IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La FTC poursuit Nvidia pour bloquer le rachat d'Arm de 40 Mds de dollars dans l'optique de protéger son statut de « Suisse » des semi-conducteurs

Le , par Stéphane le calme

142PARTAGES

7  0 
L'acquisition d'Arm par Nvidia pour 40 milliards de dollars vient de se heurter à un autre obstacle de taille : la Federal Trade Commission, qui a annoncé qu'elle intente une action en justice pour empêcher la fusion de se réaliser, craignant que les sociétés combinées n'étouffent les technologies concurrentes de nouvelle génération. La poursuite intervient après une enquête de la FTC sur l'accord à la suite de plaintes de Google, Microsoft et Qualcomm peu de temps après l'annonce de la fusion. La FTC craint que Nvidia n'ait accès aux informations sensibles des titulaires de licence Arm qui sont déjà en concurrence avec Nvidia, en plus de décourager Arm de travailler sur de nouveaux produits et conceptions qui seraient en conflit avec les propres intérêts de Nvidia en profitant aux concurrents.

Nvidia est le plus grand fabricant de processeurs graphiques et étend l'utilisation de la composante de jeu dans de nouveaux domaines tels que le traitement de l'intelligence artificielle dans les centres de données et les voitures autonomes. Le mariage de ses propres capacités avec des unités centrales de traitement conçues par Arm pourrait lui permettre de rattraper voire prendre de l'avance sur Intel et Advanced Micro Devices, selon Hans Mosesmann, analyste chez Rosenblatt Securities.

En avril, le gouvernement britannique a décidé d'intervenir pour des raisons de sécurité nationale. Le secrétaire d'État au Numérique, Oliver Dowden, a « publié un avis d'intervention d'intérêt public (PIIN) concernant le projet de vente d'Arm à NVIDIA ». Il a écrit à l'Autorité de la concurrence et des marchés pour l'informer de sa décision et lui a demandé d'entamer une enquête de phase 1 pour évaluer la transaction.

« La CMA (CMA, pour "Competition and Markets Authority", NDLR) va maintenant préparer un rapport contenant des conseils sur les questions de compétence et de concurrence », a annoncé le gouvernement. « Le rapport comprendra également un résumé de toutes les représentations qu'elle recevra sur les questions potentielles de sécurité nationale découlant d'une consultation qu'elle lancera pour recueillir les opinions de tiers », a déclaré le gouvernement. « Parallèlement au processus de la CMA, le gouvernement examinera les intérêts publics en matière de sécurité nationale ».

Dans son communiqué de presse, le gouvernement britannique note qu'Arm est un acteur clef du marché mondial des semi-conducteurs. Les semi-conducteurs sont essentiels aux technologies actuelles et futures, de l'intelligence artificielle à la 5G en passant par l'informatique quantique. Les semi-conducteurs sont également à la base de l'infrastructure nationale critique du Royaume-Uni et sont présents dans les technologies liées à la défense et à la sécurité nationale.

« Il est approprié que nous considérions correctement les implications en matière de sécurité nationale d'une transaction comme celle-ci », a-t-il déclaré. Le gouvernement britannique a le pouvoir de mettre fin à l'opération, car le ministre du numérique dispose de pouvoirs quasi judiciaires en vertu de la loi sur les entreprises de 2002 pour intervenir dans certaines fusions pour des raisons d'intérêt public.

Dans son rapport remis au secrétaire d'État au numérique, à la culture, aux médias et aux sports, l'autorité de la concurrence et des marchés prévient que cette fusion pourrait donner à l'entreprise la capacité et l'intention de nuire à la compétitivité des concurrents de Nvidia, en restreignant leur accès à la propriété intellectuelle d'Arm.

En outre, selon le rapport, alors que Nvidia proposait un ensemble de recours comportementaux pour répondre aux préoccupations de la CMA, l'autorité de la concurrence a estimé que les suggestions n'entraîneraient que « des risques considérables de spécification, de contournement, de surveillance et d'application », et n'atténueraient aucune de ses préoccupations.

« Nous craignons que Nvidia contrôlant Arm ne crée de réels problèmes pour les concurrents de Nvidia en limitant leur accès aux technologies clefs et, en fin de compte, en étouffant l'innovation sur un certain nombre de marchés importants et en croissance. Cela pourrait finir par priver les consommateurs de nouveaux produits, ou de voir les prix augmenter », a déclaré Andrea Coscelli, patron de la CMA.

