IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le gouvernement UK a embauché une agence de publicité pour mobiliser l'opinion publique contre les communications chiffrées
Afin d'empêcher Facebook de déployer le chiffrement E2E sur Messenger

Le , par Stéphane le calme

193PARTAGES

15  0 
Le gouvernement britannique ne veut pas que Facebook déploie le chiffrement de bout en bout sur son application Messenger. Pour se faire, avec 534 000 £ (639 432 €), il a loué les services d'une agence en publicité qui propose de déployer de grands moyens afin de mobiliser l'opinion publique contre la décision de Facebook et d'influencer directement Mark Zuckerberg afin de « forcer Facebook à évaluer son sens des responsabilités ». L'action la plus frappante et la plus troublante est celle-ci : dans l'espace public, un adulte et un enfant (deux acteurs) dans une boîte en verre, l'adulte regardant « de façon prononcée » l'enfant tandis que le verre, qui est au départ transparent, devient noir ; l'objectif est de mettre le public « mal à l'aise » étant donné qu'il ne sait pas ce qui se passe entre l'adulte et l'enfant. Bien entendu, il n'est pas question de laisser savoir que c'est une initiative du gouvernement : elle sera présentée au public comme émanant d'organisations caritatives pour enfants, tout en minimisant tout rôle du gouvernement. « La campagne alarmiste du ministère de l'Intérieur est aussi malhonnête que dangereuse », estime Robin Wilton, directeur d'Internet Trust à l'Internet Society.

Le gouvernement britannique est sur le point de lancer une attaque publicitaire à plusieurs volets contre le chiffrement de bout en bout, selon des médias britanniques, avec un objectif clef : mobiliser l'opinion publique contre la décision de Facebook de chiffrer son application Messenger.

Le ministère de l'Intérieur a engagé l'agence de publicité M&C Saatchi pour planifier la campagne, en utilisant des fonds publics.

Selon des documents examinés par les médias britanniques, l'une des activités considérées comme faisant partie de l'offensive publicitaire est une image forte : placer un adulte et un enfant (deux acteurs donc) dans une boîte en verre, l'adulte regardant « de façon prononcée » l'enfant tandis que le verre, qui est au départ transparent, devient noir. Plusieurs sources ont confirmé que la campagne devait commencer ce mois-ci, des groupes de protection de la vie privée prévoyant déjà une contre-campagne.

« Nous avons engagé M&C Saatchi pour rassembler les nombreuses organisations qui partagent nos préoccupations concernant l'impact que le chiffrement de bout en bout aurait sur notre capacité à assurer la sécurité des enfants », a déclaré un porte-parole du ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

Les secrétaires d'État successifs de différents partis politiques ont adopté de fortes positions anti-chiffrement, affirmant que la technologie, qui est essentielle pour la confidentialité et la sécurité en ligne, diminuera l'efficacité des capacités de surveillance en masse du Royaume-Uni, rendra plus difficile la lutte contre le crime organisé et entravera la capacité d'arrêter les attentats terroristes. Le FBI américain a avancé des arguments similaires ces dernières années, des affirmations qui ont été largement démenties par les technologues et les défenseurs des libertés civiles des deux côtés de l'Atlantique.

Les enfants utilisés comme prétexte pour combattre le chiffrement de bout en bout

« Ce n'est bien sûr pas un hasard si, une fois de plus, le véhicule de la lutte contre la maltraitance des enfants est utilisé », indiquait déjà en Allemagne Jens Zimmermann, notant que, sur le plan émotionnel, c'est « le plus grand levier que vous puissiez tirer ». Les partisans de l'affaiblissement du chiffrement invoquent principalement la lutte contre la maltraitance des enfants comme argument. Et ce cas est loin de faire figure d'exception.

En effet, la nouvelle campagne est entièrement axée sur l'argument selon lequel un chiffrement amélioré entraverait les efforts de lutte contre l'exploitation des enfants en ligne. Une présentation attribuée à M&C Saatchi note que « certaines plateformes de messagerie, dont WhatsApp utilisent déjà le chiffrement de bout en bout, mais veulent s'opposer à son extension. »

Les plans comprennent une guerre de communication, des efforts de campagne d'organismes britanniques de bienfaisance ou d'application de la loi, des appels à l'action pour que le public contacte directement les entreprises technologiques et de multiples performances dans le monde réel (certaines conçues pour rendre le public «mal à l'aise»). La présentation a été produite pour recruter des partenaires potentiels de la coalition à but non lucratif, il n'est donc pas clair si chaque action proposée a été approuvée ou non pour la campagne finale.

Une diapositive clef note que « la majeure partie du public n'a jamais entendu parler » du chiffrement de bout en bout, ajoutant que cela signifie que « les gens peuvent être facilement influencés » sur la question. La même diapositive note que la campagne « ne doit pas lancer un débat sur la confidentialité contre la sécurité ».

Les défenseurs en ligne ont qualifié les plans du gouvernement britannique « d'alarmistes » qui pourraient mettre en danger les enfants et les adultes vulnérables en compromettant la confidentialité en ligne.

« La campagne alarmiste du ministère de l'Intérieur est aussi malhonnête que dangereuse », a déclaré Robin Wilton, directeur d'Internet Trust à l'Internet Society. « Sans chiffrement fort, les enfants sont plus vulnérables que jamais en ligne. Le chiffrement protège la sécurité personnelle et la sécurité nationale… ce que le gouvernement propose met tout le monde en danger ».

En réponse à une demande d'accès à l'information concernant une « campagne publicitaire à venir dirigée contre la proposition de chiffrement de bout en bout de Facebook », le ministère de l'Intérieur a révélé que « selon les plans actuels, environ 534 000 £ sont allouées à cette campagne ».

La phase d'ouverture de la campagne devrait être lancée dans quelques jours. Selon la présentation, elle doit être présentée au public comme émanant d'organisations caritatives pour enfants, tout en minimisant tout rôle du gouvernement.

« Pour le jour du lancement », note la présentation, « nous publierons un avis de presse annonçant que la plus grande organisation caritative pour enfants du Royaume-Uni et les parties prenantes se sont réunies pour exhorter les entreprises de médias sociaux à faire passer la sécurité des enfants en premier ».

Cette campagne serait ciblée par le biais d'une « liste convenue de médias », y compris des « programmes TV » tels que Loose Women et This Morning pour diffusion. La diapositive indique que le projet « explore un partenariat » avec le tabloïd The Sun, le deuxième journal le plus vendu au Royaume-Uni.

Ce lancement sera, selon la présentation, accompagné d'un compteur numérique dans un espace public, comptant jusqu'à 14 millions sur 24 heures (le nombre d'incidents d'exploitation potentielle qui, selon le gouvernement, pourraient être manqués si le chiffrement de bout en bout venait à être plus largement adopté).

« Nous explorons un certain nombre d'activations qui inciteraient à l'action à la fois la coalition et le public… Il est possible que cela implique une activation des médias sociaux où nous demandons aux parents d'écrire à Mark [Zuckerberg] via leur statut Facebook ».

L'action la plus frappante et la plus troublante est peut-être prévue pour cette étape, qui, selon M&C Saatchi, « créera une cascade de relations publiques visuelles ».

« Une boîte en verre est installée dans un espace public », note la présentation :

« À l'intérieur de la boîte, il y a deux acteurs ; un enfant et un adulte. Les deux étrangers. L'enfant est assis en train de jouer sur son smartphone. À l'autre bout de la boîte, nous voyons un adulte assis sur une chaise également sur son téléphone, en train de taper. »

« L'adulte regarde occasionnellement l'enfant, de façon prononcée. Par intermittence tout au long de la journée, le "verre de confidentialité" s'allumera et la boîte en verre auparavant transparente deviendra opaque. Les passants ne pourront pas voir ce qui se passe à l'intérieur. En d'autres termes, nous créons un sentiment de malaise en cachant ce que l'enfant et l'adulte font en ligne lorsque leur interaction ne peut pas être vue ».


Contacter Mark Zuckerberg

L'un des principaux objectifs de l'exercice serait, selon le document, de « forcer Facebook à évaluer son sens des responsabilités ».

Le chiffrement de bout en bout est déjà intégré à de nombreuses applications de messagerie majeures : WhatsApp (propriété de Facebook) l'utilise par défaut, tout comme iMessage d'Apple, ainsi que des applications indépendantes comme Signal et Telegram.

