IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La Chine présente un nouveau projet de loi sur le crédit social qui donne plus d'informations sur la réalité de ce système
Voici ce qu'il faut savoir

Le , par Stéphane le calme

120PARTAGES

14  1 
Depuis 2014, lorsque la Chine a annoncé un plan de six ans pour construire un système pour récompenser les actions qui renforcent la confiance dans la société et pénalisent l'effet contraire, ce plan semble avoir été mal interprété à propos de la Chine dans le discours occidental. En tout cas, c'est ce que suggèrent de nouveaux documents publiés à la mi-novembre.

Pour la plupart des gens en dehors de la Chine, le groupe de mots « système de crédit social » évoque une image instantanée : un réseau de technologies à la Black Mirror qui note automatiquement tous les citoyens chinois en fonction de ce qu'ils ont fait de bien et de mal. Mais la réalité est que ce système terrifiant n'existe pas, et le gouvernement central ne semble pas non plus être très motivé à le construire.

Au lieu de cela, le système sur lequel le gouvernement central travaille lentement est un mélange de tentatives de réglementation de l'industrie du crédit financier, de partage de données entre les agences gouvernementales et de promotion des valeurs morales sanctionnées par l'État (aussi vague que soit ce dernier objectif en particulier). Il n'y a pas encore de preuve que ce système a été abusé pour un contrôle social généralisé (bien qu'il reste possible qu'il puisse être utilisé pour restreindre les droits individuels).

Alors que les gouvernements locaux ont été beaucoup plus ambitieux avec leurs réglementations innovantes, provoquant plus de controverses et de résistance publique, le système de crédit social à l'échelle nationale mettra encore beaucoup de temps à se matérialiser. Et la Chine est maintenant plus proche que jamais de définir à quoi ressemblera ce système. Le 14 novembre, plusieurs agences gouvernementales de premier plan ont publié collectivement un projet de loi sur l'établissement du système de crédit social, la première tentative de codifier systématiquement les expériences passées sur le crédit social et, théoriquement, de guider la mise en œuvre future.

Pourtant, le projet de loi a laissé aux observateurs plus de questions que de réponses.

« Ce projet ne reflète pas du tout un changement radical », déclare Jeremy Daum, chercheur principal à la faculté de droit de Yale Paul Tsai China Center, qui suit depuis des années l'expérience du crédit social en Chine. « Ce n'est pas un changement significatif de stratégie ou d'objectif », dit-il.

« Au contraire, la loi reste proche des règles locales que des villes chinoises comme Shanghai ont publiées et appliquées ces dernières années sur des choses comme la collecte de données et les méthodes de punition, leur donnant simplement un cachet d'approbation centrale. Cela ne répond pas non plus aux questions persistantes des chercheurs sur les limites des règles locales. "Cela intègre en grande partie ce qui existe, au point où cela n'ajoute pas vraiment beaucoup de valeur », ajoute Daum.

Alors, à quoi ressemble réellement le système actuel de la Chine ? Les gens ont-ils vraiment des cotes de crédit social? Y a-t-il une part de vérité dans l'image du contrôle social alimenté par l'intelligence artificielle qui domine dans l'imaginaire occidental ?


Tout d'abord, qu'est-ce que le « crédit social » ?

Lorsque le gouvernement chinois parle de crédit social, le terme recouvre deux choses différentes : la solvabilité financière traditionnelle et la « solvabilité sociale », qui tire des données d'une plus grande variété de secteurs.

Le premier est un concept familier en Occident : il documente l'historique financier des particuliers ou des entreprises et prédit leur capacité à rembourser leurs futurs emprunts. Parce que l'économie de marché dans la Chine moderne est beaucoup plus jeune, le pays manque d'un système fiable pour consulter les dossiers financiers des autres personnes et des entreprises. Construire un tel système, destiné à aider les banques et les autres acteurs du marché à prendre des décisions commerciales, est une mission essentielle et peu controversée. La plupart des documents politiques chinois font référence à ce type de crédit avec un mot spécifique : « 征信 » (zhengxin, que certains chercheurs ont traduit par « évaluation du crédit »).

