IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le PDG de Titanium Blockchain plaide coupable d'une escroquerie à la collecte de fonds en crypto de 21 millions de dollars
Il risque 20 ans de prison

Le , par Nancy Rey

164PARTAGES

7  0 
Michael Alan Stollery, le PDG de la société de blockchain Titanium Blockchain Infrastructure Services (TBIS), a plaidé coupable de fraude boursière pour une escroquerie en crypto-monnaie de 21 millions de dollars. Le Californien a admis avoir falsifié des informations sur la pièce BAR, un jeton de financement participatif qui aurait dû être enregistré auprès de la Commission américaine des valeurs mobilières et des changes, mais qui ne l'a pas été. Il risque 20 ans de prison.


Michael Alan Stollery, 54 ans, a escroqué des investisseurs en levant des fonds pour Titanium Blockchain Infrastructure Services, une prétendue plateforme d'investissement en crypto-monnaies qu'il a fondée. Stollery risque jusqu'à 20 ans d'emprisonnement. Le directeur général à l'origine d'une offre initiale de crypto-monnaies frauduleuse a plaidé coupable devant un tribunal fédéral américain de fraude boursière dans le cadre d'un stratagème au cours duquel 21 millions de dollars ont été volés.

L'arnaque TBIS était l'une des nombreuses offres initiales de pièces de monnaie douteuses, (initial coin offerings ou ICO), à la fin des années 2010. Selon la plainte, entre 2017 et 2018, Stollery a présenté TBIS comme une nouvelle société et a fait l'apologie de sa monnaie avec une série de fausses déclarations élaborées. L'offre initiale de pièces de monnaie de Stollery (l'équivalent en crypto-monnaies d'une offre publique initiale en bourse) visait prétendument à lever des fonds pour mettre en place des services TBIS tels que l'infrastructure de réseau. Stollery, qui se fait également appeler "Michael Stollaire", a plutôt dépensé environ 50 000 $ de l'argent des investisseurs pour rembourser des dettes de cartes de crédit et a utilisé de l'argent supplémentaire pour payer des factures liées à son appartement à Hawaï.

Les fonds volés étaient constitués d'actifs numériques, tels que des Ether et des Bitcoin, et d'argent liquide provenant de dizaines d'investisseurs situés dans au moins 18 États et à l'étranger qui ont acheté le jeton TBIS appelé "BAR", ont écrit les procureurs fédéraux dans une plainte pénale déposée plus tôt cette année. Stollery a mené et fait la publicité de l'ICO entre novembre 2017 et mai 2018.

Stollery n'a pas non plus enregistré l'ICO auprès de la Securities and Exchange Commission. Toutes les ICO et les opportunités d'investissement en crypto-monnaies qui sont qualifiées de titres ou de véhicules d'investissement doivent être enregistrées auprès de la SEC. L'agence a obtenu en mai 2018 une ordonnance du tribunal fédéral mettant fin à l'ICO et gelant les actifs de Stollery et de TBIS.

L'agence a indiqué au tribunal que Stollery avait menti sur son entreprise dans ses documents marketing et dans le livre blanc accompagnant l'ICO, vantant des slogans tels que "Company as a Service™" et "Mining as a Service™". « Tout comme l'acier a changé l'industrie du bâtiment pour toujours, Titanium va inaugurer une nouvelle ère de construction de réseaux, basée sur la technologie blockchain. Sa campagne de promotion comprenait des vidéos YouTube autoproduites, des interviews payantes, des publicités en ligne sur Facebook et des "tweets prolifiques"», a déclaré Stollery sur les médias sociaux, qu'il utilisait fréquemment, montre la plainte de 2018 de la SEC.

« Cette ICO était basée sur un blitz marketing sur les médias sociaux qui aurait trompé les investisseurs avec des affirmations purement fictives sur les perspectives commerciales », avait alors déclaré Robert A. Cohen, alors chef de l'unité cybernétique de la Division de l'application de la SEC.

