IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Qwant serait à vendre, après neuf années de gestion catastrophique et de pertes colossales,
Sans être parvenu à devenir le moteur de recherche "souverain" de la France

Le , par Bill Fassinou

287PARTAGES

9  0 
Les actionnaires actuels de Qwant penseraient finalement à lâcher l'affaire. Ces derniers envisageraient de vendre le moteur de recherche. Après près d'une décennie de déboires, Qwant n'est pas parvenu à devenir le "Google français" ni le moteur de recherche "souverain" qui devrait permettre à la France - et peut-être aussi à l'Europe - de se libérer du joug des géants asiatiques et américains de la recherche en ligne. Qwant chercherait maintenant des repreneurs et un mandat aurait été confié fin 2021 à un spécialiste des fusions-acquisitions pour dénicher des investisseurs.

Qwant, le moteur de recherche français axé sur le respect de la vie privée, a été présenté par le gouvernement comme l'un des piliers pour atteindre la « souveraineté » technologique. Lancé le 4 juillet 2013, Qwant a toujours promis qu'il ne traque pas ses utilisateurs et ne vend pas leurs données personnelles afin de garantir leur vie privée. Qwant se veut neutre dans l'affichage des résultats. Le jeune moteur de recherche a bénéficié d'une subvention de plus de 20 millions d'euros de la Caisse des Dépôts pour lui permettre de concurrencer Google, et est aujourd'hui le moteur de recherche par défaut dans les administrations publiques.



En outre, l'extension du moteur de recherche pour le navigateur Mozilla Firefox fait partie de la liste des logiciels libres préconisés par l'État français dans le cadre de la modernisation globale de ses systèmes d’information où il est indiqué comme publiée sous licence MIT/X11. Le moteur en lui-même n'est pas open source. Cependant, Qwant n'a pas réussi son pari, et est encore loin d'être considéré comme un moteur de recherche souverain. Une enquête publiée le 18 mai 2020 par Le Média a révélé que Qwant ne ressemble en rien au projet initial, et ne mérite pas la couverture médiatique qui le présente comme un modèle de success-story.

Tout d'abord, Qwant dépend à plus de 60 % de Bing, le moteur de recherche de Microsoft, alors qu'il était censé être une alternative "souveraine et respectueuse" de la vie privée aux géants asiatiques et américains. Qwant s'appuie non seulement sur Bing pour fournir résultats de recherche, mais il doit également sa principale source de revenus (environ 90 % de ses revenus) à Microsoft. Qwant utilise Bing Ads pour afficher de la publicité sponsorisée dans les résultats de recherche. Interrogés sur le sujet, les cadres de la société ont déclaré qu'il ne s'agit pas de publicités ciblées, mais plutôt de publicités contextualisées affichées grâce à des données anonymisées.

Le comble, c’est qu’en 2015, la CNIL avait signifié à Qwant lors d’un contrôle que ses mesures d’anonymisation n’étaient pas suffisantes. Qwant affirme s’être améliorée depuis, mais aucun régulateur ou tiers certificateur n’est en mesure de l’attester. Pour l’heure, Qwant qui se présente comme un rival de Google dépend de Microsoft pour son moteur de recherche, sa capacité de calcul et sa régie. Pour certains, Qwant n’existe même plus. « Quand je regarde Qwant aujourd’hui, j’ai du mal à penser qu’il ne s’agit pas d’une filiale de Microsoft. Presque toutes les technologies que l’entreprise utilise viennent de Microsoft », a déclaré un critique.

Selon l'enquête, les relations de ses actionnaires et dirigeants avec des personnalités au plus haut de l'État qui lui ont permis d'avoir son statut actuel. « Sur le papier, cela pourrait passer pour une success-story. Mais en réalité, Qwant ne marche pas, ou mal. Ses résultats sont tirés principalement du moteur de recherche Bing, de Microsoft ; ils sont souvent datés, peu fiables, peu pertinents, limités en nombre. C’est le constat tiré par la Direction interministérielle du numérique (DINUM) dans une note confidentielle datée du mois d'août 2019, que s’est procuré Le Média », explique le Marc Endeweld du site Le Média.

