IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les actions de Zoom ont perdu 90% de leur valeur par rapport à leur pic en 2020 durant le confinement.
L'entreprise tente de nouvelles approches pour ne plus se cantonner à la visioconférence

Le , par Stéphane le calme

66PARTAGES

4  0 
Zoom Video Communications, qui était autrefois une coqueluche de l'ère des confinements durant la pandémie, a du mal à regagner l'intérêt du marché. Le cours de l'action de la société était en baisse de plus de 6 % mardi matin après avoir annoncé la plus faible croissance de ses ventes trimestrielles. Le chiffre d'affaires a augmenté de 5 % pour atteindre 1,1 milliard de dollars, ce qui correspond aux estimations des analystes. Pour l'ensemble de l'année, l'éditeur de logiciels a réduit ses prévisions de ventes à 4,38 milliards de dollars, contre 4,4 milliards de dollars prévus en août.

La pandémie de COVID-19 a été profitable à plusieurs services numériques : les uns après les autres, ils annonçaient avoir battu des records d’audience tandis que le confinement obligeait les internautes à communiquer autrement.

Zoom a fait partie de ces élus. En septembre 2020, le service de visioconférence a annoncé des résultats financiers qui ont dépassé les attentes de l’entreprise dans le deuxième trimestre de son année fiscale 2021 qui s’était fixé un objectif à environ 500 millions de dollars avec la forte demande liée à la crise sanitaire. Les revenus ont plus que quadruplé et se chiffraient à 663,5 millions de dollars, contre 145,8 millions de dollars à la même période l’année précédente, soit une croissance de 355%.

« Les organisations sont en train de passer de la satisfaction de leurs besoins immédiats en matière de continuité d’activité à la prise en charge d’un avenir de travail où que ce soit, d’apprendre n’importe où et de se connecter n’importe où sur la plateforme vidéo de Zoom. Chez Zoom, nous nous efforçons de fournir une expérience de communication de classe mondiale, sans friction et sécurisée à nos clients sur tous les sites, appareils et cas d'utilisation », a déclaré Eric S. Yuan, fondateur et PDG de Zoom. « Notre capacité à garder les gens du monde entier connectés, associée à notre solide exécution, a conduit à une croissance du chiffre d'affaires de 355% en glissement annuel au deuxième trimestre et nous a permis d'augmenter nos perspectives de chiffre d'affaires à environ 2,37 milliards de dollars à 2,39 milliards de dollars pour le deuxième trimestre de notre année fiscale 2O21, soit une augmentation de 281% à 284% d’une année à l’autre. »

En mars 2021, selon un rapport de l'ITEP (Institute On Taxation and Economic Policy), les bénéfices de Zoom ont augmenté de 4 000 % en 2020 (660 millions de dollars contre seulement 16 en 2019), mais l'entreprise n'a pas payé d'impôt sur le revenu. Cela amène les économistes à qualifier le système de truqué.

« Le passage immédiat à l'activité en ligne explique la croissance sans précédent des revenus de l'entreprise. Pour beaucoup, Zoom est devenu un espace de rencontre quotidien omniprésent, que ce soit pour le travail, l'enseignement en classe, les réunions de famille ou les happy hours du soir », indique le rapport de l'ITEP. En effet, Zoom, développé par Zoom Video Communications, une entreprise américaine de services de téléconférence basée à San José, en Californie, est devenue très populaire l'année tandis que la pandémie du Covid-19 a obligé les entreprises à avoir recours au télétravail.

Zoom a été largement utilisée par les travailleurs à distance et les écoliers à travers le monde en raison des mesures de distanciation sociale et de quarantaine prises dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19. Même si le pic soudain du nombre d'utilisateurs de Zoom a révélé certaines faiblesses de la plateforme, cela n'a pas empêché les gens de continuer à l'utiliser. Selon le rapport de l'ITEP, Zoom a déclaré avoir réalisé 660 millions de dollars de bénéfices avant impôts pour 2020, soit une augmentation exponentielle par rapport à ses 16 millions de dollars de bénéfices avant impôts en 2019.