Ce dernier – « solvabilité sociale » – est celui qui fait froncer le plus de sourcils. Fondamentalement, le gouvernement chinois dit qu'il doit y avoir un niveau de confiance plus élevé dans la société, et pour nourrir cette confiance, le gouvernement lutte contre la corruption, les escroqueries aux télécommunications, l'évasion fiscale, la publicité mensongère, le plagiat universitaire, la contrefaçon de produits, la pollution... presque tout. Et non seulement les individus et les entreprises seront tenus responsables, mais les institutions juridiques et les agences gouvernementales le seront également.

C'est là que les choses commencent à devenir confuses. Le gouvernement semble croire que tous ces problèmes sont vaguement liés à un manque de confiance et que l'établissement de la confiance nécessite une solution unique. Ainsi, tout comme la notation du crédit financier aide à évaluer la solvabilité d'une personne, il pense qu'une certaine forme de « crédit social » peut aider les gens à évaluer la fiabilité des autres à d'autres égards.

En conséquence, la notation de crédit dite « sociale » est souvent regroupée avec la notation de crédit financière dans les discussions politiques, même s'il s'agit d'un domaine beaucoup plus récent avec peu de précédents dans d'autres sociétés.

Ce qui rend la situation encore plus déroutante, c'est que dans la pratique, les gouvernements locaux ont parfois confondu ces deux éléments. Vous pouvez donc voir un règlement parler de la façon dont les activités non financières nuiront à votre crédit financier, ou vice versa. (Dans un seul exemple, la province du Liaoning a déclaré en août qu'elle explorait comment récompenser le don de sang dans le système de crédit financier.)

Mais au niveau national, le pays semble vouloir garder les deux pour la plupart séparés, et en fait, le nouveau projet de loi les aborde avec deux ensembles de règles différents.


Le gouvernement a-t-il construit un système qui réglemente activement ces deux types de crédit ?

La réponse courte est non. Initialement, en 2014, le plan était d'avoir un système national de suivi de tout le « crédit social » prêt d'ici 2020. Nous sommes maintenant presque en 2023, et le cadre juridique tant attendu du système vient d'être publié dans le projet de loi de novembre 2022.

Cela dit, le gouvernement a surtout compris la partie financière. Le système zhengxin - rendu public pour la première fois en 2006 et considérablement mis à jour en 2020 - est essentiellement l'équivalent chinois de la notation des bureaux de crédit américains et est géré par la banque centrale du pays. Il enregistre l'historique financier de 1,14 milliard d'individus chinois (et leur donne des cotes de crédit), ainsi que près de 100 millions d'entreprises (bien qu'il ne leur donne pas de cotes).

Sur le plan social, cependant, les réglementations ont été inégales et vagues. À ce jour, le gouvernement national a mis en place uniquement un système axé sur les entreprises, et non sur les individus, qui regroupe les données sur la conformité aux réglementations des entreprises provenant de différentes agences gouvernementales. Kendra Schaefer, responsable de la recherche sur les politiques technologiques au sein du cabinet de conseil Trivium China, basé à Pékin, l'a décrit dans un rapport pour la Commission d'examen de l'économie et de la sécurité des États-Unis et de la Chine comme « à peu près équivalent à l'IRS, au FBI, à l'EPA, à l'USDA, à la FDA , HHS, HUD, au Department of Energy, au Department of Education et chaque palais de justice, poste de police et grande entreprise de services publics aux États-Unis partageant des dossiers réglementaires sur une seule plateforme ». Le résultat est ouvertement consultable par tout citoyen chinois sur un site Web récemment créé appelé Credit China.

Mais il y a aussi des données sur les personnes et d'autres types d'organisations. Le même site Web sert également de portail central pour plus de trois douzaines de bases de données (parfois très spécifiques), y compris des listes d'individus qui ont manqué à une décision de justice, des universités chinoises légitimes, des entreprises autorisées à construire des robots et des hôpitaux reconnus coupables d'avoir commis une fraude à l'assurance. Néanmoins, la conservation semble si aléatoire qu'il est difficile de voir comment les gens pourraient utiliser le portail comme une source de données cohérente ou complète.


Comment un système de crédit social affectera-t-il la vie quotidienne des Chinois ?