Plusieurs enquêtes ont révélé au fil des ans que Qwant termine chaque année sous la ligne rouge. Par exemple, en 2019, les pertes de Qwant se sont creusées de 50 %, à 23,5 millions d'euros, pour un chiffre d'affaires de seulement 5,8 millions d'euros. Un an plus tôt, le moteur de recherche avait perdu 13,8 millions d’euros. Malgré un chiffre d’affaires bas, et des pertes considérables répétées, Qwant a une charge salariale importante - avec un niveau de rémunération apparemment trop élevé. La société a donc décidé à l'été 2020 de se séparer du quart de son effectif. Cela devrait lui permettre de réduire ses coûts.

Cette décision lui permettrait également de se concentrer sur son principal service qu'est son moteur de recherche. Avant cela, en avril 2020, la société a procédé à un remaniement de sa direction. Ainsi, de nombreux responsables ont quitté l'entreprise en 2020 et au cours de ces derniers mois. Après les départs, en septembre, de Guillaume Champeau, chargé de l'éthique et des affaires juridiques, Hugo Venturini, son CTO et Nam Ma Kim, qui s'occupait du marketing, le directeur de la stratégie Sébastien Ménard a lui aussi quitté l'entreprise en décembre. Néanmoins, les pertes pour 2020 se chiffraient à environ 13 millions d'euros.

Qwant espérait retrouver l'équilibre en 2021. Mais toujours en difficulté, l'entreprise a demandé en juin 2021 à ses actionnaires d'approuver un prêt d'environ 8 millions d'euros de la part du géant chinois des télécommunications Huawei. Le financement devrait se faire via des obligations convertibles de Hubble, le fonds de capital-risque du géant chinois basé à Hong Kong. Pour rassurer les sceptiques sur la potentielle entrée de la firme chinoise au capital de Qwant, un porte-parole de la Caisse des Dépôts a déclaré qu'il s'agit d'un investissement via une obligation, ce qui n'est pas synonyme d'une entrée de Huawei dans le capital de Qwant.

D'après lui, « c'est un moyen pour financer l'expansion de Qwant avec un acteur mondial essentiel qui reconnaît la solidité de la technologie et la réalité du projet ». D'un autre côté, Huawei, qui propose Qwant en tant que moteur de recherche par défaut en France, en Allemagne et en Italie sur sa gamme de smartphones P40, trouve là un bon moyen de s’éloigner des technologies américaines. Mais après neuf années passées à tenter de se convaincre qu'ils pouvaient battre Google, les actionnaires et les dirigeants de Qwant songeraient maintenant à rendre le tablier. Pour l'heure, ils n'ont même pas réussi à être un moteur de recherche "indépendant".

Selon l'information disponible, le moteur de recherche souhaiterait en effet « solder la participation de plusieurs de ses actionnaires historique, parmi lesquels la Caisse des Dépôts », et les petits actionnaires seraient « appelés à vendre ». Les sources indiquent que cette décision s'inscrit dans le cadre d'un plan d'économies que Qwant met en place depuis début 2020. Cela consiste principalement en un déménagement dans un siège à Paris moins coûteux qu'à Neuilly-sur-Seine, dans lequel il avait fait d'importants travaux en 2020, pour opérer désormais depuis des locaux - moins chers - situés au 10 boulevard Haussmann à Paris.

La réponse de Qwant

Le service presse de Qwant a indiqué que Qwant apporte un démenti catégorique : l’entreprise ne serait pas à vendre, mais sans plus d'explications.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de la mise en vente potentielle de Qwant ?
Que pensez-vous du parcours de moteur de recherche français ?
La France et l'Europe peuvent-elles encore battre Google et les autres moteurs de recherches dominants ?
Selon vous, quelles sont les raisons qui expliquent l'échec de Qwant ? Le projet s'est-il fixé un objectif trop grand dès le départ ?

