IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Uber paiera des millions de dollars pour régler des plaintes selon lesquelles il a arnaqué les personnes handicapées
En facturant injustement des frais d'attente

Le , par Stéphane le calme

142PARTAGES

20  0 
Uber a promis de débourser quelques millions de dollars pour régler des plaintes selon lesquelles il facturait injustement des frais d'attente aux passagers handicapés s'ils prenaient plus de temps pour embarquer.

L'entreprise de location de voitures a été accusée d'avoir enfreint l'Americans with Disabilities Act (ADA) dans le cadre d'un procès intenté par le gouvernement américain l'année dernière. Uber ajoute des dépenses supplémentaires au coût des trajets si les passagers mettent plus de deux minutes pour monter dans le véhicule convoqué. Ces charges excédentaires sont discriminatoires à l'égard des personnes handicapées, qui ont naturellement besoin de temps supplémentaire, ont fait valoir les avocats de l'Oncle Sam.

Par exemple, les personnes à mobilité réduite peuvent avoir besoin de plus de temps pour ranger les fauteuils roulants ou les déambulateurs. Les personnes aveugles peuvent avoir plus de difficulté à localiser les véhicules ou à marcher plus lentement. Le ministère américain de la Justice a affirmé que les frais d'attente enfreignaient l'ADA, qui interdit la discrimination à l'encontre des personnes handicapées dans tous les domaines, allant de l'emploi, de l'éducation aux transports en passant par des lieux publics et privés.

Pour régler l'affaire à l'amiable, et sans aveu d'acte répréhensible, Uber a accepté de rembourser le double des frais de temps d'attente que plus de 65 000 passagers handicapés ont été facturés à titre de crédit. Ces remboursements de compte pourraient valoir des centaines de milliers ou des millions de dollars en compensation. Le géant de l'application paiera également 1 738 500 $ de dommages et intérêts à plus d'un millier de passagers, qui se sont plaints auprès d'Uber d'avoir été facturés des frais de temps d'attente en raison de leur handicap, et 500 000 $ à d'autres personnes touchées par les frais.

Uber s'est également engagé à supprimer les frais de temps d'attente pour tous les passagers Uber qui certifient qu'eux-mêmes (ou une personne avec qui ils voyagent fréquemment) ont besoin de plus de temps pour monter dans une voiture Uber en raison d'un handicap. Uber veillera également à ce que les remboursements soient facilement disponibles pour toute personne qui n'a pas de dérogation et qui se voit facturer des frais de temps d'attente en raison d'un handicap. Uber annoncera le programme d'exemption des frais de temps d'attente et formera ses représentants du service client sur le programme d'exemption et le processus de remboursement pour s'assurer que les personnes handicapées ne se voient pas facturer des frais illégaux.

« Les personnes handicapées ne devraient pas se sentir comme des citoyens de seconde classe ou punies en raison de leur handicap, ce qui est exactement ce que la politique de frais de temps d'attente d'Uber a fait », a déclaré Kristen Clarke, procureure générale adjointe de la division des droits civils du ministère de la Justice. « Cet accord envoie un message fort selon lequel Uber et d'autres sociétés de covoiturage seront tenus responsables si leurs services discriminent les personnes handicapées ».

« Nous sommes ravis d'avoir conclu cet accord avec le ministère de la Justice et nous sommes impatients de continuer à aider tout le monde à se déplacer facilement dans leurs communautés », a déclaré un porte-parole d'Uber dans un communiqué. « Nous avons depuis longtemps pour politique de rembourser les frais de temps d'attente pour les passagers handicapés lorsqu'ils nous ont avertis qu'ils avaient été facturés, et avant que cette affaire ne soit déposée, nous avons apporté des modifications afin que tout passager partageant le fait qu'il ait un handicap attende les frais de temps sont supprimés automatiquement.*»

« Nous travaillons toujours pour améliorer l'accessibilité pour tous les utilisateurs et encourageons les passagers handicapés à utiliser notre formulaire d'auto-déclaration pour que les frais de temps d'attente soient supprimés », a ajouté le porte-parole.


Un contexte qui dérange ?

