IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le Congrès sous pression pour adopter le financement du CHIPS Act et ses 52 milliards de dollars de subventions
Pour faire progresser la fabrication de semi-conducteurs aux Etats-Unis

Le , par Stéphane le calme

692PARTAGES

8  0 
L'administration Biden voudrait que le financement de 52 milliards de la loi CHIPS Act soit adopté sans délai, selon un briefing classifié entre de hauts responsables et un groupe bipartite de représentants du Congrès. Le groupe s'est réuni pour « discuter du besoin urgent d'investir dans des semi-conducteurs fabriqués en Amérique ainsi que dans la recherche et le développement qui protégeront notre sécurité économique et nationale », a déclaré la Maison-Blanche dans un résumé de la discussion. Malgré le soutien bipartisan à la loi CHIPS Act, les 52 milliards de dollars qu'il a autorisés à financer le secteur américain des semi-conducteurs n'ont pas été accompagnés de fonds réels pour remplir cette nouvelle ligne comptable.

En mai 2021, dans une lettre adressée aux dirigeants de la Chambre des représentants et du Sénat, la Semiconductors in America Coalition (SIAC - un groupe de lobbying formé entre autres par certains des plus gros acheteurs de puces du monde, dont Apple Inc, Microsoft Corp et Google d'Alphabet Inc afin d'obtenir des subventions gouvernementales pour la fabrication de puces) a déclaré que le Congrès avait déjà montré son engagement à sécuriser les chaînes d'approvisionnement nationales en semi-conducteurs en promulguant la loi CHIPS for America, mais qu'un financement supplémentaire des programmes de cette loi était nécessaire.

« À plus long terme, un financement solide de la loi CHIPS for America aiderait l'Amérique à construire la capacité supplémentaire nécessaire pour avoir des chaînes d'approvisionnement plus résilientes afin de garantir que les technologies critiques seront là quand nous en aurons besoin », a déclaré la SIAC dans la lettre. « Les incitations à la fabrication financées par le Congrès devraient s'attacher à combler les principales lacunes de notre écosystème national des semi-conducteurs et couvrir toute la gamme des technologies des semi-conducteurs ».

Le « CHIPS for America Act » autorise les incitations fédérales visant à promouvoir la fabrication de semi-conducteurs et les investissements fédéraux dans la recherche sur les semi-conducteurs. Le SIAC a déclaré qu'elle était d'accord avec la proposition du président Joe Biden de soutenir ces programmes avec un financement de 50 milliards de dollars afin de rester au niveau des programmes d'incitation offerts dans d'autres pays.

« Les gouvernements du monde entier offrent des subventions importantes pour attirer de nouvelles installations de fabrication et de recherche sur les semi-conducteurs », a déclaré le groupe industriel. « En conséquence, il est 20 à 40 % plus cher de construire et d'exploiter une installation de fabrication aux États-Unis qu'à l'étranger ».

Le CHIPS for America Act a été promulgué dans la loi d'autorisation de la défense nationale (NDAA) de l'exercice 2021. On peut lire sur le site Web de la Semiconductor Industry Association (SIA), une association commerciale et un groupe de lobbying fondé en 1977, qui représente l'industrie des semi-conducteurs aux États-Unis :

« La part de la capacité mondiale de fabrication de semi-conducteurs aux États-Unis s'est érodée, passant de 37 % en 1990 à 12 % aujourd'hui, principalement parce que les gouvernements d'autres pays ont investi de manière ambitieuse dans des incitations à la fabrication de puces et que le gouvernement américain ne l'a pas fait. Entre-temps, les investissements fédéraux dans la recherche sur les puces sont restés stables en pourcentage du PIB, alors que d'autres pays ont considérablement augmenté leurs investissements dans la recherche ».

« En promulguant la loi CHIPS for America dans la loi d'autorisation de la défense nationale (NDAA) de l'exercice 2021, le Congrès a reconnu le rôle essentiel que joue l'industrie américaine des semi-conducteurs dans l'avenir de l'Amérique. Maintenant, l'administration et le Congrès doivent financer pleinement les dispositions relatives à la fabrication de semi-conducteurs et à la recherche autorisées par la NDAA – et promulguer un crédit d'impôt à l'investissement – afin de renforcer le leadership mondial de l'Amérique dans la technologie des puces pour les années à venir ».


L'administration Biden s'active

La Maison-Blanche a donné un compte rendu d'une discussion entre de hauts responsables de l'administration Biden et un groupe bipartite de représentants du Congrès :

« Cet après-midi, de hauts responsables de l'administration, dont le secrétaire au Commerce Raimondo, le sous-secrétaire à la Défense Hicks, le conseiller à la sécurité nationale Sullivan et le directeur de la National Science Foundation Panchanathan, ont tenu une réunion d'information avec un groupe bipartisan et bicaméral de membres du Congrès pour discuter de la nécessité urgente d'investir dans le secteur des semi-conducteurs made in America ainsi que la recherche et le développement qui protégeront notre sécurité économique et nationale.

« Au cours du briefing, les responsables de l'administration ont souligné comment des décennies de désinvestissement dans la capacité de fabrication nationale de semi-conducteurs ont laissé l'Amérique ne produisant que 12 % de la production mondiale de semi-conducteurs et vulnérable au type de perturbations de la chaîne d'approvisionnement que nous avons vues ces dernières années, comme la pandémie et la guerre d'agression de la Russie contre l'Ukraine. Une interruption importante de notre approvisionnement en semi-conducteurs pourrait causer des dommages historiques à l'économie américaine - des dommages bien plus importants que l'impact actuel des pénuries de puces sur l'industrie automobile américaine - et saperait notre compétitivité technologique et nos avantages militaires sur nos adversaires à l'échelle mondiale.

« La Chambre et le Sénat ont chacun adopté des projets de loi pour faire des investissements historiques dans la recherche, la fabrication nationale et la capacité de l'Amérique à fabriquer des semi-conducteurs - y compris avec 52 milliards de dollars de nouveau financement autorisé dans la loi CHIPS. Ce soutien contribuerait à stimuler de nouveaux investissements du secteur privé dans l'industrie américaine des semi-conducteurs, après près de 80 milliards de dollars de nouveaux investissements au cours de la première année au pouvoir du président Biden, parmi lesquelles l'usine de fabrication d'Intel de 20 milliards de dollars dans l'Ohio.

« Ces investissements dans les semi-conducteurs sont cruciaux et doivent être complétés par des investissements dans d'autres technologies de pointe également, y compris la recherche et le développement menant à la prochaine génération de ces technologies, et le développement de la main-d'œuvre connexe. Ces investissements sont essentiels pour rendre notre économie plus forte et plus résiliente et pour protéger notre sécurité nationale. C'est pourquoi les responsables de l'administration ont exhorté le Congrès à agir rapidement pour faire parvenir la législation au bureau du président pour sa signature, notamment en prenant des mesures pour se rendre officiellement à la conférence et nommer les participants cette semaine ».

L'administration Biden a déclaré que les États-Unis fabriquaient environ 40 % de l'offre mondiale de semi-conducteurs en 1990. En 2020, ce nombre est tombé à seulement 12 %, les usines de fabrications étant régulièrement délocalisées.

L'équipe du président a déclaré que l'état actuel de la production de puces aux États-Unis est le résultat de « décennies de désinvestissement dans la capacité de fabrication nationale de semi-conducteurs ». L'administration a averti qu'une future pénurie de puces pourrait être pire, laissant les États-Unis piégés dans une situation où ils verraient leur compétitivité technologique et de défense s'effondrer.


La pénurie actuelle a eu un effet profond sur l'économie américaine, le directeur du Conseil économique national de la Maison-Blanche, Brian Deese, affirmant qu'elle a fait chuter d'un point le pourcentage du PIB en 2021.

