IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La blockchain est-elle une dangereuse absurdité ?
Une analyse de Nicolas Lenz

Le , par Bruno

425PARTAGES

30  2 
Pour Nicolas Lenz, étudiant en informatique en Allemagne, « la blockchain ne résout rien ». Dans un billet de blog, Nicolas Lenz indique que la blockchain en tant que technologie est déjà profondément défectueuse dans son concept de base.

La technologie Blockchain promettrait d'éliminer la confiance dans les institutions centrales. Initialement, cela aurait été appliqué à une « monnaie » : le bitcoin (défini par Lenz comme une marchandise spéculative, pas comme une monnaie). Au lieu de confier à des banques centralisées la gestion des numéros de compte, le bitcoin utilise à cette fin un grand livre décentralisé, la blockchain.


Pour Lenz, l'idée de ne plus avoir à faire confiance à des organisations centralisées peut sembler séduisante, mais elle ne fonctionne pas : les blockchains ne suppriment pas la « confiance », elles changent simplement la personne à qui il faut faire confiance. Selon Ewan Kirk, entrepreneur en technologie, « il ne faut surtout pas croire au battage médiatique. »

Ce que pense l’entrepreneur en technologie, Ewan Kirk :

« La blockchain du bitcoin gère un peu moins de trois transactions par seconde, ce qui nécessite des quantités incroyables d'électricité pour fonctionner. Certains prétendent que la blockchain utilise de plus en plus d'électricité provenant de sources renouvelables, mais c'est un faux-fuyant. Si le bitcoin utilise cette énergie renouvelable, alors quelqu'un d'autre doit utiliser du charbon et du gaz pour alimenter sa maison. »

« Toutes les blockchains sont beaucoup plus inefficaces que n'importe quelle alternative. Par exemple, l'ethereum utilise la même quantité d'énergie que les Pays-Bas. Le bitcoin ne produit rien. Il ne fait que détruire l'environnement. »

Selon Lenz, la confiance dans les institutions contrôlées par des humains et liées par des lois et des règles établies est remplacée dans la blockchain par une confiance inconditionnelle dans l'infaillibilité du code ( « in code we trust » est une phrase populaire dans le milieu). Le code étant écrit par des humains, il est rarement infaillible.

Rappelons que l'administration fiscale néerlandaise a ruiné des milliers de vies après avoir utilisé un algorithme pour repérer des soupçons de fraude aux prestations sociales. Pour certains analystes, le scandale néerlandais est un avertissement pour l'Europe sur les risques liés à l'utilisation des algorithmes.

Pour Lenz, même si tout le code était exempt d'erreurs, les blockchains ne peuvent rien faire contre des menaces telles que les escroqueries, les fraudes, le piratage des appareils contenant les clefs de la blockchain ou tout simplement les fautes de frappe dans un transfert de pièces.

Normalement, les cas de fraude ou d'erreur peuvent être rectifiés ou annulés par la banque ou des institutions similaires après un examen de la situation par des humains. Cependant, dans le monde de la blockchain, il n'y a pas d'autorité de surveillance humaine. Elle est indépendante des banques, des États et des lois, ce qui est précisément le principal argument de vente de toute cette technologie.

« La technologie présente encore d'autres problèmes. L'utilisation absolument "perverse" de l'énergie en période de changement climatique n'est que l'un d'entre eux (cela est principalement dû à la preuve de travail, toujours utilisée par toutes les blockchains publiques pertinentes, et à l'inefficacité générale) », déclare Lenz.

Blockchain comme remède miracle universel

L'objectif principal de la blockchain est de décentraliser la confiance et le consentement. Cela n'empêche pas de nombreuses personnes de présenter la blockchain comme une solution miracle innovante pour des problèmes pour lesquels c'est tout simplement absurde.

Un exemple récent de cette « folie », en Allemagne, est le développement du certificat de vaccination numérique au début de 2021. Au départ, il était prévu d'utiliser la technologie blockchain. Dans ce cas précis, ils voulaient en utiliser non pas une, mais cinq. Après des critiques massives du public, le plan a été abandonné et remplacé par une architecture plus simple sans blockchain, qui est toujours utilisée aujourd'hui.