L'idée est d'être à la fois une carotte et un bâton. Ainsi, un individu ou une entreprise avec un bon dossier de crédit dans tous les domaines réglementaires devrait bénéficier d'un traitement préférentiel lorsqu'il traite avec le gouvernement, comme être mis sur une liste prioritaire pour les subventions. Dans le même temps, les individus ou les entreprises ayant un mauvais dossier de crédit seront punis, verront leurs informations affichées publiquement, et il leur sera interdit de participer aux appels d'offres publics, de consommer des produits de luxe et de quitter le pays.

Le gouvernement a publié l'année dernière une liste complète détaillant les sanctions autorisées. Certaines mesures sont plus controversées ; par exemple, les personnes qui n'ont pas payé les indemnités décidées par le tribunal se voient interdire de voyager en avion ou d'envoyer leurs enfants dans des écoles privées coûteuses, au motif qu'elles constituent une consommation de luxe. Le nouveau projet de loi confirme l'engagement que cette liste sera mise à jour régulièrement.

Existe-t-il donc un score de crédit social centralisé calculé pour chaque citoyen chinois ?

Non. Contrairement à la croyance populaire, il n'y a pas de score de crédit social central pour les individus. Objectivement, le gouvernement central chinois n'a jamais parlé d'en vouloir un.

Alors pourquoi les gens, en particulier en Occident, pensent-ils qu'il y en a ?

Eh bien, puisque le gouvernement central a donné peu d'indications sur la façon de construire un système de crédit social qui fonctionne dans les domaines non financiers, même dans le dernier projet de loi, il a permis aux villes (parfois même de petites villes) d'expérimenter leurs propres solutions.

En conséquence, de nombreux gouvernements locaux introduisent des programmes pilotes qui cherchent à définir à quoi ressemble la réglementation du crédit social, et certains sont devenus très controversés.

Le meilleur exemple est Rongcheng, une petite ville de seulement un demi-million d'habitants qui a mis en place probablement le système de pointage de crédit social le plus célèbre au monde. En 2013, la ville a commencé à donner à chaque résident une cote de crédit personnelle de base de 1 000 qui peut être influencée par ses bonnes et ses mauvaises actions. Par exemple, dans une règle de 2016 qui a depuis été remaniée, la ville a décidé que « diffuser des informations nuisibles sur WeChat, les forums et les blogs » signifiait soustraire 50 points, tandis que « gagner une compétition sportive ou culturelle de niveau national » signifiait ajouter 40 points. Dans un cas extrême, un résident a perdu 950 points en l'espace de trois semaines pour avoir distribué à plusieurs reprises des lettres en ligne concernant un différend médical.

Ces systèmes de notation ont eu un impact très limité en Chine, car ils n'ont jamais été élevés au niveau provincial ou national. Mais lorsque la nouvelle de programmes pilotes comme celui de Rongcheng s'est propagée en Occident, elle a naturellement sonné l'alarme pour les groupes d'activistes et les médias, dont certains l'ont confondue avec l'ensemble de la population. Des personnalités éminentes comme George Soros et Mike Pence ont encore amplifié cette fausse idée.


Comment savons-nous que les programmes pilotes ne deviendront pas des règles officielles pour tout le pays ?

Personne ne peut en être sûr à 100%, mais il convient de rappeler que le gouvernement central chinois a en fait repoussé les actions voyous des gouvernements locaux en matière de réglementation du crédit social.

En décembre 2020, le conseil d'État chinois a publié une orientation politique répondant aux informations selon lesquelles les gouvernements locaux utilisaient le système de crédit social comme justification pour punir des actions même insignifiantes comme le jaywalking, le recyclage incorrect et le non-port de masques. Les directives demandent aux gouvernements locaux de ne punir que les comportements qui sont déjà illégaux en vertu du système législatif actuel de la Chine et de ne pas s'étendre au-delà.

« Lorsque [de nombreux gouvernements locaux] ont rencontré des problèmes difficiles à réglementer par le biais de réglementations commerciales, ils espéraient s'appuyer sur des solutions impliquant des crédits », a déclaré Lian Weiliang, un responsable de la plus haute autorité chinoise de planification économique, lors d'une conférence de presse le 25 décembre 2020. « Ces mesures sont non seulement incompatibles avec l'État de droit, mais également incompatibles avec la nécessité de renforcer la solvabilité à long terme ».