Une fuite de fichiers confidentiels a révélé la façon dont la grande enseigne de VTC Uber a bafoué les lois, dupé la police, exploité la violence contre les conducteurs et secrètement fait pression sur les gouvernements lors de son expansion mondiale agressive.

La fuite sans précédent, composée de plus de 124 000 documents (dont 83 000 e-mails et 1 000 autres fichiers impliquant des conversations), met à nu les pratiques éthiquement douteuses qui ont alimenté la transformation de l'entreprise en l'une des exportations les plus célèbres de la Silicon Valley.

La fuite s'étend sur une période de cinq ans, couvrant la période de 2013 à 2017 lorsque Uber était dirigé par son cofondateur Travis Kalanick, qui a tenté de forcer le service de taxi dans les villes du monde entier, même si cela impliquait d'enfreindre les lois et les réglementations sur les taxis.

Au cours de la violente réaction mondiale, les données montrent comment Uber a tenté de renforcer son soutien en courtisant discrètement les Premiers ministres, les présidents, les milliardaires, les oligarques et les barons des médias.

Les méthodes commerciales impitoyables d'Uber étaient bien connues, mais pour la première fois, les fichiers donnent une vue intérieure unique des efforts déployés pour atteindre ses objectifs. Ils montrent comment l'ex-commissaire numérique de l'UE Neelie Kroes, l'une des plus hautes responsables de Bruxelles, était en pourparlers pour rejoindre Uber avant la fin de son mandat – puis a secrètement fait pression pour l'entreprise, en violation potentielle des règles d'éthique de l'UE.

À l'époque, Uber n'était pas seulement l'une des entreprises à la croissance la plus rapide au monde - c'était l'une des plus controversées, en proie à des affaires judiciaires, des allégations de harcèlement sexuel et des scandales de violation de données.

Les hommes politiques à la rescousse d'Uber, parmi lesquels Emmanuel Macron

Paris a été le théâtre du premier lancement européen d'Uber, et il a rencontré une forte résistance de l'industrie du taxi, aboutissant à de violentes manifestations dans les rues. En août 2014, un ancien banquier ambitieux du nom d'Emmanuel Macron venait d'être nommé ministre de l'Économie. Il considérait Uber comme une source de croissance, avait cruellement besoin de nouveaux emplois, et était désireux d'aider.

En octobre, il a tenu une réunion avec Kalanick et d'autres dirigeants et lobbyistes, ce qui a marqué le début d'un long - mais peu médiatisé - passage en tant que champion des intérêts controversés de l'entreprise au sein du gouvernement.

Le lobbyiste d'Uber, Mark MacGann, a qualifié la réunion de « spectaculaire, du jamais vu », selon les fichiers. « Nous allons danser bientôt », a-t-il ajouté.

Emmanuel Macron et Travis Kalanick, qui s'appelaient désormais par leur prénom, se sont rencontrés au moins quatre fois, selon les fichiers - à Paris et lors de la conférence du Forum économique mondial à Davos, en Suisse. Seule la réunion de Davos a été signalée précédemment.

À un moment donné, Uber a écrit à Macron pour lui dire qu'il était « extrêmement reconnaissant ». « L'ouverture et l'accueil que nous recevons sont inhabituels dans les relations entre le gouvernement et l'industrie ». Il faut dire qu'Emmanuel Macron, qui était alors ministre de l'Économie et du Numérique supervisant le secteur des VTC, était en bons termes avec le patron controversé d'Uber, Travis Kalanick, et lui a dit qu'il réformerait les lois en faveur de l'entreprise.

Source : ministère de la justice

Et vous ?

Quelle lecture faites-vous de la situation ?

Voir aussi :

Uber Files : le lanceur d'alerte à l'origine de la fuite des documents incriminant Uber est l'ancien lobbyiste de l'entreprise. Mark MacGann a déclaré qu'Uber avait « vendu un mensonge aux gens »

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de totozor
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 20/07/2022 à 12:34
Je ne savais pas qu'Uber surfacturait les gens qui mettent "trop" de temps à monter dans la voiture.
Les prix sont tellement serré pour que ces 2 minutes ne sont pas acceptable?
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Uber s'est également engagé à supprimer les frais de temps d'attente pour tous les passagers Uber qui certifient qu'eux-mêmes (ou une personne avec qui ils voyagent fréquemment) ont besoin de plus de temps pour monter dans une voiture Uber en raison d'un handicap.
Mais du coup qui ca assumer ce "surcout"?
Plus le passager, certainement pas cette PME au bord de la faillite!
Donc c'est le chauffeur qui, pressé comme un citron, va favoriser un client non handicapé à un client handicapé.
Donc la personne handicapé va devoir attendre plus longtemps qu'un chauffeur accepte de la conduire.