Un autre exemple encore plus récent qui, malheureusement, n'a pas encore été annulé est le bulletin numérique en Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Pour Lenz, « le concept est déjà complètement absurde. Le problème en question est résolu depuis des décennies et personne n'a besoin d'une blockchain complexe, inefficace et coûteuse pour cela. » Très rapidement après avoir été rendu public, le projet a été exposé comme étant totalement non sécurisé, malgré la « sécurité par blockchain ».

Pour Lenz, « ce ne sont là que deux des innombrables projets auxquels la technologie blockchain a été intégrée sans aucun égard pour le bon sens. Ni moi ni personne que je connais n'a jamais entendu parler d'une utilisation de la blockchain qui soit utile de quelque manière que ce soit. »

La propagation virulente de la technologie blockchain

Mais pourquoi la blockchain se répand-elle à une vitesse aussi vertigineuse si elle est si inutile ? Pour en comprendre les raisons, Lenz propose de jeter un coup d'œil à l'utilisation originale et toujours dominante de la technologie : les cryptomonnaies et leurs dérivés plus récents, comme les NFT, les DAO et les web3.

Selon Kirk, le battage médiatique autour de Web3 n'est qu'un rappel supplémentaire de la mémoire à court terme de l'industrie technologique. « Pour quelqu'un qui a extrait des bitcoins depuis 2012, il est clair que Web3 n'est qu'une nouvelle version de la technologie blockchain dont nous discutons depuis dix ans », a-t-il déclaré. « Les adeptes de Web3 veulent ajouter une couche de blockchain à notre infrastructure Internet et décentraliser radicalement le réseau, du moins c'est ce qu'ils prétendent. »

« Ces choses sont des absurdités inutiles qui existent pour soutirer de l'argent en masse à des personnes qui ne savent pas mieux. Néanmoins, une industrie massive s'est développée autour d'eux. Cette industrie brûle des quantités incroyables d'énergie, d'argent et de temps de travail humain sans contribuer ou produire quoi que ce soit de valeur pour l'humanité », déclare Lenz.

De cette industrie découlent les tentatives de plus en plus fréquentes d'exporter sa technologie de base, la blockchain, dans d'autres secteurs de la vie. La blockchain est poussée partout dans la société. Cette diffusion forcée est censée donner à l'industrie de la blockchain une raison d'exister en dehors d'être une bulle financière, lui donner un éclat de respectabilité et de fiabilité et donc attirer plus de gens sur le marché des cryptomonnaies.

Ce marché a un besoin urgent de ces personnes et de leur argent. Il s'agit d'une bulle spéculative assez évidente et énorme. Il n'y a absolument aucune valeur réelle dans l'ensemble du marché et il ne produit aucune valeur par lui-même. Pour éviter que la bulle n'éclate, ou du moins pour la ralentir, et pour ne pas laisser les profits se tarir, il faut injecter de l'argent réel et une économie réelle dans le marché des cryptomonnaies. « Cet argent doit être trouvé ailleurs. Pas dans le monde de la blockchain, dans le monde réel. Et c'est ainsi que la blockchain est présentée partout comme "moderne", "perturbatrice", "innovante", "sécurisée", etc. En réalité, elle n'est rien de tout cela », soutien Lenz.

Aveuglées par l'éclat des énormes revenus de la bulle cryptographique, beaucoup d'entreprises et d'organisations gouvernementales regardent par-dessus. Tout le monde veut une part du savoureux gâteau blockchain et tente de fourrer un peu de blockchain dans quelque chose, n'importe quoi. Alimentée à l'origine par le lobby de l'industrie de la blockchain et soutenue par l'éclat de ses bénéfices incroyables, une énorme hype s'est formée. Elle a depuis longtemps pris une vie propre, ce n'est plus seulement l'industrie de la blockchain qui vante cette technologie partout.