Cela dit, comparativement à 2019, Zoom n'a pas payé d'impôt en 2020. Alors, pourquoi l'augmentation des revenus de la société n'a-t-elle pas été accompagnée d'une facture d'impôt fédéral au moins symbolique ? Pour certains analystes, le fait que l'entreprise n'ait payé aucun impôt fédéral sur le revenu révèle une sombre leçon sur l'économie américaine. D'après l'ITEP, la principale réponse semble être l'utilisation "somptueuse" par la société de stock options pour la rémunération. La déclaration fiscale de Zoom indique qu'il a réduit ses impôts mondiaux de 300 millions de dollars en 2020 en utilisant la rémunération à base d'actions.


Zoom a du mal à s'adapter à une réalité post-confinement

L'action de Zoom a perdu plus de 85 % de sa valeur depuis son pic d'octobre 2020, dont une baisse de plus de 50 % depuis le début de l'année.

Les revenus du dernier trimestre, qui s'est terminé le 31 octobre, ont augmenté de 5% par rapport à l'année précédente, selon un communiqué. Au cours du trimestre précédent, le chiffre d'affaires a augmenté de 8 %. Le bénéfice net a chuté à 48,4 millions de dollars, contre 340,3 millions de dollars au trimestre précédent.

Après être devenu l'un des outils Internet les plus utilisés pendant les confinements, Zoom a du mal à fidéliser les clients retournant à leur routine normale. Après que le prix des actions a grimpé en flèche en 2020, Zoom a été confronté au double problème d'une économie de réouverture et d'une concurrence accrue, notamment de Microsoft, qui injectait de l'argent dans son service de vidéo et de collaboration Teams. Désormais, de plus en plus de réunions professionnelles et personnelles se déroulent dans la vraie vie, et celles qui se déroulent en ligne ne sont pas nécessairement sur Zoom.

Les résultats du troisième trimestre de Zoom montrent que la grande question pour l'entreprise est de savoir si les ventes aux entreprises seront suffisamment fortes pour compenser le ralentissement de la croissance des revenus en ligne, ou des consommateurs, alors que les entreprises ramènent les travailleurs au bureau à la suite de la pandémie.


Les revenus de Zoom au troisième trimestre 2022, annoncés lundi, ont augmenté de 5 % en glissement annuel pour atteindre 1,1 milliard de dollars, mais au cours du trimestre précédent, les revenus totaux ont augmenté de 8 %.

Le chiffre d'affaires de l'entreprise au troisième trimestre s'est élevé à 614,3 millions de dollars, en hausse de 20 % d'une année sur l'autre. Cependant, les revenus en ligne ont diminué de 9 % d'une année sur l'autre, totalisant 487,6 millions de dollars. La baisse des ventes en ligne ainsi que la croissance des dépenses ont entraîné une baisse de 23 %, à 66,5 millions de dollars, du bénéfice net d'exploitation.

Zoom a abaissé ses prévisions de ventes pour l'ensemble de l'année à un maximum de 4,38 milliards de dollars, en baisse par rapport à son estimation précédente de 4,4 milliards de dollars. Le cours de l'action Zoom a baissé de 7,7% dans les échanges de mardi matin.

S'adressant aux analystes lors d'une conférence téléphonique après la publication des résultats, le directeur financier de Zoom, Kelly Steckelberg, a déclaré que la société avait enregistré une forte croissance de Zoom Phone, associée aux contributions de Zoom Rooms et d'autres produits, et s'attendait à ce que les entreprises clientes représentent un pourcentage de plus en plus élevé du chiffre d'affaires total dans le temps.

Dans une transcription de l'appel, Steckelberg a déclaré que Zoom comptait « environ 209 300 clients d'entreprise, en hausse de 14% par rapport au même trimestre de l'exercice précédent ».

Citation Envoyé par Kelly Steckelberg
Au troisième trimestre, le chiffre d'affaires total s'est élevé à 1,102 milliard de dollars, en hausse de 5 % d'une année sur l'autre et de 7 % en monnaie constante. Ce résultat était d'environ 2 millions de dollars au-dessus de la limite supérieure de nos prévisions trimestrielles. La croissance du chiffre d'affaires est principalement due à la vigueur de notre activité Enterprise, qui a augmenté de 20 % d'une année sur l'autre et a représenté 56 % du chiffre d'affaires total, contre 49 % il y a un an.

