IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Au bord de la faillite, Qwant obtient un sursis auprès de la Banque européenne d'investissement,
Le moteur de recherche fantoche Français encore une fois sauvé du fiasco par la puissance publique

Le , par Bill Fassinou

123PARTAGES

20  0 
Qwant n'a jamais réussi à proposer un moteur de recherche souverain qui répond aux attentes des Français, et ce, en dépit du soutien des pouvoirs publics. Presque dix ans après un lancement retentissant, Qwant croulerait sous les dettes, ne disposerait pas des capitaux nécessaires pour rembourser ces créanciers et aurait même frôlé la faillite dernièrement. L'entreprise devait s'acquitter de deux prêts en janvier et juin 2022 (respectivement de 5 et de 10 millions d'euros) auprès de la Banque européenne d'investissement (BEI). Mais par manque de liquidités, Qwant a bénéficié d'une faveur de la BEI qui a rééchelonné la dette sans attirer l'attention du public.

Lancé en grande pompe en juillet 2013, le moteur de recherche Qwant était censé devenir le "Google français" et avait promis de libérer la France et l'Europe du joug des géants asiatiques et américains de la recherche en ligne. Mais cette fougue n'a pas duré assez longtemps. S'en sont suivies dix années de gestion catastrophique et une montagne de dettes que l'entreprise peine aujourd'hui à rembourser. Les dirigeants successifs de l'entreprise n'ont pas réussi à faire de Qwant le moteur de recherche "souverain" de la France. Mais encore, des enquêtes ont révélé que Qwant s'appuyait sur des rivaux comme Bing de Microsoft pour proposer ses services.

D'après le média L'Informé, Qwant a été très proche de la faillite dernièrement. À en croire un récent rapport du média économique, Qwant devait rembourser une dette de 15 millions d'euros à la BEI cette année, mais l'entreprise ne disposait pas de ces fonds. Cependant, le moteur de recherche français a obtenu un rééchelonnement de sa dette auprès de la BEI, ce qui lui aurait évité de déposer le bilan. Alors qu’il n’a jamais décollé commercialement, Qwant continue de bénéficier de la bonne grâce des pouvoirs publics français et européens. Qwant n’a jamais atteint la rentabilité depuis sa création en 2013 et la BEI est loin d'être son seul créancier.



En effet, Qwant a été lancé sous un modèle de préservation de la vie privée et a été présenté par le gouvernement français comme l'un des piliers pour atteindre la "souveraineté numérique". Ainsi, Qwant a toujours promis qu'il ne traque pas ses utilisateurs et ne vend pas leurs données personnelles afin de garantir leur vie privée. Le jeune moteur de recherche se veut neutre dans l'affichage des résultats. Qwant a notamment bénéficié d'une subvention de plus de 20 millions d'euros de la Caisse des Dépôts pour lui permettre de concurrencer Google, et est aujourd'hui le moteur de recherche par défaut dans les administrations publiques.

En outre, l'extension du moteur de recherche pour le navigateur Mozilla Firefox fait partie de la liste des logiciels libres préconisés par l'État français dans le cadre de la modernisation globale de ses systèmes d’information où il est indiqué comme publiée sous licence MIT/X11. Le moteur en lui-même n'est pas open source. Cependant, Qwant n'a pas réussi son pari, et est encore loin d'être considéré comme un moteur de recherche souverain. Une enquête publiée le 18 mai 2020 par Le Média a révélé que Qwant ne ressemble en rien au projet initial, et ne mérite pas la couverture médiatique qui le présente comme un modèle de success-story.

Qwant dépendrait à plus de 60 % de Bing, le moteur de recherche de Microsoft, alors qu'il était censé être une alternative souveraine et respectueuse de la vie privée aux géants asiatiques et américains. Qwant s'appuie non seulement sur Bing pour fournir les résultats de recherche, mais il doit aussi sa principale source de revenus (environ 90 % de ses revenus) à Microsoft. Qwant utilise Bing Ads pour afficher de la publicité sponsorisée dans les résultats de recherche. Interrogés sur le sujet, les cadres de la société ont déclaré qu'il ne s'agit pas de publicités ciblées, mais plutôt de publicités contextualisées affichées grâce à des données anonymisées.

En outre, en 2015, la CNIL avait signifié à Qwant lors d’un contrôle que ses mesures d’anonymisation n’étaient pas suffisantes. Qwant affirme s’être améliorée depuis, mais aucun régulateur ou tiers certificateur n’est en mesure de l’attester. Pour l’heure, Qwant qui se présente comme un rival de Google dépend de Microsoft pour son moteur de recherche, sa capacité de calcul et sa régie. Pour certains, Qwant n’existe même plus. « Quand je regarde Qwant aujourd’hui, j’ai du mal à penser qu’il ne s’agit pas d’une filiale de Microsoft. Presque toutes les technologies que l’entreprise utilise viennent de Microsoft », note un critique.



