numérique
2  0 
Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 30/01/2023 à 16:26
Sans aucun doute trop cher pour ce que cela fait, mais j'en retiens tout de même la facilité de montrer mon pass sanitaire à l'aéroport ou au restaurant.
La fonctionnalité tracking, clairement inefficace -- j'ai choppé le virus et aucun de mes proches n'a reçu d'alertes -- est également problématique sur le plan des données personnelles.
Car quand tout va bien, dans un état de droit, on n'a rien à cacher. Mais cela n'a pas toujours été le cas, et rien ne garantit que cela le sera toujours à l'avenir.
3  1 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 30/01/2023 à 16:55
Citation Envoyé par yahiko Voir le message
Sans aucun doute trop cher pour ce que cela fait, mais j'en retiens tout de même la facilité de montrer mon pass sanitaire à l'aéroport ou au restaurant.
Même pas, c'est encore plus simple de scanner ton QR code en fond d'écran, tu économise un click, et la taille de cette appli qui sert à rien.
2  0 
Avatar de Gluups
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 31/01/2023 à 16:50
Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
Je me permets de corriger ta phrase :"Une belle illustration de l'incompétence totale de notre gouvernement"
Il faut bien avouer qu'il n'y a pas de quoi pavoiser.
Étape 1 : on voit le gouvernement éliminer tous ses concurrents crédibles (exemples : Fillon, les Identitaires) sous des prétextes futiles.
Réaction du peuple : rester les bras ballants, c'est normal que le président choisisse son successeur.

Étape 2 : voir arriver une liste de candidats identique à celle de cinq ans plus tôt, donc avec le même corps électoral on sait qui sera président, dont on dit pis que pendre.
Réaction du peuple : tous se ruer aux urnes pour transformer ce simulacre en plébiscite.

Étape 3 : le peuple a obtenu ce qu'il voulait.
Réaction du peuple : se plaindre.

Ben non les mecs, trop tard.
2  0 
Avatar de totozor
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 08/12/2022 à 7:43
Alors c'est assez marrant parce que dans mon entourage les gens sont rester plutôt respectueux des règles, même les complotistes.
Ca grognait quand on demandait de mettre les masques, ça ne s'est pas forcément vacciné mais du coup c'était plus respectueux des règles de distanciation sociale etc.

Par contre les applications françaises ou Belges ont été très peu utilisées.
Et la raison est simple : on avait rien à y gagner : l'application nous signalait si une personne covidée avait passé 15 min à moins de 2m de nous. A cette époque, je savais lister de tête les personnes qui étaient dans ce cas et c'était le cas de la majorité des personnes.

Dans mon club de sport on a fait le test au premier PCR positif : 4h après la réception du résultat 90% des cas contacts avaient confirmés qu'ils avaient reçu l'info, on atteignait les 100% en 8h. Et c'est comme ça dans tous les cas que je connais.
1  1 
Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 08/12/2022 à 9:48
Citation Envoyé par totozor Voir le message
Alors c'est assez marrant parce que dans mon entourage les gens sont rester plutôt respectueux des règles, même les complotistes.
Ca grognait quand on demandait de mettre les masques, ça ne s'est pas forcément vacciné mais du coup c'était plus respectueux des règles de distanciation sociale etc.

Par contre les applications françaises ou Belges ont été très peu utilisées.
Et la raison est simple : on avait rien à y gagner : l'application nous signalait si une personne covidée avait passé 15 min à moins de 2m de nous. A cette époque, je savais lister de tête les personnes qui étaient dans ce cas et c'était le cas de la majorité des personnes.
Même constat chez moi.

De manière générale, toute la gestion dynamique des cas contacts a été catastrophique:
- Mon père et ma mère ont installé l'application et vivent ensemble, mon père s'est déclaré positif, ma mère n'a jamais eu de notification comme quoi elle était cas contact.
- Quand j'ai eu le covid en février, j'ai reçu un sms me disant que j'allais recevoir un coup de fil pour déclarer mes cas contacts, je l'attend encore.
- Quand ma copine à eu le COVID, elle avait un cas contact non vacciné, les tests n'étant plus remboursés pour les non vaccinés, elle a essayé par tout les moyens de définir son amie en cas contact pour que son amie reçoive ce qu'il faut pour ne pas payer son test via l'application ou un moyen quelconque. Elle n'a jamais reçu de justificatif de quelque nature que ce soit, mais en envoyant la facture à la Sécu avec une lettre expliquant son cas elle s'est faite remboursée sans soucis.

Bref, de mon expérience, toute la partie numérique de la gestion du COVID est à mettre à la poubelle et à repenser entièrement pour la prochaine pandémie...
1  1 
Avatar de marsupial
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 08/12/2022 à 13:01
En effet, le gouvernement français a envoyé un SMS à tous les Français afin de les encourager à télécharger et à activer TousAntiCovid.
Jamais reçu. Et tant mieux : moins de traçage.

Dans un contexte de traçage permanent, quoi qu'on fasse dès lors qu'on est connecté, explique le flop de l'application et sa toute relative efficacité. Le numérique peut beaucoup de choses, mais il va falloir trouver une autre solution pour les prochaines épidémies et arrêter d'attendre des miracles d'une app. En tout cas, une dépense de 600 millions sur 2 ans et demi pour un résultat au mieux mitigé, un bien beau gâchis.
0  0