Voir aussi

Qwant souhaiterait emprunter 8 millions d'euros à Huawei, après la révélation des pertes divisées par près de 2 en seulement un an

Le Français Qwant se prépare à licencier un quart de son effectif pour réduire ses coûts et se concentrer sur son principal service qu'est son moteur de recherche

Qwant se prépare à changer de direction sous la pression des investisseurs, Eric Léandri va quitter la présidence et Qwant va devenir le moteur de recherche par défaut de l'administration française

Qwant, le faux espoir de la French Tech ? Le moteur de recherche « souverain », mais dépendant à plus de 60 % de Bing, est au cœur d'un scandale d'État

Qwant : enquête sur les déboires du « Google français » : hauts salaires, déficit, subventions, utilisation de Bing et Bing Ads

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 27/01/2022 à 13:20
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Que pensez-vous de la mise en vente potentielle de Qwant ?
Il aurait fallut le faire il y a bien longtemps, beaucoup d'argent a été gaspillé dans ce projet inutile.

Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
La France et l'Europe peuvent-elles encore battre Google et les autres moteurs de recherches dominants ?
Un succès technologique ne peut pas venir d'une volonté politique, en tout cas je ne connais aucun succès qui vient d'une volonté union-européenne.
Dans la technologie les succès viennent de gens qui bricolent dans leur garage.

Ils ont pris le problème à l'envers, au lieu d'avoir d'abord une idée puis de rechercher un financement pour la développer, ils ont commencé par mettre de l'argent. Du coup ça sert à rien.
Tu peux mettre l'argent que tu veux, rien ne garanti qu'une bonne idée en germera.

Il parait que Qwant c'est Bing déguisé.
Si c'est ça la révolution technologique union-européenne…
9  1 
Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 28/01/2022 à 17:43
Après les start-up, Qwant a tout simplement inventé le concept de start-down.
Un projet dès le départ mal monté qui ne fait que couler davantage chaque année.
7  0 
Avatar de DevTroglodyte
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 27/01/2022 à 16:49
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Alors que quand des pionniers bricolaient dans leur garage, c'était génial !
C'était ptet génial, mais c'est surtout que ce n'était possible que parce qu'il s'agissait d'un domaine encore balbutiant et méconnu... ces "types dans leur garage", ils étaient les pionniers, tout comme les types qui ont fondé un certain nombre de gros constructeurs automobiles... Sauf qu'une fois que le terrain a été défriché, ben c'est de moins en moins possible de réussir sans y mettre le pognon.
7  1 
Avatar de vanquish
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 27/01/2022 à 14:58
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Il aurait fallut le faire il y a bien longtemps, beaucoup d'argent a été gaspillé dans ce projet inutile.
Je ne sais pas ce qu'un repreneur pourrait faire pour redresser la barre.
Les gens sont tellement habitué à Google que même Microsoft a bien du mal à le concurrencer.

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message

Un succès technologique ne peut pas venir d'une volonté politique, en tout cas je ne connais aucun succès qui vient d'une volonté union-européenne.
Ca oui.

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message

Dans la technologie les succès viennent de gens qui bricolent dans leur garage.
Mais ça c'était, il y a 30 ans.
Apple ou HP pouvaient fabriquer les ordinateurs un à un avec l’acompte des commandes.

On ne concurrence pas Google avec une VM à 1000€ loué chez OVH.

Aujourd'hui des succès comme "le bon coin" ou "doctolib" ne se sont pas fait sans argent et dans un garage.
En 2019 Doctolib levait encore 150 millions d'€, alors qu'en 2016 ils avaient déjà levé 50 millions en 3 ans.
5  1 
Avatar de Fagus
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 28/01/2022 à 17:04
Citation Envoyé par darklinux Voir le message
[...]

En cette année Molière : une tartuferrie . faire feux de tout bois , pour caché l ' utilisation de Bing : ridicule . Vouloir ce battre contre Google : une perte de temps et d ' argent , c 'et la signification de l ' échec de la " frenchtech " , du marketing , mais pas de technologie dérrière .
  • C'est peut être pas tant se battre contre google qui est impossible (même si en effet c'est un défit immense). Yandex et Baidu ont leur 1ère place respective.
  • Je ne suis pas sûr non plus que ce soit un excès de nationalisme . C'est peut être le contraire : un manque de nationalisme. Dans le "marché libéral concurrentiel et non faussé", quand les Américains lancent une boîte (ex, SpaceX), non seulement ils reçoivent un budget initial énorme, ensuite l'état effectue toutes ses commandes chez eux à un tarif complètement surévalué et avec une préférence nationale (SpaceX de mémoire a 90% de recettes de commande publique vs peut être 30% pour Ariane) . Ensuite leur champion est lancé sur le marché libre, dumpe et tue la concurrence (avec la bénédiction des vendus de la commission). Certains journalistes et auteurs soutiennent que google a été lancé avec divers budgets publics à la base (DARPA, NSA, CIA, irriguant les jeunes pousses de Standford ) .


Je n'ai pas la légitimité pour plus commenter les raisons du quasi-flop de qwant, mais ne serait-ce pas un problème philosophique ? tant nous différencie des Américains : Nos universités qui sont trop déconnectées de l'industrie, de l'armée et de la finance alors qu'eux c'est l'inverse. J'ai même entendu une politicienne française, une de nos élites pensantes (malheureusement), affirmer que ce n'était pas un but de l'université de produire des travailleurs pour les entreprises privées (le "mal", pour, du point de vue de ceux qui n'y ont jamais été...), mais plutôt de travailler à l'épanouissement des gens, indépendamment de leur employabilité (sic).

Ensuite, on a un gouvernement qui tue complètement les espoirs d'existence numérique française
  • en confiant les grands projets directement aux concurrent US "car ils sont meilleurs". C'est sur que sans soutien, sans financement, sans stratégie publique et sans marché, vont émerger des géants du numérique français spontanément à même de concurrencer les géants US.
  • en vendant à la découpe ou en laissant vendre les fleurons français du passé (Alcatel...)

Est-ce que nos aînés ont confié toutes leurs finances et se sont mis dans la main américaine lorsqu'ils ont lancé les grands projets qui font que ce pays existe aujourd'hui ?
Je ne suis pas béat devant ce que font les Russes et la Chine (politiquement), mais je peux apprécier les coups de ceux qui savent jouer avec intelligence dans la grande Stratégie. Ok, ils sont grands, mais même les petits peuvent y arriver. Même Israël qui est un peu plus grand que la métropole du grand Paris arrive à quelque chose d'honorable sur certains projets.

Pierre Bellanger, auteur du livre « La Souveraineté numérique » (Stock, 2014) : « On s'émerveille devant des start-up qui seraient nées dans des garages, mais on oublie de dire que le garage se trouve en fait sur un porte-avions ! »
5  1 
Avatar de vanquish
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 27/01/2022 à 17:49
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message

Et maintenant ils se sont fait dépasser, théoriquement ça peut arriver à Microsoft, Google, Apple, Amazon, etc.
Rien n'est éternel, tout fini par disparaitre.
Je suis d'accord, même si Microsoft est quand même là depuis un petit moment.

Mais, les moteurs de recherche ont remplacé Yahoo parce que ce dernier était un simple annuaire.
Altavista a un moment balayé tout le monde parce qu'il était simpliste, rapide et exhaustif.
Google a balayé Altavista parce qu'il en reprenait les qualités mais avec un tri par pertinence bien plus efficace.
(Avec Altavista, le résultat intéressant pouvait être sur la 4ème page).

Un nouveau venu pourrait balayer Google, mais il faudra faire mieux que lui, ce qui n'est pas simple.
Visiblement, l'argument sur la vie privée de certains concurrent n'a pas suffit.

La seule plus value de Qwant c'est d'être français. Si c'était un argument il n'y aurait que des Peugeot, Citroën et Renault sur nos route.

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message

Au départ ça devrait venir d'argent personnel ou de prêt de banque.
Normalement les sites internet devraient rapidement être rentable grâce à la PUB.
On n'est pas en train de parler d'un blog.
Même Youtube a mis des années a être rentable. Aucun média d'information ne l'est.

