IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Microsoft et Apple parmi les entreprises qui couvriront les frais de voyage liés à l'avortement pour les employés
Suite à une décision de la Cour suprême US qui annule ce droit constitutionnel

Le , par Stéphane le calme

178PARTAGES

33  0 
Vendredi, la Cour suprême des États-Unis a annulé la décision historique de près d'un demi-siècle issue de l'affaire Roe v. Wade, qui autorisait le droit constitutionnel à l'avortement.

Les réactions ont été rapides, les dirigeants et les organisations réagissant immédiatement à la décision, tandis que de nombreuses personnes à travers l'Amérique étaient préoccupées par leur accès à l'avortement.

Dans cet esprit, Amazon, Apple, Microsoft et JP Morgan font partie d'un certain nombre d'entreprises qui ont annoncé qu'elles étaient disposées à rembourser les employés qui voyagent hors de l'État pour accéder légalement aux services d'avortement.

Diverses entreprises ont annoncé dans le passé qu'elles soutiendraient leurs employés à la suite de lois restrictives sur l'avortement précédemment adoptées dans des États comme le Texas et l'Oklahoma, ainsi qu'après une fuite d'un mémo d'un projet d'avis du juge Samuel Alito indiquant que le tribunal était prêt à annuler Roe v Wade, ce que la Cour a finalement fait vendredi.


Vendredi, la Cour suprême a annulé le droit à un avortement légal établi par l'affaire Roe v. Wade en 1973. Dans une décision avec 6 voix pour et 3 contre, le tribunal a voté pour annuler la décision d'un tribunal inférieur dans l'affaire Dobbs v. Jackson Women's Health Organization, confirmant une Loi du Mississippi interdisant les procédures d'avortement après 15 semaines de gestation. Plus important encore, la décision a supprimé toute restriction constitutionnelle aux lois interdisant les procédures d'avortement.

Rédigée par le juge Alito, la décision majoritaire est directe sur les implications de la décision : « La Constitution ne confère pas le droit à l'avortement », lit-on. « Roe et Casey sont annulés et le pouvoir de réglementer l'avortement est rendu au peuple et à ses représentants élus ».

Dans un accord, le juge en chef Roberts a voté contre l'annulation explicite de Roe v. Wade, mais s'est joint à la majorité pour voter en faveur du maintien de la loi du Mississippi.

La décision a été largement anticipée après qu'un projet de décision a été obtenu par Politico en mai, une violation sans précédent du secret habituel du tribunal. Vingt-deux États américains ont mis en place une forme de loi sur l'avortement qui instituera automatiquement de nouvelles restrictions en réponse à la décision, entraînant une réduction quasi instantanée des services disponibles à travers le pays.

En prévision de la décision Dobbs, des groupes de protection de la vie privée ont tiré la sonnette d'alarme sur la collecte et le commerce de données de localisation qui pourraient être utilisées pour identifier les personnes visitant les établissements de soins de reproduction, souvent collectées à partir de téléphones ou d'autres appareils. Il y a eu un certain nombre d'efforts pour limiter la vente de ces données avant la décision, y compris un projet de loi présenté par la sénatrice Elizabeth Warren (D-MA) en juin. Les restrictions en cours ont également renouvelé l'intérêt pour les traitements d'avortement à distance ou le recours à des autotraitements avec la prise de misoprostol et de médicaments similaires.

Dans une opinion concordante (qui commence à la page 117 de la décision complète - voir source), le juge Thomas soutient que l'interprétation étroite de la décision de la clause de procédure régulière de la constitution américaine devrait également être appliquée pour annuler les décisions précédentes de la Cour suprême qui ont établi un droit à la contraception (Griswold c. Connecticut en 1965), a promulgué le mariage homosexuel à l'échelle nationale (Obergefell v. Hodges en 2015) ou a renversé les lois interdisant la sodomie (Lawrence c. Texas en 2003).

« Dans les affaires futures, nous devrions reconsidérer tous les précédents de fond en matière de procédure régulière de cette Cour, y compris Griswold, Lawrence et Obergefell », écrit le juge Thomas dans l'accord. « Parce que toute décision de fond sur la procédure régulière est "manifestement erronée", nous avons le devoir de "corriger l'erreur" établie dans ces précédents ».

Dans une opinion dissidente (commençant à la page 148 de l'arrêt), les trois juges libéraux ont décrit la décision comme une violation flagrante de l'autonomie corporelle des femmes.

« Dans un large éventail de circonstances, un État pourra imposer son choix moral à une femme et la contraindre à donner naissance à un enfant », lit-on. « La décision d'aujourd'hui prive les femmes de leur libre arbitre sur ce que même la majorité reconnaît être une question morale contestée et contestable. Cela l'oblige à exécuter la volonté des États, quelles que soient les circonstances et quels que soient les dommages que cela causera à elle et à sa famille ».


Google s'adresse à ses collaborateurs

La directrice des ressources humaines de Google, Fiona Cicconi, a envoyé un e-mail à l'ensemble du personnel aux employés les informant de la réponse de Google à la décision. Entre autres choses, l'e-mail souligne que les Googleurs peuvent « demander une relocalisation sans justification » et que les personnes en charge du processus de relocalisation « seront conscientes de la situation » lors de l'évaluation de leurs demandes. Dans un e-mail d'août dernier rapporté par Bloomberg, Google a déclaré aux employés que sur 10 000 demandes au cours des derniers mois pour travailler à distance ou déménager, 85 % avaient été approuvées.

La décision de la Cour suprême ne rend pas l'avortement illégal aux États-Unis - elle laisse plutôt la décision aux gouvernements des États individuels. Un certain nombre d'États ont immédiatement restreint les droits à l'avortement, notamment la Louisiane, le Missouri et le Kentucky. D'autres États, dont la Californie, où Google a son siège social, se sont engagés à protéger le droit à l'avortement à l'intérieur de leurs frontières.

Voici la lettre en entier :

Salut tout le monde,

Ce matin, la Cour suprême des États-Unis a rendu une décision dans Dobbs v. Jackson Women's Health Organization qui annule Roe v. Wade.

C'est un changement profond pour le pays qui affecte profondément beaucoup d'entre nous, en particulier les femmes. Chacun répondra à sa manière, qu'il s'agisse de vouloir de l'espace et du temps pour encaisser la décision, de s'exprimer, de faire du bénévolat en dehors du travail, de ne pas vouloir en discuter du tout ou de toute autre chose. Soyez conscient de ce que vos collègues peuvent ressentir et, comme toujours, traitez-vous les uns les autres avec respect.

L'équité est extrêmement importante pour nous en tant qu'entreprise, et nous partageons nos inquiétudes quant à l'impact que cette décision aura sur la santé, la vie et la carrière des personnes. Nous continuerons à travailler pour rendre les informations sur les soins de santé génésique accessibles à travers nos produits et poursuivrons notre travail pour protéger la vie privée des utilisateurs.

Pour aider les Googleurs et les personnes à leur charge, notre régime d'avantages sociaux et notre assurance maladie aux États-Unis couvrent les procédures médicales hors de l'État qui ne sont pas disponibles là où un employé vit et travaille. Les Googleurs peuvent également demander une relocalisation sans justification, et ceux qui supervisent ce processus seront au courant de la situation. Si vous avez besoin d'une assistance supplémentaire, veuillez vous connecter en 1:1 avec un consultant en ressources humaines via [lien vers l'outil interne expurgé].

Nous organiserons des sessions d'assistance pour les Googleurs aux États-Unis dans les prochains jours. Ceux-ci seront publiés sur Googler News.

N'hésitez pas à vous appuyer sur votre communauté Google dans les jours à venir et continuez à prendre bien soin de vous et des autres.

Le porte-parole de Google, Nicolas Lopez, a confirmé « qu'il n'y a eu aucun changement » dans la politique de relocalisation de l'entreprise pour faire suite à la décision de la Cour suprême. Cela signifie que Google ne fait que rappeler aux employés leurs options, plutôt que de leur offrir un nouvel avantage.