Deese a déclaré qu'il existait des risques importants d'une future pénurie, et a déclaré que les mesures économiques prises par la Chine indiquent qu'elle est pleinement consciente et prête à utiliser les problèmes de sécurité nationale liés aux puces à son propre avantage.

La Maison-Blanche a noté que CHIPS Act ajouterait des incitations supplémentaires aux 80 milliards de dollars qui, selon elle, ont été dépensés pour l'industrie nationale des semi-conducteurs au cours de la première année de mandat de Biden. L'administration n'est cependant pas patiente pour financer l'industrie des semi-conducteurs : elle veut que la loi COMPETES Act soit sur le bureau du président dès que possible et a demandé au Congrès d'aller à une conférence sur le projet de loi et de nommer des conférenciers cette semaine.

L'America COMPETES Act, qui a été adopté par la Chambre et le Sénat, mais qui est maintenant en phase de révision, est ce qui finance le CHIPS Act.

Les fabriques de semi-conducteurs prennent un temps notoirement long à construire, cinq ans étant généralement cités comme une estimation pour la construction et le démarrage.

Avec une pénurie mondiale de puces empêchant tout, des voitures aux Sony PlayStation, d'accéder aux mains des consommateurs et contribuant à l'inflation des prix, il existe des vents favorables importants pour aider à persuader les politiciens de financer de nouveaux travaux sur les puces. La stimulation de la fabrication de puces aux États-Unis devrait rendre les chaînes d'approvisionnement plus résilientes pour se protéger contre les problèmes politiques et techniques.

Cependant, les nouvelles usines d'Intel dans l'Ohio ne seront pas mises en ligne avant 2025. Et même des subventions massives ne signifieront pas que les États-Unis puissent égaler le poids de l'industrie asiatique. Le Boston Consulting Group prévoit qu'il faudrait entre 900 et 1 230 milles milliards de dollars de dépenses pour créer des chaînes d'approvisionnement de semi-conducteurs autosuffisantes dans le monde. Rien que pour les États-Unis, il faudrait entre 350 et 420 milliards de dollars.

Les dépenses d'Intel, bien que gigantesques, sont toujours inférieures à celles de Samsung et de TSMC, qui ces dernières années ont dépassé Intel en matière de leadership dans la fabrication de puces. Le plan d'Intel pour récupérer son avance sur la technologie des puces d'ici 2025 repose sur plusieurs défis majeurs, notamment l'avancement rapide de sa fabrication et le lancement d'une activité très différente de fabrication de puces pour les autres, pas seulement pour ses propres conceptions.

L'Ohio, bien que loin des principales opérations d'Intel dans la Silicon Valley, l'Oregon et l'Arizona, est remarquable. Étant donné que l'Ohio est un champ de bataille électorale clef, il n'est pas surprenant que Biden ait ouvert la Maison-Blanche à l'annonce d'Intel et l'ait à nouveau vantée lors du discours très médiatisé.

L'Ohio est également proche des constructeurs automobiles dont Intel espère aider à moderniser les produits. En février, Intel a lancé une nouvelle division automobile pour son service Intel Foundry afin de fabriquer les puces des autres.

Source : Maison-Blanche

Et vous ?

Pensez-vous qu’avec ce financement de 52 milliards de dollars, les États-Unis réussiront à suffisamment augmenter leur capacité en ce qui concerne la fabrication de semi-conducteurs et rattraper les concurrents asiatiques ?
Les incitations nationales sont-elles susceptibles d'être une porte de sortie de la pénurie actuelle de puces à long terme ?

