IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Une mère du Connecticut poursuit Meta (Facebook) et Snap au motif de leur contribution au suicide de sa fille de 11 ans
Happée par une présumée dépendance extrême aux réseaux sociaux

Le , par Patrick Ruiz

117PARTAGES

7  1 
Les réseaux sociaux sont-ils conçus pour tirer parti des vulnérabilités humaines et donc pour être addictif ? C’est ce que suggère un ancien président de Facebook devenu Meta. Ce positionnement prend un coup de neuf avec le dépôt d’une plainte selon laquelle lesdites plateformes investissent des milliards pour concevoir de façon intentionnelle leurs produits afin qu’ils créent une dépendance et encouragent une utilisation qu’ils savent problématique. Les réseaux sociaux n’ont-ils que des inconvénients ?

Tammy Rodriguez poursuit Snap et Meta au motif de ce que le réseau social Snapchat de Snap et le site de photos Instagram de Meta ont contribué à la mort par suicide de sa fille de 11 ans. L'action en justice a fait l'objet de dépôt devant le tribunal du district nord de la Californie à San Francisco. Elle allègue que Selena Rodriguez souffrait de dépression, de privation de sommeil, de troubles alimentaires et d'automutilation liés à son utilisation d'Instagram et de Snapchat. Elle ajoute que Selena a commencé à utiliser les médias sociaux environ deux ans avant sa mort par suicide en juillet 2021.

« C’est pendant cette période qu’elle a développé une dépendance extrême à Instagram et Snapchat. Elle a manqué l’école à plusieurs reprises en raison de son utilisation des médias sociaux et a été invitée à envoyer du contenu sexuellement explicite par des utilisateurs masculins sur les deux plateformes », précise la plainte. Elle indique que Tammy a tenté à plusieurs reprises d'obtenir un traitement de santé mentale pour sa fille et qu'un thérapeute a déclaré qu'il n'avait « jamais vu un patient aussi dépendant des médias sociaux que Selena. » À un moment donné, la petite a été hospitalisée pour des soins psychiatriques d'urgence, selon la plainte.

Le dépôt de la plainte fait suite à la publication d’une étude de l’Education Policy Institute selon laquelle le bien-être et l'estime de soi sont similaires chez tous les enfants en âge d'aller à l'école primaire. Cependant, leur santé mentale commence à baisser à l'âge de 14 ans, après quoi les filles connaissent un déclin encore plus marqué. Le rapport ajoute qu'une fille sur trois est mécontente de son apparence physique à l'âge de 14 ans et qu’une fille sur 7 est dans la même situation pendant le cursus primaire. Néanmoins, l’étude révèle que ces atteintes à la santé mentale ne sont pas à mettre au seul actif des réseaux sociaux. L’absence d’exercice physique est à prendre en compte.


De plus, les parents ont un rôle à jouer. Les docteurs Catherine Steiner-Adair et Donna Wick, toutes deux psychologues, interrogées recommande que la meilleure chose que les parents puissent faire pour minimiser les risques associés à la technologie est de réduire d'abord leur propre consommation. Il appartient aux parents de donner le bon exemple d'une utilisation saine de l'ordinateur. La plupart d'entre nous vérifient trop souvent nos téléphones ou nos e-mails, soit par intérêt réel, soit par habitude nerveuse. Les enfants doivent être habitués à voir nos visages, et non pas nos têtes penchées sur un écran. Établissez des zones sans technologie dans la maison et des heures sans technologie lorsque personne n'utilise le téléphone, y compris maman et papa.

« Ne passez pas la porte après le travail au milieu d'une conversation pour courir vérifier vos courriels après un bonjour furtif », conseille le Dr Steiner-Adair. « Le matin, levez-vous une demi-heure plus tôt que vos enfants et vérifiez ensuite vos e-mails. Donnez-leur toute votre attention jusqu'à ce qu'ils soient sortis. Et aucun de vous ne devrait utiliser le téléphone en voiture pour aller à l'école ou en revenir, car c'est un moment important pour parler », ajoute-t-elle.