Les studios PlayStation et les principaux éditeurs rompent le silence sur le droit à l'avortement

Le mois dernier, le PDG d'Insomniac Games (Spider-Man), Ted Price, aurait déclaré à ses employés que la société mère Sony « n'approuvera AUCUNE déclaration d'aucun studio sur le sujet des droits reproductifs ». Ce n'est apparemment plus vrai, car Insomniac et d'autres studios Sony ont tweeté des déclarations en faveur de la « liberté reproductive » à la suite de la décision de la Cour suprême de vendredi annulant le précédent de longue date Roe v. Wade sur la question.

« Nous sommes des êtres humains qui créons des jeux », a tweeté Insomniac. « La liberté de reproduction et l'autonomie corporelle sont des droits humains ».


Dans l'après-midi de vendredi, de nombreux autres studios de jeux nord-américains de Sony avaient commencé à tweeter des messages similaires, notamment Sucker Punch (Ghost of Tsushima), Naughty Dog (The Last of Us), Santa Monica Studio (God of War), San Diego Studio (MLB : The Show) et Bend Studio (Days Gone). Certains des studios européens de Sony, dont Media Molecule (LittleBigPlanet), Guerilla Games (Horizon) et PlayStation London Studio, se sont également joints à des déclarations de soutien publiées sur Twitter.

« Naughty Dog pense que la liberté reproductive et l'autonomie corporelle sont des droits humains fondamentaux et essentiels à la santé et au bien-être de chacun », a écrit le studio dans son tweet. « Nous continuerons à défendre ces valeurs et à soutenir activement tous nos employés pour qu'ils reçoivent les soins dont ils ont besoin et qu'ils souhaitent ».

Voyage et autre soutien

Cette partie de « soutenir activement » les employés peut être moins importante pour le Naughty Dog basé à Santa Monica, car la Californie semble susceptible de continuer à protéger l'accès à l'avortement par le biais de la législation. Cependant, pour les studios Sony situés dans des États moins favorables à l'avortement (comme Bluepoint Games, basé à Austin, au Texas), la société mère n'a pas encore suivi publiquement l'exemple de Microsoft, qui s'est engagé début mai à financer des voyages à l'extérieur de l'État pour employés qui en avaient besoin pour obtenir des soins liés à l'avortement.

Le développeur de Destiny (et bientôt filiale de Sony) Bungie a dirigé l'industrie du jeu en offrant un soutien public solide au « choix reproductif » le mois dernier. Bungie a mis à jour sa déclaration publique sur la question et a présenté son propre programme de remboursement des frais de voyage « pour tout employé à utiliser lorsqu'eux-mêmes ou une personne à charge ne peuvent pas avoir accès aux soins de santé dont ils ont besoin là où ils vivent. Nous ne nous décourageons pas dans notre engagement à nous lever pour le choix reproductif et la liberté ».

Dans une déclaration fournie à la presse, Activision Blizzard a réaffirmé ses plans, annoncés pour la première fois plus tôt ce mois-ci, d'offrir des « avantages de voyage médicaux élargis(...) notamment pour la santé reproductive, les traitements d'affirmation de genre, les soins de transplantation et tout autre soin médical qui n'est pas disponible dans l'état d'une personne couverte, ou à moins de 100 miles (160 kilomètres) de l'endroit où elle habite ».

D'autres grands éditeurs de jeux, dont Ubisoft, Bethesda, Niantic Labs et Devolver Digital, ont tweeté des déclarations en faveur des droits reproductifs. Et l'International Game Developers Association a déclaré dans un communiqué que « nous pensons que l'autonomie corporelle et le choix de ses propres problèmes de reproduction et de santé » sont cruciaux pour la mission de l'organisation. « Il faut être maître de ses propres problèmes de santé afin de gérer avec succès sa carrière et sa vie ».


Electronic Arts

Plus tôt ce mois-ci (et au milieu des pressions signalées par les employés), Electronic Arts a tweeté une déclaration du mois de la fierté qui comprenait la phrase « Les droits des femmes sont des droits humains ».

Voici le communiqué dans son ensemble :

À tout le monde,

EA a la chance d'avoir une équipe extraordinaire qui stimule la créativité, la joie et la communauté dans le monde entier. Cultiver activement une culture qui reflète cela signifie donner la priorité à la santé et au bien-être de nos employés, qui sont le fondement et l'âme créative de notre entreprise et qui gagnent chaque jour notre place dans la vie des joueurs.

En tant qu'équipe de direction d'EA, nous tenons à réitérer notre soutien indéfectible à vous, nos employés. Aujourd'hui, la Cour suprême des États-Unis a annulé Roe v. Wade concernant l'avortement aux États-Unis. Nous savons que ce problème est important, générant une gamme d'émotions pour vous et vos proches, que vous soyez basé aux États-Unis ou à l'étranger.

Votre santé et votre bien-être sont notre priorité absolue. Nous travaillons en étroite collaboration avec notre fournisseur de soins de santé américain, Cigna, et offrirons bientôt des prestations de santé en voyage étendues aux employés américains éligibles et à leurs personnes à charge éligibles. Notre objectif est de fournir le soutien et les services qui vous permettent, à vous et à vos personnes à charge éligibles, d'obtenir les soins nécessaires pour être la meilleure et la plus authentique version de vous-même au travail et dans d'autres domaines de votre vie.

Nous savons que beaucoup d'entre vous voudront agir et participer aux programmes d'impact social d'EA, qu'il s'agisse de faire un don pour des causes et des problèmes qui vous tiennent à cœur ou de faire du bénévolat auprès d'organisations qui soutiennent vos valeurs. Si vous avez besoin d'un soutien supplémentaire, parlez-en à votre responsable ou profitez de nos avantages en matière de santé mentale.

En tant qu'équipe de direction, nous continuerons à favoriser une culture de travail solidaire et ouverte, en mettant vos besoins au premier plan.

D'autres entreprises tentent de rassurer leurs employés

Amazon

Amazon.com Inc. paiera jusqu'à 4 000 $ en frais de déplacement pour les avortements et autres procédures médicales ne mettant pas la vie en danger. L'avantage s'applique si les soins médicaux ne sont pas disponibles dans un rayon de 100 miles (160 kilomètres) du domicile d'un employé. Parmi les autres procédures couvertes*: la cardiologie, les thérapies géniques cellulaires et les programmes de traitement des troubles liés à la toxicomanie. L'avantage est rétroactif au 1er janvier. Pour les problèmes médicaux potentiellement mortels, Amazon offre jusqu'à 10 000 $ en remboursements de voyage.

Apple

Le fabricant de l'iPhone a déclaré que son fournisseur d'assurance maladie couvrirait les frais de voyage et médicaux des employés qui souhaitent se faire avorter. Le PDG d'Apple Inc., Tim Cook, a annoncé l'avantage en septembre 2021 après l'entrée en vigueur de la loi anti-avortement du Texas. Cette loi stipule que, sauf en cas d'urgence médicale, les médecins ne peuvent pas pratiquer un avortement s'ils ont « détecté un battement de cœur fœtal pour l'enfant à naître », bien que ce qui constitue un battement de cœur soit un sujet de débat. Il peut être appliqué par des citoyens ordinaires qui intentent des poursuites contre n'importe qui. Cook a déjà pris la parole lors d'une réunion pour l'ensemble des 160 000 employés du géant de la technologie à travers le monde, dont le New York Times a obtenu un enregistrement.

Bumble et Match

L'application de rencontres Bumble, basée à Austin, a créé un fonds de secours pour les personnes souhaitant avorter dans l'État. « Bumble est une entreprise fondée et dirigée par des femmes, et depuis le premier jour, nous avons défendu les plus vulnérables. Nous continuerons à lutter contre les lois régressives comme # SB8 », a tweeté la société, faisant référence à la loi anti-avortement du Texas.

La PDG de Match, Shar Dubey, a déclaré aux employés qu'elle créerait personnellement un fonds pour soutenir les travailleurs basés au Texas qui devaient quitter l'État pour des soins, a confirmé un porte-parole à CNBC. Match possède également Hinge, Tinder et OKCupid.

Citigroup

Citigroup couvrira également les frais de ses employés dans des États comme le Texas qui devraient se rendre dans un autre État pour un avortement. L'entreprise compte environ 200 000 employés, dont 8 500 vivent au Texas. Elle s'engage à payer le billet d'avion et l'hébergement.