Voir aussi :

La Chine prévoit un fonds de 47 milliards de dollars pour stimuler son industrie de semi-conducteurs, et réduire le fossé technologique avec les USA
La Chine crée un fonds de 29 milliards de dollars pour faire progresser ses initiatives nationales en matière de semi-conducteurs, et réduire sa dépendance à la technologie américaine
La Chine injecte 2,2 milliards de dollars dans une entreprise locale de fabrication de puces, alors que Washington tente de couper Huawei des fournisseurs mondiaux de semi-conducteurs
Les États-Unis tentent de couper Huawei des fournisseurs mondiaux de puces, alors que la Chine envisage des représailles

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 22/03/2023 à 11:13
Même si je suis d'accord que l'objectif visé est celui que tu expose, tu vends la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Même poutine, dans ton article, est plus prudent :
Nous plaidons pour l'utilisation du yuan dans les paiements entre la Russie et d’autres pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine
Autrement dit, les brics ' ne se passent pas désormais du dollar", mais "La Russie aimerait que les BRICS utilisent plus le yuan".

Il y a encore quelques étapes à passer entre une déclaration d'intention unilaterrale et l'application par tout le groupe...
9  2 
Avatar de walfrat
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 19/04/2023 à 11:39
La loi de l'UE sur les puces a été accueillie favorablement par les acteurs de l'industrie qui ont déclaré qu'elle apporterait des capacités de fabrication, des compétences et des améliorations en matière de recherche et de développement. La législation a déjà suscité l'intérêt d'Intel, qui a choisi l'Allemagne pour y implanter un nouveau grand complexe de fabrication de puces, soutenu par des subventions de 6,8 milliards d'euros. STMicroelectronics, une multinationale franco-italienne basée en Suisse, s'est également associée à GlobalFoundries et la société taïwanaise TSMC est en pourparlers avec l'État allemand de Saxe en vue d'y construire une usine.
Les experts estiment qu'une rivalité pourrait s'installer les États membres de l'UE sur l'octroi des financements et sur les entreprises bénéficiaires.
Bah vu comment les entreprises prévoient déjà que tout se passera en Allemagne, j'espère bien que les états membres ne diront pas oui. Non seulement parce que l'allemagne a déjà la facheuse habitude de monopoliser certaines industries, mais aussi parce que les allemands cède toujours pour les USA que je vois mal comment ça empêchera vraiment le USA de continuer a souffler la pluie et le beau temps sur le marchés européen.
8  1 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 31/08/2023 à 15:17
Citation Envoyé par Jade Emy Voir le message
Les semi-conducteurs développés par Nvidia alimentent des technologies telles que ChatGPT et d'autres outils d'IA générative. C'est pourquoi les États-Unis ont cherché à limiter l'accès de la Chine à cette technologie, en invoquant des raisons de sécurité nationale.
Il y a probablement plusieurs pays membre des BRICS qui sont dans la liste des pays qui ne peuvent pas acheter des puces d'apprentissage automatique.
Il me semble que l'objectif des BRICS c'est de mettre fin à la suprématie des USA, donc les USA essaient de se défendre.

Il est possible qu'un jour il y ait une alternative chinoise à AMD et Nvidia.
7  0 
Avatar de forthx
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 09/10/2023 à 10:29
Quel est votre avis sur le sujet ?
Je crois que les politiques américains on pas bien saisie les implication du "libre" et qu'ils commences seulement a se rendre compte de l'effet de leur sanctions vis a vis de la chine (pourtant il y a eu des signes). Et je pense qu'il est un peut tard pour se réveiller.