Les bons côtés de l’usage des réseaux sociaux selon Meta

Une étude de Facebook sur la question met en avant les recherches réalisées à l’Université privée Carnegie-Mellon de Pittsburgh par Robert Kraut. Il en ressort que les personnes qui envoient ou reçoivent plus de messages, de commentaires ou d’articles sur leurs pages ont tendance à combattre plus facilement leur état de dépression ou de solitude. Les effets positifs constatés étaient amplifiés lorsque les gens interagissaient de façon directe (parler en tête-à-tête par exemple) avec leurs proches en ligne.

Elle évoque aussi une expérience menée par des chercheurs sur des étudiants stressés à Cornell. Au terme de cette expérience, ces chercheurs ont émis l’hypothèse selon laquelle les souvenirs des interactions significatives du passé participent à l’affirmation du soi des individus.

Source : plainte

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

Le lien entre les médias sociaux et la dépression est plus fort chez les filles que chez les garçons, selon une étude

Une étude montre qu'il y a de nombreux avantages à désactiver son compte Facebook, les médias sociaux auraient des effets néfastes sur le bien-être

Plus les jeunes adultes passent du temps sur les médias sociaux, plus ils sont susceptibles d'être déprimés, affirme une récente étude

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de
https://www.developpez.com
Le 24/01/2022 à 11:07
la perte de cette maman est tragique, mais il me semble que sa réaction montre surtout qu'elle refuse sa responsabilité dans cette histoire qu'autre chose (mécanisme de défense bien compréhensible, cela étant).
la petite n'aurai jamais dû avoir accès aux réseaux sociaux si jeune (début à 9 ans ?? wtf ?)...
il me semble que c'est en dessous des limites d'âges de ce genre de site (youtube par exemple interdit la création de compte en dessous de 13 ans);

ça sent surtout la petite laissée toute seule devant les écrans, sans contrôle (comme ça arrive trop souvent maintenant), et la mère qui culpabilise à mort et cherche un coupable, sans arriver (dans sa douleur) à envisager que ça puisse être elle
5  0 
Avatar de smobydick
Membre actif https://www.developpez.com
Le 24/01/2022 à 11:43
Le nombre de gamins laissés seuls dans a jungle des réseaux sociaux est affolant. Les parents, complètement largué pour certains, complètement accroc aux réseaux pour d'autres, sont à blâmer.
C'est comme ceux dont les enfants se sont suicidés ou ont commis des actes barbares se retournent contre les fabricants d'armes
5  0 
Avatar de TotoParis
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 24/01/2022 à 20:35
Cela n'excuse pas l'attitude prédatrice des ces réseaux sociaux envers les plus jeunes : eux savent très bien ce qu'ils font. Leur force de frappe est sans commune mesure avec la volonté d'une mère de famille ou de sa fille.
Encore une attitude prédatrice pour le moment stoppée : https://web.developpez.com/actu/3303...ux-annonceurs/
4  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 25/01/2022 à 10:18
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Tammy Rodriguez poursuit Snap et Meta au motif de ce que le réseau social Snapchat de Snap et le site de photos Instagram de Meta ont contribué à la mort par suicide de sa fille de 11 ans. L'action en justice a fait l'objet de dépôt devant le tribunal du district nord de la Californie à San Francisco. Elle allègue que Selena Rodriguez souffrait de dépression, de privation de sommeil, de troubles alimentaires et d'automutilation liés à son utilisation d'Instagram et de Snapchat. Elle ajoute que Selena a commencé à utiliser les médias sociaux environ deux ans avant sa mort par suicide en juillet 2021.

« C’est pendant cette période qu’elle a développé une dépendance extrême à Instagram et Snapchat. Elle a manqué l’école à plusieurs reprises en raison de son utilisation des médias sociaux et a été invitée à envoyer du contenu sexuellement explicite par des utilisateurs masculins sur les deux plateformes », précise la plainte. Elle indique que Tammy a tenté à plusieurs reprises d'obtenir un traitement de santé mentale pour sa fille et qu'un thérapeute a déclaré qu'il n'avait « jamais vu un patient aussi dépendant des médias sociaux que Selena. » À un moment donné, la petite a été hospitalisée pour des soins psychiatriques d'urgence, selon la plainte.
Ça fait peur
C'est dingue qu'une vie puisse être ruinée aussi vite, ça fait un peu penser à ceux qui prennent de l'héroïne, mais généralement ils n'ont pas de 9 à 11 ans.

