Developpez.com

Le Club des Développeurs et IT Pro

La Cour de justice de l'Union européenne affirme que la loi allemande sur la conservation des données est illégale,

Elle estime que la loi est contraire au droit communautaire

Le 2022-09-21 21:40:25, par Bill Fassinou, Chroniqueur Actualités
La Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) a déclaré mardi que la loi allemande sur la conservation des données est contraire au droit communautaire, portant ainsi un coup dur aux États membres qui misent sur la collecte généralisée de données pour lutter contre la criminalité et préserver la sécurité nationale. La CJUE note que la loi ne peut être appliquée que dans des circonstances où il existe une menace grave pour la sécurité nationale, définie en termes très stricts. Par le passé, la CJUE avait également soutenu que les lois sur la conservation des données en Suède, en France et en Belgique étaient incompatibles avec le droit européen.

En Allemagne, la loi sur la conservation des données a été adoptée en octobre 2015 et oblige en théorie les fournisseurs de services de télécommunications opérant dans le pays tels que Telekom ou Telefónica à stocker régulièrement et pour chaque personne pendant plusieurs semaines les données de localisation, les adresses IP et les listes d'appels (y compris les numéros de téléphone, la durée et l'heure de l'appel), et à les remettre aux autorités publiques telles que la police et les procureurs, l'Office de protection de la Constitution, le Service fédéral de renseignement dans le cadre d'une demande de données justifiée.

Toutefois, la version la plus récente de la loi a été suspendue par les tribunaux allemands, car elle viole le droit européen. En conséquence, l'Agence fédérale des réseaux s'abstient d'émettre des ordonnances et d'engager des procédures d'amende pour non-respect de l'obligation de conservation. Mardi, la CJUE a déclaré que la loi allemande sur la conservation générale des données est contraire au droit communautaire. Selon la CJUE, la législation ne s'applique que lorsqu'il existe une menace grave pour la sécurité nationale, énoncée en termes précis. La décision de la CJUE était attendue depuis plusieurs mois dans toute l'Union.



La décision de la CJUE fait également suite aux attentats catastrophiques perpétrés par des extrémistes islamistes en France, en Belgique et au Royaume-Uni ces dernières années. Les gouvernements affirment que l'accès aux données, notamment celles acquises par les opérateurs de télécommunications, peut contribuer à la prévention de telles tragédies, alors que les opérateurs et les défenseurs des droits civils critiquent cette exposition. En France, des sociétés comme SFR, Orange ou encore Free ont l’obligation légale de conserver pendant un an en France les données de connexion Internet ou téléphoniques de leurs clients.

Mais comment l'arrêt de la CJUE est-il intervenu ? Le dernier procès en date a vu le jour lorsque Telekom Deutschland, filiale de Deutsche Telekom, et le fournisseur de services Internet SpaceNet ont fait valoir que la loi allemande sur la conservation des données violait la réglementation européenne. Le tribunal allemand a alors demandé l'aide de la CJUE, qui a déclaré que cette loi ne s'applique que dans des conditions particulières. La CJUE a réaffirmé mardi que la législation européenne interdit la surveillance large et indiscriminée des données relatives au trafic et à la localisation, sauf en cas de menace substantielle pour la sécurité nationale.

Selon eco, une association industrielle qui soutient SpaceNet, l'exigence allemande de stockage des données à grande échelle coûte au secteur des millions de dollars. Mais la CJUE a ajouté que, pour lutter contre la criminalité grave, les États membres peuvent, dans le respect rigoureux du principe de proportionnalité, autoriser le stockage ciblé de ces données. « Afin de lutter contre les infractions graves, les États membres peuvent, dans le strict respect du principe de proportionnalité, prévoir, entre autres, la conservation ciblée ou accélérée de ces données et la conservation générale et indifférenciée des adresses IP », a-t-elle déclaré.

Dans une autre affaire, la CJUE a déclaré que les autorités de régulation des marchés financiers ne peuvent pas utiliser les lois européennes contre les délits d'initiés et les manipulations de marché pour obliger les fournisseurs de télécommunications à transmettre les données personnelles des courtiers soupçonnés de ces crimes. L'affaire a été déclenchée par deux personnes qui ont attaqué l'Autorité française des marchés financiers après que celle-ci a demandé aux opérateurs de télécommunications de transmettre des données personnelles provenant d'appels téléphoniques effectués par ces deux personnes, en se fondant sur les lois françaises.

« La conservation générale et indifférenciée des données relatives au trafic par les opérateurs fournissant des services de communications électroniques pendant un an à compter de la date à laquelle elles ont été enregistrées n'est pas autorisée, à titre préventif, aux fins de la lutte contre les infractions d'abus de marché, y compris les opérations d'initiés », a déclaré la CJUE. En 2010, la Cour constitutionnelle fédérale allemande a d'abord rejeté une loi exigeant la conservation des données pendant six mois. Mais le gouvernement a réintroduit une loi similaire cinq ans plus tard, ce qui a donné lieu à cette nouvelle action en justice.

« Aujourd'hui est une belle journée pour les droits civils, pour la liberté, pour l'État de droit. Nous allons maintenant rapidement et définitivement supprimer de la loi la rétention injustifiée de donnée », a déclaré le ministre allemand de la Justice, Marco Buschmann, sur Twitter, se félicitant de la décision. En outre, par le passé, la CJUE a également fait valoir que les lois sur la rétention des données en Suède, en France, en Belgique et au Royaume-Uni étaient incompatibles avec le droit européen. Cet avis avait déjà été célébré comme une victoire par certains défenseurs de la vie privée. Le nouvel arrêt devrait être accueilli de la même façon.

Source : Communiqué de presse de la CJUE (PDF)

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de l'arrêt de la Cour de justice de l'UE ?
Soutenez-vous la décision de la CJUE ? Pourquoi ?
Cette décision va-t-elle empiéter sur la lutte contre la criminalité grave dans l'UE ?
Que pensez-vous de la loi sur la conservation des données en France ?

Voir aussi

Allemagne : la conservation des données de télécommunications sans raison doit être abolie une fois pour toutes, selon le ministre allemand de la Justice

Free aurait demandé l'annulation de la conservation généralisée des données de connexion au Conseil d'État, une contrainte qui serait aussi attaquée par la Cour de justice de l'UE

La justice de l'UE s'oppose à la collecte massive des données de connexions Internet et téléphoniques par les États de l'union
  Discussion forum
  Poster une réponse
  • OrthodoxWindows
    Membre expérimenté
    Pour une fois que cela va dans le bon sens.
  • HaryRoseAndMac
    Membre confirmé
    Envoyé par OrthodoxWindows
    Pour une fois que cela va dans le bon sens.
    Les allemands ont fait beaucoup de coups dans le dos au reste de l'Europe et surtout la France depuis le règne Merkel, il est plus que temps que les uns arrêtent de faire leur beurre sur le dos des autres.
    Le principe de l'Europe était l'entraide, pas l'enfumerie professionnelle
  • sanderbe
    Membre éclairé
    Bonsoir

    La Cour de justice de l'Union européenne affirme que la loi allemande sur la conservation des données est illégale , elle estime que la loi est contraire au droit communautaire .

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    L'Allemagne copie beaucoup les USA ... en même le Bundesnachrichtendienst / BND suit de prés la CIA, NSA , FBI ...

    Que pensez-vous de l'arrêt de la Cour de justice de l'UE ?
    Pour une fois c'est l'Allemagne qui se fait taper sur les doigts par l'UE . Allez hop ! Dans le rang !

    Soutenez-vous la décision de la CJUE ?
    Oui

    Pourquoi ?
    L'Allemagne joue trop avec le feu a être à botte des USA ...

    Cette décision va-t-elle empiéter sur la lutte contre la criminalité grave dans l'UE ?
    Peut être