IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Amazon augmente les prix Prime en Europe. En France, la hausse des prix est encore plus aiguë, passant de 49€ par an à 69,90€,
Soit une augmentation de 43%

Le , par Stéphane le calme

180PARTAGES

4  1 
Amazon augmente le prix de son abonnement Prime dans toute l'Europe en septembre jusqu'à 43% par an. Dans un courriel adressé aux clients, Amazon a révélé que son coût annuel Prime augmenterait de 20% au Royaume-Uni, passant de 79 £ à 95 £ à partir du 15 septembre. En France, la hausse des prix est encore plus aiguë, passant de 49 € par an à 69,90 €, soit une augmentation de 43 %.

Amazon augmentera également les prix en Espagne et en Italie de 39% par an, le deuxième marché de l'entreprise, l'Allemagne, enregistrant une augmentation annuelle de 30%. Les augmentations de prix Prime d'Amazon en Europe surviennent quelques mois seulement après que le prix de Prime aux États-Unis est passé à 139 $ par an, contre les frais annuels précédents de 119 $. Amazon Prime inclut généralement une expédition rapide, un accès aux ventes et un streaming gratuit de films/TV sur la plupart des marchés.

Amazon augmente également le coût mensuel de Prime sur les marchés européens, de 1 £ ou 1 € par mois. Les tarifs mensuels n'incluent pas la remise appliquée aux abonnements annuels, et il ressort clairement des augmentations d'Amazon que la plupart des ménages s'abonnent chaque année. Voici les augmentations annuelles des prix d'Amazon Prime en Europe :
  • Royaume-Uni - 79 £ à 95 £, une augmentation de 20 %
  • France - 49 € à 69,90 €, soit une augmentation de 43 %
  • Allemagne - 69 € à 89,90 €, soit une augmentation de 30 %
  • Italie - 36 € à 49,90 €, soit une augmentation de 39 %
  • Espagne - 36 € à 49,90 €, soit une augmentation de 39 %

Il s'agit également de la première augmentation d'Amazon Prime au Royaume-Uni, le troisième marché d'Amazon derrière les États-Unis, depuis 2014. Amazon est extrêmement populaire au Royaume-Uni, et la société d'études de marché Kantar affirme que plus de 50 % des ménages ont un abonnement Amazon Prime, bien que les résultats datent de 2020.

Citation Envoyé par Kantar
Au quatrième trimestre, 1,3 million de foyers britanniques ont souscrit un nouvel abonnement au streaming vidéo, Amazon Prime Video en capturant près de la moitié. BritBox a connu un quatrième trimestre solide, dépassant pour la première fois Now TV et Apple TV, en termes de part de nouveaux abonnés. La relance de Spitting Image a été un élément clé de cette hausse, avec 33% des nouveaux abonnés qui ont cité le « contenu » comme leur principal moteur pour souscrire à un abonnement BritBox nommant Spitting Image comme titre clé.

Amazon Prime Video continue de bénéficier de l'intégration à Prime Membership, les abonnés Amazon Prime passant à 53,5 % des foyers au quatrième trimestre 2020. En plus d'augmenter l'adhésion globale à Prime, Amazon a également constaté une augmentation de la proportion de membres Prime utilisant Prime Video, passant à 62,6 % contre 60,5 % au trimestre précédent.

L'attention croissante d'Amazon sur les sports en direct continue de rapporter gros, les internationaux de Rugby Autumn jouant un rôle important dans l'attraction de nouveaux utilisateurs, ainsi que le retour du football en direct. La combinaison Football/Rugby/Tennis a été le catalyseur de plus d'1 nouvel abonné sur 4 sur le trimestre. The Boys continue de bien performer pour Amazon, se présentant comme le titre SVoD le plus apprécié au quatrième trimestre.

Netflix a continué de dominer le contenu le plus apprécié au cours du trimestre, avec The Crown et The Queens Gambit prenant les n°1 et n°2 au quatrième trimestre 2020. La dernière version de Disney de The Mandalorian était le titre n°3 le plus apprécié, tandis que The Undoing, disponible sur Now TV (+ Sky Atlantic) a pris la 5ème position.