Pour mettre en place un système comme ceux que j'ai cité, il faut des infrastructures énormes, des ingénieurs et des développeurs que l'on va payer des mois, des locaux, des commerciaux etc...
Comme vous le dites vous même, on sait que tous n'auront pas du succès : les banques ne font pas des prêts avec de tels risques : un prêt c'est fait pour être remboursé.

On passe par des investisseurs qui deviennent du même coup des associés et tout cela n'est jamais que le cumul de l'argent personnel de plein de gens.

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message

Et pour le bon coin, tu peux faire payer pour que l'annonce soit plus visible ou pour avoir la possibilité de mettre plus de photos.
Oui a partir du moment où le système existe. Qu'il a été développé. Qu'il a des serveurs. Et qu'il s'est fait connaitre.
Pour rappel quand Le Bon Coin démarre, quand on veut vendre un truc, tout le monde va sur eBay.
Les premiers a payer une annonce ne devaient pas être si nombreux.

Même un jardinier, doit s'acheter des outils avant d'avoir son premier client.
Et il ne va pas les rentabiliser dès le premier jour.
Cela s'appelle un investissement.
Penser que l'on peut démarrer un business sans investissement n'a pas de sens.

Vous n'aimez peut-être pas ce système, mais comme on n'est pas en train de parler d'un taille-haie et d'une tondeuse, il n'y en a pas d'autres possible.

Dans le cas de Doctolib, ils étaient plusieurs sur le marché (Keldoc, Mon Docteur etc.), il était évident, qu'à terme, il n'en resterait qu'un.
Ils ont donc mis le paquet pour que ce soit eux. Et on ne fait pas cela avec son Livret A.

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message

Il y aura toujours beaucoup de startups qui feront faillite après de gigantesques levées de fonds.
Une startup a plus de chance de se planter que de survivre.
Ben oui, mais qui ne tente rien n'a rien.
Et si je suis d'accord que certains startupeurs vendent du vent, c'est aux investisseurs de faire le tri entre les idées qui ont une chance marcher, les rêveurs et les escrocs.
3  0 
Avatar de Bigb
Membre averti https://www.developpez.com
Le 01/02/2022 à 11:09
Qwant a toujours été une coquille vide financée en partie par nos impots. Aucune volonté sérieuse de créer quoi que ce soit malgré les démentis. Avec tout l'argent déjà dépensé et les employés ils n'ont jamais réussi a faire un vrai moteur ? Peut être que l'argent est parti ailleurs au final ...
3  0 
Avatar de Cpt Anderson
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 01/02/2022 à 11:35
Dans une démocratie direct et fonctionnelle, certains auraient des comptes à rendre. La, ca va passer crème. Tout le pognon englouti avec lequel on aurait pu retaper qq routes ou qq ponts, ca passe dans le puit sans fond de l'argent foutu par la fenetre.
4  1 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 27/01/2022 à 17:46
Citation Envoyé par vanquish Voir le message

Aujourd'hui des succès comme "le bon coin" ou "doctolib" ne se sont pas fait sans argent et dans un garage.
En 2019 Doctolib levait encore 150 millions d'€, alors qu'en 2016 ils avaient déjà levé 50 millions en 3 ans.
Je suis assez d'accord.

L'époque où l'on pouvait faire fortune dans son garage prenait un paramètre non-négligeable en compte : le marché était à prendre.

Quand Jeff Bezos parcourait l'Amérique avec ses cartes de visite, l'équipe de Bill Gates les salons tech, ...
Il n'y avait pas de concurrent direct.
3  1 
Avatar de koyosama
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 27/01/2022 à 19:39
Ah toujours le myth du gars dans le garage, ou en fait les états et les gens qui suffisent de mettre simplement de l'argent des mecs qui sont fort en math pour faire sortir des GAFA ou sorte de Big Tech.

J'ai rien contre qwant, mais c'est juste un autre moteur de recherche. Le pire c'est que j'utilise plus google search mais d'autres alternative qui n'est pas qwant.
3  1