IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les deux tiers de la propagande anti-vaccins en ligne sont créés par seulement 12 influenceurs,
Selon un rapport

Le , par Bill Fassinou

298PARTAGES

9  1 
Une étude du Centre for Countering Digital Hate (CCDH), un organisme non gouvernemental à but non lucratif qui lutte contre la propagation de la haine et de la désinformation, rapporte que douze personnes seulement sont à l'origine de près des deux tiers du contenu anti-vaccins qui circule sur les plateformes de médias sociaux. Le CCDH indique que la plupart de ces personnes sont situées aux États-Unis et que les blagues sur Instagram et TikTok continuent d'affecter les jeunes. Il met également en garde contre les dangers du fait d'étiqueter comme anti-vaccins ceux qui hésitent à se faire vacciner.

De nombreux pays, dont les États-Unis, s'accordent à dire que la désinformation en ligne sur les vaccins contre la Covid-19 est l'une des principales causes du faible taux de vaccination dans le monde. Par exemple, un rapport de juillet 2021 a révélé que les gens sont plus anti-vaccins s'ils obtiennent leurs informations sur la Covid-19 sur Facebook. En outre, le président américain Joe Biden a également déclaré l'année dernière que les sociétés de médias sociaux "tuent les gens" en diffusant des informations erronées sur les vaccins. YouTube, Instagram et TikTok font également partie des principaux relais de la désinformation sur les vaccins.



Le CCDH a tenté l'année dernière de suivre la propagation des contenus anti-vaccins sur les plateformes de médias sociaux afin d'identifier les principaux auteurs de ces fausses informations. Le résultat est une liste de douze personnes, que le CCDH a baptisées les "Douze de la désinformation". Selon l'organisme, ces douze prétendent apparemment être des leaders politiques ou médicaux, et seraient tous basés aux États-Unis. En outre, le CCDH indique que l'analyse d'un échantillon de contenus anti-vaccins partagés ou publiés sur Facebook et Twitter a montré qu'ils sont responsables à eux seuls de 65 % des contenus anti-vaccins.

À la différence de ceux qui se décrivent comme hésitants à se faire vacciner, les gens anti-vaccins ont tendance à employer des méthodes agressives afin de persuader les autres de ne pas recevoir les injections destinées à prévenir les maladies. Selon le CCDH, l'étude révèle que si de nombreuses personnes peuvent diffuser du contenu anti-vaccin sur les médias sociaux, le contenu qu'elles partagent provient souvent d'un éventail de sources beaucoup plus limitées. En outre, l'exposition à une quantité même minime de désinformation en ligne sur les vaccins réduirait jusqu'à 8,8 % le nombre de personnes prêtes à se faire vacciner.

Selon le rapport, bien que ces douze anti-vaccins aient violé à plusieurs reprises les accords sur les conditions de service de Facebook, Instagram et Twitter, neuf des "Douze de la désinformation" restent sur les trois plateformes, tandis que trois seulement ont été complètement supprimés d'une seule plateforme. Le CCDH estime qu'il s'agit d'une extension de l'échec des plateformes à agir sur la désinformation sur les vaccins. Les recherches menées par le CCDH l'année dernière allèguent que les plateformes n'agissent pas sur 95 % des informations erronées sur les vaccins et la Covid-19 qui leur sont signalées.

Le CCDH aurait en outre découvert des preuves que l'algorithme d'Instagram recommande activement des informations erronées similaires. De plus, le suivi de 425 comptes anti-vaccins par le CCDH montre que leur nombre total d'abonnés sur les plateformes s'élève désormais à 59,2 millions en raison de ces échecs. Les 20 comptes anti-vaccins ayant les plus grands nombres d'abonnés représenteraient plus des deux tiers de ce total. Selon des experts, certains influenceurs anti-vaccins exploitent des failles qui font que s'ils publient du contenu sous un autre nom ou apparaissent sur une page hébergée par un autre utilisateur, leur contenu anti-vaccin n'est pas supprimé.