Lenz conclut en disant : « la propagation de la technologie blockchain n'est pas seulement une absurdité exaspérante, elle est activement nuisible et dangereuse. Pour ces raisons, nous devons travailler contre le battage médiatique en exposant publiquement l'absurdité de la technologie et la façon dont l'industrie de la blockchain la promeut afin d'augmenter ses profits. Pour l'avenir de la technologie, de l'informatique et pour protéger les gens du marché prédateur de la crypto. »

Source : Nicolas Lenz's blog

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

La puce BonanzaMine d'Intel, un ASIC accélérateur de bitcoin, avec double moteur de hachage SHA256, serait optimisée pour le bitcoin

Le Web3 peut-il changer le monde ? Il ne serait pas seulement une nouvelle fumisterie, selon Ewan Kirk, entrepreneur en technologie, « il ne faut surtout pas croire au battage médiatique »

Gartner révèle sept erreurs à éviter dans les projets blockchain, en s'appuyant sur les capacités et les limites de cette technologie

Le scandale néerlandais est un avertissement pour l'Europe sur les risques liés à l'utilisation des algorithmes, l'administration fiscale a ruiné des milliers de vies avec un algorithme

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de nDesm
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 29/04/2022 à 11:59
Citation Envoyé par hal-code Voir le message
Si encore la critique était de bonne foi... Mais non, il a *besoin* de mentir pour soutenir ses propos. Plus sérieusement, le Bitcoin gère nativement actuellement 8 transactions par seconde et ce sera augmenté progressivement suivant l'adoption. Mais c'est oublier les 1 million et plus de transactions par seconde disponibles sur la sous-couche du Bitcoin, le Lightning Network. Surtout que celles-ci, elle sont gratuites et ne consomment aucune énergie pour être validées. Mais bon, ça arrange l'opposition d'oublier que le Lightning Network existe et qu'il résout tous les problèmes que l'on reproche au Bitcoin.
Ouah, 8 transactions par secondes, sérieux? On se demande qui est de mauvaise fois. Il aurait pu dire 20 transactions par seconde que ça resterait ridiculement faible. Pour ce qui est du "Lightning Network", il semble que ça n'est pas forcément la solution miracle: Lightning Network on BTC is a dead end even if it works as claimed
Je ne vais pas m'étendre dessus, ça ne m'intéresse guère.
Même si bitcoin pouvait, ce qui reste à prouver, gérer autant de transactions que nécessaires et de manière efficace, ses autres critiques sur les cryptomonnaies me semblent pertinentes.

Mais c'est surtout sur l'usage de blockchains en dehors des cryptomonnaies que je le rejoins.
De ce que j'ai pu voir passer de projet foireux utilisant la blockchain, je suis assez d'accord avec son point de vue. Je n'ai pas vu d'usage réellement pertinent de la BC. Même dans les cas où elle pourrait, éventuellement, être utile, elle apporte son propre lot de (gros) problèmes. Et souvent dans la presse on voit passer des articles vantant l'usage d'une BC pour tel ou tel usage, sans jamais expliquer en quoi la BC est si utile (à part pour des raison marketing). Et la plupart du temps dans ce cas ce sont des BC "privées" entre acteurs de confiance, ce qui permet de se passer de "proof of work". Du coup c'est beaucoup moins énergivore, mais on peut se demander si c'est toujours une blockchain. Et l'intérêt par rapport à d'autres solutions plus classiques n'est pas toujours évident.
On pourrait d'ailleurs en faire une critique des journalistes rédigeant les articles en question: ils n'ont pas l'air de se poser beaucoup de question et se contente de relayer du marketing.
26  1 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 04/07/2022 à 10:32
Citation Envoyé par mith06 Voir le message
Les mineurs se dirigent donc vers de Electricité de SURPLUS. Et par surplus j'entend SURPLUS c'est à dire qui est disponible à la production et QUI N'EST PAS utilisée.
L'électricité de surplus, c'est juste une électricité mal gérée et en utilisant les bitcoin pour la rentabiliser on dissuade des changement qui viseraient a mieux l'utiliser.

Citation Envoyé par mith06 Voir le message
Je laisse un lien sur cette étude (bien évidement passée sous silence ici) qui fait la comparaison entre bitcoin et le système financier tel qu'il est géré actuellement
Ce qui n'a aucun sens étant donné que le bitcoin ne remplace pas le système financier.
16  2 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 04/07/2022 à 10:50
Mieux l'utiliser de manière pécuniaire pour le propriétaire de la centrale, oui. Par contre en matière de service rendu, non.