Nous nous attendons à ce que les clients Enterprise représentent un pourcentage de plus en plus élevé du chiffre d'affaires total au fil du temps. Du point de vue des produits, nous avons enregistré une forte croissance de Zoom Phone, associée aux contributions de Zoom Rooms et d'autres produits.

Lors de la journée des investisseurs plus tôt ce mois-ci, nous avons introduit une nouvelle mesure, le taux de désabonnement mensuel moyen en ligne. Au troisième trimestre, cette mesure a continué de s'améliorer pour atteindre 3,1 %, contre 3,7 % au troisième trimestre de l'exercice 2022 et 3,6 % au dernier trimestre. Nous sommes heureux que cette métrique soit maintenant revenue aux niveaux d'avant la pandémie.

Le nombre de clients Enterprise a augmenté de 14 % d'une année sur l'autre pour atteindre environ 209 300. Notre taux d'expansion net en dollars sur les douze derniers mois pour les clients d'entreprise au troisième trimestre s'est établi à 117 %.

Nous avons enregistré une croissance de 31 % d'une année sur l'autre dans le marché haut de gamme, alors que nous terminions le trimestre avec 3 286 clients contribuant pour plus de 100 000 USD au chiffre d'affaires des 12 derniers mois. Ces clients représentent 27 % du chiffre d'affaires, contre 22 % au troisième trimestre de l'exercice 2022.

Notre chiffre d'affaires en Amérique a augmenté de 11 % d'une année sur l'autre. La région EMEA continue d'être impactée par le raffermissement du dollar, la guerre russo-ukrainienne et les performances en ligne, qui, combinées, ont entraîné une baisse de 9 % d'une année sur l'autre. L'APAC, qui a également été touchée par le raffermissement du dollar, a diminué de 3 % d'une année sur l'autre.
Des changements de stratégie

Au cours de la première année de la pandémie de COVID-19, Zoom a vu ses revenus augmenter de 300 %, alors que les travailleurs du monde entier ont été contraints d'abandonner leurs bureaux et de communiquer avec leurs collègues par appel vidéo. Alors que le travail hybride et à distance reste une réalité pour un grand pourcentage de travailleurs, le retour au travail en personne a vu le cours de l'action de Zoom perdre plus de 85 % de sa valeur depuis son pic en octobre 2020.

En conséquence, la société a tenté de ne plus être définie exclusivement comme une plateforme de visioconférence, le fondateur et PDG Eric Yuan ayant déclaré aux analystes lors de la conférence téléphonique du troisième trimestre que la société avait « lancé plus de 1 500 fonctionnalités et améliorations sur la plateforme Zoom cette année, faisant progresser la façon dont les gens se connectent les uns aux autres, à leur organisation et à leurs clients. »

Cependant, il a averti que même si la société a célébré ses innovations, elle est toujours confrontée à un « environnement macroéconomique difficile » en plus de « la pression du Forex [ndlr. le marché des changes, communément appelé Forex ou FX, est le marché mondial pour l'échange de la devise d'une nation contre une autre] et un examen approfondi des transactions pour les nouvelles affaires ».

Zoom a abaissé ses prévisions de revenus, principalement en raison du renforcement du dollar américain

La société prévoit des ventes pour cet exercice de 4,37 milliards de dollars à 4,38 milliards de dollars, une légère baisse par rapport à ses prévisions d'août et en dessous de l'estimation moyenne des analystes de 4,4 milliards de dollars. Le bénéfice ajusté devrait être de 3,91 $ par action à 3,94 $ par action, supérieur aux estimations et supérieur à l'appel précédent de la société.

Les prévisions de Zoom impliquent une croissance des revenus de 5 % au quatrième trimestre fiscal.

La direction n'a pas fourni d'orientations pour l'exercice 2024, mais Steckelberg a déclaré que, alors qu'elle et ses autres dirigeants travaillaient sur le plan pour cette période, « nous sommes très, très attentifs à la hiérarchisation des investissements ».

L'entreprise embauchera moins de personnes à l'approche du nouvel exercice, a-t-elle déclaré.

Conclusion

La société, qui est devenue un nom familier pendant le confinement en raison de la popularité de ses outils de visioconférence, tente de se réinventer en se concentrant sur les entreprises, avec des produits tels que le service d'appel sur le cloud Zoom Phone et l'hébergement de conférence offrant Zoom Rooms.

