IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Truth Social, la prétendue plateforme de médias sociaux de liberté d'expression de Trump, bloque des publications d'utilisateurs
Malgré sa promesse

Le , par Stéphane le calme

184PARTAGES

9  1 
La société de médias sociaux de l'ancien président Donald Trump, TRUTH Social, s'est présentée comme un « havre de liberté d'expression » qui chérit la « liberté d'expression ». Mais depuis ses débuts mouvementés lors de son lancement partiel en février, ses modérateurs ont supprimé ou limité la visibilité des publications des utilisateurs, souvent sans explication, selon une nouvelle enquête de l'organisation à but non lucratif de défense des consommateurs de gauche Public Citizen.

Les messages supprimés ou limités comprenaient du contenu sur l'enquête de la US House du 6 janvier 2021, des attaques contre le Capitole ainsi que des messages sur l'avortement. Il a également bloqué le contenu des conservateurs, indique le rapport.

L'auteur du rapport, Cheyenne Hunt-Majer, a déclaré qu'elle avait commencé à expérimenter des publications sur TRUTH Social après avoir entendu que des personnes se faisaient expulser de la plateforme pour avoir exprimé des sentiments anti-Trump ou progressistes.

« Il est devenu évident pour moi dans les 15 premières minutes que les choses étaient bloquées », a déclaré Hunt-Majer, chercheuse en responsabilité Big Tech chez Public Citizen qui étudie la modération de contenu dans les entreprises de médias sociaux.

Dans le cadre de l'expérience, Hunt-Majer a écrit « l'avortement, c'est la santé » dans une publication et a rapidement découvert qu'il faisait l'objet d'un shadow banning (qui pourrait être traduit par bannissement furtif (ce qui signifie qu'après sa publication, elle ne pouvait le trouver nulle part sur le site Web. Elle n'a reçu aucun avis indiquant que le message était caché ni pourquoi). Le shadow banning est le blocage total ou partiel d'une communauté en ligne d'un utilisateur, ou du contenu qu'il produit, de telle sorte que celui-ci n'en ait pas conscience. Cela se fait en rendant les contributions de l'utilisateur invisibles ou moins visibles auprès des autres membres du service concerné, tout en les gardant généralement visibles par lui même, espérant ainsi que l'absence de réactions va finir par lasser l'utilisateur et amener ce dernier à adapter ses publications, réduire ces dernières, voire carrément quitter la communauté concernée.

Hunt-Majer a publié un TikTok sur l'expérience – qui est devenue virale – et le message sur l'avortement est apparu cinq jours plus tard. Elle a ensuite approché son employeur pour rédiger un rapport officiel sur TRUTH Social, dont les conclusions ont été publiées mardi.

L'enquête qu'elle a menée a révélé que TRUTH Social avait fait un shadow banning d'une publication où elle avait comparé la réglementation sur les armes à feu à l'avortement et au contrôle des naissances, tout comme une publication où elle avait écrit sur la travailleuse électorale géorgienne Wandrea "Shaye" Moss, qui a témoigné lors d'une audience du comité de la Chambre le 6 janvier.

Le contenu bloqué ne se limitait pas aux positions politiques démocrates, selon le rapport Public Citizen. Par exemple, un article sur Blake Shelton en faveur de la possession d'armes à feu a été « banni furtivement », ont découvert les utilisateurs. Le site n'autoriserait pas non plus un lien vers un article sur Breitbart, un site d'extrême droite.

Après que les utilisateurs se sont plaints de ne pas pouvoir publier une citation critiquant le soutien américain à l'Ukraine, Hunt-Majer a également tenté de publier la citation, mais sans succès.

TRUTH Social n'a pas immédiatement répondu à une liste de questions des médias sur la façon dont il modère le contenu. La politique de son site Web qualifie le « shadow banning » de « pratique trompeuse et manipulatrice » et promet que l'entreprise « ne bannit pas et ne bannira jamais ses utilisateurs ».

Le site Web de la société indique également qu'elle doit s'engager dans une certaine modération pour « empêcher les contenus illégaux et autres contenus interdits », et le fait en partie grâce à l'intelligence artificielle. Les modérateurs humains examinent ensuite les éléments qui ont été signalés ou supprimés, et les utilisateurs peuvent être bannis pour menace de violence, publication de pornographie ou violation des droits de propriété intellectuelle.

La société reconnaît que le processus « n'est pas à l'épreuve des erreurs » et qu'elle identifie et corrige toute erreur dans la suppression des publications.