Imran Ahmed, directeur général du CCDH, a déclaré que les entreprises de médias sociaux "ne supportent aucun des coûts du contenu" qu'elles diffusent. Il a appelé les entreprises à agir plus rapidement, car les personnes anti-vaccins les plus efficaces sont de "grands spécialistes du marketing" et masquent leur rhétorique pour la faire passer pour du contenu sur le bien-être ou la fertilité. « Tout ce qui intéresse les plateformes, c'est le contenu sur lequel les gens vont passer assez de temps afin de pouvoir leur servir des publicités en même temps. Elles sont réticentes à prendre des mesures crédibles », a déclaré Ahmed.

Ed Stubbs, un professeur qui a conçu des leçons pour lutter contre l'hésitation à se faire vacciner dans les écoles, a déclaré que les enfants pourraient se retrouver à digérer beaucoup de contenu anti-vaccins parce qu'ils passent beaucoup plus de temps en ligne. Stubbs craint qu'un tel contenu ne se traduise par une plus grande hésitation à l'égard des autres vaccins. Mais il a également noté que le fait de qualifier d'anti-vaccins ceux qui hésitent à se faire vacciner peut être problématique. Enfin, pour résoudre le problème, certains préconisent une législation visant à forcer les plateformes de médias sociaux à supprimer le contenu préjudiciable.

« Internet est un grand espace et il y a certainement plus à faire et nous sommes déterminés à nous assurer qu'avec les entreprises de médias sociaux, nous prenons les mesures nécessaires. Il y a toujours plus à faire. Et en fait, dans les mois à venir, nous allons présenter un projet de loi sur la sécurité en ligne pour aller encore plus loin en imposant des obligations légales aux entreprises de médias sociaux pour nous assurer qu'elles agissent dans ce domaine », a déclaré l'année dernière Chris Philp du ministère britannique du Numérique, de la Culture, des Médias et du Sport. Cependant, des chercheurs estiment qu'il s'agit d'une alternative à éviter.

Dans une étude récemment publiée, la Royal Society du Royaume-Uni a conclu qu'il s'agit d'une méthode de modération contre-productive, car elle ne contribue guère à limiter leurs effets néfastes de la désinformation. L'étude remet en question les efforts des États pour obliger les sites de médias sociaux à rapidement supprimer les faux contenus. Sur la base d'analyses documentaires, d'ateliers et de deux enquêtes menées au Royaume-Uni, la Royal Society est parvenue à plusieurs conclusions.

La première est que si la désinformation en ligne est endémique, son influence est peut-être exagérée, du moins en ce qui concerne le Royaume-Uni. « La grande majorité des personnes interrogées pensent que les vaccins Covid-19 sont sûrs, que l'activité humaine est responsable du changement climatique et que la technologie 5G n'est pas dangereuse », indique le rapport d'étude. La deuxième est que l'impact des soi-disant chambres d'écho peut être pareillement exagéré et qu'il y a peu de preuves pour soutenir l'hypothèse de la "bulle de filtre" (en gros, des trous de lapin extrémistes alimentés par des algorithmes).

Les auteurs de l'étude ont également souligné que de nombreux débats sur ce qui constitue une désinformation trouvent leur origine dans des différends au sein de la communauté scientifique et que le mouvement anti-vaccins est bien plus large qu'un ensemble de croyances ou de motivations. Et l'une des plus grandes conclusions du rapport est que le gouvernement et les entreprises de médias sociaux ne devraient pas s'appuyer sur la "suppression constante" de contenus trompeurs. Selon les chercheurs de la Royal Society, elle ne constitue pas une "solution efficace contre la désinformation scientifique en ligne".

