IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Meta, la société mère de Facebook, licencie 60 personnes « au hasard » à l'aide d'un algorithme,
Xsolla, une société dans l'industrie du jeu, licencie 150 employés également à l'aide d'un algorithme

Le , par Bruno

248PARTAGES

11  0 
L'effondrement économique a atteint les grandes entreprises technologiques et Facebook, est la dernière grande entreprise technologique à procéder à des licenciements massifs, choisissant 60 contractants apparemment au hasard à l'aide d'un algorithme. Les travailleurs auraient été informés par vidéoconférence qu'ils n'auraient plus de travail à partir du 2 septembre et que leur rémunération prendrait fin le 3 octobre. Aucune raison spécifique n'a été donnée, si ce n'est qu'ils ont été choisis « au hasard ».

Les contractants malchanceux étaient employés par Meta via son bureau d'Accenture à Austin - bien que la société ait conclu un accord de près d'un demi-milliard de dollars avec Meta pour fournir des travailleurs dans le domaine de la modération de contenu et de l'intégrité commerciale. Les travailleurs auraient été informés par vidéoconférence qu'ils n'auraient plus de travail à partir du 2 septembre et que leur rémunération prendrait fin le 3 octobre. Aucune raison spécifique n'a été donnée, si ce n'est qu'ils ont été choisis « au hasard ».


Dans ce qui pourrait passer pour l'une des plus importantes réductions connues dans le cadre d'une vaste réduction des effectifs, Tesla a licencié près de 229 employés chargés de l'annotation des données qui font partie de la grande équipe Autopilot de l'entreprise et ferme le bureau de San Mateo, en Californie, où ils travaillaient, selon un dépôt réglementaire californien. Ceci, pour aider à former le système d'IA Autopilot de l'entreprise. Ces licenciements sont les dernières pertes d'emplois chez Tesla après que le PDG Elon Musk ait déclaré aux dirigeants de l'entreprise que celle-ci devait réduire ses effectifs d'environ 10 %.

Ces suppressions s'inscrivent dans le cadre d'un effort visant à réduire le nombre d'employés salariés. L'entreprise, dont le siège social se trouve désormais à Austin, au Texas, avait atteint un effectif d'environ 100 000 employés à l'échelle mondiale grâce à la construction de nouvelles usines à Austin et à Berlin.

Les questions et réponses se sont déroulées dans un contexte de gel des embauches chez Meta et d'autres mesures de réduction des coûts, alors que l'action de la société a perdu plus de 50 % cette année. Les licenciements de Meta interviennent quelques jours seulement après qu'Apple a licencié 100 de ses recruteurs chargés d'embaucher de nouveaux employés. Apple avait déjà prévenu qu'elle allait réduire ses dépenses et ralentir ses embauches.

Xsolla a également utilisé un algorithme pour sélectionner 150 employés à licencier

Une société de traitement des paiements dans l'industrie du jeu, Xsolla, a également utilisé un algorithme pour sélectionner 150 employés à licencier en août de l'année dernière - laisser les robots licencier les travailleurs pourrait donc être une tendance de l'avenir. Xsolla, une entreprise qui fournit des options de traitement des paiements pour l'industrie du jeu, a licencié environ un tiers de ses effectifs après qu'un algorithme employé par l'entreprise ait décidé que ces 150 personnes étaient des « employés non engagés et improductifs ».

« Vous avez reçu cet email parce que mon équipe big data a analysé vos activités dans Jira, Confluence, Gmail, les chats, les documents, les tableaux de bord et vous a étiqueté comme des employés non engagés et improductifs », peut-on lire dans l'email envoyé par le PDG et fondateur de Xsolla, Aleksandr Agapitov. « En d'autres termes, vous n'étiez pas toujours présent sur le lieu de travail lorsque vous travailliez à distance. Beaucoup d'entre vous peuvent être choqués, mais je crois sincèrement que Xsolla n'est pas pour vous. »

Des licenciements de cette ampleur sont en soi un événement troublant, mais dans ce cas, Xsolla a également été critiquée pour son message froid entourant un licenciement massif et la pratique même de l'utilisation d'une IA pour déterminer si une personne est suffisamment productive pour rester employée.

La lettre poursuit en indiquant que Xsolla s'est associé à plusieurs agences de RH pour « vous aider à trouver un bon endroit où vous gagnerez plus et travaillerez encore moins ». Elle promet également des recommandations de la part de membres de l'équipe, dont Agapitov lui-même, et divulgue une liste des employés touchés par le licenciement basé sur les algorithmes.

Agapitov suggère que les licenciements sont le résultat du ralentissement de la croissance de Xsolla au cours des six derniers mois, qu'il semble imputer en partie à la baisse de productivité due aux mesures de travail à distance. Selon Agapitov, Xsolla a augmenté son chiffre d'affaires de 80 % l'année dernière (probablement en raison de la croissance due à la pandémie que de nombreuses sociétés de jeux ont connue en 2020), mais au cours des six derniers mois, la croissance de Xsolla est passée sous la barre des 40 % d'une année sur l'autre.

En raison de ce ralentissement de la croissance, Agapitov explique que lui et la direction de l'entreprise ont prévu de réduire de 10 % le budget salarial de Xsolla par des licenciements basés sur des algorithmes. Il ajoute ensuite que Xsolla prévoit de continuer à réduire son budget de 10 % jusqu'à ce que les choses reprennent et que l'entreprise commence à connaître une croissance d'au moins 40 %. Cependant, Agapitov ne s'inquiète pas du départ des employés ni de savoir si ces mesures vont nuire au moral de l'entreprise à l'avenir.

Voici la traduction complète de l'email :

Vous avez reçu cet email parce que mon équipe big data a analysé vos activités dans Jira, Confluence, Gmail, les chats, les documents, les tableaux de bord et vous a étiqueté comme des employés non engagés et improductifs. En d'autres termes, vous n'étiez pas toujours présent sur le lieu de travail lorsque vous travailliez à distance.

Beaucoup d'entre vous peuvent être choqués, mais je crois sincèrement que Xsolla n'est pas pour vous. Nadia et son équipe de soins se sont associés à sept grandes agences de RH, afin de vous aider à trouver un bon endroit, où vous gagnerez plus et travaillerez encore moins. Sasha vous aidera à obtenir une recommandation, y compris celle de moi-même. Et Natalia vous lira vos droits.

Encore une fois, merci pour votre contribution. Si vous voulez rester en contact avec moi, écrivez-moi une longue lettre sur toutes vos observations, vos injustices et votre gratitude.


À la fin de la lettre, Agapitov a également partagé une « liste des personnes expulsées ».

Selon l'experte en RH Alyona Vladimirskaya, l'utilisation du big data et de l'IA dans les RH ne devrait pas violer les droits des employés. « Mesurer la performance des employés par leur temps de réseau et leur engagement plutôt que par des résultats de travail numérisés est à la fois dépassé et extrêmement inefficace », a-t-elle déclaré, conseillant également aux employés licenciés de poursuivre l'entreprise pour ses actions.

Les entreprises technologiques, grandes et petites, ont ralenti leurs plans d'embauche ou annoncé des réductions d'effectifs ces derniers mois afin de résister à une éventuelle récession économique, que les banques centrales tentent de conjurer en augmentant les taux d'intérêt. Cette évolution a rendu les investisseurs moins intéressés par les actions orientées vers la croissance telles que Microsoft, dont les actions ont baissé d'environ 22 % depuis le début de l'année, alors que l'indice plus large S&P 500 a baissé de 19 % sur la même période.

Microsoft, dirigée par Satya Nadella, est l’un des premiers géants de la technologie à licencier des employés dans le cadre d'un « réalignement ». Un porte-parole de Microsoft a déclaré : « Aujourd'hui, nous avons procédé à un petit nombre de suppressions de postes. Comme toutes les entreprises, nous évaluons régulièrement nos professionnels et procédons à des ajustements structurels en conséquence. »

Microsoft a annoncé pour la dernière fois une série de licenciements en 2017, après le début de sa nouvelle année fiscale. La société a réduit des milliers d'employés alors qu'elle ajustait son approche de la vente. « Nous continuerons d'investir dans notre activité et d'augmenter globalement nos effectifs au cours de l'année à venir », a déclaré Microsoft.

La division de vente au détail d'Amazon a également réduit son objectif d'embauche pour 2022. Tesla a annoncé le 14 juillet qu'elle licenciait 229 employés chargés de l'annotation des données qui font partie de la grande équipe Autopilot de l'entreprise et ferme le bureau de San Mateo, en Californie, où ils travaillaient, selon un dépôt réglementaire californien. L’entreprise de technologie de conduite autonome dont le siège social est situé à Pittsburgh.