Facebook a prévu d'étendre cette valeur par défaut à son application Messenger, qui semble être devenue un objectif majeur des efforts de lutte contre le chiffrement au Royaume-Uni. Le plan implique également de lancer des appels personnels au fondateur de Facebook, le ciblant « en tant que père, pas en tant qu'homme d'affaires ».

La lettre « décrira les préoccupations des parents en partageant le nouveau sentiment acquis lors de la phase 1 », et envisage de demander à un porte-parole de se présenter avec une copie de la lettre au siège de Facebook à Londres – suggérant qu'ils pourraient demander à « parler à Mark ».

Le gouvernement britannique a été parmi les plus virulents du monde démocratique dans son opposition au chiffrement de bout en bout, à un point tel que cela a provoqué une réaction violente même parmi certains anciens hauts responsables de la sécurité.

Lors d'une conférence en novembre dernier, l'ancien directeur général du National Cyber ​​Security Center du Royaume-Uni, Ciaran Martin, a critiqué la rhétorique du ministère de l'Intérieur sur le chiffrement et son approche plus large : « En plus de choisir un langage conçu pour enflammer même l'adversaire le plus modéré, ce cadrage était aussi techniquement ridicule. Il n'y avait aucune proposition pour "casser" ce chiffrement quasi incassable, qui n'a même pas encore été mis en œuvre par Facebook », a-t-il déclaré. « En d'autres termes, la politique est du 'cakeisme' technologique - le gouvernement essaie de manger son gâteau d'accès légal tout en offrant une protection chiffrée de bout en bout pour les citoyens en général ». [ndlr le cakeisme est une doctrine affirmant qu’on peut avoir à la fois « le beurre et l’argent du beurre »)]

La plupart des experts sont très sceptiques et pensent que le gouvernement recherche l'équivalent numérique de l'alchimie.

La position des experts en sécurité sur un affaiblissement du chiffrement

Les experts en sécurité dans plusieurs pays ont déjà mis en garde sur le fait que les outils utilisés par les entreprises technologiques pour introduire des portes dérobées entraîneraient non seulement d'énormes risques de sécurité, mais porteraient également atteinte de manière disproportionnée à la vie privée des utilisateurs.

Par exemple, Guillaume Poupard, le directeur général de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI) a soutenu que « parmi les outils de protection indispensables figurent au premier rang les moyens de cryptographie et notamment les technologies de chiffrement de l’information. Eux seuls permettent d’assurer une sécurité [des] données numériques sensibles ». Pour étayer son affirmation, il rappelle que les échanges couverts par le secret de défense nationale, les données de santé, les données stratégiques des entreprises et les données personnelles des citoyens sont quelques exemples d’éléments auxquels profite le chiffrement. Raison pour laquelle il estime que le développement et l’usage généralisé de ces moyens défensifs doivent être systématiquement encouragés, voire réglementairement imposés dans les situations les plus critiques.

C’est pourquoi l’ANSSI estime que « toute évolution de la législation vers une mesure générale “d’obligation de résultat” visant à garantir la possibilité d’accéder à des informations protégées aura pour effet désastreux d’imposer aux concepteurs de produits et de services de sécurité un affaiblissement des mécanismes cryptographiques employés ». Cet affaiblissement est « susceptible d’être exploité par des attaquants aux profils variés ».

De plus, il a rappelé que les technologies robustes de chiffrement sont aujourd’hui largement diffusées et relativement aisées à implémenter. Par conséquent, « le développement de logiciels non contrôlables, faciles à distribuer et offrant un niveau de sécurité très élevé est à la portée de n’importe quelle organisation ». Raison pour laquelle il a pensé « qu’imposer un affaiblissement généralisé des moyens cryptographiques serait attentatoire à la sécurité numérique et aux libertés de l’immense majorité des utilisateurs respectueux des règles tout en étant rapidement inefficace vis-à-vis de la minorité ciblée ».

Source : réponse à une requête Freedom Information, RollingStone

Et vous ?

Que pensez-vous de cette campagne du gouvernement britannique ? Y a-t-il, selon vous, des mesures prévues où il va trop loin ? Lesquelles ?
Tout doit-il être autorisé ou toléré au nom de la lutte contre la criminalité ?
Êtes-vous pour ou contre le déploiement du chiffrement de bout en bout sur Facebook Messenger ? Pourquoi ?

Voir aussi :

Le nouveau gouvernement allemand promet de prendre en charge le chiffrement de bout en bout et de rejeter les portes dérobées
L'alliance franco-allemande contre le chiffrement appelle à une législation européenne, l'Europe va-t-elle affaiblir le chiffrement ?
La plus grande menace de rançongiciels serait le chiffrement des fichiers cloud partagés, selon les chercheurs de Vectra
La cryptanalyse des algorithmes de chiffrement GPRS GEA-1 aurait une faille intentionnellement cachée, selon l'IACR
L'Allemagne est sur le point de modifier sa constitution afin de permettre aux 19 services secrets de pirater n'importe qui à tout moment, pour n'importe quelle raison, en secret

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Fagus
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 17/01/2022 à 12:48
Le gouvernement anglais, chevalier de la lutte contre la pédophilie ? Attends, c'est pas dans ce pays qu'ont été violés pendant des décennies des milliers d'enfants avec l'indifférence totale et coupable des autorités (qui ont juste étouffé les affaires en refusant les plaintes ?) ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Affair...ifs_de_Telford ; https://fr.wikipedia.org/wiki/Affair...s_de_Rotherham )

Comme c'est étrange, maintenant ils nous expliquent presque que c'est la cryptographie qui viole les enfants...
9  1 
Avatar de marc.collin
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 17/01/2022 à 21:48
le gouvernement fait de propagande, hum de la pub pour continuer d'espionner les gens en toute tranquillité... et joue avec les émotions des gens via des enfants

et ensuite ça parle de la chine et de la russie
6  0 
Avatar de Jules34
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 18/01/2022 à 10:27
Citation Envoyé par TotoParis Voir le message
Bien vu !
https://www.fdesouche.com/2020/01/21...cela-se-sache/
Des "racisés" pedédophiles pakistanais : pas bon pour la gauche et le wokisme.
Pas besoin d'aller chercher des "racisés",

Le prince Andrew fait le taf tout seul comme un grand !

"Avec l'accord et l'approbation de la reine, les affiliations militaires et parrainages royaux du duc d'York ont été rendus à la reine. Le duc d'York continuera à ne pas assumer de fonctions publiques et se défend dans cette affaire comme citoyen privé", a indiqué le palais de Buckingham dans un communiqué, laissant ainsi entendre que la reine Elizabeth II ne financera pas ses frais d'avocats.

Plus tôt dans la journée, plus de 150 vétérans de l'armée britannique avaient demandé à la reine de retirer ses titres à l'ancien pilote d'hélicoptère, qui s'était distingué pendant la guerre des Malouines.

Dans cette lettre publiée par le groupe opposé à la monarchie Republic, les signataires accusaient le prince d'avoir manqué aux obligations de "probité, honnêteté et de comportement honorable" qu'ont les militaires britanniques.

Le prince Andrew, 61 ans, est poursuivi au civil à New York par l'Américaine Virginia Giuffre, 38 ans, qui l'accuse d'avoir eu avec elle des relations sexuelles quand elle avait 17 ans. Elle aurait été livrée au prince par le pédophile Jeffrey Epstein, ami du duc d'York.

Le prince a vigoureusement nié les accusations. Mais après une interview calamiteuse en 2019, il s'était retiré de la vie publique.

La décision new-yorkaise est intervenue alors que la reine venait d'annoncer le programme des festivités qui vont marquer cette année ses 70 ans de règne, avec défilés, concert et concours de puddings.
Et la c'est du lourd, le Jeffrey et son île à gros dégueulasse on est à la frontière du complotisme sur les sectes pédophiles américaines, sauf que tout est vrai et qu'on sait tous comment on a fait taire ce type...
Comme si l'absence de chiffrement sur facebook allait perturber la vie décadente et asociale de ces grands malades...
2  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 20/01/2022 à 1:09
Que pensez-vous de cette campagne du gouvernement britannique ? Y a-t-il, selon vous, des mesures prévues où il va trop loin ? Lesquelles ?
Je suis totalement contre. Je ne pense pas que toutes les mesures vont trop loin. Je pense qu'elles sont toutes fondamentalement mauvaises.

Tout doit-il être autorisé ou toléré au nom de la lutte contre la criminalité ?
Concernant le numérique, je pense qu'aucune mesure instaurant un affaiblissement volontaire ne doit être autorisée. L'utilisateur devrait avoir un contrôle complet sur ses données et communications.