Le CCDH a énuméré les noms des "Douze de la désinformation" comme suit :

  1. Joseph Mercola 
  2. Robert F. Kennedy, Jr. 
  3. Ty et Charlene Bollinger 
  4. Sherri Tenpenny 
  5. Rizza Islam 
  6. Rashid Buttar 
  7. Erin Elizabeth 
  8. Sayer Ji 
  9. Kelly Brogan 
  10. Christiane Northrup 
  11. Ben Tapper 
  12. Kevin Jenkins


Source : Le rapport du CCDH (PDF)

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous des conclusions du rapport du CCDH ?
Les données du CCDH reflètent-elles la réalité de la désinformation sur les vaccins ?
Est-il réellement possible que 12 personnes soient responsables de 65 % de toute la désinformation en ligne sur les vaccins ?

Voir aussi

Les gens sont plus anti-vaccins s'ils obtiennent leurs infos covid-19 sur Facebook que sur Fox News, les fausses informations seraient relayées par des célébrités et des personnalités influentes

Les chercheurs affirment que la suppression des fausses informations scientifiques par les médias sociaux n'est pas utile, ajoutant qu'il existe des moyens plus efficaces de lutter contre ce fléau

YouTube interdit les militants anti-vaccins et bloque tout contenu anti-vaccins, comme les affirmations selon lesquelles les vaccins modifient le patrimoine génétique

Pour lutter contre les mensonges sur les vaccins, les autorités recrutent une « armée d'influenceurs », la Maison-Blanche a choisi de s'associer à des stars de TikTok

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de tatayo
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 03/02/2022 à 9:17
Citation Envoyé par ChemOuRoussOuJadot Voir le message
Ouais mais vu que vous êtes plus pro vaccin covid que anti il y a plus de cons dans votre camp. Donc que la majorité de ce que vous dites sont des conneries.
Idem dans l'autre sens, ici aussi: s'il y a une majorité de "cons" dans les "anti vaccin covid", la majorité de ce que vous dites est un ramassis de conneries.

En fait si on part du postulat que la majorité des gens est constituée de cons, ça marche pour n'importe quel "sous-ensemble" de la population, pro/anti truc ou pro/anti machin. Bref débat stérile, argument sans valeur.

Maintenant ne pas être d'accord avec le discours/les idées de quelqu'un n'oblige pas à penser systématiquement que celui-ci est un con.

Tatayo.
9  0 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 03/02/2022 à 11:25
Traiter de fachistes ceux qui respectent les conseils de la quasi-totalité de la communauté scientifique et les consignes prises par la quasi-totalité des pays démocratiques, c'est sacrément gonflé, pour ne pas dire plus.

Encore une fois, vous avez perdu une bonne occasion de vous taire Chemou.
10  1 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 02/02/2022 à 11:31
Citation Envoyé par ChemOuRoussOuJadot Voir le message
Ils sont payés par l'état ils sont de mèche. L'état se compose de plusieurs entités, c'est la même chose.

Heureusement un jour il va s'effondrer.
Et avec lui la civilisation.

Quand l'état romain s'est effondré, en Angleterre (qui était occupée, voir opprimée par la pax romana), 75% des gens sont morts en quatre ans. Quand il n'y a plus d'état fort pour empêcher les bandits de piller les convois de nourriture, voilà le résultat. Le massacre ne s'est arrêté que quand quelqu'un à repris les choses en main (pas un gentil démocrate, hein...).

Honnêtement, le vaccin, c'est 3 fois deux heures à faire une queue chiante, 2 fois à dormir le jour d'après (Pfizer), et une fois à avoir des courbatures dans le cou pendant 6 jours (Moderna). Comparer çà à la première guerre mondiale (dont mon arrière grand père est revenu, après des assauts ou ils partaient à 40 et revenaient à 3), c'est, euh, peu crédible. La première guerre mondiale, les gendarmes allaient te chercher chez toi, t'emmenaient, et tu te retrouvais au milieu de 40 gugusses, dont 37 allaient mourir dans les 20 secondes qui allaient suivre (mon arrière grand père a fait partie des trois survivants). Ce n'est pas tout à fait pareil que "si tu ne prends pas le vaccin gratuit qui peut sauver ta vie, tu serais interdit de restaurant, de cinéma, et d'avion". est-ce que tu te rends compte de la différence quantitative?

