IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'État islamique s'aventure dans les NFT pour diffuser ses messages et sa propagande terroristes
Les analystes y voient un vecteur potentiel de recrutement et de financement

Le , par Stéphane le calme

108PARTAGES

6  0 
Le premier cas connu d'un jeton non fongible (NFT) créé et partagé par un « sympathisant terroriste » a été mis au jour, ce qui fait craindre que la nature immuable de la technologie blockchain puisse contribuer à la diffusion de messages et de propagande terroristes.

Les NFT, comme les cryptomonnaies, sont des transactions stockées sur la blockchain. Mais la différence, c'est qu'un NFT, un « non-fungible token », n'est pas fongible, contrairement aux cryptomonnaies. Un bitcoin sera toujours égal à un autre bitcoin, on peut les échanger entre eux, ils ont tous la même valeur. C'est la même chose pour les euros : c'est ce qu'on appelle la propriété fongible de la monnaie. Les créateurs de NFT ont voulu faire exactement l'inverse : une transaction stockée sur la blockchain qui soit non fongible, donc complètement unique. L'idée, c'est de pouvoir s'en servir comme d'un certificat d'authenticité associé à un objet numérique ou physique.

Pourtant, une simple carte numérique faisant l'éloge des militants islamistes pour une attaque contre une position talibane en Afghanistan le mois dernier est le premier jeton non fongible connu créé et diffusé par un sympathisant terroriste, selon d'anciens hauts responsables du renseignement américain.

Selon un article publié dimanche par le Wall Street Journal (WSJ), des experts du renseignement ont déclaré que le NFT pourrait être un signe que l'État islamique et d'autres groupes terroristes pourraient également utiliser la technologie de la blockchain pour échapper aux sanctions et collecter des fonds pour leurs campagnes terroristes.

Le NFT en question aurait été découvert par Raphael Gluck, cofondateur de la société de recherche américaine Jihadoscope, qui a découvert le NFT via des comptes de médias sociaux pro-ISIS.

Nommé IS-NEWS #01, le jeton numérique serait une image portant l'emblème de l'État islamique avec un texte louant les militants islamiques basés en Afghanistan pour avoir attaqué une position des talibans.

Mario Cosby, un ancien analyste du renseignement fédéral spécialisé dans les monnaies de la blockchain, a déclaré que l'utilisateur avait créé deux autres NFT le 26 août : l'un montrant un combattant de l'État islamique apprenant à des étudiants à fabriquer des explosifs et l'autre condamnant à fumer des cigarettes.


Une capture d'écran de l'IS-NEWS #01 NFT (à gauche)

Les régulateurs et les responsables de la sécurité nationale américaine ont exprimé leur inquiétude quant à la possibilité pour les terroristes d'exploiter les nouvelles technologies et les nouveaux marchés financiers, y compris les NFT.

Pour l'heure IS-NEWS #01 ne semble pas avoir été échangé, mais son existence sur la blockchain rend presque impossible pour le ministère de la Justice de le retirer d'Internet. En effet, un NFT est stocké sur une blockchain, une base de données de transactions organisée de manière à ne pas avoir recours à une autorité centrale. Les transactions sur les marchés NFT peuvent être faites sous pseudonyme, ce qui ajoute à la difficulté pour les autorités de les tracer. « Il n'y a pas vraiment de moyen de faire tomber ce NFT », poursuit Mario Cosby.

« C'est vraiment une expérience[…] que de trouver des moyens de rendre le contenu indestructible », a déclaré Gluck.

Le jeton numérique aurait été répertorié sur le marché NFT OpenSea, mais la société a rapidement supprimé la liste et fermé le compte des affiches, citant une « politique de tolérance zéro sur l'incitation à la haine et à la violence ».

Le trio de NFT aurait également été présent sur le marché NFT Rarible et plusieurs autres avant d'être supprimé.

Les experts en sécurité ont déjà exprimé leurs inquiétudes quant au potentiel futur des terroristes à exploiter les technologies et les marchés émergents, y compris les NFT, pour financer des attaques.

« Ce n'était qu'une question de temps », a déclaré au Wall Street Journal Yaya Fanusie, ancien analyste économique et antiterroriste de la Central Intelligence Agency, prédisant une généralisation de la pratique de la part de l'organisation terroriste. « Jusqu'à présent, les autorités occidentales ont paralysé d'autres canaux financiers de l'État Islamique, notamment en fermant les sites web de collecte de fonds et de propagande. Les plateformes de réseaux sociaux sont également devenues plus réactives aux appels des législateurs à censurer les messages jugés contraires à leur code de conduite », analyse le Wall Street Journal.

En février, le département du Trésor américain a publié une étude soulignant la croissance du marché des NFT comme un sujet de préoccupation potentiel.