Le genre d'optimisation que permet le bitcoin est une optimisation financière, pas écologique. C'est grâce a l'optimisation financière que permet le bitcoin que l'on a ré-ouvert des centrales a charbon dans certains pays qui n'étaient plus rentabilisables sans. Si on ne compte que sur l’intelligence du marché libre, dont le seul but est de produire toujours plus peu importe la finalité, pour nous protéger des changement climatiques, on est très mal barrés.
11  1 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 04/07/2022 à 16:30
Citation Envoyé par mith06 Voir le message
Question de points de vu... de mon point de vue l'utilité d'un service est jugée par les utilisateurs.
C'est pas aussi simple que ça, l'utilité d'un service doit être mise en balance avec ses risques, qui ne portent pas forcément que sur l'utilisateur final. En France, le port d'arme est lourdement réglementé même si les supporters du port d'arme sont certainement convaincus de son utilité, car cette utilité est jugée marginale comparée au danger qu'il fait courir à tous.
A l'inverse, l'automobile fait des milliers de mort par an, mais elle est acceptée car elle rend un service difficilement remplaçable.

A par les Ransomware, il n'y a pas vraiment d'usage des cryptomonnaies qui n'était pas possible par les monnaies classiques.

Citation Envoyé par mith06 Voir le message
D'ailleurs le minage participe au financement de nouvelles centrales de production ENR, puisque que les exploitants seront ravis de pouvoir vendre leur Electricité (+plus cher) aux autres consommateurs.
Construire des ENR n'est écologique que si ça remplace une production carbonée actuelle nécessaire. Construire des moyens de production électrique qu'ils soient ENR on non pour couvrir des besoins que l'on avais pas, ça n'est pas un progrès.

Citation Envoyé par mith06 Voir le message
Le marché n'est plus libre depuis 1973 et la fin du standard Or/dollars. Les banque centrales sont devenues hors de contrôle en 2008 (le système aurait du s'effondrer).
Nous avons pu produire toujours plus peu importe la finalité à cause de l'illusion de la dette, et la possibilité de créer de la monnaie à l'infinie.
Donc un système qui aurait du s'effondrer ne c'est pas effondré grâce a l'action des banques centrales, alors qu'un système qui est censé, selon ses défenseurs, offrir une meilleure résilience est lui bien en train de s'effondrer.
Et ça serait un argument en faveur du Bitcoin, Je reste perplexe.

Citation Envoyé par mith06 Voir le message
Alors je pense que c'est trop tard est qu'on est déjà foutus.. mais essayons quand même de réduire le réchauffement climatique.
Je suis convaincu que l’utilisation d'une monnaie déflationniste et décentralisée aura impact bien plus grand (décroissance économique) sur le climat, que n'importe qu'elle directive Européenne, ou autre COP-XX ou autre accord de <mettre grande ville ici>
Donc pour vous l’intérêt du Bitcoin est qu'il garantit une grosse crise économique qui sauverait la planète ! Alors là je dis bravo pour la brillante idée. J'avoue que c'est un argument que je n'attendait pas. Je vous souhaite bon courage pour convaincre les gens que se soit un objectif souhaitable, que se soit parmi les supporter ou les détracteurs du Bitcoin.

Si il y avait une vraie volonté de créer une récession, il y a des moyen bien plus efficaces que le Bitcoin qui ne nécessitent pas de gaspiller autant d'énergie.
11  1 
Avatar de mountain54
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 07/05/2022 à 5:38
De mon coté,je n'ai jamais compris comment on peut attribuer une valeur monétaire a ce bidule...si ce n'est que la consommation d'electricité.

peut etre trop vieux pour comprendre
9  1 
Avatar de Axel Mattauch
Membre actif https://www.developpez.com
Le 07/05/2022 à 12:58
[...]le bitcoin (défini par Lenz comme une marchandise spéculative, pas comme une monnaie)
J'approuve cette définition. Je ferai volontiers le rapprochement avec le mètre de carré artistique promu au cours des années 1970: il suffit de gogos pour attribuer une valeur, qui plus est spéculative, a quelque support qui n'en a intrinsèquement aucun.