Dans les deux cas, effectivement, tu as de la coercition étatique. Mais ça, c'est une appréciation binaire. Quand tu fais le détail, ben, rien n'est pareil (sauf l'ineptie des leaders, mais ça, c'est de tous temps, et c'est tout autant valable pour le privé).
7  0 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 02/02/2022 à 13:48
Quel succès !



Chemou ou l'art de convaincre
8  1 
Avatar de BenoitM
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 02/02/2022 à 9:31
Citation Envoyé par ChemOuRoussOuJadot Voir le message
La propagande vaccin est réalisée par un seul acteur l'état et ça ne choque personne.
L'état, les infirmiers, les médecins,...
9  3 
Avatar de tatayo
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 03/02/2022 à 8:22
Citation Envoyé par ChemOuRoussOuJadot Voir le message
Donc la majorité des pro vaccin covid de ce forum sont totalement cons ?
Donc la majorité des "anti vaccin covid" de ce forum sont totalement cons ?
Zut, ça marche dans les deux sens !

Tatayo.
6  0 
Avatar de Dymmm
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 02/02/2022 à 12:43
Citation Envoyé par ChemOuRoussOuJadot Voir le message
Sauf que le covid dans la majeur partie des cas tu as de la fièvre 3 jours et le nez qui coule. Pourquoi se vacciner contre le rhume ?
Tu as pris la pire excuse du lot des excuses contre le vaccins. Un peu d'effort tout de même, le COVID est plus proche d'une grippe et chaque année un tas de personne se vaccinent.
Je ne sais pas moi, les éventuels effets secondaires mal cernés, le sentiment d'immunité de certain vaccinés plus dangereux que celui des non vaccinés sérieux, la volonté du gouvernement de punir des gens qui n'ont rien fait d'illégal, le control du comportement du peuple par le peuple....

Pro-vaccin COVID, anti-vaccin COVID... ca n'a aucune importance. Si les êtres humains étaient moins con l'éphiémie auraient été controllée plus rapidement. Mais non, il y a toujours un grand nombre d'idiot qui agissent de façon idiote.
7  2 
Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 02/02/2022 à 15:46
Citation Envoyé par escartefigue Voir le message
Chemou ou l'art de convaincre
Je compléte, ça fait une moyenne de -5,6 pt par réponse.
Pour moi ce n'est pas un défaut d'argumentation, c'est une volonté propre de déplaire.

Autrement dit, un troll.

Et il ne faut pas nourrir les trolls!

6  1 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 03/02/2022 à 16:29
Citation Envoyé par ChemOuRoussOuJadot
Non justement pour ça qu'il existe le principe du référendum. Les gens auraient pu décider d'être traité comme des chiens ou pas.

Mais non dieu en a décidé autrement.
Heu ! Il n'y a pas eu de référendum pour rendre obligatoire la ceinture de sécurité.
Pas de référendum pour les limitations de vitesse
Pas de référendum non plus pour le droit de tuer ou non son voisin qui fait du bruit quand on dort

etc...

Si on élit un président et des députés, c'est justement pour ne pas avoir à voter toutes les 5 minutes.
Parce que, si je suis ce "raisonnement" (j'ai du mal à appeler ça un raisonnement, mais bon), à chaque loi, on fait un référendum. On va passer notre temps dans l'isoloir.
5  0 
Avatar de DevTroglodyte
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 02/02/2022 à 13:12
Citation Envoyé par Dymmm Voir le message
Si les êtres humains étaient moins con l'éphiémie auraient été controllée plus rapidement. Mais non, il y a toujours un grand nombre d'idiot qui agissent de façon idiote.
Si l'humain était moins con, on n'aurait pas eu d'épidémie de covid pour commencer
4  0