Citation Envoyé par département du Trésor américain
Aujourd'hui, le département américain du Trésor a publié une étude sur la facilitation du blanchiment d'argent et le financement du terrorisme par le commerce d'œuvres d'art de grande valeur. Cette étude a examiné les acteurs du marché de l'art et les secteurs du marché de l'art de grande valeur qui peuvent présenter des risques de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme pour le système financier américain, et a identifié les efforts que les agences gouvernementales, les régulateurs et les acteurs du marché pourraient entreprendre pour atténuer davantage le blanchiment d'argent. L'étude a été mandatée par le Congrès dans la loi anti-blanchiment de 2020.

Plusieurs qualités inhérentes à l'art de grande valeur – la manière dont il est acheté et vendu et certains acteurs du marché – peuvent rendre le marché de l'art de grande valeur attractif pour le blanchiment d'argent par les criminels. Il s'agit notamment de la valeur élevée des transactions, de la transportabilité des biens, d'une culture de longue date de la vie privée et de l'utilisation d'intermédiaires (par exemple, des sociétés fictives et des conseillers en art) et de l'utilisation croissante de l'art de grande valeur en tant que classe d'investissement.

"Alors que nous nous attaquons à des défis systémiques tels que la transparence des entreprises et d'autres failles qui permettent aux criminels d'abuser du système financier américain, nous examinerons ce qui pourrait être nécessaire pour faire face aux risques de blanchiment d'argent spécifiques à d'autres industries, y compris l'industrie de l'art", a déclaré Scott Rembrandt, sous-secrétaire adjoint pour la politique stratégique au Bureau du financement du terrorisme et des crimes financiers.

L'étude a révélé que s'il existe des preuves d'un risque de blanchiment d'argent sur le marché de l'art de grande valeur, il y avait peu de preuves d'un risque de financement du terrorisme. Les participants les plus vulnérables au blanchiment d'argent sur le marché de l'art sont les entreprises qui offrent des services financiers, tels que des prêts garantis par des œuvres d'art, mais qui ne sont pas soumises à des obligations globales de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme (AML/CFT). Les prêts sur actifs peuvent être utilisés pour dissimuler la source originale des fonds et fournir des liquidités aux criminels.

Les entités dont le chiffre d'affaires annuel est inférieur (telles que les petites galeries) et les entités qui n'effectuent qu'occasionnellement des transactions d'art de grande valeur (telles que les marchés en ligne tiers, les musées et autres organisations à but non lucratif) peuvent présenter un risque plus faible, tandis que les entités qui ont un chiffre d'affaires annuel plus élevé et effectuent régulièrement des transactions d'art de grande valeur dans le cours normal des affaires peuvent présenter un risque plus élevé. En outre, le marché émergent de l'art numérique, tel que l'utilisation de jetons non fongibles (NFT), peut présenter de nouveaux risques, en fonction de la structure et des incitations du marché.
En mars, les autorités israéliennes ont saisi un ensemble de 30 portefeuilles cryptographiques sur 12 comptes d'échange liés au Hamas, un groupe militant basé dans la bande de Gaza. Israël a allégué que 12 comptes détenus par l'échange crypto al-Mutahadun étaient utilisés par les dirigeants du Hamas pour financer les efforts terroristes contre la nation. Le Times of Israel a rapporté que le ministère israélien de la Défense avait déclaré qu’al-Mutahadun avait aidé la branche armée du Hamas « en transférant des fonds s’élevant à des dizaines de millions de dollars par an ».

La valeur exacte des saisies et les actifs cryptographiques spécifiquement saisis n'ont pas été communiqués*; cependant, les responsables israéliens pensent que le Hamas utilise « des dizaines de millions de dollars » en crypto pour financer son armée. Dans un communiqué, le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, a déclaré : « Nous continuons à développer nos outils pour faire face au terrorisme et aux entreprises qui lui fournissent le pipeline d'oxygène économique ».

En avril dernier, Matthew Levitt, directeur du programme Jeanette et Eli Reinhard sur le contre-terrorisme et le renseignement au Washington Institute for Near East Policy, a déclaré que bien que les cryptomonnaies aient été liées à plusieurs affaires de financement du terrorisme, « elles ne sont pas encore devenues un moyen principal du financement du terrorisme ».

Sources : The Wall Street Journal, département américain du Trésor, Times of Israel, annonce Israël

Et vous ?

Que pensez-vous des NFT dans l'absolu ? Êtes-vous intéressés (dans la création ou l'achat) ou pas du tout ?
Quelle lecture faites-vous de ce cas d'utilisation ?

Voir aussi :

La société derrière Bored Ape Yacht Club poursuit l'artiste conceptuel Ryder Ripps pour avoir vendu des doublons de ses NFT Bored Apes
Avec Ubisoft Quartz, l'éditeur éponyme devient le premier acteur majeur du jeu vidéo à intégrer les NFT dans un de ses titres. 95% des votes sur l'annonce YouTube étaient sur "je n'aime pas"

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de HaryRoseAndMac
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 08/09/2022 à 0:19
Hallucinant, espérant que les gens se réveillent
0  0