Êtes-vous pour ou contre le déploiement du chiffrement de bout en bout sur Facebook Messenger ? Pourquoi ?
Pour. Parce que le chiffrement a toujours pour rôle de protéger les gens. Interdire de parler dans une propriété privée et interdire d'écrire sur une feuille de papier relève de la même logique (cf. 1984, Orwell).

À travers les politiques sécuritaires, on a affaire à ce principe : https://fr.wikipedia.org/wiki/Panopt...epuis_Foucault

Le gouvernement britannique ne veut pas que Facebook déploie le chiffrement de bout en bout sur son application Messenger. Pour se faire, avec 534 000 £ (639 432 €), il a loué les services d'une agence en publicité qui propose de déployer de grands moyens afin de mobiliser l'opinion publique contre la décision de Facebook et d'influencer directement Mark Zuckerberg afin de « forcer Facebook à évaluer son sens des responsabilités ». L'action la plus frappante et la plus troublante est celle-ci : dans l'espace public, un adulte et un enfant (deux acteurs) dans une boîte en verre, l'adulte regardant « de façon prononcée » l'enfant tandis que le verre, qui est au départ transparent, devient noir ; l'objectif est de mettre le public « mal à l'aise » étant donné qu'il ne sait pas ce qui se passe entre l'adulte et l'enfant. Bien entendu, il n'est pas question de laisser savoir que c'est une initiative du gouvernement : elle sera présentée au public comme émanant d'organisations caritatives pour enfants, tout en minimisant tout rôle du gouvernement. « La campagne alarmiste du ministère de l'Intérieur est aussi malhonnête que dangereuse », estime Robin Wilton, directeur d'Internet Trust à l'Internet Society.
Cette campagne de propagande publicitaire révèle à mon sens une volonté d'abolir le droit fondamental qu'est la vie privée. Plus que la fin (un classique de l'idéologie sécuritaire), je trouve les moyens extrêmement inquiétants de par leurs significations. Je pense d'ailleurs que cette campagne s'adresse à un public déjà victime d'une inversion de certaines valeurs éthiques ; dans mon cas, c'est la boite transparente qui me gêne, pas la boite noire. Cette compagne revient à vouloir interdire à un enfant de parler à un adulte dans un espace privé.

Le ministère de l'Intérieur a engagé l'agence de publicité M&C Saatchi pour planifier la campagne, en utilisant des fonds publics.
Cela oblige donc les citoyens britanniques à payer pour une compagne qui leur est adressée...

Les défenseurs en ligne ont qualifié les plans du gouvernement britannique « d'alarmistes » qui pourraient mettre en danger les enfants et les adultes vulnérables en compromettant la confidentialité en ligne.
« La campagne alarmiste du ministère de l'Intérieur est aussi malhonnête que dangereuse », a déclaré Robin Wilton, directeur d'Internet Trust à l'Internet Society. « Sans chiffrement fort, les enfants sont plus vulnérables que jamais en ligne. Le chiffrement protège la sécurité personnelle et la sécurité nationale… ce que le gouvernement propose met tout le monde en danger ».
Totalement d'accord. Le chiffrement est une protection essentielle contre le cyberharcèlement.

La phase d'ouverture de la campagne devrait être lancée dans quelques jours. Selon la présentation, elle doit être présentée au public comme émanant d'organisations caritatives pour enfants, tout en minimisant tout rôle du gouvernement.
Certaines de ces organisations sont de toute façon complètement corrompues. Les organisations de protection de l'enfance sont à la pointe pour diffuser des idées liberticides et dangereuses (notamment pour les enfants).

Facebook a prévu d'étendre cette valeur par défaut à son application Messenger, qui semble être devenue un objectif majeur des efforts de lutte contre le chiffrement au Royaume-Uni. Le plan implique également de lancer des appels personnels au fondateur de Facebook, le ciblant « en tant que père, pas en tant qu'homme d'affaires ».
Comme si un père ne pouvait pas connaitre à qui son enfant parle...