Voilà tout le miracle du capitalisme : il se confronte à un problème éthique, il y apporte une réponse, on se sert la main et on se tape sur l'épaule mais il vient d'amplifier le problème. Pas grave c'est plus eux le problème.
Ceci dit en allant sur leur site je ne trouve aucune information de surfacturation si je prends trop de temps pour rentrer dans la voiture (j'ai cherché le cas des handicapés et d'une personne avec beaucoup de bagages)
J'ai trouvé des traces d'un maximum de 25kg de bagages mais cette condition semble avoir disparue.
2  0 
Avatar de pierre-y
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 20/07/2022 à 14:35
"Il considérait Uber comme une source de croissance, avait cruellement besoin de nouveaux emplois, et était désireux d'aider."
Mais bien sur, c'est aussi pour ça que Uber a financé la campagne présidentiel de macron? Quand je pense que dans certain pays tu te fait virer pour avoir acheté un Toblerone, "la fin du tous pourrie de macron" dans toute sa splendeur.
2  0 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 20/07/2022 à 15:53
Ca a un sens d'un point de vue capitaliste de faire payer plus les handicapés s'ils coutent plus, mais c'est pas légal aux USA et en France car c'est de la discrimination.
Le capitalisme ça marche mais à un moment donné c'est bien de lui mettre certaines limites de temps en temps, sur les droits des citoyens, et aussi sur l'écologie par exemple.
2  0 
Avatar de totozor
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 20/07/2022 à 15:53
Citation Envoyé par pierre-y Voir le message
"Il considérait Uber comme une source de croissance, avait cruellement besoin de nouveaux emplois, et était désireux d'aider."
Mais bien sur, c'est aussi pour ça que Uber a financé la campagne présidentiel de macron? Quand je pense que dans certain pays tu te fait virer pour avoir acheté un Toblerone, "la fin du tous pourrie de macron" dans toute sa splendeur.
Dans beaucoup d'entreprises après ce genre de comportement tu arrives le matin, ton badge ne fonctionne plus, quand tu arrives à l'accueil où t'attends le gardien avec un carton avec tes affaires, il s'excuse et te demande les clés de ta voiture de fonction.
Mais ça ne pose pas de problème au gouvernement, quand on nous demande de se justifier on revendique même la connerie la tête haute. Plus c'est gros plus ça passe.
2  0 
Avatar de Fagus
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 20/07/2022 à 18:01
Donc c'est le chauffeur qui, pressé comme un citron, va favoriser un client non handicapé à un client handicapé.
Donc la personne handicapé va devoir attendre plus longtemps qu'un chauffeur accepte de la conduire.

Voilà tout le miracle du capitalisme
Pas forcément, si le système informatique attribue les clients sans tenir compte de l'information handicapé ET si le chauffeur ne sait pas que le client est handicapé...

Pour la capitalisme je suis partiellement d'accord, faut pas ne pas être rentable... (j'ai malheureusement tout le temps des témoignages directs de discriminations envers les handicapés basés sur des mensonges vérifiables...), c'est là qu'on a besoin d'un état fort, non corrompu qui contrôle les sociétés privées ET publiques... (parce qu'en fait, c'est plus un problème du bâton et de la carotte qu'un problème purement du capitalisme : le public échappant à l'inspection du travail, je peux aussi dire qu'en l'absence de contrôles les violations de la loi sont aussi proprement hallucinantes, genre refus d'embauche de femme à cause du risque de grossesse qui fait qu'un poste est bloqué avec un travailleur en moins sans avoir le droit de le remplacer, refus administratif non justifié d'appliquer le droit...)
2  0