Les licenciements chez Meta ne sont peut-être pas surprenants, étant donné que lors d'une réunion de questions-réponses organisée par l'entreprise le 30 juin, Mark Zuckerberg a averti les employés que la récente chute du marché « pourrait être l'un des pires ralentissements que nous ayons vus dans l'histoire récente », ce qui a entraîné la nécessité de procéder à des « évaluations de performance agressives » pour aider à éliminer les employés peu performants.

« De manière réaliste, il y a probablement un tas de personnes dans l'entreprise qui ne devraient pas être là », a déclaré Zuckerberg. « En augmentant les attentes, en fixant des objectifs plus ambitieux et en faisant monter un peu la pression, j'espère que certains d'entre vous décideront que cet endroit n'est pas fait pour eux, et je suis d'accord avec cette autosélection », a-t-il ajouté.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Quelle appréciation faites-vous du fait de choisir une méthode aléatoire pour licencier des travailleurs ?

Dans les cas des licenciements prétendument hasardeux, peut-on parler de licenciement abusif ?

Voir aussi :

Microsoft aurait licencié des employés dans le cadre d'un ajustement structurel, de nouvelles embauches seraient prévues

Tesla licencie des centaines de travailleurs de l'Autopilot dans le cadre d'une réduction de personnel, le PDG Musk a déclaré que 10 % des employés salariés perdraient leur emploi

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de onilink_
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 22/08/2022 à 10:22
« Vous avez reçu cet email parce que mon équipe big data a analysé vos activités dans Jira, Confluence, Gmail, les chats, les documents, les tableaux de bord et vous a étiqueté comme des employés non engagés et improductifs.» « En d'autres termes, vous n'étiez pas toujours présent sur le lieu de travail lorsque vous travailliez à distance. [...] »
Comme si ces critères étaient représentatif de la productivité de quelqu'un

Du coup si tu fais bien semblant de travailler t'as pas de soucis à te faire chez eux. Faut juste être ponctuel et bien faire semblant.

Ce genre d'algo de licenciement ça risque juste de donner l'équivalent de l'overfitting en IA, avec des employés qui vont plus se concentrer à se faire bien voir par les algorithmes qu'à bien faire leur travail...
9  0 
Avatar de herr_wann
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 22/08/2022 à 11:11
Heureusement qu'ils n'ont pas utilisé le nouveau chatbot d'IA de Meta qui affirme que Mark Zuckerberg est "effrayant et manipulateur", il aurait fait partie des premiers virés
5  0 
Avatar de gangsoleil
Modérateur https://www.developpez.com
Le 22/08/2022 à 19:01
Hello,

Oui, c'est juste un autre moyen de licencier des gens, mais il n'y a rien de plus choquant que d'anciens systèmes décidés par des humains. Genre un nouveau directeur qui arrive et qui dit "tient, la branche XYZ nous coûte trop cher, donc on va la réduire de 10%. Ah ça tombe bien, ça fait pile le site de <ville>, donc hop, on ferme ce site."

Sincèrement, c'est pareil. Même intérêt financier, même "intelligence", prise en compte des conséquences réelles, etc...
3  0 
Avatar de pierre-y
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 22/08/2022 à 8:54
Une manière détourné de masquer les critères qui ont servit à ces licenciements, critères que l'on peut penser tres clairement discriminatoire vue comme il communique la dessus.
2  0 
Avatar de Julien Bodin
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 22/08/2022 à 10:01
Bon du coup c'est des presta qui finissent leur mission, quoi ?
2  0 
Avatar de impopia
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 25/08/2022 à 16:30
Ils n'ont donc pas été choisis au hasard, car il y avait des critères.
Il serait intéressant de savoir si les "cadres" étaient parmi les salariés analysés... et s'il n'y a pas de départs "au hasard" parmi les salariés restés (dans les conditions où on peut être licencié pour des critères établis par une IA, moi personnellement à leur place je chercherais tout de suite quelque chose de plus sûr). Mais c'est fort possible que la protection sociale et la solidarité entre les employés n'existent pas vraiment (ou sont réprimés) dans la jungle américaine.
0  0