Et le recul du gouvernement central semble avoir fonctionné. Dans le cas de Rongcheng, la ville a mis à jour sa réglementation locale sur les scores de crédit social et a permis aux résidents de se retirer du programme de notation ; il a également supprimé certains critères controversés pour les changements de score.

Y a-t-il une technologie de pointe, comme l'intelligence artificielle, impliquée dans le système ?

Pour la plupart, non. C'est un autre mythe courant sur le système de crédit social en Chine : les gens s'imaginent que pour suivre les comportements sociaux de plus d'un milliard de personnes, il doit y avoir un puissant algorithme central qui peut collecter et traiter les données.

Mais ce n'est pas vrai. Puisqu'il n'y a pas de système central qui note tout le monde, ce type d'algorithme puissant n'est même pas nécessaire. Les experts du système de crédit social chinois affirment que l'ensemble de l'infrastructure est étonnamment peu technologique. Alors que les responsables chinois nomment parfois des technologies telles que la blockchain et l'intelligence artificielle lorsqu'ils parlent du système, ils ne parlent jamais en détail de la manière dont ces technologies pourraient être utilisées. Si vous consultez le site Web de Credit China, ce n'est rien de plus qu'une bibliothèque numérisée de bases de données distinctes.

« Il n'existe aucun cas connu dans lequel la collecte automatisée de données conduit à l'application automatisée de sanctions sans l'intervention de régulateurs humains », écrit Schaefer dans le rapport. Parfois, l'intervention humaine peut être particulièrement primitive, comme les « collecteurs d'informations » à Rongcheng, qui se promènent dans le village et notent à la plume les bonnes actions des autres villageois.

Cependant, alors que le système national est en cours de construction, il semble qu'il y ait un besoin d'un élément technologique, principalement pour mettre en commun les données entre les agences gouvernementales. Si Pékin veut permettre à chaque agence gouvernementale de prendre des décisions d'application sur la base des enregistrements collectés par d'autres agences gouvernementales, cela nécessite la construction d'une infrastructure massive pour stocker, échanger et traiter les données.

À cette fin, le dernier projet de loi parle de la nécessité d'utiliser « diverses méthodes telles que les méthodes statistiques, la modélisation et la certification sur le terrain » pour effectuer des évaluations de crédit et combiner les données de différentes agences gouvernementales. « Cela ne donne qu'un vague indice que c'est un peu plus technique », déclare Daum.

Comment les entreprises technologiques chinoises sont-elles impliquées dans ce système ?

Parce que le système est si peu technologique, l'implication des entreprises technologiques chinoises a été périphérique. « Les grandes entreprises technologiques et les petites entreprises technologiques… jouent des rôles très différents et adoptent des stratégies très différentes », explique Shazeda Ahmed, chercheuse postdoctorale à l'Université de Princeton, qui a passé plusieurs années en Chine à étudier comment les entreprises technologiques sont impliquées dans le système de crédit social.

Les petites entreprises, engagées par les gouvernements municipaux ou provinciaux, ont en grande partie construit l'infrastructure technologique du système, comme les bases de données et les centres de données. D'autre part, les grandes entreprises technologiques, en particulier les plateformes sociales, ont aidé le système à diffuser son message. Alibaba, par exemple, aide les tribunaux à rendre des décisions de justice grâce aux adresses de livraison qu'il collecte via sa plateforme de commerce électronique massive. Et Douyin, une entreprise qui opère dans le même domaine que TikTok, s'est associée à un tribunal local en Chine pour humilier publiquement les personnes qui n'ont pas respecté les décisions de justice. Mais ces géants de la technologie ne sont pas vraiment impliqués dans les fonctions de base, comme la contribution de données ou la compilation d'évaluations de crédit.

« Ils y voyaient presque une responsabilité civique ou une responsabilité sociale des entreprises : si vous avez enfreint la loi de cette manière, nous prendrons ces données auprès de la Cour populaire suprême et nous vous punirons sur notre plateforme », déclare Ahmed.

Il existe également des entreprises chinoises, comme Ant Group, la branche fintech d'Alibaba, qui ont créé des produits privés de notation du crédit financier. Mais le résultat, comme le Sesame Credit d'Alibaba, ressemble plus à un programme de récompenses de fidélité, selon plusieurs chercheurs. Étant donné que le score Sesame Credit est principalement calculé sur la base de l'historique d'achat des utilisateurs et des activités de prêt sur les propres plateformes d'Alibaba, le score n'est pas suffisamment fiable pour être utilisé par des institutions financières externes et a un effet très limité sur les individus.

Compte tenu de tout cela, devrions-nous encore nous préoccuper des implications de la construction d'un système de crédit social en Chine ?

Oui. Même s'il n'y a pas d'algorithme effrayant qui note chaque citoyen, le système de crédit social peut toujours être problématique.

Le gouvernement chinois a souligné que toutes les sanctions liées au crédit social doivent respecter les lois existantes, mais les lois elles-mêmes peuvent être injustes en premier lieu. « Dire que le système est une extension de la loi signifie seulement qu'il n'est ni meilleur ni pire que les lois qu'il applique. Alors que la Chine se concentre de plus en plus sur la vie sociale et culturelle des gens, réglementant davantage le contenu des divertissements, de l'éducation et de la parole, ces règles seront également soumises à l'application du crédit », a écrit Daum dans un billet de blog en 2021.

De plus, « il s'agissait toujours de rendre les gens honnêtes envers le gouvernement et pas nécessairement les uns envers les autres », explique Ahmed. Lorsque des questions morales comme l'honnêteté sont transformées en questions juridiques, l'État finit par avoir le seul pouvoir de décider qui est digne de confiance. L'une des tactiques utilisées par les tribunaux chinois pour tenir pour responsables les « individus discrédités » consiste à encourager leurs amis et leur famille à déclarer leurs avoirs en échange de récompenses. « Rendez-vous la société plus digne de confiance en dénonçant votre voisin ? Ou construisez-vous la méfiance dans votre communauté très locale ? » s'est-elle demandé.

Mais en fin de compte, le système de crédit social n'illustre pas (encore) l'abus des technologies avancées comme l'intelligence artificielle, et il est important de l'évaluer sur les faits. Le gouvernement sollicite actuellement les commentaires du public sur le projet de document de novembre pendant un mois, bien qu'il n'y ait pas de date prévue pour son adoption et son entrée en vigueur. Cela pourrait encore prendre des années pour voir le produit final d'un système national de crédit social.

Sources : Loi chinoise traduite, South China Morning Post, bureau d'information du Conseil d'État,, gouvernement de Rong Cheng, exemple de la province du Liaoning

Et vous ?

Quelle lecture faites-vous du système de crédit social ?
À la lumière de ces informations, faut-il selon vous, envisager le pire avec le crédit social ? Dans quelle mesure ?

Voir aussi :

Chine : le système de crédit social a empêché des millions de personnes de réserver des vols ou des trains depuis qu'il est en test
La Chine interdit à 23 millions de personnes d'acheter des billets de voyage, dans le cadre de son système de crédit social

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Jeff_67
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 23/11/2022 à 12:49
Citation Envoyé par el_dge Voir le message
Quelle communication , Que des sources chinoises ... !!!!

Le papier du CNRS que vous avez mis en lien réfute l'existence du crédit social dans son résumé : "Non, le système de crédit social n'attribue pas une unique note à chaque citoyen chinois, ni ne détermine son rang social."

L'arrestation et la détention des Ouïghours se font de manière totalement arbitraire sans aucune transparence, ni en se basant sur un système de score objectif, à leur grand désarroi.

Quant au documentaire "ma femme a du crédit", après l'avoir regardé, je peux vous dire qu'il se perd en conjectures et rhétorique fallacieuse, sans arriver à démontrer l'existence du dit crédit social.

La Chine n'a de toute façon pas besoin du crédit social. La loi est de fait, il n'y a aucune séparation des pouvoirs, le gouvernement peut arrêter et détenir des personnes à sa guise, les libertés sont réduites à leur portion congrue, etc...
5  0 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 28/11/2022 à 2:19
Tu es totalement hors sujet et a coté de la plaque comme d'habitude.
Tes références à Marx sont grotesques, Marx était un abruti fini qui ne comprenait rien à rien, ses délires n'ont jamais été appliqués réellement nulle part, parce que c'est de la pure utopie.

Dans les faits sous Mao la Chine était communiste, et c'était une économie d'état planifiée, avec que des entreprises d'état, il y avais zéro capitalisme, y compris l'agriculture, et le résultat c'est 60 millions de mort. Maintenant c'est une économie majoritairement capitaliste (avec encore quelques entreprises nationales, comme dans bien des pays que personne ne qualifie de communistes), et avec des Chinois qui sont de plus en plus riches, qui font du tourisme, et qui vont dévaliser les boutiques de luxe à Paris, et qui sont désormais en train de se demander pourquoi tant qu'à faire le pays ne deviendrait pas une démocratie, et ils sont dans la rue.
5  1 
Avatar de smarties
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 23/11/2022 à 15:15
On ne peut pas aider tout le monde mais les gens avec des problèmes de dettes qui vivent au dessus de leurs moyens devraient être sous tutelle et être accompagné pour s'en sortir.
Comme pour les casinos, il faudrait y avoir un fichier pour empêcher les gens de s'endetter en achetant n'importe quoi pour les aider à les limiter... mais c'est un vaste débat à mon avis.

Pour les incivilités, c'est dès le plus jeune age qu'il faut éduquer afin que ça devienne une habitude. A l'école, comme parfois à la maison, les adultes n'ont plus les moyens de punir les enfants en cas de faute.
Quand je vois les enfants en ville avec les marques qu'ils doivent porter pour ne pas se faire lyncher, je me dit parfois que le retour des uniformes (et fabriqués en France) serait la solution.

Pour le point sur les erreurs de tri sélectif, c'est compliqué : en fonction de là ou on habite, les règles sont différentes et il y a rarement une plateforme pour rechercher où on doit jeter certains emballages. Les marques aussi ont beaucoup d'effort à faire de ce côté là (quand on voit une boite carton qui emballe un sachet en plastique, il pourrait y avoir qu'un sachet en plastique imprimé/avec une étiquette collée dessus)
2  0 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 24/11/2022 à 8:08
Citation Envoyé par sanderbe Voir le message
Pour l'anecdote, le chien avait fait de l'éducation canine. Bien dressé , jamais mordu ... Le chien a failli être piqué , pour avoir défendu son maitre d'une agression et d'un vol ... C'est absurde je sais.
Ce qu'il faut en retenir, c'est que la police et la justice ont fait leur travail avec intelligence : l'enquête a donné tort au plaignant et rien de mal n'a été fait au chien. Cette façon de raconter une histoire en retenant ce qui aurait pu advenir de malheureux plutôt que ce qui s'est réellement passé est une façon de déformer la réalité.
2  0 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 27/11/2022 à 14:00
Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
Il y a encore des gens assez idiot pour être communiste en 2022, alors que la chine et la Corée du nord, démontrent à elles seules les ravages de cette idéologie.
Oui et il y a encore quelqu'un d'assez idiot en 2022 pour croire que la Chine a encore une économie communiste ?

De 1978 à 1989, le gouvernement chinois a mené une politique de réformes économiques importantes, faisant passer la Chine d'une économie planifiée de type soviétique à une économie de marché.
Politiquement il y a bien un parti unique, donc ça n'est pas une démocratie, par contre économiquement ça n'est plus du tout une "économie communiste planifiée", c'est une économie de marché, et étant donné que la très grande majorité des entreprises sont possédées par des individus et non par l'état, et même qu'il y a des actions pour les grandes entreprises, je me risquerais même à dire que c'est donc une économie capitaliste.

Maintenant que la Chine est devenu un pays capitaliste, le revenu par habitant ne cesse d'augmenter, ainsi que le PIB, et le PIB de la Chine est devenu le premier en monde (en calcul PPP).



Pour ce qui est de la Corée, la on constate bien une claire différence de PIB entre la Corée du nord communiste et la Corée du sud capitaliste, il y a pas photo :

4  2 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 27/11/2022 à 21:08
Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
Le communisme ne s'arrête pas à la vision marxiste.
La chine est bel et bien un régime communiste.
Pas du tout, un pays d'économie de marché capitaliste ne peut en aucun cas être qualifié de "communiste", c'est ridicule
C'est juste une dictature, et encore vu les événements récents on peut se demander si ça va durer.
4  2 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 28/11/2022 à 1:12
Tes liens ne prouvent absolument rien, ça n'est pas parce que la Chine garde quelques entreprises nationales que c'est communiste.
Quand Charles de Gaulle a privatisé une tonne d'entreprises en France personne ne l'a traité de communiste.

Il y a toujours des entreprises nationalisées en France, ça fait de la France un pays communiste ? tu es toujours ridicule.
Quand Macron va renationaliser EDF, ça fera de lui un communiste ?
Entre le pur capitalisme et le communisme il y a des nuances et les pays du monde entiers sont dans cet intervalle, entre les deux, mais le plus gros de l'économie de la Chine étant au main des capitalistes, c'est donc de fait un pays majoritairement capitaliste. Tu peux même acheter des actions Chinoises si tu veux, c'est dire. Va essayer acheter des actions d'entreprises de Corée du nord Tu peux acheter des actions de Corée du Sud, ou de Chine, mais pas de Corée du nord.

Tu trouveras toujours des articles écrits par des incompétents qui vont aller dans ton sens mais c'est des balivernes, voila ce qu'il en est vraiment :

La Chine est une économie capitaliste sans les institutions habituelles du capitalisme. Pas de démocratie, pas de liberté d’expression, pas de transparence, pas de Droits de l’Homme, pas de justice indépendante, et des réseaux sociaux étroitement contrôlés. On dit souvent que capitalisme et démocratie vont ensemble, mais ce n’est pas vrai dans l’Histoire. Le capitalisme a existé avant la démocratie, et ce n’est pas vrai aujourd’hui en Chine. On dit aussi que le capitalisme appelle un État minimum, mais historiquement, au cœur des grandes réussites capitalistes il y a toujours un État fort, et en Chine il y a un État tout-puissant.
Une dictature ne veux pas forcément dire communisme, bien que ça soit effectivement souvent lié dans les faits, mais ici non, plus maintenant, et maintenant que le pays est devenu majoritairement capitaliste, du coup le peuple supporte de moins en moins la dictature, voir ce qui se passe actuellement.
4  2 
Avatar de Jeff_67
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 23/11/2022 à 8:45
Voir la très bonne vidéo d'Asian Boss à ce sujet :


Les personnes interrogées sont au fait du système de notation financière. Mais personne n'a jamais entendu parlé du système de notation sociale tant vanté en occident. On ne peut pas mettre un policier derrière chaque citoyen comme dit très bien un des protagonistes de la vidéo.
1  0 
Avatar de Jeff_67
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 23/11/2022 à 15:02
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Ouais mais il n'y avait pas une histoire du genre : "ceux qui ont des dettes n'ont pas le droit de prendre le train ni l'avion" ?
Certes, mais le fait que la justice chinoise prononce des peines qui semblent inadmissibles à nos yeux d'Occidentaux n'a rien à voir avec un système de crédit social en tant que tel.
1  0 
Avatar de Itachiaurion
Membre averti https://www.developpez.com
Le 24/11/2022 à 22:47
Citation Envoyé par sanderbe Voir le message
Bonjour,

Police et justice ont fait leur taff ok soit. [...]

Ce type de situation , je peux en donner des dizaines d'exemples .
Sauf que si on se met à définir ce qui permet qu'une plainte soit recevable ou non de façon "automatique" avec des critères arbitraires ont affaibli considérablement la justice et la démocratie. Reprenons le cas de l'intrusion, même si une personne commet un délit envers une autre, cela n'a jamais été un motif pour l'empêcher de porter plainte contre un sévices qu'elle aurait subi de la part de la victime qui aurait adopté une défense disproportionnée. En prenant ces critères un voleur ne pourrait pas porter plainte contre le propriétaire des lieux qui lui en retour lui aurais tiré deux balles dans le dos pour X ou Y raison? Bien-sur je prends un cas un peu extrême, mais ça démontre bien que la justice dans une démocratie ne peut pas fonctionner comme cela et que de façon général c'est à elle de déterminer la légitimité de la plainte. Oui cela prend du temps mais c'est sans doute un mal nécessaire compte tenu du fait que chaque situation est unique est nécessite une approche humaine. Il y a des défaut dans le système judiciaire, mais une tel proposition ça ne serait même plus une balle dans le pied mais s'éclater soit même la rotules. Et ce n'est pas en accumulant des centaines d'exemples que cela permettra de réfuter les cas peut-être moins nombreux mais existant qui montre qu'un tel système serait bien plus absurde qu'une justice qui filtre l'accès avec des critères au final arbitraire.
1  0