Maintenant à 7 ans, il va falloir que les parents expliquent à leur enfants pourquoi c'est grave d'envoyer des photos de son corps. (les photos peuvent rapidement circuler dans l'établissement scolaire et aux alentours)
Heureusement il existe des smartphones sans appareil photo et normalement à cet âge tu n'as pas de smartphone.

Citation Envoyé par smobydick Voir le message
Le nombre de gamins laissés seuls dans a jungle des réseaux sociaux est affolant.
Les parents ne peuvent pas assurer une surveillance permanente de leur enfant.
Dans la société actuelle les parents n'ont pas le temps de s'occuper de leurs enfants, il y a d'autres priorités qui passent avant comme le travail par exemple. (c'est triste, mais c'est la réalité)
Imaginez si c'est un couple carriériste par exemple, les 2 parents rentrent hyper tard.

Quand il n'y avait pas de téléphone portable ça allait, les enfants allaient jouer sur la place du village, c'était plus saint que les réseaux sociaux. (ils jouaient aussi aux jeux-vidéo, mais c'est beaucoup moins dangereux qu'utiliser un smartphone ou une tablette)

C'est un peu trop facile de donner une tablette à des jeunes enfants pour qu'ils ferment leur gueule. Mais au moins on les entends plus.

Citation Envoyé par smobydick Voir le message
Le rapport ajoute qu'une fille sur trois est mécontente de son apparence physique à l'âge de 14 ans et qu’une fille sur 7 est dans la même situation pendant le cursus primaire.
Ce serait cool de pouvoir comparer ça avec les données d'il y a 40 ans.
Là on ne peut pas savoir si c'est beaucoup ou pas.
C'est probable que ce soit plus, parce que maintenant les gens voient plus de photos qu'à l'époque, et elles peuvent être retouchées.
Il ne faut pas confondre les photos des influenceuses avec la réalité.
0  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 25/01/2022 à 10:38
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Les parents ne peuvent pas assurer une surveillance permanente de leur enfant.
Dans la société actuelle les parents n'ont pas le temps de s'occuper de leurs enfants, il y a d'autres priorités qui passent avant comme le travail par exemple. (c'est triste, mais c'est la réalité)
Imaginez si c'est un couple carriériste par exemple, les 2 parents rentrent hyper tard.

Quand il n'y avait pas de téléphone portable ça allait, les enfants allaient jouer sur la place du village, c'était plus saint que les réseaux sociaux. (ils jouaient aussi aux jeux-vidéo, mais c'est beaucoup moins dangereux qu'utiliser un smartphone ou une tablette)
pas d'accord avec cette assertion. je suis moi-même papa de jeunes enfants (encore plus jeunes que cette petite), et relativement occupé par mon travail, mais il n'est pas pour autant question de laisser mes enfants devant des écrans, à plus forte raison devant des écrans connectés à internet.
j'ai déjà vu les ravages que ça peut provoquer de ne pas assez les surveiller (tombé sur un film violent par hasard à la télé, quelques minutes seulement ont valu un séjour chez le psy)...
alors internet, non, jamais sans controle. et le jour où ils seront assez grand pour avoir un téléphone ou un ordinateur (et ils en sont très loin), ils auront le droit à un discours adapté de prévention, et dans les premiers temps une surveillance à base de whitelist.
d'ici là, ça me permet de leur développer leur gout pour la lecture, ce qu'ils aiment beaucoup, et occupera beaucoup de temps qu'ils auraient pu passer à se détruire en ligne dan

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
C'est un peu trop facile de donner une tablette à des jeunes enfants pour qu'ils ferment leur gueule. Mais au moins on les entends plus.
je suis d'accord, c'est un soucis. un aveu, un abandon. le but justement c'est de les écouter, quand on arrète c'est là qu'ils ont des choses importantes à dire.
0  0