IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La panique morale s'étend : Un groupe de réflexion propose d'instaurer le bannissement des adolescents des médias sociaux,
Un représentant du Texas promet de présenter un projet de loi

Le , par Patrick Ruiz

180PARTAGES

24  0 
Un groupe de réflexion texan propose d’instaurer le bannissement des adolescents des médias sociaux. En droite ligne avec ce positionnement, un représentant du Texas promet de présenter un projet de loi. Problème : ces prises de position s’alignent toutes sur une certaine presse qui dépeint uniquement les mauvais côtés des réseaux sociaux. L’on en vient alors à se poser la question de savoir si les médias sociaux n’ont pas d’avantages. Bannissement des adolescents des médias sociaux ou pas : de quel bord êtes-vous ?

« Il existe d'innombrables histoires tragiques sur les méfaits destructeurs des médias sociaux, en particulier pour les mineurs. Mais le Texas pourrait avoir l'occasion de devenir le leader national sur la question de la sécurité des enfants en ligne », écrit le groupe de réflexion texan.

« Je suis d'accord, et je présenterai un projet de loi à la prochaine session pour interdire aux mineurs d'utiliser les médias sociaux. Il est grand temps de reconnaître le mal incroyable que les médias sociaux font à la santé mentale des jeunes texans. La prochaine session, nous y mettrons fin », réplique un représentant du Texas.



Sans qu’il ne soit nécessaire de devoir s’appuyer sur une certaine étude, les potentiels avantages des médias sociaux sur les adolescents relèvent de l’évidence : rester connecté à d’anciens ou de nouveaux amis, se créer des connexions d’ordre professionnel, avoir une audience pour les artistes et les créateurs de contenus, faire de la publicité, etc.

Une étude de Facebook sur la question met en avant les recherches réalisées à l’Université privée Carnegie-Mellon de Pittsburgh par Robert Kraut. Il en ressort que les personnes qui envoient ou reçoivent plus de messages, de commentaires ou d’articles sur leurs pages ont tendance à combattre plus facilement leur état de dépression ou de solitude. Les effets positifs constatés étaient amplifiés lorsque les gens interagissaient de façon directe (parler en tête-à-tête par exemple) avec leurs proches en ligne.

Elle évoque aussi une expérience menée par des chercheurs sur des étudiants stressés à Cornell. Au terme de cette expérience, ces chercheurs ont émis l’hypothèse selon laquelle les souvenirs des interactions significatives du passé participent à l’affirmation du soi des individus.

De l’autre côté, les publications qui tendent à établir le contraire semblent faire l’objet d’une mise en avant plus importante. En début d’année, une mère du Connecticut a entamé des poursuites judiciaires contre Meta (Facebook) et Snap au motif de leur contribution au suicide de sa fille de 11 ans. L'action en justice a fait l'objet de dépôt devant le tribunal du district nord de la Californie à San Francisco. Elle allègue que Selena Rodriguez souffrait de dépression, de privation de sommeil, de troubles alimentaires et d'automutilation liés à son utilisation d'Instagram et de Snapchat. Elle ajoute que Selena a commencé à utiliser les médias sociaux environ deux ans avant sa mort par suicide en juillet 2021.

« C’est pendant cette période qu’elle a développé une dépendance extrême à Instagram et Snapchat. Elle a manqué l’école à plusieurs reprises en raison de son utilisation des médias sociaux et a été invitée à envoyer du contenu sexuellement explicite par des utilisateurs masculins sur les deux plateformes », précise la plainte. Elle indique que Tammy a tenté à plusieurs reprises d'obtenir un traitement de santé mentale pour sa fille et qu'un thérapeute a déclaré qu'il n'avait « jamais vu un patient aussi dépendant des médias sociaux que Selena. » À un moment donné, la petite a été hospitalisée pour des soins psychiatriques d'urgence, selon la plainte.

Le dépôt de la plainte faisait suite à la publication d’une étude de l’Education Policy Institute selon laquelle le bien-être et l'estime de soi sont similaires chez tous les enfants en âge d'aller à l'école primaire. Cependant, leur santé mentale commence à baisser à l'âge de 14 ans, après quoi les filles connaissent un déclin encore plus marqué. Le rapport ajoute qu'une fille sur trois est mécontente de son apparence physique à l'âge de 14 ans et qu’une fille sur 7 est dans la même situation pendant le cursus primaire. Néanmoins, l’étude révèle que ces atteintes à la santé mentale ne sont pas à mettre au seul actif des réseaux sociaux. L’absence d’exercice physique est à prendre en compte.