Disney

Disney a envoyé vendredi une note interne aux employées pour leur faire savoir que l'entreprise aiderait à payer les soins liés à la grossesse si elles devaient se rendre dans un autre État. Paul Richardson, directeur des ressources humaines, et Pascale Thomas, vice-présidente des avantages sociaux et du bien-être de l'entreprise, ont signé le mémo, que CNBC a obtenu.

JP Morgan

JPMorgan Chase a déclaré aux travailleurs qu'il paierait pour les voyages dans les États qui autorisent les avortements légaux, selon une note de service obtenue pour la première fois par CNBC.

« À compter de juillet, vous pourrez accéder à des prestations supplémentaires couvertes par le plan médical américain », a déclaré la banque basée à New York aux travailleurs. Ces changements incluent « des avantages pour la construction de la famille, tels que la cryoconservation et des avantages améliorés pour les travailleurs LGBT+ », a déclaré la banque.

« Nous allons également étendre notre allocation de voyage pour soins de santé existante, qui couvre aujourd'hui certains services tels que les greffes d'organes, à tous les services de soins de santé couverts qui ne peuvent être obtenus que loin de chez vous », a déclaré JPMorgan à son personnel.

Lyft et Uber

Lyft et Uber ont précédemment déclaré qu'ils couvriraient les frais juridiques des chauffeurs sur leurs plateformes respectives qui sont poursuivis en vertu de lois restrictives sur l'avortement pour avoir emmené des passagers hors de l'État pour demander des avortements légaux.

Lyft a déclaré qu'il rembourserait également les employés qui doivent voyager hors de l'État pour obtenir un avortement légal.

Microsoft Corp.

Microsoft ajoutera les frais de voyage à ses avantages en matière d'avortement et d'affirmation de genre pour les employés aux États-Unis. « Ce soutien est étendu pour inclure une aide aux frais de déplacement pour ces services médicaux et d'autres où l'accès aux soins est limité dans la région géographique d'origine d'un employé », a déclaré la société dans un communiqué.

Salesforce

Salesforce a déclaré l'année dernière à ses employés qu'il aiderait à déplacer toute personne soucieuse d'obtenir des soins de reproduction. Cette décision fait suite à l'adoption par le Texas de sa loi anti-avortement agressive.

Sources : décision de la Cour suprême, Electronic Arts, Ubisoft

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

Trolldi : une blague de Richard Stallman sur l'avortement crée la polémique 26 ans après avoir été écrite dans la documentation du projet glibc

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de ONTAYG
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 27/06/2022 à 9:47
Bonjour,

Un pays où on réprimande l'avortement parce que c'est une crime et à côté on vend des armes en libre service qui peuvent provoquer des carnages.

L'incohérence de leurs décisions
15  3 
Avatar de ONTAYG
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 27/06/2022 à 11:08
Citation Envoyé par henri14 Voir le message
les femmes doivent apprendre à bien se comporter
Il faut être deux pour faire un bébé au cas où tu n'aurais pas compris.

Ta phrase est abjecte ...
11  2 
Avatar de Fleur en plastique
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 27/06/2022 à 10:58
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
l'avortement est désormais une histoire que doivent débattre chacun des états par rapport à leurs convictions, c'est une belle preuve de démocratie et de responsabilité.
Non c'est la victoire de l’extrémisme. La très grande majorité du peuple Américain est pour l'avortement. Mais le système électoral Américain est fait d'une manière que ce n'est pas celui qui la le plus de voix qui est élu. La Cour Suprême est allée contre le peuple. Et le fonctionnement même de la Cour Suprême est tout sauf démocratique, car tout est entre les mains de neuf juges nommés à vie. On dépend donc de l'espérance de vie de juges et du président en place lors de la mort d'un entre eux pour choisir son remplaçant. Cela me fait penser à la royauté personnellement, mais sûrement pas à la démocratie.

Citation Envoyé par calvaire Voir le message
l'avortement n'est pas interdit, ils sera simplement réduit dans certains états,
Non il sera interdit. Cela commence déjà, plusieurs états ont déjà pris le choix de l'interdiction totale.

Citation Envoyé par calvaire Voir le message
L'utilisation, la prescription, la fourniture, ou la vente de pilules du lendemain, ou de tout type de contraception ou de contraception d'urgence reste disponible.
Hé bien plus pour longtemps ! Un des juges de la Cour Suprême est sur le point de lancer le chantier suivant, celui de remettre en cause le droit à la contraception chez la femme.