Alors que le Royaume-Uni subissait différentes restrictions et confinement liés au COVID, l'audience SVoD est restée fermement concentrée à domicile, avec seulement 7% des abonnés regardant du contenu hors de chez eux au cours du trimestre, affichant une augmentation de seulement 1% au cours des 6 derniers mois. Alors que la pénétration de la Smart TV continue de croître en Grande-Bretagne, la proportion de téléspectateurs accédant aux services SVoD directement via leur Smart TV est passée à 52 % au quatrième trimestre, tandis que ceux qui utilisent des TV Sticks comme Amazon Fire TV ou accèdent via leur fournisseur de télévision payante continuent de baisser. Malgré cela, près de 1 foyer britannique sur 6 utilise des clés/dongles TV pour accéder à ses services SVoD, Amazon Fire TV dominant dans cette catégorie (avec 74 % de part), contre 13 % pour Roku, 5 % pour AppleTV et 4 % pour Google Chromecast.

Amazon attribue les augmentations de prix à « l'augmentation de l'inflation et des coûts d'exploitation ». L'annonce du changement de prix intervient quelques jours seulement avant qu'Amazon ne publie ses résultats du deuxième trimestre. Amazon a enregistré sa première perte trimestrielle en sept ans au dernier trimestre, la société attribuant une partie de la perte à la hausse des coûts du carburant, du transport et du stockage en entrepôt.

Amazon a perdu 184 milliards de dollars en capitalisation boursière après avoir annoncé des résultats trimestriels mitigés

Les actions d'Amazon ont chuté après que la société a annoncé en avril un ralentissement de la croissance et une augmentation des coûts au cours du premier trimestre 2022, trimestre qui s'est achevé le 31 mars, et a offert des perspectives de revenus décevantes.

La grande enseigne de la technologie a déclaré que ses revenus avaient augmenté de 7 % par rapport à la même période l'an dernier pour atteindre 116,4 milliards de dollars, dépassant légèrement les prévisions des analystes, une croissance plus lente que celle des derniers mois de l'année dernière qui se chiffrait à 9 %. La société prévoyait que la croissance des revenus ralentira davantage au deuxième trimestre, anticipant un taux de croissance compris entre 3 % et 7 %.

Amazon a annoncé une perte nette de 3,8 milliards de dollars pour le trimestre clos le 31 mars, une forte baisse par rapport à la même période l'an dernier, lorsque l'entreprise avait réalisé un bénéfice de 8,1 milliards de dollars. C'était également en deçà du bénéfice de 4,4 milliards de dollars que les analystes interrogés par Refinitiv avaient prévu.

La société a attribué la perte en grande partie à une perte de 7,6 milliards de dollars de son investissement dans le constructeur automobile électrique Rivian Automotive. Rivian, dans lequel Amazon a investi 700 millions de dollars en 2019, a vu son action chuter de plus de 75 % depuis son introduction en bourse à succès en novembre 2021. En excluant la perte de Rivian, Amazon aurait réalisé un bénéfice de 3,8 milliards de dollars, ce qui serait toujours en deçà des attentes des analystes, selon Refinitiv.

Les prévisions du deuxième trimestre suggèrent que la croissance pourrait encore baisser, entre 3 % et 7 % par rapport à l'année précédente. Amazon a déclaré qu'il prévoyait des revenus de 116 milliards de dollars à 121 milliards de dollars pour ce trimestre, manquant l'estimation moyenne des analystes de 125,5 milliards de dollars, selon Refinitiv.

« La pandémie et la guerre qui a suivi en Ukraine ont entraîné une croissance et des défis inhabituels », a déclaré le PDG d'Amazon, Andy Jassy, dans un communiqué. « Avec une croissance annuelle de 34 % d'AWS au cours des deux dernières années et de 37 % d'une année sur l'autre au premier trimestre, AWS a joué un rôle essentiel pour aider les entreprises à surmonter la pandémie et à déplacer une plus grande partie de leurs charges de travail vers le cloud. Notre activité grand public a augmenté de 23 % par an au cours des deux dernières années, avec une croissance extraordinaire en 2020 de 39 % d'une année sur l'autre qui a nécessité de doubler la taille de notre réseau de distribution que nous avions construit au cours des 25 premières années d'Amazon, et ce faisant en seulement 24 mois. Aujourd'hui, comme nous ne recherchons plus la capacité physique ou la dotation en personnel, nos équipes se concentrent résolument sur l'amélioration de la productivité et de la rentabilité dans l'ensemble de notre réseau d'exécution. Nous savons comment faire cela et nous l'avons déjà fait. Cela peut prendre un certain temps, en particulier alors que nous subissons des pressions inflationnistes et de la chaîne d'approvisionnement continues, mais nous constatons des progrès encourageants sur un certain nombre de dimensions de l'expérience client, y compris la vitesse de livraison, car nous approchons maintenant des niveaux jamais vus depuis les mois précédant immédiatement la pandémie au début de 2020 ».


Amazon Europe n'a payé aucun impôt sur le revenu malgré des ventes qui ont dépassé les 51,3 milliards d'euros en 2021

La principale entreprise de vente au détail européenne d'Amazon.com Inc. a déclaré 1,16 milliard d'euros de pertes en 2021, ce qui a permis à l'entreprise de ne payer aucun impôt sur le revenu et de recevoir 1 milliard d'euros de crédits d'impôt, selon des documents consultés par Bloomberg. L'entreprise basée au Luxembourg a enregistré des ventes de 51,3 milliards d'euros l'an dernier, en hausse de 17 % par rapport aux 43,8 milliards d'euros en 2020. L'unité, appelée Amazon EU SARL, comprend les revenus générés par ses activités de commerce électronique au Royaume-Uni, en Allemagne, en France, en Italie, en Espagne, en Pologne, en Suède et aux Pays-Bas.

Les dépôts fournissent une répartition régionale rare des finances d'Amazon. En 2021, la société a enregistré un revenu mondial de 33,36 milliards de dollars, contre 21,3 milliards de dollars l'année précédente. Cependant, la société ne détaille pas les revenus et les ventes du commerce électronique dans chaque pays dans ses rapports financiers.

Amazon a été la cible des régulateurs européens pour ses dispositions fiscales. Au terme d'une enquête approfondie ouverte en octobre 2014, la Commission a conclu qu'une décision fiscale anticipative émise par le Luxembourg en 2003, et reconduite en 2011, a réduit l'impôt payé par Amazon au Luxembourg, et ce sans aucune justification valable.

La décision fiscale aurait en effet permis à Amazon de transférer la majeure partie de ses bénéfices depuis une société du groupe Amazon assujettie à l'impôt au Luxembourg (Amazon EU) vers une société « holding » qui ne l'est pas (Amazon Europe Holding Technologies). Cet accord permettait notamment le paiement d'une redevance par Amazon EU à la société holding ; des redevances dont les montants, d'après l'enquête de la Commission, étaient excessifs et ne correspondaient pas à la réalité économique.

Amazon aurait donc de cette manière soustrait à l'impôt trois quarts des bénéfices que l'ensemble de ses ventes dans l'UE lui permettait de réaliser. Les avantages fiscaux accordés par le Luxembourg à la société de commerce en ligne ont été estimés à environ 250 millions d'euros ; une somme que le Luxembourg a donc été sommé de récupérer en 2017 puisque la pratique a été jugée illégale au regard des règles de l'UE en matière d'aides d'État.

La décision de la Commission portait sur le traitement fiscal accordé par le Luxembourg à deux sociétés du groupe Amazon - Amazon EU et Amazon Europe Holding Technologies. Il s'agit, dans les deux cas, de sociétés de droit luxembourgeois détenues à 100 % par le groupe Amazon et contrôlées en dernier ressort par la société mère établie aux États-Unis, Amazon.com, Inc. :
  • Amazon EU (la « société d'exploitation ») exploite les activités de vente au détail d'Amazon dans toute l'Europe. En 2014, elle comptait plus de 500 salariés, qui sélectionnaient les marchandises à vendre sur les sites web d'Amazon en Europe, les achetaient aux fabricants et géraient la vente en ligne des produits et leur livraison aux clients. Amazon a structuré ses activités de ventes en Europe de telle sorte que les clients achetant des produits sur n'importe quel site web d'Amazon en Europe les achetaient contractuellement à la société d'exploitation au Luxembourg. Amazon pouvait ainsi enregistrer au Luxembourg la totalité de ses ventes réalisées en Europe, de même que les bénéfices qu'elles généraient ;
  • Amazon Europe Holding Technologies (la « société holding ») est une société en commandite simple n'ayant ni salariés ni bureaux ni activités commerciales. La société holding fait office d'intermédiaire entre la société d'exploitation et Amazon aux États-Unis. Elle détient certains droits de propriété intellectuelle pour l'Europe dans le cadre d'un « accord de répartition des coûts » passé avec Amazon aux États-Unis. La société holding ne fait elle-même aucun usage actif de cette propriété intellectuelle. Elle accorde simplement une licence exclusive sur cette propriété intellectuelle à la société d'exploitation, qui l'utilise pour exploiter les activités de vente au détail d'Amazon en Europe.

Selon le droit fiscal général luxembourgeois, la société d'exploitation était assujettie à l'impôt sur les sociétés au Luxembourg, ce qui n'était pas le cas de la société holding, du fait de sa forme juridique, à savoir une société en commandite simple. Les bénéfices enregistrés par la société holding ne sont imposés qu'au niveau de ses associés et non au niveau de la société holding elle-même. Les associés de la société holding étaient situés aux États-Unis et l'imposition de leurs bénéfices avait été différée.

Pour sa défense, Amazon assure que l'entreprise est soumise à des impôts dans toutes ses succursales européennes et que les revenus, les bénéfices et les impôts sont enregistrés et déclarés directement aux autorités fiscales de ces pays : « Dans toute l'Europe, nous payons des impôts sur les sociétés s'élevant à des centaines de millions d'euros », a affirmé un porte-parole d'Amazon, cité par Bloomberg. Dans les documents déposés, une note indique que l'avantage fiscal net de 1 milliard de dollars est « principalement dû à l'utilisation des pertes nettes reportées conformément au système de consolidation fiscale ».

Amazon EU SARL englobe les revenus générés par ses activités au Royaume-Uni, en Allemagne, en France, en Italie, en Espagne, en Pologne, en Suède et aux Pays-Bas, et employait 6 899 personnes, fin 2021. La société a déclaré 37 milliards d'euros de « matières premières et consommables » et 15 milliards de « charges externes », ce qui a entraîné une perte annuelle. « Nous investissons massivement dans la création d'emplois et d'infrastructures à travers l'Europe - plus de 100 milliards d'euros depuis 2010. L'impôt sur les sociétés est basé sur les bénéfices, pas sur les revenus, et l'année dernière, Amazon EU SARL a enregistré une perte alors que nous avons ouvert plus de 50 nouveaux sites à travers l'Europe et créé plus de 65 000 emplois bien rémunérés, portant notre effectif permanent européen total à plus de 200 000 », a précisé le porte-parole d'Amazon.

Source : Amazon

Et vous ?

Utilisez-vous un service de streaming pour regarder vos séries et vidéos ? Lequel ?
Que pensez-vous d'Amazon Prime dans l'absolu ?
L'augmentation du prix de l'abonnement vous semble-t-il justifier ? Dans quelle mesure ?
Qu'est-ce qui pourrait, selon vous, expliquer la différence dans les pourcentages d'augmentation ?

Voir aussi :

Trouver un bon job 2022 ? Amazon, Alphabet, IBM et Apple seraient les meilleures sociétés pour travailler dans la tech, d'après une étude de LinkedIn
Amazon consacrera 11 jours de bénéfices annuels au développement de robots d'entrepôt. L'entreprise tente d'éviter la syndicalisation en injectant 1 Md $ dans un programme d'investissement

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 27/07/2022 à 9:55
Rien de nouveau sous le soleil: Amazon applique simplement la règle de base de toutes les entreprises issus de la pépinière "Silicon Valley's baby".