Lancé en janvier 2019, Zoom Phone propose des services téléphoniques VoIP cloud.

Avec ce service ​​VoIP de Zoom, les organisations de toute taille peuvent :
  • Rendre possible des styles de travail à distance, hybride et mobile avec des fonctions complètes de téléphonie sur le cloud
  • Simplifier la gestion des communications vocales et vidéo via un portail administratif centralisé
  • Améliorer la sécurité sur site avec Nomadic E911, une nomade d'alertes d'équipe de sécurité interne lors des appels aux services d'urgence, et les indicateurs du tableau de bord pour le suivi de la localisation des urgences
  • Améliorer la productivité grâce à des intégrations avec des applications essentielles telles que Salesforce, Microsoft Teams, et Google G-Suite, et des intégrations de centre d'appels avec Five9, Genesys, InContact, Talkdesk et Twilio

Zoom déclare avoir atteint les 4 millions de licences vendues. Pour mémoire, en janvier 2021, Zoom a célébré sa trois millionième licence vendue. Graeme Geddes, Head of Zoom Phone & Rooms, expliquait alors : « Passer de zéro à 3 millions de licences en à peine trois ans est la preuve qu'une solution de téléphonie dans le cloud enrichie comme Zoom Phone est de plus en plus indispensable. Des entreprises, des écoles et d'autres organisations n'ont plus besoin de se contenter d'une solution de téléphonie par défaut ; elles peuvent choisir un système complet qui renforce les capacités des équipes hybrides et correspond le mieux à leur activité ».


Zoom Rooms pour sa part propose des espaces de travail modernes pour les équipes hybrides. Les Zoom Rooms apportent la collaboration par la vidéo dans n’importe quel espace – dans le bureau, dans la salle de classe ou à la maison – et permettent d’interagir en temps réel avec les personnes et les participants distants.

Malgré toutes ces fonctionnalités, les analystes estiment que tout redressement de l'entreprise demandera encore quelques trimestres, car la croissance de son unité en ligne principale ralentit et la concurrence de Teams de Microsoft, Webex de Cisco et Slack de Salesforce devient intense.

« Zoom a un défaut fondamental : il a dû dépenser beaucoup pour conserver sa part de marché. Dépenser pour maintenir, plutôt que pour faire croître, la part de marché n'est jamais une bonne situation et était un signe de problèmes à venir », a déclaré l'analyste Sophie Lund-Yates pour le compte de Hargreaves Lansdown.

Les dépenses d'exploitation de la société ont bondi de 56 % au troisième trimestre, car elle a dépensé davantage pour le développement de produits et le marketing. Sa marge opérationnelle ajustée s'est contractée à 34,6% contre 39,1% un an plus tôt.

Certaines maisons de courtage pensent que les acquisitions pourraient aider à relancer la croissance de Zoom, mais le directeur général Eric Yuan a déclaré lors d'un appel post-bénéfice qu'il continuait de voir un examen approfondi des transactions pour les nouvelles affaires.

« La partie n'est pas terminée pour eux, mais sans acquisitions, il s'agit d'une voie pluriannuelle vers un retour à une croissance plus élevée », a déclaré Ryan Koontz, analyste chez Needham & Co.

Source : transcription de l'appel avec les investisseurs

Et vous ?

Avez-vous déjà utilisé Zoom ? Si oui, vous en servez-vous encore ? Dans quel cadre (professionnel, personnel) ? Qu'en pensez-vous ?
Que pensez-vous des fonctionnalités apportées par Zoom ? Sont-elles, selon vous, suffisantes pour faire face à la concurrence ?
« Zoom a un défaut fondamental : il a dû dépenser beaucoup pour conserver sa part de marché. Dépenser pour maintenir, plutôt que pour faire croître, la part de marché n'est jamais une bonne situation et était un signe de problèmes à venir ». Que pensez-vous de ces propos de l'analyste Sophie Lund-Yates ?

Voir aussi

Zoom accepte de payer 85 millions de dollars pour avoir menti sur le chiffrement de son application et envoyé des données à Facebook et Google à l'insu des utilisateurs
Eric Yuan, le PDG et fondateur de Zoom, a gagné près de 4 milliards de dollars en l'espace de trois mois suite à l'explosion de l'utilisation de sa plateforme en pleine pandémie de coronavirus

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !