IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'algorithme de Meta et TikTok conduirait les utilisateurs vers des pages et groupes qui s'attaquent à la démocratie,
Selon SumOfU

Le , par Bruno

89PARTAGES

4  1 
Un rapport intitulé Stop the Steal 2.0 : How Meta and TikTok Are Promoting a Coup a été publié par le groupe militant SumOfUs, basé à San Francisco, et affirme qu' « à la veille du deuxième vote de l'élection la plus importante depuis des décennies au Brésil, Meta et TikTok continuent de mettre en péril l'intégrité de l'élection par leurs systèmes de recommandation désastreux ». Le rapport s'est également penché sur le rôle joué par TikTok dans la lutte contre le problème croissant de la désinformation électorale sur sa plateforme, pour constater que sa modération était insuffisante.

Cette publication intervient avant le second tour entre le président sortant d'extrême droite Jair Bolsonaro - qui a déclaré qu'il pourrait ne pas accepter le résultat de l'élection s'il perdait - et l'ancien président de gauche Luiz Inácio Lula da Silva. Meta affirme que le Brésil est un pays prioritaire et que l'entreprise s'engage à appliquer des politiques et des pratiques qui préservent l'intégrité du vote.


Mais non seulement les recherches antérieures de SumOfUs montrent que les plateformes sont inondées de théories de conspiration sur l'élection, les allégations de fraude électorale et les appels à un coup d'État militaire, ce rapport de recherche montre comment les systèmes de recommandation de Facebook poussent activement les utilisateurs vers ces contenus.

Les extrémistes d'extrême droite, qui militent ouvertement pour un coup d'État militaire, opèrent librement sur les plateformes de Meta, et les algorithmes de la plateforme donnent la priorité aux groupes antidémocratiques, les comptes et les messages antidémocratiques. Voici quelques-unes des principales conclusions du rapport :

  • lorsque des termes de recherche neutres (comme fraude, intervention, bulletins de vote) sont entrés dans Facebook et Instagram, les résultats recommandés sont majoritairement orientés vers du contenu lié à Stop the Steal ;
  • il y a des pics significatifs de vues, de likes et de partages de posts et de comptes colportant de la désinformation électorale, des allégations de fraude électorale et des appels à l'intervention militaire pendant les élections ;
  • l’étude montre que les influenceurs de TikTok ont librement diffusé des mensonges électoraux sur la plateforme, accumulant des centaines de milliers de vues de posts problématiques.

Les résultats confirment les pires craintes des organisations de la société civile, à savoir que des plateformes comme Facebook et Instagram permettent aux mauvais acteurs de s'organiser et de recruter de nouveaux membres, « comme cela a été le cas lors des élections américaines de 2020, qui se sont soldées par l'assaut du Capitole par des insurgés violents. »

Les algorithmes, les politiques et les outils de Meta ont fourni à des personnalités de premier plan dans le monde une plateforme pour pousser leurs allégations de fraude électorale à des millions de nouveaux utilisateurs. La fonction de groupes recommandés de Facebook a directement contribué à la croissance rapide des groupes qui s'attaquent à la démocratie brésilienne, rassemblant les communautés qui ont ensuite été en mesure d'utiliser la plateforme pour collecter des fonds et s'organiser afin de nuire aux élections.

Ces conclusions sont également corroborées par la dernière déclaration du président du tribunal électoral du Brésil, qui a déclaré que la performance des plateformes sociales est « désastreuse » car elle a permis à la désinformation de se répandre de devenir virale, et demande au gouvernement de police en dernier recours pour forcer le retrait de la désinformation et du contenu illégal.

L'ancienne journaliste de CNN et militante Maria Ressa, qui a reçu en 2021 le prix Nobel de la paix a reproché à Facebook de diffuser des informations erronées et mensongères empreintes de colère et de haine. Facebook, que Ressa a qualifié de plus grand distributeur de nouvelles au monde, est « biaisé contre les faits » et « biaisé contre le journalisme », ce qui constitue une menace pour la démocratie, car la plateforme continue de permettre aux mauvais acteurs de semer la désinformation.

La journaliste chevronnée et directrice du site d'information philippin Rappler a déclaré dans une interview que les algorithmes de Facebook « donnent la priorité à la diffusion de mensonges empreints de colère et de haine plutôt qu'aux faits. » Bien que Rappler ait débuté sur la plateforme Facebook, la journaliste philippine n’a cessé de critiquer la plateforme de réseau social pour sa politique envers certains dirigeants et son rôle dans les pays en développement et les régimes non démocratiques.