Pour rappel, c'est l’extrémisme religieux qui amène là. L'extrémisme religieux interdit non seulement l'avortement mais aussi le préservatif. Donc on y vient.
11  3 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 28/06/2022 à 9:51
Citation Envoyé par OrthodoxWindows Voir le message
Voici un article qui rappelle des droits fondamentaux : https://www.genethique.org/la-preven...e-pas-avorter/[/B]
Un site qui donne en exemple les modifications législatives des États-Unis, de la Pologne et de la Hongrie concernant l'avortement
On voit tout de suite la coloration politique hyper conservatrice du site en question. Dans ces pays, on se fout totalement du droit des femmes, ce qui compte avant tout c'est la religion et la bien pensance.
C'est dans ces pays qu'on oblige les femmes à garder leur enfant même en cas de viol, autrement dit c'est la double peine pour elles !
9  2 
Avatar de virginieh
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 28/06/2022 à 13:56
Citation Envoyé par OrthodoxWindows Voir le message
Je le répète encore ; je suis pour l'avortement. Mais je suis extrêmement vigilant sur les dérives qu'il peut engendrer.
Mais quand on demande d'inscrire ce droit dans la constitution, ce n'est pas pour modifier ce droit tel qu'il est actuellement, c'est pour réduire les chances qu'il le soit dans le futur.
(Et comme je l'ai dit précédemment pour empêcher que le droit européen puisse prendre le pas sur le droit français sur ce point)
8  1 
Avatar de totozor
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 30/06/2022 à 13:10
Citation Envoyé par stardeath Voir le message
- inscrire ça dans une constitution ne change/changera pas grand chose, et que c'est plutôt l'évolution de la société dont il faut se méfier, et que certains ici se plantent, à mon avis, sur comment et par qui ça évolue
La constitution est une forme de formalisation des enjeux de société.
Je sais que c'est idéaliste mais si on n'accepte même pas ça, que devons nous accepter?
Citation Envoyé par stardeath Voir le message
- ces boites et ce parti qui s'inquiètent du droit des femmes, c'est pour moi de l’esbroufe ;
Je te rejoins complétement la dessus
Citation Envoyé par stardeath Voir le message
- et que non, la décision n'est pas personnel, elle implique forcément la société, et donc l'état actuel de celle-ci ; et ça que ça soit sur les causes (incertitudes sur l'avenir, crise économique, drame personnel, confort (même si des gens n'aiment pas ce mot)), ainsi que sur les moyens (que propose cette société pour permettre l'avortement, accouchement sous x).
Et c'est là que je ne suis pas sur qu'on est d'accord, la décision ne peut exister (dans des conditions acceptable) que si la société le permet.
Un pas en arrière sur de la société sur le sujet c'est un obstacle de plus pour les femmes qui veulent avorter

Citation Envoyé par stardeath Voir le message
ps: j'ai oublié, que l'avortement, c'est pas de la contraception, c'est une procédure médicale, certes bien maîtrisée de nos jours, mais qu'on ferait mieux de rappeler que y a plus simple avant d'en arriver là.
Le "on ferait mieux de" me fait sincèrement peur.
Il faut faire de la prévention.
On peut vérifier les motivations aux femmes qui veulent avorter, notamment pour se prémunir des cas que tu dénonces.
Mais on ne doit pas leur demander comment elles sont tombées enceintes (aka ce qu'elles ont mal fait pour ne pas tomber enceinte)

Je me rend compte qu'on a beaucoup de constats en commun mais nous ne partageons pas les mêmes causes et solution.
Pour moi la solution principale est que la société avance collectivement dans la direction de la liberté des femmes à disposer de leur corps. Parcours semé d'embuches et débats éthiques.