« L'industrie de la technologie des puces vaut des milliards et est vitale pour les produits sur lesquels les entreprises et les consommateurs comptent chaque jour. Cela comprend le traitement des données critiques et la technologie des centres de données qui soutiennent les entreprises numériques dans l'ensemble de l'économie, et le développement futur des technologies d'intelligence artificielle qui seront importantes pour les industries en croissance comme la robotique et les voitures autonomes. »

C'est dans ce contexte que Bruxelles a décidé de lancer une enquête officielle sur l'implication sur la concurrence d'un tel rachat, après des mois de discussions informelles entre les régulateurs et la société américaine de puces.


La FTC poursuit Nvidia pour préserver le statut d'Arm en tant que « Suisse » des semi-conducteurs

La Federal Trade Commission a intenté une action en justice pour bloquer l'acquisition d'Arm par Nvidia, la société de conception de semi-conducteurs, affirmant que l'accord à succès étoufferait injustement la concurrence : « L'accord vertical proposé donnerait à l'une des plus grandes entreprises de puces le contrôle de la technologie informatique et des conceptions sur lesquelles les entreprises rivales s'appuient pour développer leurs propres puces concurrentes. La plainte de la FTC allègue que la société combinée aurait les moyens et les incitations pour étouffer les technologies innovantes de nouvelle génération, y compris celles utilisées pour gérer les centres de données et les systèmes d'aide à la conduite dans les voitures ».

« La FTC lance une poursuite judiciaire pour bloquer la plus grande fusion de puces à semi-conducteurs de l'histoire afin d'empêcher un conglomérat de puces d'étouffer le pipeline d'innovation pour les technologies de prochaine génération », a déclaré Holly Vedova, directrice du bureau de la concurrence de la FTC, dans un communiqué. « Les technologies de demain dépendent de la préservation des marchés de puces concurrentiels et de pointe d'aujourd'hui. Cet accord proposé fausserait les incitations d'Arm sur les marchés des puces et permettrait à l'entreprise combinée de saper injustement les concurrents de Nvidia. La plainte de la FTC devrait envoyer un signal fort que nous agirons de manière agressive pour protéger nos marchés d'infrastructures critiques contre les fusions verticales illégales qui ont des effets de grande envergure et dommageables sur les innovations futures. »

Arm, qui appartient à Softbank Group Corp., basée à Tokyo, ne fournit ni ne commercialise de puces ou d'appareils informatiques finis. Elle crée et concède sous licence des conceptions et des architectures de microprocesseurs, appelées Arm Processor Technology dans la plainte, à d'autres sociétés technologiques, dont Nvidia. Ces entreprises, à leur tour, s'appuient sur la technologie Arm Processor pour fabriquer des puces informatiques qui alimentent une large gamme d'appareils informatiques modernes, des smartphones aux tablettes en passant par les systèmes d'aide à la conduite et les ordinateurs dans les grands centres de données. Arm fournit également un soutien et des services connexes importants. Arm octroie des licences pour sa technologie de processeur en utilisant une approche de licence ouverte neutre décrite par l'industrie et est souvent surnommée la « Suisse » de l'industrie des semi-conducteurs, selon la plainte.

Selon la plainte, Nvidia, basée en Californie, est l'une des sociétés informatiques les plus importantes et les plus précieuses au monde. Nvidia développe et commercialise des puces et des appareils informatiques et est surtout connu comme le principal fournisseur d'unités de traitement graphique autonomes, ou GPU, pour les ordinateurs personnels et les centres de données, qui sont largement utilisés pour le traitement de l'intelligence artificielle et le traitement graphique. Nvidia développe et commercialise également des produits pour les réseaux avancés, les unités centrales de traitement des centres de données et la conduite assistée par ordinateur. Dans ces domaines, Nvidia et ses concurrents importants s'appuient sur la technologie d'Arm pour développer leurs propres produits concurrents.

Étant donné que la technologie d'Arm est un intrant essentiel qui permet la concurrence entre Nvidia et ses concurrents sur plusieurs marchés, la plainte allègue que la concentration proposée donnerait à Nvidia la capacité et l'incitation à utiliser son contrôle de cette technologie pour miner ses concurrents, réduisant ainsi la concurrence et résultant finalement dans la qualité des produits réduite, l'innovation réduite, les prix plus élevés et moins de choix, nuisant aux millions d'Américains qui bénéficient des produits à base d'Arm.