La plateforme TikTok et la désinformation

Comme l'ont souligné de précédentes recherches, TikTok devient rapidement un moteur de désinformation et de contenus toxiques. En pleine croissance depuis son lancement en 2018, il compte désormais plus d'un milliard d'utilisateurs dans le monde, le Brésil étant le troisième plus grand marché de la plateforme, avec plus de 74 millions d'utilisateurs, soit 45 % de tous les adultes du pays.

Il y a quelques semaines, Folha de S. Paulo, l'un des principaux journaux du Brésil, a publié un article montrant que la désinformation électorale sévit sur TikTok, accumulant des millions de vues et d'interactions. À la suite de l'article de Folha, TikTok semble avoir mis en œuvre des changements pour se prémunir contre la désinformation électorale au Brésil et ces changements ont eu un impact.


Les chercheurs ont constaté une baisse radicale du nombre de vidéos recommandées semant le doute sur les élections, ce qui est un signe clair que TikTok et d'autres plateformes peuvent modifier leurs algorithmes, leurs politiques et leurs outils pour aider à protéger certains gouvernements du monde entier.

Le gouvernement américain s'en est déjà pris à Facebook pour ne pas avoir agi plus rapidement afin de retirer les mauvaises informations, en particulier celles concernant le COVID-19 et ses vaccins. Le président Joe Biden avait alors déclaré que des plateformes comme Facebook tuent des gens en autorisant la désinformation sur le vaccin Covid-19 sur leurs services. Le docteur Nahid Bhadelia, une experte en maladies infectieuses a déclaré : « Je pense que les réseaux sociaux jouent un rôle important dans l'amplification de la désinformation, ce qui conduit les gens à ne pas se faire vacciner, ce qui les tue ».

Le président Biden critiquant directement Facebook et d'autres plateformes pour avoir permis à la désinformation sur les vaccins de se répandre et par conséquent d'augmenter le nombre de morts de la pandémie mortelle. Le président américain Joe Biden a averti que la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux est en train de « tuer des gens ». Il répondait à une question d'un journaliste sur le rôle présumé de plateformes comme Facebook dans la diffusion de fausses informations sur les vaccins et la pandémie.

Joe Biden s'est fait l'écho de commentaires antérieurs de la porte-parole de la Maison-Blanche, Jen Psaki. « Nous avons affaire à une question de vie ou de mort et tout le monde a un rôle à jouer pour s'assurer que les informations sont exactes. C'est une entreprise du secteur privé. Ils vont prendre des décisions sur les mesures supplémentaires qu'ils peuvent prendre. Il est clair qu'il y a d'autres mesures à prendre », a déclaré Jen Psaki.

Source : SumOfUs

Et vous ?

À votre avis, les conclusions de l'étude du groupe militant SumOfUs sont-elles pertinentes ?

Pensez-vous que les plateformes de réseaux sociaux sont une réelle menace pour la démocratie ?

Voir aussi :

Facebook est « biaisé contre les faits » et constitue une menace pour la démocratie, selon la lauréate du prix Nobel de la paix Maria Ressa

Biden déclare que les plateformes comme Facebook tuent les gens avec les fausses informations COVID-19, plus de pression dans la lutte de la Maison-Blanche contre la désinformation sur les vaccins

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de HaryRoseAndMac
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 01/11/2022 à 20:29
Il suffit de passer 10 minutes sur les vidéos du fil Facebook pour voir à quel point l'article dit vrai.

Ça me surprends que depuis le temps la Commission européenne n'ai pas mise sont nez dedans, car ce qu'il se passe est clairement une forme de guerre et l'Europe ne s'y défend pas.
3  1 
Avatar de dukoid
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 08/11/2022 à 6:30
la démocratie
1  0 
Avatar de sanderbe
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 03/11/2022 à 22:16
Bonsoir

L'algorithme de Meta et TikTok conduirait les utilisateurs vers des pages et groupes qui s'attaquent à la démocratie, selon SumOfU

À votre avis, les conclusions de l'étude du groupe militant SumOfUs sont-elles pertinentes ?
Meta et TikTok luttent déjà de part leur politique de modération contre certains idéaux politique ... Ce qui est jugé "trop à droite" , conservateur, nationaliste, indépendantiste ... Meta et TikTok font un coup de balai pour laisser du cosmétique socialiste, écologiste ... Meta et TikTok sont clairement orientés politiquement au centre voir à gauche.

Pensez-vous que les plateformes de réseaux sociaux sont une réelle menace pour la démocratie ?
Oui.

On en est venu à rendre mercantile l'idéologie : politique , religion, théologie .
On en est venu à privatiser la modération des contenus par des sociétés privées et non plus des réelles personnes du domaine du juridique .
1  1