IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Hyundai lance un service pilote de taxis autonomes RoboRide dans les rues de Gangnam en Corée du Sud
Sa technologie autonome de niveau 4 fonctionnera dans l'une des zones les plus encombrées de Séoul

Le , par Stéphane le calme

198PARTAGES

9  0 
Hyundai a annoncé son intention de s'associer à la société coréenne de covoiturage RoboRide pour tester ses fonctionnalités de conduite autonome de niveau 4 avec quelques véhicules électriques IONIQ 5 dans les rues de Séoul. Cette collaboration marque le premier service de location de voitures à utiliser des véhicules à conduite autonome dans les rues de Gangnam, l'une des zones les plus encombrées de Séoul. Hyundai a obtenu le feu vert du ministère coréen du Territoire, des Infrastructures et des Transports pour l'essai et s'associe à une société appelée Jin Mobility qui sera chargée de surveiller le côté intelligence artificielle des choses.

Hyundai indique qu'il collectera un ensemble de données pour affiner davantage sa technologie de conduite autonome de niveau 4 dans l'espoir de déployer une flotte de véhicules équipés de fonctions d'autoconduite. RoboRide indique que les véhicules autonomes IONIQ 5 fonctionneront de 10h à 16h pour éviter le pire des embouteillages de Séoul, transportant jusqu'à trois passagers à la fois avec un chauffeur de sécurité assis dans le fauteuil du capitaine pour prendre le relai dans le cas où une erreur pourrait survenir.

Alors que l'essai est un peu un baptême du feu en surface, Hyundai teste en fait ses systèmes de conduite autonome dans et autour de Gangnam, Séoul depuis 2019.


Le constructeur automobile Hyundai a annoncé jeudi le lancement d'un service pilote de taxis autonomes dans le quartier animé de Gangnam à Séoul, la dernière avancée dans les efforts du pays pour faire des véhicules autonomes une réalité quotidienne. Le nouveau service, appelé RoboRide, propose des voitures électriques Hyundai Ioniq 5 équipées de capacités de conduite autonome de niveau 4. La technologie permet aux taxis de se déplacer indépendamment dans le trafic réel sans avoir besoin de contrôle humain, bien qu'un conducteur de sécurité reste dans la voiture.

Pour le service pilote, Hyundai a obtenu un permis temporaire d'opération de conduite autonome auprès du Ministère du Territoire, des Infrastructures et des Transports (MOLIT) de Corée. Il collaborera avec Jin Mobility, une startup coréenne exploitant la plate-forme de mobilité de voiture ‘i.M.’ alimentée par l'intelligence artificielle. Jin Mobility sera en charge de l'exploitation des deux unités IONIQ 5 RoboRide sur son application i.M. Hyundai prévoit également d'étendre le service pilote, tout en développant davantage la technologie de conduite autonome en tenant compte de diverses conditions, telles que la stabilité de conduite.


« Chez Hyundai Motor Group, nous développons une technologie de conduite autonome de niveau 4 basée sur le système avancé d'assistance à la conduite (ADAS) développé en interne, dont le fonctionnement et la sécurité sont vérifiés par une production de masse et un lancement commercial réussi », a déclaré Woongjun Jang, vice-président directeur et Responsable du centre de conduite autonome du groupe Hyundai Motor. « Nous nous attendons à ce que ce service pilote RoboRide soit un point d'inflexion important qui nous permettra d'internaliser la technologie de conduite autonome ».

« Nous renforçons nos capacités en travaillant sur la recherche et le développement avec les institutions concernées. En commençant par le service pilote RoboRide en collaboration avec Hyundai Motor Group, nous sommes impatients de diriger la future scène de la mobilité », a déclaré Lee Seong-wook, PDG de Jin Mobility. « Nous mettrons tout en œuvre pour créer des synergies grâce à ce service pilote ».

Grâce à ce projet pilote, Hyundai espère collecter de précieuses données sur la conduite autonome et prévoit de développer davantage la technologie de conduite autonome de niveau 4 pour naviguer en toute sécurité et de manière flexible dans des environnements urbains complexes.

Pour se préparer à un environnement de conduite aussi compliqué, Hyundai a également travaillé avec le gouvernement métropolitain de Séoul pour mettre en place un système capable de connecter les feux de circulation aux véhicules autonomes. Il a également recueilli de nombreuses données de conduite depuis 2019 en testant la conduite autonome dans la région de Gangnam.

De plus, le Groupe fournira un système d'assistance à distance du véhicule développé en interne pour assurer la sécurité. Le système surveille l'état de la conduite autonome, le véhicule et l'itinéraire, et prend en charge le trajet avec des fonctions d'assistance à distance, telles que le changement de voie dans des circonstances où la conduite autonome n'est pas possible. Basé sur la technologie de conduite autonome de niveau 4, un véhicule RoboRide percevra, prendra des décisions et contrôlera son propre état de conduite, tandis que son conducteur de sécurité n'interviendra que dans des conditions limitées.

Le service pilote RoboRide fonctionnera de 10h à 16h, du lundi au vendredi, afin de minimiser les éventuels désagréments sur la route. Jusqu'à trois passagers peuvent participer à un trajet, tandis qu'un conducteur de sécurité sera dans le véhicule pour répondre à toute urgence. Hyundai prévoit d'exploiter un service de démonstration initial pour le personnel sélectionné en interne, puis d'étendre les objectifs de service pilote aux clients généraux à l'avenir.


Le maire de Séoul et le ministre des Transports, premiers clients à tester RoboRide

Pour commémorer le service pilote, Won Hee-ryong, ministre du Territoire, des Infrastructures et des Transports de Corée du Sud, et Oh Se-hoon, maire de la ville de Séoul, sont devenus les premiers clients à tester le véhicule RoboRide. Oh a déclaré aux journalistes par la suite que l'expérience était « si naturelle qu'il est presque impossible de faire la différence entre la conduite humaine et la conduite autonome ».

Il a déclaré que l'essai fournira des données cruciales sur le monde réel pour la technologie de conduite autonome de pointe.

« Dans des environnements de transport complexes comme Gangnam, de nombreuses personnes conduisent de manière imprévisible, comme les taxis et les motos de livraison », a déclaré Oh. « Après l'accumulation de données sur la façon dont les voitures autonomes réagissent et évitent les accidents, nous pouvons comparer les avantages et les inconvénients de manière précise et scientifique. Aujourd'hui marque donc le début dans l'atteinte de cet objectif. »

Won a déclaré que la conduite de niveau 4 sera entièrement commercialisée en Corée du Sud en 2027 et que les véhicules autonomes « feront partie de la vie ordinaire partout dans le pays d'ici 2030 ».

« Gangnam est l'une des zones les plus encombrées au monde », a déclaré le ministre lors de l'événement de lancement. « Cet essai démontrera que la Corée du Sud est en passe de devenir un leader de la conduite autonome ».

Le test pilote RoboRide se déroulera initialement avec deux voitures transportant des passagers préenregistrés sur 50 kilomètres de routes à Gangnam. En août, il commencera un service complet avec quatre voitures, permettant aux utilisateurs de commander un taxi avec une application mobile. Les responsables ont déclaré que davantage de véhicules seraient ajoutés à la flotte et que la zone de service s'étendrait à 75 kilomètres de routes au cours de l'année.

Séoul a lancé en novembre dernier un service de navette commerciale sans conducteur qui longe un itinéraire désigné dans la partie ouest de la ville et prévoit de commencer à déployer des bus autonomes l'année prochaine.

Le gouvernement investit environ 875 millions de dollars pour construire une infrastructure intelligente afin de soutenir le développement de la conduite autonome de niveau 4, a déclaré Won jeudi.

Le secteur privé du pays dépense également beaucoup pour la mobilité future. Hyundai a annoncé le mois dernier qu'il investirait 50 milliards de dollars sur le marché intérieur d'ici 2025 dans un large éventail de nouvelles technologies et d'entreprises, des chargeurs et véhicules électriques aux voitures autonomes en passant par la mobilité aérienne urbaine.

La police de San Francisco utilise des voitures sans conducteur comme caméras de surveillance mobiles

Alors que les entreprises elles-mêmes, telles que Waymo d'Alphabet et Cruise de General Motors, vantent les avantages potentiels de leurs services en matière de transport, elles ne publient pas un autre cas d'utilisation, beaucoup moins hypothétique : les caméras de surveillance mobiles pour les services de police.

« Les véhicules autonomes enregistrent leur environnement en continu et ont le potentiel d'aider avec des pistes d'enquête », indique un document de formation du département de police de San Francisco obtenu via une demande de documents publics. « Les enquêtes en ont déjà profité plusieurs fois ».

Les défenseurs de la vie privée estiment que la révélation que la police utilise activement des images de véhicules autonomes est alarmante.

« C'est très préoccupant », a déclaré Adam Schwartz, avocat principal de l'Electronic Frontier Foundation (EFF). Il a rappelé que les voitures en général sont des trésors de données personnelles sur les consommateurs, mais que les véhicules autonomes auront encore plus de ces données en capturant les détails du monde qui les entoure. « Donc, quand nous voyons un service de police identifier les véhicules autonomes comme une nouvelle source de preuves, c'est très préoccupant ».

« Alors que les entreprises continuent de faire des routes publiques leurs terrains d'essai pour ces véhicules, tout le monde devrait les comprendre pour ce qu'ils sont - des dispositifs de surveillance roulants qui étendent les technologies d'espionnage répandues existantes », a déclaré Chris Gilliard, chercheur invité au Harvard Kennedy School Shorenstein Center. « Les forces de l'ordre ont déjà accès à des lecteurs de plaques d'immatriculation automatisés, à des mandats de géorepérage, à des séquences de sonnettes connectées Ring, ainsi qu'à la possibilité d'acheter des données de localisation. Cette pratique étendra la portée d'un réseau de surveillance déjà omniprésent ».

Sources : RoboRide, Hyundai

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
Seriez-vous intéressé par un tel service ?
Le fait que la police ait déjà utilisé les véhicules autonomes comme caméras de surveillance mobile est-il susceptible de se reproduire dans d'autres pays voire avec d'autres véhicules ?
Des répercussions sur le marché de l'emploi ?

Voir aussi :

La police de San Francisco utilise des voitures sans conducteur comme caméras de surveillance mobiles, « les véhicules autonomes enregistrent leur environnement en continu », rappelle la police
Mercedes engage sa responsabilité lorsque son pilote de conduite autonome de niveau 3 Drive Pilot est activé, Mercedes sera le premier constructeur automobile à accepter la responsabilité
Un dénonciateur sud-coréen qui a exposé des violations de sécurité chez Hyundai et Kia a reçu plus de 24 millions de dollars, de la part des régulateurs automobiles américains

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !