IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le fondateur de Bitconnect accusé d'avoir orchestré un stratagème mondial de Ponzi
Il aurait obtenu approximativement 2,4 milliards de dollars via sa plateforme d'investissement frauduleuse

Le , par Stéphane le calme

335PARTAGES

6  0 
Un grand jury fédéral à San Diego a rendu vendredi un acte d'accusation accusant le fondateur de BitConnect d'avoir orchestré un stratagème mondial de Ponzi. BitConnect est une plateforme d'investissement frauduleuse présumée en cryptomonnaie qui a atteint une capitalisation boursière maximale de 3,4 milliards de dollars.

En janvier 2018, après avoir été accusée d'avoir lancé un système de Ponzi à plusieurs reprises, l'équipe de développement de BitConnect a annoncé qu'elle allait fermer son service de prêt et son service d'échange.

Le service de prêt de l'entreprise a permis aux utilisateurs de prêter leurs cryptomonnaies en échange de rendements tributaires du montant qu’ils étaient disposés à prêter et de l’échéance de remboursement. Bien sûr, les utilisateurs n'étaient pas en mesure de prêter en dollars ou de convertir leurs dollars directement en jetons BCC. Pour participer, les utilisateurs devaient acheter un jeton bitcoin, puis convertir leur bitcoin en BCC, qui pourraient ensuite être prêtés. Le fait que BCC soit la seule cryptomonnaie qui puisse être prêtée, et que tous les intérêts et le principal de remboursement aient été payés en BCC, a naturellement aidé à augmenter la valeur du jeton de BitConnect.

Selon un graphique publié sur le site de prêt de BitConnect, son « intérêt logiciel volatil » promettait des rendements allant jusqu'à 40 % par mois, avec des prêts supérieurs à 1 010 $, et des intérêts journaliers de 0,1 %, 0,2 % ou 0, 25% selon le montant du prêt. Par exemple, une personne prêtant 10 010 $ en BCC gagnerait jusqu'à 40 % par mois d'intérêt en raison de la volatilité du logiciel , 0,25 % par jour, et retrouverait son apport initial en intérêt après seulement 120 jours.

Pour booster son activité, BitConnect avait également mis en place un programme de bonus de parrainage à plusieurs niveaux.


La pyramide des commissions promises par BitConnect

Mais cela a simplement contribué à éveiller les soupçons, ne dit-on pas « trop beau pour être vrai » ? Parmi les critiques de la plateforme figuraient des experts en cryptomonnaies et en technologie blockchain comme Vitalik Buterin, fondateur d'Ethereum, et Charlie Lee, fondateur de Litecoin, qui ont estimé qu’il s’agissait là d’une pyramide de Ponzi (système par lequel les investisseurs les plus anciens sont rémunérés par le capital engagé par de nouveaux investisseurs). Sans parler des individus qui ont crié à l’arnaque.

Aussi, le manège s’est arrêté. Dans un billet de blog intitulé « Changements à venir pour le système Bitconnect - Halte de la plateforme de prêt et d'échange », l’équipe a pris de surprise plusieurs investisseurs en annonçant en janvier 2018 sa fermeture.

Dans son annonce officielle de cessation de ses activités, BitConnect identifie trois raisons distinctes.
  • Tout d'abord, l'équipe de BitConnect a accusé la mauvaise presse, qui « a rendu les membres de la communauté mal à l'aise et a créé un manque de confiance dans la plateforme ». L’équipe faisait notamment référence à tous ceux qui criaient à la pyramide Ponzi.
  • Ensuite, BitConnect avait reçu non pas une, mais deux lettres de cessation et d'abstention. La première émanait du Texas State Securities Board, et la seconde de la Division des titres du secrétaire d'État de la Caroline du Nord. L'équipe a noté que ces lettres de cessation et d'abstention constituaient un obstacle juridique qui faisait de l'exploitation de la plateforme un défi pour l'avenir.
  • Enfin, l'équipe a signalé une série d'attaques par déni de service (DDoS) sur la plateforme, et a suggéré qu'elles allaient probablement continuer. Les interruptions provoquées par ces attaques DDoS ont rendu la plateforme instable et ont créé la panique et la préoccupation au sein de la communauté.

Inculpation du fondateur

Selon des documents judiciaires, Satish Kumbhani, 36 ans, de Hemal, en Inde, le fondateur de BitConnect, a induit les investisseurs en erreur au sujet du « programme de prêt » de BitConnect. Dans le cadre de ce programme, Kumbhani et ses co-conspirateurs ont vanté la prétendue technologie propriétaire de BitConnect, connue sous le nom de « BitConnect Trading Bot » et « Volatility Software », comme étant capable de générer des bénéfices substantiels et des rendements garantis en utilisant l'argent des investisseurs pour négocier sur la volatilité des marchés d'échange de cryptomonnaie. Comme allégué dans l'acte d'accusation, cependant, BitConnect fonctionnait comme un stratagème de Ponzi en payant les premiers investisseurs de BitConnect avec de l'argent d'investisseurs ultérieurs. Au total, Kumbhani et ses co-conspirateurs ont obtenu environ 2,4 milliards de dollars d'investisseurs.

L'acte d'accusation allègue en outre qu'après avoir fonctionné pendant environ un an, Kumbhani a brusquement arrêté le programme de prêt. Kumbhani a ensuite ordonné à son réseau de promoteurs de manipuler et de soutenir frauduleusement le prix de la monnaie numérique de BitConnect, une marchandise connue sous le nom de BitConnect Coin (BCC), afin de créer la fausse apparence d'une demande légitime du marché pour BCC. Kumbhani et ses co-conspirateurs ont également dissimulé l'emplacement et le contrôle des produits de la fraude obtenus auprès des investisseurs en mélangeant, en cyclant et en échangeant les fonds via le groupe de portefeuilles de cryptomonnaie de BitConnect et divers échanges internationaux de cryptomonnaie.

Selon l'acte d'accusation, pour éviter l'examen et la surveillance réglementaires de l'offre de cryptomonnaie de BitConnect, Kumbhani a éludé les réglementations américaines régissant le secteur financier, y compris celles appliquées par le Financial Crimes Enforcement Network (FinCEN). Par exemple, bien que BitConnect ait exploité une entreprise de transfert d'argent via son bureau de change numérique, BitConnect ne s'est jamais enregistré auprès du FinCEN, comme l'exige la loi sur le secret bancaire.

« La criminalité, en particulier la criminalité impliquant des monnaies numériques, continue de transcender les frontières internationales », a déclaré le procureur général adjoint Kenneth A. Polite Jr., de la division criminelle du ministère de la Justice. « Le département s'est engagé à protéger les victimes, à préserver l'intégrité du marché et à renforcer ses partenariats mondiaux pour tenir responsables les criminels qui se livrent à la fraude par cryptomonnaie. Nous remercions nos partenaires du monde entier pour leurs efforts continus ».

« Cet acte d'accusation allègue un stratagème massif de cryptomonnaie qui a fraudé des investisseurs de plus de 2 milliards de dollars », a déclaré l'avocat américain Randy Grossman du district sud de la Californie. « Le bureau du procureur américain et nos partenaires chargés de l'application de la loi se sont engagés à poursuivre en justice les victimes de fraude à la cryptomonnaie ».

« L'acte d'accusation d'aujourd'hui réitère l'engagement du FBI à identifier et à traiter les acteurs malveillants qui trompent les investisseurs et entravant la capacité des entrepreneurs légitimes à innover dans l'espace émergent de la cryptomonnaie », a déclaré l'agent spécial en charge Eric B. Smith du bureau extérieur du FBI à Cleveland. « Habiller un stratagème de fraude éprouvé et authentique avec une nouvelle tournure et le fonder à l'étranger ne découragera pas la détermination et le dévouement du FBI à enquêter méticuleusement et à traduire ces fraudeurs en justice ».

« Alors que la cryptomonnaie gagne en popularité et attire des investisseurs du monde entier, des fraudeurs présumés comme Kumbhani utilisent des stratagèmes de plus en plus complexes pour escroquer les investisseurs, volant souvent des millions de dollars », a déclaré l'agent spécial en charge Ryan L. Korner de l'IRS Criminal Investigation's (IRS-CI) Los Bureau extérieur d'Angeles. « Cependant, ne vous y trompez pas, notre agence poursuivra sa longue tradition de suivi de l'argent, qu'il soit physique ou numérique, pour exposer les stratagèmes criminels et tenir les fraudeurs responsables de leurs actes illégaux de tromperie et de tromperie ».

Kumbhani est accusé de complot en vue de commettre une fraude électronique, de fraude électronique, de complot en vue de manipuler les prix des matières premières, d'exploitation d'une entreprise de transfert d'argent sans licence et de complot en vue de commettre un blanchiment d'argent international. S'il est reconnu coupable de tous les chefs d'accusation, il encourt une peine totale maximale de 70 ans de prison. Un juge du tribunal de district fédéral déterminera toute peine après avoir pris en compte les directives américaines sur la détermination de la peine et d'autres facteurs statutaires. Kumbhani est en fuite.

Le bureau extérieur du FBI à Cleveland et l'IRS-CI enquêtent sur l'affaire.

Le procureur de première instance Kevin Lowell de la section des fraudes de la division criminelle et les procureurs américains adjoints Daniel Silva, Mark W. Pletcher, Carl Brooker et Lisa Sanniti du district sud de Californie poursuivent l'affaire. Le Bureau des affaires internationales du ministère de la Justice a apporté une aide indispensable à l'enquête.

Source : ministère de la Justice

Et vous ?

Quelle lecture en faites-vous ?
Quels conseils pouvez-vous donner à une personne qui cherche à s'engager dans la voie de l'investissement sur les cryptomonnaies ?

Voir aussi :

Le ministère US de la Justice a arrêté trois opérateurs du service de prêt BitConnect, qui auraient récolté l'équivalent de 722 millions de dollars en cryptomonnaie grâce à une pyramide de Ponzi

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Fagus
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 01/03/2022 à 12:29
Un rendement garanti >10% par an c'est à coup sûr une arnaque, alors 40% par mois...
2  0 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 01/03/2022 à 13:24
Citation Envoyé par Fagus Voir le message
Un rendement garanti >10% par an c'est à coup sûr une arnaque, alors 40% par mois...
il fallait comprendre : "40 % pour moi"
1  0