Seulement, les parents ont un rôle à jouer. Les docteurs Catherine Steiner-Adair et Donna Wick, toutes deux psychologues, interrogées recommande que la meilleure chose que les parents puissent faire pour minimiser les risques associés à la technologie est de réduire d'abord leur propre consommation. Il appartient aux parents de donner le bon exemple d'une utilisation saine de l'ordinateur. La plupart d'entre nous vérifient trop souvent nos téléphones ou nos e-mails, soit par intérêt réel, soit par habitude nerveuse. Les enfants doivent être habitués à voir nos visages, et non pas nos têtes penchées sur un écran. Établissez des zones sans technologie dans la maison et des heures sans technologie lorsque personne n'utilise le téléphone, y compris maman et papa.

« Ne passez pas la porte après le travail au milieu d'une conversation pour courir vérifier vos courriels après un bonjour furtif », conseille le Dr Steiner-Adair. « Le matin, levez-vous une demi-heure plus tôt que vos enfants et vérifiez ensuite vos e-mails. Donnez-leur toute votre attention jusqu'à ce qu'ils soient sortis. Et aucun de vous ne devrait utiliser le téléphone en voiture pour aller à l'école ou en revenir, car c'est un moment important pour parler », ajoute-t-elle.

Et vous ?

Qui est le plus à blâmer pour ce qui est des questions de l’impact des médias sociaux sur la santé mentale des plus jeunes ? Les parents ou les réseaux sociaux ?

Voir aussi :

Le lien entre les médias sociaux et la dépression est plus fort chez les filles que chez les garçons, selon une étude

Une étude montre qu'il y a de nombreux avantages à désactiver son compte Facebook, les médias sociaux auraient des effets néfastes sur le bien-être

Plus les jeunes adultes passent du temps sur les médias sociaux, plus ils sont susceptibles d'être déprimés, affirme une récente étude

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de totozor
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 08/07/2022 à 8:03
Après la lecture de cet article je découvre que
plus de 115 000 adolescents sont décédés dans un accident de la route
[...]
La noyade est aussi une cause importante de décès chez les adolescents
[...]
La violence interpersonnelle est la quatrième cause de décès chez les adolescents et les jeunes adultes à l’échelle mondiale
[...]
La dépression est l’une des principales causes de maladie et d’incapacité chez les adolescents, et le suicide est la troisième cause de décès chez les 15-19 ans
Je propose donc qu'on interdise aux adolescents de s'approcher de la route, de l'eau, d'autres personnes, d'objets dangereux, etc, etc

Une bande de vieux cons, constatent les fléaux de la société qui existent depuis au moins 30 ans et identifient les réseaux sociaux comme la source de ces problèmes est fascinant.
Bref ces gens observent un truc qu'ils ne comprennent pas, se disent que s'était mieux avant et essayent de l'interdire au nom de la sécurité...

Je suis contre l'évolution actuelle des réseaux sociaux mais ils permettent aussi à certains jeunes de s'émanciper, de se rendre compte que leur mal-être a été (est) partagé par d'autres. De trouver des moyens de se sortir de cette situation, de trouver des modèles par forcément visible dans leur environnement proche.

Du coup on fait quoi?
Je n'ai pas de réponse facile mais on les accompagne, on les cultive à ces outils (et à leurs dangers)
1  0 
Avatar de Jules34
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 08/07/2022 à 8:35
L'hypocrisie à l'état pur. Le Texas n'a même pas de loi pour réguler la possession d'arme à feu chez les mineurs, seules les lois fédérales s'appliquent. La "panique morale" c'est surtout la blague de naître la bas et de savoir que ta vie est une vaste farce dans laquelle il faudra s'endetter jusqu'au cou pour espérer vivre correctement en dehors d'un mobilhome...
1  0 
Avatar de Coeur De Roses
Membre actif https://www.developpez.com
Le 07/07/2022 à 18:16
Du grand n'importe quoi.