Pour Lenz, l'idée de ne plus avoir à faire confiance à des organisations centralisées peut sembler séduisante, mais elle ne fonctionne pas : les blockchains ne suppriment pas la « confiance », elles changent simplement la personne à qui il faut faire confiance.
C'est même pire. Il faut faire "confiance" à une boite noire. Indépendamment de l'éventuelle faillibilité de la technique, ce qui me semble socialement rédhibitoire est qu'en tant que telle, le mot "responsabilité" n'a aucun sens.
Il est malhonnête de s'abriter derrière l'objectivité, la technicité d'une technologie pour éluder les responsabilités. Le sujet est à peine effleuré quand une Tesla créée des accidents, mais c'est bien aussi de cet ordre que se posent les questions de société.

Normalement, les cas de fraude ou d'erreur peuvent être rectifiés ou annulés par la banque ou des institutions similaires après un examen de la situation par des humains. Cependant, dans le monde de la blockchain, il n'y a pas d'autorité de surveillance humaine.
Je sais, la Machine fait mieux que l'homme. A preuve le nombre de conneries que me proposent les algorithmes, forts d'une IA a nulle autre pareille.
Là encore, je suis d'accord avec Lenz. Même faillible, quand il y a homme, il y a par principe possibilité de recours.

Toutes les blockchains sont beaucoup plus inefficaces que n'importe quelle alternative. Par exemple, l'ethereum utilise la même quantité d'énergie que les Pays-Bas. Le bitcoin ne produit rien. Il ne fait que détruire l'environnement.
A ce sujet, il faudra que les législations de la gouvernance mondiale (je suis très inclusif) mettent à l'ordre du jour une taxe gaspillage de ressources (cf taxe carbone) indexée sur la valeur spéculative courante des bitcoins et consort. Je pense d'ailleurs que le terme pénalité serait préférable à taxe, puisqu'il s'agit de destruction de biens communs.
Même en dehors de tout critère énergétique, les cryptomonnaies, dès lors qu'elles sont spéculatives, obtiennent virtuellement de la valeur uniquement en appauvrissant le reste du monde (OK, les crypto n'ont pas l'exclusivité de ce principe transfusionnel, c'est juste plus anonyme).

Aveuglées par l'éclat des énormes revenus de la bulle cryptographique, beaucoup d'entreprises et d'organisations gouvernementales regardent par-dessus. Tout le monde veut une part du savoureux gâteau blockchain et tente de fourrer un peu de blockchain dans quelque chose, n'importe quoi. Alimentée à l'origine par le lobby de l'industrie de la blockchain et soutenue par l'éclat de ses bénéfices incroyables, une énorme hype s'est formée. Elle a depuis longtemps pris une vie propre, ce n'est plus seulement l'industrie de la blockchain qui vante cette technologie partout.
Je n'ai rien à ajouter.
10  2 
Avatar de onilink_
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 04/07/2022 à 12:23
Citation Envoyé par mith06 Voir le message
de moins en moins vrai, encore une fois la nature concurrentielle du minage fait qu'il se tourne de + en + vers les ENR.
Je crois que la bascule à été faite (+50% du minage en ENR) à vérifier..
L'électricité des ENR n'est pas écologique. Elle à un impact moins fort sur le climat, ou la pollution, mais la seule électricité réellement écologique c'est celle qu'on utilise pas...
8  1 
Avatar de nDesm
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 12/05/2022 à 15:39
Une blockchain ne garantit pas que la donnée mise dessus est correcte. Juste qu'elle n'a pas été modifiée depuis (et ceci en supposant qu'il n'y a pas une trop grande centralisation des mineurs). Ça peut être un problème d'ailleurs si on souhaite corriger une erreur sur un enregistrement.
Donc ça va être un peu juste pour empêcher la falsification de systèmes comptables. Il y a peut-être pas mal de choses à mettre en place avant d'envisager d'y ajouter une BC.

Qui plus est tu n'as pas forcément envie que toutes les données certifiées par la blockchain soient en clair accessibles à n'importe qui (pour des raisons de confidentialité). De telles contraintes peuvent fortement compliquer le problème.

Pour les documents judiciaires, j'ignore si le problème que tu cites est si important. Mais une bête signature numérique (via dongle pki sécurisé) avec système d'horodatage certifié pourrait déjà largement faire l'affaire, sans pour autant être trivial à mettre en place (mais ça serait encore pire avec une BC).