Mais Hunt-Majer a déclaré que les politiques se heurtaient à la pratique de l'entreprise.

« Ils prennent une position publique sur la censure et le shadow banning, et puis il y a une réalité de ce qui se passe sur la plateforme, qui ne correspond pas », a déclaré Hunt-Majer. Elle n'a pas été en mesure de joindre des représentants de TRUTH Social, a-t-elle dit, mais a émis l'hypothèse que tous les shadow banning n'étaient pas néfastes, certaines étaient dues à l'incompétence.

« En vous servant de la plateforme, en essayant simplement de vous connecter, vous pouvez dire qu'elle est minée par une poignée de personnes qui ne sont pas capables de créer un site de médias sociaux », a-t-elle déclaré. « Ce n'est pas convivial ».


TRUTH Social lancé cette année

Quelques alternatives conservatrices aux médias sociaux ont émergé depuis que Twitter et Facebook ont chassé Trump de leurs plateformes, affirmant qu'il avait incité à la violence le 6 janvier.

Cette année, Trump a largement utilisé TRUTH Social pour dénoncer le comité du 6 janvier de la Chambre, pour approuver les républicains lors des primaires de 2022 et pour se moquer du président Joe Biden.

Il compte 3,4 millions d'abonnés, une fraction des 88,7 millions qu'il avait lorsqu'il était sur Twitter.

Mais ses commentaires sur TRUTH Social ont probablement une portée beaucoup plus large, car les journalistes et les républicains partagent souvent les captures d'écran de ses commentaires sur Twitter. Trump, qui laisse entendre régulièrement qu'il se présentera à nouveau à la Maison-Blanche en 2024, a déclaré qu'il ne reviendrait pas sur Twitter même s'il y était autorisé.

Les entreprises de médias sociaux disent souvent qu'elles veulent maintenir un dialogue ouvert sur leurs sites Web, mais se heurtent rapidement à la réalité de ce que cela signifie, a déclaré Hunt-Majer : « Les gens ne veulent pas être sur une plateforme où les discours de haine sévissent et où vous êtes bombardé d'images explicites ou de beaucoup de violence », a-t-elle déclaré.

TRUTH Social a des interdictions telles que du « contenu offensant ou sexuel », qui inclut le langage. Il interdit également les représentations de « violence, de menaces de violence ou d'activités criminelles » et les discours « faux, inexacts ou trompeurs ».

Les entreprises de médias sociaux ont subi des réactions négatives à cause de la censure

Les républicains se plaignent souvent que Twitter les bloque ou les suspend plus fréquemment que les démocrates et accusent les employés de Twitter d'avoir un parti pris anti-conservateur. Les employés de Twitter ont massivement fait des dons aux démocrates plutôt qu'aux républicains, selon les données compilées par l'organisation de recherche non partisane OpenSecrets.

Twitter a également censuré les reportages du New York Post sur les e-mails de l'ordinateur portable du fils de Biden, Hunter Biden, avant les élections de 2020. Les alliés de Biden ont qualifié les e-mails sur l'ordinateur portable de « désinformation russe », mais le New York Times et le Washington Post ont depuis confirmé que les e-mails étaient authentiques.

Les démocrates ont également leurs griefs contre les géants des médias sociaux, les poussant à être plus stricts dans la répression des mensonges, des discours de haine et du langage qui incite à la violence.

Hunt-Majer a déclaré qu'elle contestait également la façon dont des plateformes telles que Twitter et Facebook modèrent le contenu, affirmant qu'elles ont des dispositions sur le discours de haine et l'incitation à la violence, mais appliquent leurs règles de manière incohérente.

Ces plateformes, cependant, alertent un utilisateur lorsque son message est supprimé, lui indique pourquoi, et fournissent un processus d'appel, a déclaré Hunt-Majer. La position de Public Citizen dans le rapport est que la modération de contenu doit être transparente, cohérente et comporter certaines nuances.

La préoccupation de Hunt-Majer est que les utilisateurs de TRUTH Social penseront qu'ils sont dans un forum qui accueille diverses perspectives dans un forum ouvert, mais seront plutôt dans une « chambre d'écho » qui incitera à la violence.

« C'est une recette pour le radicalisme et l'extrémisme », a-t-elle déclaré.