Déja tout les adolescents doivent pas être mis dans le même panier. Aussi, on sait très bien que les harceleurs en ligne ou autre types de personnes toxiques sont aussi des adultes, on a donc pas uniquement des adolescents.
1  1 
Avatar de eomer212
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 11/07/2022 à 11:08
comme quoi on a pas le monopole des vieux cons..
mais leur "refexion" est biaisée. des gens qui s'autorisent à penser, mef...et en plus ils le disent..!

c'est tous les reseaux d'associaux qu'ils faudrait couper.
ou obliger les reseaux à engager un dialogue avec les drogués du réseaux, leur ouvrir d'autres champs des possibles plutot que de les enfermer dans une prison algorithmique..
ils savent les detecter, mais ne s'en servent que pour mieux les enfoncer, les rendre encore plus dependants et coupés du monde..
0  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 08/07/2022 à 1:31
Encore un projet de loi extrêmement liberticide, dans un état qui vient de quasi-interdire l'avortement, et qui utilise allégrement la peine de mort.

Rien que cette phrase suffit à me convaincre de la complète vacuités du discours :

« Je suis d'accord, et je présenterai un projet de loi à la prochaine session pour interdire aux mineurs d'utiliser les médias sociaux. Il est grand temps de reconnaître le mal incroyable que les médias sociaux font à la santé mentale des jeunes texans. La prochaine session, nous y mettrons fin », réplique un représentant du Texas.
Un groupe de réflexion texan propose d’instaurer le bannissement des adolescents des médias sociaux. En droite ligne avec ce positionnement, un représentant du Texas promet de présenter un projet de loi. Problème : ces prises de position s’alignent toutes sur une certaine presse qui dépeint uniquement les mauvais côtés des réseaux sociaux. L’on en vient alors à se poser la question de savoir si les médias sociaux n’ont pas d’avantages. Bannissement des adolescents des médias sociaux ou pas : de quel bord êtes-vous ?
Je suis du bord de l’arrêt de la définition d'un âge fixe de la majorité. Donc définitivement du bord du non-bannissement, à moins de bannir tout le monde.

« Il existe d'innombrables histoires tragiques sur les méfaits destructeurs des médias sociaux, en particulier pour les mineurs. Mais le Texas pourrait avoir l'occasion de devenir le leader national sur la question de la sécurité des enfants en ligne », écrit le groupe de réflexion texan.
Les statistiques montrent probablement que les effets destructeurs des médias sociaux sont beaucoup plus marqués la veille des 18 ans que le lendemain ...

Et puis visiblement, le Texas et un petit joueur en défiant la place du "leader national" ; l’Angleterre vise la place du leader mondial : https://www.developpez.net/forums/d2.../#post11857851.
Probablement pour prendre la place de leader mondial à la Chine : https://intelligence-artificielle.de...eunes-joueurs/.
L'Australie aussi semble vouloir concourir : https://www.developpez.net/forums/d2.../#post11201294.
Sans oublier bien sûr l'Europe : https://www.developpez.net/forums/d2...herchent-csam/

Le dépôt de la plainte faisait suite à la publication d’une étude de l’Education Policy Institute selon laquelle le bien-être et l'estime de soi sont similaires chez tous les enfants en âge d'aller à l'école primaire. Cependant, leur santé mentale commence à baisser à l'âge de 14 ans, après quoi les filles connaissent un déclin encore plus marqué. Le rapport ajoute qu'une fille sur trois est mécontente de son apparence physique à l'âge de 14 ans et qu’une fille sur 7 est dans la même situation pendant le cursus primaire. Néanmoins, l’étude révèle que ces atteintes à la santé mentale ne sont pas à mettre au seul actif des réseaux sociaux. L’absence d’exercice physique est à prendre en compte.
Cela fait des décennies que la grossophobie (voir la promotion de l'anorexie) des magasins de mode est dénoncée ; mais bien sûr cela n'a aucun rapport.

« Ne passez pas la porte après le travail au milieu d'une conversation pour courir vérifier vos courriels après un bonjour furtif », conseille le Dr Steiner-Adair. « Le matin, levez-vous une demi-heure plus tôt que vos enfants et vérifiez ensuite vos e-mails. Donnez-leur toute votre attention jusqu'à ce qu'ils soient sortis. Et aucun de vous ne devrait utiliser le téléphone en voiture pour aller à l'école ou en revenir, car c'est un moment important pour parler », ajoute-t-elle.
Effectivement, quant les parents sont eux-même addict, c'est difficile d'éduquer ses enfants contre cette même addiction...

Qui est le plus à blâmer pour ce qui est des questions de l’impact des médias sociaux sur la santé mentale des plus jeunes ? Les parents ou les réseaux sociaux ?
Le fric . Comme d'habitude.

L’addiction c'est le fric, car l’addiction ne rapporte rien à personne, sauf du fric.

fric --> capitalisme --> néo-libéralisme --> économie mondialisée
0  3