IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Des employés de Kaspersky disent qu'on leur a demandé de démissionner,
Parce qu'ils voulaient quitter la Russie

Le , par Bruno

169PARTAGES

8  0 
L'invasion de l'Ukraine par la Russie a indirectement touché les oligarques du pays par le biais de sanctions, ainsi que la principale entreprise technologique du pays, Yandex, qui a vu ses actions plonger et dont le directeur général adjoint a démissionné en raison des sanctions imposées par l'Union européenne. La guerre touche également les employés d'un autre géant russe de la technologie, l'un des fabricants d'antivirus les plus connus et les plus respectés : Kaspersky.

À la suite de l'invasion, au moins deux employés ont déclaré qu'ils avaient demandé à être relocalisés en dehors de la Russie. Une troisième source qui travaille toujours dans l'entreprise a également déclaré que certains employés de Kaspersky ont été invités à démissionner après avoir demandé à vivre et à travailler ailleurs. Au lieu de les accommoder, l'entreprise leur a demandé de démissionner, car le fondateur de la société, Eugene Kaspersky, a souligné l'importance de rester à ses côtés dans les moments difficiles, selon les deux anciens employés, qui ont fini par démissionner.


Kaspersky est l'une des plus grandes entreprises privées de cybersécurité au monde. Elle opère dans 200 pays et territoires et dispose de 35 bureaux dans 31 pays du monde. Plus de 4 000 spécialistes hautement qualifiés travaillent pour Kaspersky. « Nous sommes une entreprise mondiale, avec une vision globale et une concentration sur les marchés internationaux. Notre chiffre d'affaires mondial non audité selon les normes IFRS s'est élevé à 698 millions de dollars US en 2017 », déclare l'entreprise.

Bien que Kaspersky ait été nommée leader de la protection des points d'extrémité par le cabinet d'analyse Forresterau quatrième trimestre de 2016, le Parlement européen a qualifié Kaspersky de logiciel malveillant sur la base des accusations des USA en 2018 et avait appelé les États membres à le bannir. L'ancien Président américain Donald Trump avait promulgué une loi interdisant l'utilisation des produits édités par Kaspersky Lab au sein du gouvernement américain. Cette loi était le résultat de soupçons selon lesquels les produits de l'entreprise pourraient être utilisés pour mener des « activités néfastes contre les États-Unis ».

Le Parlement européen n'avait pas hésité à lui emboiter le pas en bannissant également les logiciels de la firme de sécurité russe en qualifiant les logiciels Kaspersky de « malveillants ». C'est du moins ce qui ressortait d'un texte adopté par le Parlement européen, pour un plan commun de cyberdéfense à l'échelle de l'Union européenne.

Le Parlement européen considère que « les défis, les menaces et les attaques informatiques et hybrides constituent une menace importante pour la sécurité, la défense, la stabilité et la compétitivité de l’Union, de ses États membres et de ses citoyens », mais aussi que « l’Union et les États membres sont confrontés à une menace sans précédent prenant la forme de cyberattaques politiques d’État », entre autres. Dans un tel contexte que l'UE élabore sa stratégie de cyberdéfense.

Le texte voté par le Parlement en session plénière (476 voix pour, 151 voix contre, et 36 abstentions) proposait en 2018 une stratégie générale et des lignes directrices pour traiter ces problèmes. Parmi les lignes directrices, il y en a une qui demande aux États de l'UE « de procéder à un examen complet des équipements logiciels, informatiques et de communication, ainsi que des infrastructures utilisées dans les institutions afin d’exclure les programmes et appareils potentiellement dangereux et d’interdire ceux qui ont été confirmés comme malveillants ». Et le document mentionne spécifiquement le logiciel Kaspersky, à titre d'exemple.

Vexé par cette décision, c'est Eugène Kaspersky, le PDG de la firme de sécurité russe, qui avait alors annoncé le vote du Parlement européen sur Twitter. Et d'exprimer son mécontentement : « Nous avons protégé l'UE pendant 20 ans en travaillant avec les forces de l'ordre pour mener de multiples arrestations de CYBERCRIMINELS », a écrit Eugene Kaspersky, sur Twitter, après le vote du Parlement européen. « Sur la base de la décision prise aujourd'hui par le Parlement européen, nous sommes contraints d'arrêter notre coopération avec les organismes, y compris Europol et NoMoreRansom », avait-il ajouté.


Solidement positionné comme l'un des quatre principaux fournisseurs de sécurité des points d'extrémité, Kaspersky continue à améliorer sa position sur le marché. Kaspersky a été reconnu pour son taux de satisfaction des clients, en étant désigné comme le choix des clients de Gartner Peer Insights pour les plateformes de protection des points d'extrémité en 2017 et 2018.

La sécurité des points de terminaison a toujours été au cœur de son activité, en particulier dans le segment des petites et moyennes entreprises. Dans le même temps, au cours des prochaines années, nous prévoyons que l'un de nos principaux moteurs de croissance sera le marché des entreprises, en particulier dans le domaine de la sécurité non-endpoint.

Dans un contexte de craintes accrues de cyberattaques russes après l'invasion de l'Ukraine par Moscou, l'administration Biden a intensifié une enquête de sécurité nationale sur le logiciel antivirus russe Kaspersky. La controverse de sa collusion avec le gouvernement russe a refait surface cette année dans le contexte de l'opération militaire russe en Ukraine.

Selon des sources anonymes, le Département du commerce aurait été saisi de l'affaire par le Département de la justice l'année dernière, mais le Département n'a guère progressé sur ce dossier jusqu'à ce que la Maison-Blanche et d'autres responsables de l'administration l'incitent à aller de l'avant en mars. La Commission fédérale des communications (FCC) a interdit la vente des produits de sécurité de la société Kaspersky, estimant qu'ils représentaient un risque inacceptable pour la sécurité nationale des États-Unis.

Le problème avec les Occidentaux serait le risque que le Kremlin utilise le logiciel antivirus, qui a un accès privilégié aux ordinateurs et aux serveurs sur lesquels il fonctionne, pour voler des informations sensibles dans les ordinateurs américains ou les modifier, alors que les tensions s'intensifient entre Moscou et l'Occident. L'accès aux réseaux des entrepreneurs fédéraux et des opérateurs d'infrastructures américaines critiques telles que les réseaux électriques est considéré comme particulièrement préoccupant, déclare la source.

L'Autorité fédérale de cybersécurité d'Allemagne (BSI, pour son acronyme en allemand) a exhorté en début d'année les entreprises et les utilisateurs à éviter l'utilisation des programmes populaires d'antivirus et de sécurité informatique de la société Kaspersky. Les responsables de Kaspersky ne voient aucune raison technique justifiant l'avertissement de l'autorité fédérale allemande chargée de la cybersécurité concernant l'utilisation du logiciel antivirus.

Selon l'agence allemande, cette firme, qui revendique plus de 400 millions d'utilisateurs et 240 000 entreprises clientes dans le monde, présente « un risque considérable de réussite d'une attaque informatique. » La BSI a averti que l'entreprise technologique russe « peut mener des opérations offensives, être contrainte d'attaquer des systèmes contre sa volonté, être espionnée dans le cadre d'une cyberopération à son insu, ou être utilisée abusivement comme outil pour des attaques contre ses propres clients. »

Kaspersky a démenti, déclarant : « Nous sommes une entreprise privée de cybersécurité mondiale et, en tant que telle nous n'avons aucun lien avec le gouvernement russe ou autre. » Plus tôt cette semaine, lors d'une réunion régulière de l'ensemble du personnel, quelques jours après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, des employés ont demandé si l'entreprise pouvait envisager des demandes de relocalisation.

Eugene Kaspersky, le fondateur et PDG de l'entreprise, a eu une réponse simple. Selon l'un des anciens employés, Kaspersky a dit « quelque chose du genre 'Si le capitaine reste sur le navire, l'équipe doit aussi y rester. Peu importe le temps qu'il fait ». Le deuxième ancien employé a confirmé que c'était la réponse d'Eugène Kaspersky au cours de la réunion.

L'un des anciens employés, qui a demandé à rester anonyme, car il ne voulait pas subir de représailles, a déclaré connaître « au moins 5 autres personnes » qui ont été confrontées à la même situation et ont choisi de démissionner. L'autre ancien employé, qui a également demandé à rester anonyme, a déclaré en connaître deux autres, en plus d'eux-mêmes. Un employé actuel de Kaspersky, qui s'est exprimé sous couvert d'anonymat, car il n'était pas autorisé à parler à la presse, a confirmé que l'entreprise avait demandé aux employés qui souhaitaient vivre et travailler ailleurs de démissionner, et que certains d'entre eux avaient décidé de le faire.

« On m'a demandé de démissionner uniquement parce que j'ai décidé de m'échapper de Russie après le 24 février, alors que je pourrais facilement continuer à travailler à distance », a déclaré l'un des anciens employés. « Pourquoi ai-je voulu m'échapper ? C'est facile. Je ne soutiens pas ce qui se passe. Je me sens coupable, et responsable de tous ces meurtres fous. Cette guerre est un désastre. »

« Après le 24 février, la vie du 2022 a complètement changé. C'était le coup de pouce final pour tout laisser tomber là-bas et déménager. Et ici, l'entreprise (personnellement Eugene) ne m'a pas soutenu », a déclaré l'employé. L'employé, qui a quitté la Russie avant d'avoir une réponse définitive de l'entreprise concernant sa demande de relocalisation, a déclaré que la discussion avec le département des ressources humaines de l'entreprise était simple. « Soit vous revenez, soit vous démissionnez », leur a dit l'employé des ressources humaines.

Un porte-parole de Kaspersky a démenti les récits des deux anciens employés

« Ces informations ne sont pas vraies. Les employés de Kaspersky sont son atout le plus précieux, et nos efforts ont toujours visé à assurer un environnement de travail favorable qui encourage la croissance professionnelle et personnelle. La société gère un programme interne de relocalisation disponible pour tous les employés, y compris ceux des bureaux russes. Ils peuvent demander à déménager pour travailler dans les bureaux de Kaspersky dans le monde entier, à condition qu'il y ait un poste vacant dans la région/pays de leur choix. Ces demandes sont examinées en fonction des qualifications requises », a déclaré le porte-parole dans un courriel. « Les employés de Kaspersky qui répondaient aux exigences de relocalisation du pays ont été approuvés pour le faire. »

Le 1er mars, avant l'invasion de l'Ukraine par la Russie, le créateur et PDG de l'entreprise, Eugène Kaspersky, a publié une déclaration dans laquelle il affirmait que « la guerre n'est bonne pour personne » et préconisait « le dialogue pacifique comme seul instrument possible pour résoudre les conflits ». Kaspersky a également rejeté les accusations de servir le gouvernement russe ou d'être utilisé par lui.

Après l'invasion de l'Ukraine, Eugene Kaspersky a déclaré qu'il espérait un « compromis » entre la Russie et l'Ukraine. Un porte-parole de l'entreprise avait alors déclaré qu'« en tant que fournisseur de services technologiques et de cybersécurité, l'entreprise n'est pas en mesure de commenter ou de spéculer sur les développements géopolitiques en dehors de son domaine d'expertise. »

Et vous ?

Ces allégations portées contre Kaspersky sont-elles pertinentes ?

L'attitude des Occidentaux face à Kaspersky est-elle compréhensible ? Acharnement politique ou démarche logique ?

Voir aussi :

Le Parlement européen qualifie Kaspersky de logiciel malveillant sur la base des accusations des USA et appelle les États membres à le bannir

La guerre en Ukraine incite les États-Unis à intensifier leur enquête sur le fabricant de logiciels Kaspersky, qui a réalisé un CA estimé à 95,3 millions de dollars aux États-Unis en 2020

Kaspersky s'exprime : « Nous n'avons aucun lien avec le gouvernement russe », selon l'entreprise privée, il s'agit d'une décision purement politique

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 24/08/2022 à 11:05
J'ai honte de le dire, mais je ne vois pas où est le problème lorsqu'une société licencie des collaborateurs qui ne veulent plus travailler pour elle.

Les employés en question ont dit ne plus vouloir occuper leur poste (en Russie dans ce cas) et demander à être délocalisés dans un autre pays. Dans aucun pays du monde, dans aucun droit du travail, existe une quelconque obligation faite à une entreprise de répondre par l'affirmative à ce genre d'exigence de la part d'un salarié.

Si c'est le cas, j'exige demain matin que mon bureau soit transféré sur une plage de sable fin avec palmiers et jolies surfeuses!

P**ain, mais que font les syndicats? Il y a encore des droits à obtenir du capital...
11  0 
Avatar de TotoParis
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 25/08/2022 à 21:02
"le Parlement européen a qualifié Kaspersky de logiciel malveillant sur la base des accusations des USA en 2018 et avait appelé les États membres à le bannir."
Tiens, ça me rappelle HUAWEI ! L'Europe qui baisse son froc devant les USA.
3  0 
Avatar de sanderbe
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 24/08/2022 à 15:54
Bonjour

Des employés de Kaspersky disent qu'on leur a demandé de démissionner, parce qu'ils voulaient quitter la Russie

Ces allégations portées contre Kaspersky sont-elles pertinentes ?
D'un côté c'est plutôt logique. Il y a de la pression exercé sur les employés .

L'attitude des Occidentaux face à Kaspersky est-elle compréhensible ?
Pas du tout . D'un autre côté c'est de la guerre économique.

Acharnement politique ou démarche logique ?
Acharnement politique et guerre économique .
2  1 
Avatar de Jean GVE
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 03/09/2022 à 15:17
Il me semble qu'en France c'est la même chose et même sans changer de pays si vous avez un emploi à Dunkerque (informaticien) et que vous décidez de rester à Collioure (par exemple)… vous devez donner également votre démission !
Donc information pour moi sans objet !
0  0