Selon la plainte, l'acquisition nuira à la concurrence sur trois marchés mondiaux sur lesquels Nvidia est en concurrence en utilisant des produits basés sur Arm :
  • systèmes avancés d'aide à la conduite de haut niveau pour voitures particulières. Ces systèmes offrent des fonctions de conduite assistée par ordinateur, telles que le changement de voie automatisé, le maintien de la voie, l'entrée et la sortie d'autoroute et la prévention des collisions ;
  • DPU SmartNIC, qui sont des produits de mise en réseau avancés utilisés pour augmenter la sécurité et l'efficacité des serveurs de centre de données ; et
  • processeurs basés sur Arm pour les fournisseurs de services de cloud computing. Ces produits nouveaux et émergents tirent parti de la technologie d'Arm pour répondre aux besoins de performances, d'efficacité énergétique et de personnalisation des centres de données modernes qui fournissent des services de cloud computing. Le « cloud computing » fait référence au modèle commercial informatique de plus en plus populaire dans lequel les grands opérateurs de centres de données fournissent des services informatiques à distance et/ou proposent directement des ressources informatiques à la location, ainsi que d'autres services d'assistance aux clients qui peuvent ensuite exécuter des applications, héberger des sites Web ou effectuer d'autres tâches informatiques sur les serveurs distants, c'est-à-dire « le cloud ».

La plainte allègue également que l'acquisition nuira à la concurrence en donnant à Nvidia accès aux informations sensibles sur le plan de la concurrence des titulaires de licence d'Arm, dont certains sont des concurrents de Nvidia, et qu'elle réduira probablement l'incitation pour Arm à poursuivre des innovations qui sont perçues comme étant en conflit avec intérêts commerciaux de Nvidia.

Aujourd'hui, les titulaires de licence d'Arm, y compris les concurrents de Nvidia, partagent régulièrement des informations sensibles sur le plan de la concurrence avec Arm. Les titulaires de licence comptent sur Arm pour l'assistance dans le développement, la conception, les tests, le débogage, le dépannage, la maintenance et l'amélioration de leurs produits, selon la plainte. Les titulaires de licence d'Arm partagent leurs informations sensibles sur le plan de la concurrence avec Arm car Arm est un partenaire neutre et non un fabricant de puces rival. L'acquisition est susceptible d'entraîner une perte critique de confiance dans Arm et son écosystème, selon la plainte.

L'acquisition est également susceptible de nuire à la concurrence en matière d'innovation en éliminant les innovations qu'Arm aurait poursuivies sans un conflit avec les intérêts de Nvidia. L'entreprise fusionnée serait moins incitée à développer ou à activer de nouvelles fonctionnalités ou innovations autrement bénéfiques si Nvidia détermine qu'elles sont susceptibles de nuire à Nvidia, selon la plainte.

La réaction de Nvidia

Pour sa part, Nvidia a promis qu'elle conserverait le modèle de licence ouvert existant d'Arm, qui permet à la société de fournir des conceptions de semi-conducteurs à une liste massive d'entreprises, notamment Apple, Qualcomm, Samsung, Amazon, etc. Le PDG de Nvidia, Jensen Huang, a écrit à l'époque dans un éditorial du Financial Times qu'il pouvait « affirmer sans équivoque que Nvidia maintiendrait le modèle de licence ouverte d'Arm. Nous n'avons aucune intention de "réduire" ou de "refuser" l'approvisionnement d'Arm à aucun client. »

Dans une déclaration, un porte-parole de Nvidia a avancé que « nous continuerons à travailler pour démontrer que cette transaction profitera à l'industrie et favorisera la concurrence ». La société a également réitéré son engagement à « préserver le modèle de licence ouverte d'Arm et à garantir que sa propriété intellectuelle est accessible à tous les titulaires de licence intéressés, actuels et futurs », arguant que la fusion « stimulerait la concurrence, [et] créerait plus d'opportunités pour tous les titulaires de licence Arm et étendre l'écosystème Arm » grâce aux ressources supplémentaires de Nvidia.

Source : FTC

Et vous ?

Que pensez-vous des raisons évoquées par la FTC pour justifier sa tentative de blocage du rachat ?
Que pensez-vous de la réponse de Nvidia ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/12/2021 à 17:33
j'en pense que il peuvent promettre ce qu'il veulent.
s'il n'y a pas un cadre legal qui empeche de rompre le modele et la volonté de distribution des licences arm actuelle.
il n'y pas pas de garantie qu'il le maintienne. les promesses n'engage que ceux qui y croient
3  0 
Avatar de manu007
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 11/12/2021 à 13:21
Pour moi c'est un risque qu'on ne doit pas courir. Un fois acheté ARM par Nvidia, rien n'empêche celui-ci de faire ce qu'il veut des licences ARM.
3  0 
Avatar de Jeff_67
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 26/01/2022 à 21:40
Vu les pratiques commerciales de NVIDIA, les autres géants de la tech ne devaient pas être très heureux de cette acquisition.
1  0 
Avatar de darklinux
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 27/01/2022 à 1:45
C 'est dommage , mais bon , c 'est tout aussi la preuve de la décrépitude des états-nations . Nvidia est passé à autre chose .
0  2