Un réseau social qui peine à décoller et qui est accusé de bannir des membres, bien qu'il se réclamait champion de la liberté d'expression

L'application Truth Social qui ressemble énormément à Twitter, s'est trouvée pendant un certain temps en tête des téléchargements de l'App Store. Mais le magasin d'applications en ligne d'Apple, a eu un certain nombre de problèmes techniques l'ont rendue inaccessible pour beaucoup d'internautes. Plusieurs raisons expliquent cela : en plus de n'être disponible qu'aux États-Unis, Truth Social ne fonctionne que sur iOS, le système d'exploitation des smartphones d'Apple. Elle n'est pas non plus opérationnelle sur navigateur web, ce qui pourrait pourtant permettre aux utilisateurs de smartphones Android de s'y rendre. « Cela a été un désastre », a déclaré Joshua Tucker, directeur du Center for Social Media and Politics de NYU.

En outre, lors de son lancement, l'application avait rencontré un certain nombre de soucis techniques. En a résulté une longue liste d'attente pour s'y inscrire. Cette dernière ne semble aujourd'hui pas avoir évolué, comptant au moins un million et demi de personnes.

Alors que YouTube, TikTok, Instagram et Facebook font partie des 10 applications les plus téléchargées, selon Similar Web, Truth Social se situe en dehors du top 100. Les utilisateurs qui trouvent leur chemin peuvent trouver l'application un peu vide, car de nombreuses grandes voix de la droite américaine sont restées à l'écart jusqu'à présent. Une autre étude a révélé que les téléchargements avaient chuté de 95 %. Et beaucoup se sentent frustrés. « Je me suis inscrit à Truth Social il y a quelques semaines et toujours sur une liste d'attente », a déclaré mardi un utilisateur de Twitter. « Le temps que je ne sois plus sur la liste d'attente et que je passe à Truth Social réellement, Trump sera à nouveau président », a plaisanté un autre.

La raison pour laquelle l'application a rencontré tant de problèmes a déconcerté les experts. Certains ont pointé du doigt le partenariat de Truth Social avec Rumble, une plateforme de partage de vidéos qui ressemble un peu à YouTube. Populaire auprès des conservateurs et de l'extrême droite, Rumble était censé fournir une « épine dorsale critique » pour l'infrastructure du site.

Mais si Truth Social a des problèmes de serveur, pourquoi a-t-il fallu si longtemps pour les résoudre ? « Cela devrait prendre quelques jours pour réparer, pas six semaines », a déclaré une source républicaine proche de Donald Trump : « Il y aura toujours des ratés au début, mais à ce stade, j'aurais pensé que cela aurait été résolu. Personne ne semble comprendre pourquoi ».

En dehors de ces problèmes techniques, le réseau social de Donald Trump, Truth Social, prétend être un espace de liberté d'expression, loin de toute discrimination politique. Et pourtant, certains de ses utilisateurs se sont plaints, sur Twitter, d'avoir été bannis pour avoir parlé des audiences du Congrès sur les émeutes du Capitole. Sur le réseau social qui a banni Donald Trump en 2021, suite à ses déclarations sur le prétendu vol de l'élection présidentielle américaine, l'ironie est donc immense.


« Mon compte Truth Social vient d'être suspendu de façon permanente pour avoir parlé des audiences de la commission du 6 janvier », a publié Travis Allen, un analyste en sécurité de l' information, sur son compte Twitter.

« J'ai été suspendu de Truth Social pour avoir posté sur l'audience du 6 janvier hier soir. Donald Trump a peur de la liberté d'expression », a écrit un utilisateur sur Twitter, « Je viens de publier mon premier message sur Truth Social et ils l'ont supprimé. De vrais champions de la liberté d'expression là-bas », a publié un autre.

La discussion s'est enflammée sur Twitter avec des utilisateurs qui se donnent désormais le défi de s'inscrire sur le réseau social de Donald Trump pour voir combien de temps leur compte résistera avant d'être fermé. « Regardez ce que je viens de poster sur Truth Social... en attendant qu'ils me bannissent ».

Sources : Public Citizen, TRUTH Social

Et vous ?

Quelle lecture en faites-vous ?
Liberté d'expression, comment s'illustre au mieux ce concept selon vous sur les médias sociaux ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de SimonKenoby
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 03/08/2022 à 13:47
Cela fait déjà un moment qu'on a compris que les grands défenseurs de la liberté d'expression ont surtout envie de pouvoir dire ce qu'ils veulent sans que personne ne puissent les contredires.

C'est comme Elon Musk, je n'y crois pas un instant a son histoire.
6  2 
Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 03/08/2022 à 14:27
Malgré toutes les critiques qu'on a pu adresser aux réseaux sociaux mainstream comme Facebook et Twitter, qui auraient censuré à tort le gourou Trump suite à l'assaut du 6 janvier contre la démocratie, en suspendant son compte pour une durée indéterminée, je les avais personnellement trouvé très cléments jusqu'alors.