Selon l'enquête, les relations de ses actionnaires et dirigeants avec des personnalités au plus haut de l'État qui lui ont permis d'avoir son statut actuel. « Sur le papier, cela pourrait passer pour une success-story. Mais en réalité, Qwant ne marche pas, ou mal. Ses résultats sont tirés principalement du moteur de recherche Bing, de Microsoft ; ils sont souvent datés, peu fiables, peu pertinents, limités en nombre. C’est le constat tiré par la Direction interministérielle du numérique (DINUM) dans une note confidentielle datée du mois d'août 2019, que s’est procuré Le Média », explique le Marc Endeweld du site Le Média.

Plusieurs enquêtes ont révélé au fil des ans que Qwant termine chaque année dans le rouge. Par exemple, en 2019, les pertes de Qwant se sont creusées de 50 %, à 23,5 millions d'euros, pour un chiffre d'affaires de seulement 5,8 millions d'euros. Un an plus tôt, le moteur de recherche avait perdu 13,8 millions d’euros. Malgré un chiffre d’affaires bas, et des pertes considérables répétées, Qwant a une charge salariale importante - avec un niveau de rémunération apparemment trop élevé. La société a donc décidé à l'été 2020 de se séparer du quart de son effectif. Cela devrait lui permettre de réduire ses coûts.

Cela devait lui permettre également de se concentrer sur son principal service qu'est son moteur de recherche. Avant cela, en avril 2020, la société avait procédé à un remaniement de sa direction. Ainsi, de nombreux responsables ont quitté l'entreprise en 2020 et au cours de ces derniers mois. Après les départs, en septembre 2021, de Guillaume Champeau, chargé de l'éthique et des affaires juridiques, Hugo Venturini, le CTO et Nam Ma Kim, qui s'occupait du marketing, le directeur de la stratégie Sébastien Ménard a lui aussi quitté l'entreprise en décembre. Néanmoins, les pertes pour 2020 se chiffraient à environ 13 millions d'euros.

Qwant espérait retrouver l'équilibre en 2021. Mais toujours en difficulté, il a demandé en juin 2021 à ses actionnaires d'approuver un prêt d'environ 8 millions d'euros de la part du géant chinois des télécommunications Huawei. Le financement devrait se faire via des obligations convertibles de Hubble, le fonds de capital-risque du géant chinois basé à Hong Kong. Pour rassurer les sceptiques sur la potentielle entrée de la firme chinoise au capital de Qwant, un porte-parole de la Caisse des Dépôts a déclaré qu'il s'agit d'un investissement via une obligation, ce qui n'est pas synonyme d'une entrée de Huawei dans le capital de Qwant.



Selon d'autres, Qwant ferait également face à des divisions internes qui ralentissent le projet. Le mois dernier, Guillaume Champeau, désormais directeur juridique de Clever Cloud, a laissé entendre que le mal est plus profond et a défendu le parcours de Qwant, ainsi que les investissements publics dans le projet. Il estime d'ailleurs que ces fonds étaient insuffisants. « Un jour, les médias réaliseront que Qwant n’a jamais eu un problème de surfinancement, mais de sous-financement. L’État est venu compenser le déficit d’investissements privés européens pour créer un moteur européen, dont on a besoin », a déclaré Champeau dans un tweet.

Il a ajouté : « dépendre des Américains ou des Asiatiques pour nous dire selon leurs critères à eux ce qui est intéressant et pertinent sur Internet quand on recherche de l’information, c’est un problème démocratique et stratégique. Donc oui, la puissance publique est venue abonder au maigre financement privé de Qwant, mais la réalité est qu’il aurait fallu beaucoup plus ». En 2021, Qwant aurait perdu 9,1 millions d’euros pour un chiffre d’affaires de 11,9 millions d’euros. Au début de l'année, l'on a appris que Qwant serait à vendre et qu'un mandat aurait été confié fin 2021 à un spécialiste des fusions-acquisitions pour dénicher des investisseurs.

Sources : Qwant, Caisse des Dépôts, CNIL, L'Informé

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous du parcours de Qwant ?
Que pensez-vous des propos de Guillaume Champeau ? Qwant a-t-il souffert d'un sous-financement ?
Selon vous, Qwant avait-il dès le départ les bonnes cartes en main pour faire de l'ombre à Google ?
Selon vous, quelles sont les raisons qui expliquent l'échec de Qwant ? Le projet s'est-il fixé un objectif trop grand dès le départ ?

Voir aussi

Qwant serait à vendre, après neuf années de gestion catastrophique et de pertes colossales, sans être parvenu à devenir le moteur de recherche "souverain" de la France

Qwant, le faux espoir de la French Tech ? Le moteur de recherche « souverain », mais dépendant à plus de 60 % de Bing, est au cœur d'un scandale d'État

Le français Qwant qui rêve de détrôner le moteur de recherche de Google est dans la tourmente, les actionnaires du groupe exigeraient une nouvelle équipe managériale pour conduire sa transformation

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Cpt Anderson
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 07/12/2022 à 17:52
à quoi ca sert de sauver ce truc qui ne fonctionne pas ? c'est juste de l'argent foutu par les fenetres. C'est dingue !
19  0 
Avatar de kbadache
Membre averti https://www.developpez.com
Le 07/12/2022 à 17:37
Pour être riche, il suffit de pondre un logiciel et de le vendre à l'état.
Ca fonctionne même si il est pas fiable et on peut mettre autant de zéro sur la facture que l'on souhaite. (Qwant, StopCovid...)
13  0 
Avatar de d_d_v
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 07/12/2022 à 17:38
Encore un beau succès d'une des pépites de la startup nation
13  0 
Avatar de Refuznik
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 08/12/2022 à 8:23
Pendant ce temps là son cofondateur et ancien président-directeur général (PDG) Eric Léandri, a été épinglé dans une longue enquête du site Politico pour les activités d’intelligence économique de sa nouvelle société, Altrnativ. Politico a eu accès à plusieurs milliers de documents relatifs à Altrnativ qui dépeignent des offres de services peu respectueuses de la vie privée.

Voir l'article sur le site du Monde : https://www.lemonde.fr/pixels/articl...5_4408996.html
9  0 
Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 08/12/2022 à 16:09
Le web c'est international, donc un moteur européen ou national cela n'a pas de sens. Même si c'était par langue ça n'aurait toujours pas de sens pour des "nations", par exemple la francophonie c'est plus de 300 millions dans le monde et pas juste la France.
Le problème c'est que Google a un monopole et que c'est en train de devenir de plus en plus de la m... Le plus gros de la surface est maintenant pris par les pubs, et la partie non pub devient de moins en moins pertinente, c'est devenu pitoyable.

Qwant c'est clairement une honte, autant le laisser couler plutôt que de continuer à le soutenir avec de l'argent public pour rien.
9  1 
Avatar de sanderbe
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 07/12/2022 à 22:31
Bonsoir

Au bord de la faillite, Qwant obtient un sursis auprès de la Banque européenne d'investissement, le moteur de recherche fantoche Français encore une fois sauvé du fiasco par la puissance publique

Quel est votre avis sur le sujet ?
Au bord du gouffre, donc gageons que Qwant se plante et disparaisse ! Il est temps d'arrêter de dilapider les deniers publiques européens inutilement :/

Que pensez-vous du parcours de Qwant ?
Que c'est un parcours catastrophique.

Que pensez-vous des propos de Guillaume Champeau ?
Il a raison . Les crédit relève du saupoudrage.

Qwant a-t-il souffert d'un sous-financement ?
Tout à fait . 20 millions VS plusieurs centaines de milliards je vous laisse imaginer la différence taile !

Selon vous, Qwant avait-il dès le départ les bonnes cartes en main pour faire de l'ombre à Google ?
Du tout. Qui plus est quand c'est l'état français qui gère ! L'état français est connu pour être un mauvais voire très mauvais gestionnaire ! A fuir comme la peste !

Selon vous, quelles sont les raisons qui expliquent l'échec de Qwant ?
Un boite à la ramasse dirigée par des technocrates qui n'y connaissent rien. Déconnectés de la réalité quoi .

Le projet s'est-il fixé un objectif trop grand dès le départ ?
Irréaliste même .
9  2 
Avatar de smarties
Membre expert https://www.developpez.com
Le 07/12/2022 à 17:31
Quand j'avais essayé il y a quelques années, j'avais trouvé le moteur lent :
- trop d'éléments chargés sur la page d'accueil/recherche
- résultats moins pertinents que G mais maintenant j'utilise principalement DuckDuckGo

Je n'ai jamais réessayé depuis, une mauvaise 1e impression peut être fatal.
6  1 
Avatar de GATEN
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 07/12/2022 à 17:55
Trouver des subventions, c'est un métier à temps plein
5  0 
Avatar de gangsoleil
Modérateur https://www.developpez.com
Le 08/12/2022 à 12:54
Bonjour,

Beaucoup de problèmes : des problèmes internes décriés depuis des années, un sous-financement (mais vu que c'est privé ils ne peuvent s'en prendre qu'à eux-même), beaucoup trop de services (qwant, qwant junior, musique, maps, "un moteur de recherche destiné aux élus et aux agents territoriaux nommé Elunum", qwant causes, masq (stockage), visiblement plusieurs dirigeants déconnectés de la réalité...

Est-ce qu'il faut encore se poser la question entre sauver qwant, ou bien repartir de zéro ? Dans le cas présent, il me semble pertinent de vouloir repartir sur des bases saines, avec des objectifs plus réalistes et des financements appropriés.
5  0 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 12/12/2022 à 13:20
Citation Envoyé par Guntha Voir le message
J'utilise Qwant depuis plusieurs années parce les résultats de Google sont de plus en plus gangrénés par sa "personnalisation" de la recherche qui est de plus en plus foireuse, et j'en suis très satisfait.
J'avoue que pour la partie Translate ou Maps c'est pas encore ça, et je crois que la recherche image est encore basée sur Bing.
Qwant n'existe pas, c'est du vent, en fait tu utilises Bing.

Sinon oui parfois bing commence à donner de meilleurs résultats que Google parce que google ça devient de plus en plus de la grosse m...
4  0