Selon vous, les inquiétudes formulées par les législateurs américains concernant la technologie RISC-V sont-elles pertinentes et justifiées ?
C'est difficile a dire. Si la chine compte capitaliser pour faire sa propre architecture (fermé) ca peu créé un écart si ils mettent le budget (ya du lourd en face tout de même). Si par contre la contribution est ouverte (amélioration de la technologie RISC-V proposé par la chine) rien n’empêche les USA de capitaliser dessus également. Mais les autres pays également. Après, si les USA se bougent pour proposer mieux, ce n'est pas impossible. Mais la perte de leur monopole absolu, c'est déjà acté !
5  0 
Avatar de marc.collin
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 11/10/2022 à 16:43
les usa se font dépasser un peu partout, leur seul moyen c'est d'accuser certain d'être lié à l'armé, alors que les entreprises américaines se doivent de collaborer avec leur gouvernement...
4  0 
Avatar de DevTroglodyte
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 22/03/2023 à 14:00
Citation Envoyé par Jules34 Voir le message
Et la Chine produira les puces qu'elle entend produire, reprendra Taïwan même si ils font sauter les usines, ça perturbera encore plus les économies occidentales.
Là dessus, ne vends pas la peau de l'ours... D'une, la Chine n'est clairement pas certaine de pouvoir vaincre militairement Taiwan : il y a un monde entre provoquer les types d'en face en faisant voler tes chasseurs un peu trop près et faire une opération amphibie de grande ampleur à travers un détroit plus large que la Manche. Et de deux, attaquer Taiwan, c'est risquer la 3e guerre mondiale et ça, c'est risqué.

Que Pékin rattrape son retard sur la conception des puces, oui, c'est largement du possible (encore qu'il y ait encore une belle marge, mais au moins ils ne sont pas largués comme l'Europe)
4  0 
Avatar de phil995511
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 19/04/2023 à 19:58
De mémoire l'EU veut sponsoriser des usines en 14 nm pour pouvoir produire des puces pour l’industrie automobile, alors qu'aux USA on cherche à regarder plus loin que le bout de son nez en misant sur du 2-3 nm ;-(

Les décisionnaires européens ont systématiquement plusieurs trains de retard en matière de technologies, il serait temps que cela change en les remplaçant par des gens plus compétents en matière de prises de décisions !!
4  0 
Avatar de Fagus
Membre expert https://www.developpez.com
Le 20/04/2023 à 13:42
Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
La France, dans un avenir proche, a la capacité d'être l'endroit où il faut aller pour faire fortune, si tant est une fois de plus que l'EU et surtout les dirigeants Français mettent les moyens pour convertir ces surfaces maritimes qui n'ont jamais été exploitées en mines d'or.
Mine d'or maritime ? Si tu parles des hydrocarbures, a priori on n'en a pas, sinon Total n'aurait pas été créée pour prospecter à l'étranger.

Si tu parles des nodules polymétalliques , apparemment c'est un feu de paille médiatique. Très compliqué à extraire à grande profondeur, très énergivores à remonter et trier. Raffinage très complexe sale et énergivore. Il faudrait quasiment envoyer des usines et centrales nucléaires flottantes pour aller les chercher, et comme au final, les taux de métal dans les nodules sont voisins d'une mine terrestre médiocre, ce n'est pas compétitif.
4  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 20/04/2023 à 13:51
Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
Surement encore les propos d'un suprématiste noir


C'est impressionnant comme à partir d'aucun élément t'arrives à la conclusion que quelqu'un est un extrémiste noir .
On peut être Français, blanc et critiquer les USA (et le reste de l'occident).

Alors que sur terre il y a beaucoup de peuples qui détestent les USA.
Il n'y a pas que l'occident, il y a ça par exemple : BRICS.
5  1 
Avatar de domi65
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 22/08/2023 à 18:42
Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
Surement encore les propos d'un suprématiste noir (pour ne pas dire raciste anti blancs) comme il en rode ici qui idéalise une Afrique dans lequel ils n'ont jamais mis les pieds.
Blanc, sans en être ni fier ni honteux.
Je n'idéalise rien. Je constate que nous sommes à la botte des USA qui ne nous font en retour aucun cadeau, contrairement aux colons français en Afrique, même si c'était insuffisant. Et ce faisant nous acceptons le double standard imposé par l'impérialisme américain (c'est lui qui me déplait, pas les USA en soi). Ce n'est pas pour rien si les 7 huitièmes de la planète (pas nous, malheureusement, on en redemande) essayent de sortir de son joug. Et sortir de ce joug ne doit pas signifier passer sous le joug d'un autre.
4  0