1. Tu fidélises le client avec un service gratuit (voir à petits prix qui ne couvrent pas les dépenses)

2. Tu multiplies les années en perdant de l'argent mais en accumulant les clients

3. Quand tu as suffisamment de fidèles abonnés, tu ferres le poisson en augmentant drastiquement les prix.

Tu perds bien quelques clients mécontents, mais avec ceux qui sont restés et qui paient plus cher, ton business devient tout de même plus rémunérateur qu'avant
9  0 
Avatar de weed
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 26/07/2022 à 23:11
J'adore cette phrase des responsables de Amazon :
Avec une croissance annuelle de 34 % d'AWS au cours des deux dernières années et de 37 % d'une année sur l'autre au premier trimestre, AWS a joué un rôle essentiel pour aider les entreprises à surmonter la pandémie et à déplacer une plus grande partie de leurs charges de travail vers le cloud.
Que AWS a été le sauveur de bon nombre d'entreprises. Je vois surtout :
- cela a permit à AWS de dominer encore sur le marché du cloud, de distancer encore plus Azure et la solution Google
- une perte de la connaissance de la maitrise de l'infra, y compris certains grands groupes du CAC40 et donc augmenter la dépendance

Sur le court terme on fait en effet des économies pour un grand groupe.

L'augmentation des prix de Prime sera une très bonne chose pour la concurrence, cela redynamisera la concurrence
2  0 
Avatar de AoCannaille
Membre expert https://www.developpez.com
Le 27/07/2022 à 9:53
Citation Envoyé par Mingolito Voir le message
Autant prendre un abonnement Netflix pour quelques euros, c'est bien moins cher et c'est bien moins pire.
Qu'est-ce qu'il ne faut pas lire. L'abonnement Essentiel de netflix, sans même la définition FullHD est à 8€ par mois, soit 108 par an. je trouve personnellement que Prime, à 50€ par ans est "bien moins cher" que netflix, pas l'inverse. D'autant plus qu'avec prime tu as d'autre service: prime audio (~2 000 000 de titres de musiques) et les services de livraisons gratuites.

Je ne m'avancerais pas sur la qualité de leurs productions respectives, mais ce que tu dis sur le prix est juste faux.
2  0 
Avatar de nl.smart
Membre actif https://www.developpez.com
Le 26/07/2022 à 19:50
Bonjour,

Est-ce en réaction à cette décision de l'UE qu'une augmentation de tarifs est appliquée ?

https://www.phonandroid.com/lue-obli...nts-prime.html

INFLATION !

Si les abonnés suivent le même chemin que les employés, que deviendra cette entreprise ? Un Lehman Brothers en devenir ?

https://www.phonandroid.com/amazon-c...ntreprise.html

https://www.phonandroid.com/amazon-l...0-en-2021.html

0  0 
Avatar de Prox_13
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 27/07/2022 à 12:41
Citation Envoyé par Mingolito Voir le message
Ce qu'Amazon récolte sur les abonnements prime c'est pour tourner des bouses télévisuelles qui finissent avec une note de 1/20, des nanards à regarder que pour se marrer tellement c'est naze.
Après je comprends que c'est utile d'être producteur de film pour faire tourner ses maitresses, c'est un grand classique dans le milieu du Cinéma.

Autant prendre un abonnement Netflix pour quelques euros, c'est bien moins cher et c'est bien moins pire.
Honnêtement, Netflix, Disney+ et Amazon Prime pour moi c'est le même combat... Les trois ont leurs séries intéressantes, les trois ont également massacré des licences pour faire des pépettes.
Le meilleur compromis reste de prendre du recul et de regarder uniquement les séries qui en valent le coup. Ça évite de prendre un abonnement par défaut parmi les trois, et de le considérer comme nécessaire alors qu'il ne s'agit que d'un passe-temps classique.

De plus, je n'ai pas envie d'avoir sur la conscience que mon argent finance des séries/films que je n'aime pas. Quel est l’intérêt de payer pour un service qui va nécessairement se dégrader?
0  0 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 27/07/2022 à 1:36
Ce qu'Amazon récolte sur les abonnements prime c'est pour tourner des bouses télévisuelles qui finissent avec une note de 1/20, des nanards à regarder que pour se marrer tellement c'est naze.
Après je comprends que c'est utile d'être producteur de film pour faire tourner ses maitresses, c'est un grand classique dans le milieu du Cinéma.

Autant prendre un abonnement Netflix pour quelques euros, c'est bien moins cher et c'est bien moins pire.
1  4