Je ne vois pas comment ça pourrait marcher pour de la vidéo. Même en supposant, et ce n'est pas gagné, que tu ais un dispositif physique inviolable capable de signer la vidéo produite, celle-ci sera, pour des raisons légitimes, sans doute montée, réencodée pour être diffusée. Ça serait peut-être applicable en photo pour récolter des preuves, mais sans dispositif physique sécurisé (avec carte à puce embarquée au plus près du capteur qui va signer la photo produite, etc.), ce n'est même pas la peine d'envisager d'y ajouter une blockchain. Et si tu disposes d'un tel dispositif, la BC n'apporte que peu d'intérêt.

La blockchain peut apparaître pertinente sur certains cas d'usage, mais quand on regarde plus dans les détails on réalise souvent que ce n'est au final pas une si bonne idée. Le diable est dans les détails comme on dit.

Un exemple typique est le vote en ligne. Quand on s'intéresse en détail à la question, on s'aperçoit que la BC n'apporte qu'un intérêt très limité par rapport aux propriétés désirées d'un système de vote en ligne (secret du vote, sincérité du scrutin, etc.). Surtout que ça s'accompagne d'une grande complexité technique et de coûts accrus (écrire sur une BC type Ethereum n'est pas gratuit). Alors que dans ce contexte on peut obtenir les mêmes garanties d'intégrité de l'urne beaucoup plus simplement. Il y a également des contraintes légales en Europe autour du vote. Pour garantir le secret du vote il y a obligation de supprimer, passé les délais de recours, les bulletins qu'ils soient papier ou électronique. Si ceux-ci sont directement sur une BC publique, ça risque d'être compliqué.
À côté de cela l'état de l'art en cryptographie a des solutions pour apporter des garanties beaucoup plus fortes qu'une BC sur le bon déroulement d'une élection, mais ce n'est pas le sujet.

Bref, certains usages réellement pertinents, en dehors des cryptomonnaies (et encore ça se discute), vont peut-être émerger un jour. Je constate tout de même que cette techno présentées comme révolutionnaire a maintenant plus de dix ans et qu'elle peine encore à réaliser ses promesses. En forçant le trait, elle donne plutôt l'impression d'être à la recherche de problèmes à résoudre, plutôt que d'être une solution à des problèmes réels.
4  0 
Avatar de Axel Mattauch
Membre actif https://www.developpez.com
Le 07/07/2022 à 12:05
A propos de cet article

La technologie Blockchain promettrait d'éliminer la confiance dans les institutions centrales.
Le mirage est que n'étant pas contrôlé par de grandes institutions (ce qui est en partie souhaitable), selon les cas c'est contrôlé par des opérateurs obscurs, ou non contrôlé. Quand c'est une grande institution (Etat, Banque...) il est au moins possible de râler contre quelque chose.

l'accent devrait toujours être mis sur la satisfaction des besoins des utilisateurs, et non sur la mise en œuvre des technologies simplement parce qu'elles sont intelligentes ou intéressantes
En effet, nombreux sont ceux qui attribuent de la valeur aux choses en fonction de leur magie apparente: technologie innovante, fonctionnements obscurs,...

« La blockchain du bitcoin gère un peu moins de trois transactions par seconde, ce qui nécessite des quantités incroyables d'électricité pour fonctionner. Certains prétendent que la blockchain utilise de plus en plus d'électricité provenant de sources renouvelables, mais c'est un faux-fuyant. Si le bitcoin utilise cette énergie renouvelable, alors quelqu'un d'autre doit utiliser du charbon et du gaz pour alimenter sa maison. »
Ne m'avancez pas la pirouette de l'utilisation de "l'énergie en surplus". Vu l'utilité apportée (s'il y en a?) ces technos consomment trop d'énergie, pas de l'énergie en trop. L'énergie a un caractère holistique (tout est dans le tout), l'écologie est l'ensemble des interactions positives et négatives. Donc pas d'argument fallacieux: le bon geste est toujours celui qui tend a réduire le besoin en consommation d'énergie.

PS: je souscris à toutes les remarques de uther sur ce fil de discussion.
3  1 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 06/07/2022 à 13:02
Citation Envoyé par mith06 Voir le message
Correcte.
De la même manière la seule personne qui ne pollue pas est celle qui est morte ou pas née....
Même pas : les cadavres, en se dégradant, produisent du CO2 et du méthane, deux gaz à effet de serre.
1  0