Trump toujours borderline voire excessif dans ses propos, niant comme un malfrat le résultat d'élections à l'échelle d'un pays-continent, il avait réussi auprès de certains, y compris chez nous, à se faire passer pour la victime.

Si ça n'avait tenu qu'à moi, son compte aurait dû être suspendu bien avant l'assaut du Capitole.

La liberté d'expression, ça ne veut pas dire le grand n'importe quoi. Et ce nouveau réseau social qui se veut le parangon de celle-ci commence à le découvrir, assez naïvement au mieux, avec malhonnêteté au pire.
Quand Truth, si les faits sont bien avérés, censure des utilisateurs d'un certain bord politique, ça me fait doucement rigoler, alors que Twitter et Facebook sont nettement plus neutres politiquement (ce qui n'enlèvent rien à leurs autres défauts), n'en déplaise à l'alt-right et à la complosphère.

Mais le plus triste dans l'histoire, c'est de constater l'influence toujours importante de cet accident industriel de la démocratie.
7  3 
Avatar de Dave Hiock
Membre averti https://www.developpez.com
Le 05/08/2022 à 9:00
\ô/
Citation Envoyé par Madmac
Je ne vois pas en quoi nous sommes gagnants à tolérer des gens qui sont incapable de débattre autrement qu'avec des insultes.
Citation Envoyé par Madmac
Vos journalistes sont des merdes intégrales,
... visiblement tu parles en connaissance de cause !

Citation Envoyé par Madmac
Pendant les événements du 6 Janvier, personne n'était armé,
effectivement cela se saurait si certains américains étaient armés !
3  1 
Avatar de Madmac
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 05/08/2022 à 6:57
Citation Envoyé par yahiko Voir le message
Malgré toutes les critiques qu'on a pu adresser aux réseaux sociaux mainstream comme Facebook et Twitter, qui auraient censuré à tort le gourou Trump suite à l'assaut du 6 janvier contre la démocratie, en suspendant son compte pour une durée indéterminée, je les avais personnellement trouvé très cléments jusqu'alors.
C'est curieux que tu pense encore qu'il y a eu un assaut alors que clairement la majorité des américains pensent le contraire après après ce simulacre de procès. Vos journalistes sont des merdes intégrales, mais je me souviens d'une vidéo où les Gilets Jaunes tentaient de rentrer à l'Élisée en servant d'un tracteur avec une pelle mécanique comme bélier et personne n'a crié à l'insurrection. Pourtant c'était véritablement plus violent.

Pendant les événements du 6 Janvier, personne n'était armé, la porte de la clôture était débarré. Et des agents du FBI ont été identifiés parmi les gens incitant les gens à entrer.
4  3 
Avatar de Madmac
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 05/08/2022 à 17:11
Citation Envoyé par Dave Hiock Voir le message
\ô/

... visiblement tu parles en connaissance de cause !
Évidemment je fréquente régulièrement FdeSouche depuis prêt de 10 ans. Et je puis en plus, ces journalistes nous garantissait une victoire du L'Ukraine sur la Russie, alors en terme de crédibilité

Citation Envoyé par Dave Hiock Voir le message
\ô/
effectivement cela se saurait si certains américains étaient armés !
Parce que tu crois sérieusement que les gens qui sont rentré, nous pas été arrêté sur place et n'ont pas subit de fouille?
3  2 
Avatar de selmanjo
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 17/08/2022 à 19:16
Une vérité qui se cache, cache un mensonge. C'est un réseau de mensonge contrairement à son intitulé.
0  0 
Avatar de Madmac
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 05/08/2022 à 6:39
Faire du contrôle d'accès (gatekeeping) n'est pas synonyme de censure. Il est parfaitement légitime de bloquer certains types d'individus. Comme par exemple les types qui sont obsédé par leur pronoms, les idiots avec des cheveux bleus qui voient des racistes et des sexistes partout.

Je ne vois pas en quoi nous sommes gagnants à tolérer des gens qui sont incapable de débattre autrement qu'avec des insultes.
2  4 
Avatar de walfrat
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 03/08/2022 à 15:58
Mais le plus triste dans l'histoire, c'est de constater l'influence toujours importante de cet accident industriel de la démocratie.
D'une certaine façon, dans l'histoire, on a su faire des régimes totalitaires qui "marchent bien" pendant un temps, par contre la démocratie, on a pas encore réussi à faire mieux que de la faire avec une bequille.
1  5