Pour expliciter mon point de vue :
Citation Envoyé par stardeath Voir le message
bah en fait, je prends juste l'argumentaire des "my body, my choice", qui partent justement du principe que c'est "je fais ce que je veux, je n'ai de compte à rendre à personne" ;
et ça, pour moi en tout cas, ne marche pas bien (du tout) quand ensuite tu estimes que la société doit mettre en place des structures pour que "tu puisses faire ce que tu veux".
Je penses qu'il est de la responsabilité de la société de permettre le "my body, my choice".
On ne peux pas dire à une femme qui revendique le droit de disposer de son corps qu'on lui donne ce droit mais qu'elle doit se démerder seule.
Une société ne peut pas dire habille toi comme tu veux mais ne proposer que des uniformes
Une société ne peut pas dire quitte l'homme qui te bats et la rendre dépendante (financièrement et matériellement) de cet homme
Une société ne peut pas dire tu as le droit d'avorter et lui tendre un cintre
Une société ne peut pas dire dit ce que tu veux, si ça ne me plait pas tu iras en prison.

Je penses par exemple que la société devrait remplacer "my body, my choice" par "your body, your choice, my support"
7  0 
Avatar de fredinkan
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 28/06/2022 à 9:34
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
parce que avorter c'est pas comme aller à la boulangerie.
Il s'agit de tuer un humain donc faut que ce soit fait correctement, de manière contrôler et donc... des lois.
C'est là tout le problème: A partir de quand peux-tu dire qu'il est humain et / ou vivant et / ou conscient ?
Peut-on dire que 20'000 cellules font un être humain au sens de la loi et déjà vivant ?

Pour une partie de la population, il est vivant dès le début, pour d'autres c'est qu'à partir de la naissance, pour une bonne partie c'est entre les 2.
Du coup la notion de "tuer un humain" est vécue de différentes façon et le fait de "tuer un humain à naître" apporte un lot encore plus important de remise en question.

Problème supplémentaire, l'argument de "disposer de son corps" est souvent décrié, car pour la première partie de la population citée plus haut, ce n'est pas uniquement son corps, mais également celui à l'intérieur d'elle, ce qui complique d'autant plus le débat. Et il y aura forcément débat, car c'est cyclique et qu'il n'y aura jamais de bonne réponse. C'est purement philosophique...
7  1 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 29/06/2022 à 9:49
Bis :

Citation Envoyé par calvaire Voir le message
a terme nous savons de toute façon comment cela évoluera, la société forcera certaines femmes à avorter et à être stérilisé.
C'est comme ca que toutes les autres sociétés plus "progressistes" que nous évoluent. Tu es grosse, moche, tu as une malformation, hop on t'aspire le bide et on te pose un petit stérilet
.
Des exemples de sociétés dans lesquelles ça fonctionne ainsi ?

Toujours pas ? Propos gratuits et dénués de tout fondement donc ?
8  2 
Avatar de Gunny
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 02/07/2022 à 15:08
Ohio lawmaker calls pregnancies from rape an ‘opportunity’ for victims
Tomber enceinte à 13 ans après un viol est une "opportunité", selon les fasc... républicains.

Et si vous pensiez que c'était un exercice de style :
As Ohio restricts abortions, 10-year-old girl travels to Indiana for procedure
Une fillette de 10 ans se fait violer et tombe enceinte. Elle a dû se faire transporter dans un état voisin pour avoir le droit à un avortement.
7  1 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 27/06/2022 à 14:51
Sans parler des propos abjectes tenus par certains membres de ce forum, je dirais qu'il est quand même regrettable que dans une soi disant démocratie, plus de 50% de la population se voit refuser le droit de disposer de son propre corps !

C'est le retour d'un catholicisme intégriste. C'est quand même marrant que ce pays qui a envoyé des soldats pour "sauver les femmes des Ayatollah et autres Talibans" à l'autre bout du monde, en critiquant un intégrisme religieux (tout ce qu'il y a de plus détestable) est en train, au nom d'une autre religion, de faire la même chose.

Ce monde part en sucette !

En fait, on est ici dans le même problème que la "Manif pour tous" qui était contre le mariage homosexuel. En quoi, les hétéro-sexuels sont gênés, intéressés par le fait que les homosexuels puissent se marier ?
En effet, les femmes qui ne souhaitent pas avortées (que ce soit par volonté, par désir de l'enfant, convictions personnelles, religieuses ou autres) ne sont pas concernées par le droit à l'avortement. Et donc, ça gène en quoi le reste de la population ?

En gros ! De quoi je me mêle !
9  4