C’est pourquoi l’ANSSI estime que « toute évolution de la législation vers une mesure générale “d’obligation de résultat” visant à garantir la possibilité d’accéder à des informations protégées aura pour effet désastreux d’imposer aux concepteurs de produits et de services de sécurité un affaiblissement des mécanismes cryptographiques employés ». Cet affaiblissement est « susceptible d’être exploité par des attaquants aux profils variés ».
Surtout que ce n'est pas comme si les attaques de type rançon n'étaient pas d'actualité...

De plus, il a rappelé que les technologies robustes de chiffrement sont aujourd’hui largement diffusées et relativement aisées à implémenter. Par conséquent, « le développement de logiciels non contrôlables, faciles à distribuer et offrant un niveau de sécurité très élevé est à la portée de n’importe quelle organisation ». Raison pour laquelle il a pensé « qu’imposer un affaiblissement généralisé des moyens cryptographiques serait attentatoire à la sécurité numérique et aux libertés de l’immense majorité des utilisateurs respectueux des règles tout en étant rapidement inefficace vis-à-vis de la minorité ciblée ».
Bien sûr. Un criminel intelligent trouve toujours le moyen de se défendre. Une personne innocente non.

« L'adulte regarde occasionnellement l'enfant, de façon prononcée. Par intermittence tout au long de la journée, le "verre de confidentialité" s'allumera et la boîte en verre auparavant transparente deviendra opaque. Les passants ne pourront pas voir ce qui se passe à l'intérieur. En d'autres termes, nous créons un sentiment de malaise en cachant ce que l'enfant et l'adulte font en ligne lorsque leur interaction ne peut pas être vue ».
Cette technique publicitaire utilise la croyance de l'adulte vue comme un "pervers potentiel" et non pas "une personne bien attentionnée potentielle". Bienvenue dans la société de risque (ou chaque personne et vue en premier lieu comme un risque pour les autres).

« Pour le jour du lancement », note la présentation, « nous publierons un avis de presse annonçant que la plus grande organisation caritative pour enfants du Royaume-Uni et les parties prenantes se sont réunies pour exhorter les entreprises de médias sociaux à faire passer la sécurité des enfants en premier ».
Donc à renforcer le chiffrement. Parce que dans le cas contraire, cela signifierait que la sécurité des adultes et opposée à la sécurité des enfants .

« Ce n'est bien sûr pas un hasard si, une fois de plus, le véhicule de la lutte contre la maltraitance des enfants est utilisé », indiquait déjà en Allemagne Jens Zimmermann, notant que, sur le plan émotionnel, c'est « le plus grand levier que vous puissiez tirer ». Les partisans de l'affaiblissement du chiffrement invoquent principalement la lutte contre la maltraitance des enfants comme argument. Et ce cas est loin de faire figure d'exception.
Cela est très intéressant, et j'irais même plus loin dans cette réflexion ; je pense que partout (monde numérique ou physique) où l'argument de la protection de l'enfance est utilisé, cela et le signe d'une future restriction de libertés individuelles et d'un contrôle accru de l'individu (alors que la protection de l'enfance pourrait faire totalement différemment). Par exemple, quand un produit devient interdit aux mineurs, on peut être quasiment certain que ce produit fait l'objet, d'une manière ou d'une autre, d'une forme de prohibition. En général, quand j'aperçois l'argument de la protection de l'enfance, je vérifie tout le temps cela. Et quand la protection de l'enfance se transforme en "protections des mineurs" je jette immédiatement tout l'argumentaire à la poubelle, car il est complètement absurde (et dangereux) de ne pas faire de distinction entre les enfants, les adolescents et les jeunes adultes.
1  0 
Avatar de TotoParis
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 17/01/2022 à 14:04
Citation Envoyé par Fagus Voir le message
Le gouvernement anglais, chevalier de la lutte contre la pédophilie ? Attends, c'est pas dans ce pays qu'ont été violés pendant des décennies des milliers d'enfants avec l'indifférence totale et coupable des autorités (qui ont juste étouffé les affaires en refusant les plaintes ?) ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Affair...ifs_de_Telford ; https://fr.wikipedia.org/wiki/Affair...s_de_Rotherham )

Comme c'est étrange, maintenant ils nous expliquent presque que c'est la cryptographie qui viole les enfants...
Bien vu !
https://www.fdesouche.com/2020/01/21...cela-se-sache/
Des "racisés" pedédophiles pakistanais : pas bon pour la gauche et le wokisme.
2  4