Pour ajouter à l'apparence de légitimité, Stollery a placé de faux témoignages de clients sur le site Web de TBIS, affirmant faussement qu'il avait des relations d'affaires avec la Réserve fédérale et « des dizaines de sociétés de premier plan », dont Apple, Boeing, eBay, General Electric, Microsoft, PayPal, Pfizer, la Royal Bank of Scotland, Universal Studios et Walt Disney. Le site Web de TBIS affiche actuellement une notification du tribunal concernant les accusations portées contre Stollery, et les comptes de médias sociaux de TBIS semblent avoir été supprimés.

Attention aux fraudeurs en crypto-monnaies

La condamnation de Stollery marque la dernière d'une série de mesures prises par le ministère americain de la Justice pour freiner la fraude aux crypto-monnaies. L'unité de fraude aux crypto-monnaies du DOJ dit avoir inculpé depuis 2019 des cas impliquant plus de 2 milliards de dollars d'argent volé aux investisseurs.

Chaque condamnation envoie un message aux fraudeurs et aux escrocs en crypto-monnaies, à savoir que les forces de l'ordre disposent des outils nécessaires pour faire face aux activités criminelles du Web3, explique William Callahan, directeur des affaires gouvernementales et stratégiques du Blockchain Intelligence Group. La justice a parcouru un long chemin, dit-il. « Lorsque je supervisais les efforts de lutte contre les stupéfiants dans le Midwest en tant qu'agent spécial en charge de la division St. Louis de la Drug Enforcement Administration entre 2018 et 2020, nous avions un ou deux enquêteurs ou analystes familiarisés avec les enquêtes financières sur les crypto-monnaies et la blockchain. Maintenant, ces bureaux à travers le pays ont des équipes dédiées à l'identification et à la perturbation des cybercriminels », explique Callahan à Information Security Media Group.

La vague de récentes mesures d'application de la loi prises par le ministère de la Justice n'implique pas une augmentation des attaques liées aux crypto-monnaies, affirme Ari Redbord, responsable des affaires juridiques et gouvernementales de la société de renseignements sur les blockchains TRM Labs.

« Alors que l'on pourrait avoir l'impression qu'il y a une éruption d'escroqueries et de fraudes en ce moment, ce que nous voyons en fait, ce sont des poursuites réussies qui sont en cours depuis un certain temps. La plupart d'entre elles ne sont pas de nouvelles affaires, mais plutôt le fruit d'actions que le ministère a entreprises depuis la création du DOJ Enforcement Framework il y a presque deux ans », dit-il. En octobre 2020, le ministère de la Justice a publié ce cadre dans le cadre d'un effort visant à définir son approche des crypto-monnaies. En 2021, le ministère a également créé la National Cryptocurrency Enforcement Team.

Sources : Doj, plainte, SEC

Et vous ?

Quel est votre avis ur le sujet ?

Voir aussi :

La fraude liée aux cryptomonnaies augmente de façon exponentielle, selon un rapport de la FTC

Cryptomonnaies : le jeton IRON Titanium (TITAN) est passé de plus de 60 $ à pratiquement 0 $ en quelques heures, un développeur accuse un bogue de programmation embarrassant

Web3 : une économie de la fraude en valeurs mobilières financée par le capital-risque, selon un analyste de la blockchain

Il est peu probable que le Web3 remplace le Web2 d'ici 2030, selon un rapport de Gartner

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de walfrat
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 28/07/2022 à 10:29
Mince alors, on se fait déjà plumer par le système, mais quand on cherche à y échapper, on se faire encore plus avoir ?
0  0 
Avatar de Arya Nawel
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/07/2022 à 8:13
Voilà pourquoi les entreprise de crypto ont dépensé pour soudoyer des politiciens m. Ils espéraient pouvoir faire déplacer les cryptomonnaies comme des marchandises par la loi, afin qu'elles ne soient pas réglementées par la SEC.
0  0