IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Au Portugal, il est désormais illégal pour les patrons d'envoyer des messages à leurs employés en dehors des heures de travail,
Le gouvernement a adopté une nouvelle législation du travail

Le , par Nancy Rey

135PARTAGES

12  0 
Si vous êtes agacé par le fait que votre patron vous envoie des messages ou vous appelle après les heures de bureau pour le travail, vous pourriez envisager de déménager au Portugal. Le Parlement portugais a adopté de nouvelles lois sur le travail qui visent à attirer les "nomades numériques" dans le pays, mais aussi à offrir aux travailleurs un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Les nouvelles lois imposent des sanctions aux employeurs qui contactent leur personnel en dehors des heures de travail. Elles interviennent à un moment où plusieurs maisons se sont transformées en bureaux temporaires en raison de la nouvelle culture du travail à domicile due à la pandémie de coronavirus.


Les nouvelles règles approuvées la semaine dernière sont une réponse à l'explosion du travail à domicile faisant suite à la pandémie de COVID-19, a déclaré le parti socialiste au pouvoir au Portugal. En vertu de ces nouvelles règles, les employeurs pourraient être sanctionnés pour avoir contacté des travailleurs en dehors des heures de bureau. Les entreprises devront également participer au paiement des frais occasionnés par le travail à distance, tels que les factures d'électricité et d'Internet plus élevées. Les modifications apportées au droit du travail portugais ont toutefois des limites : elles ne s'appliqueront pas aux entreprises de moins de dix salariés.

Qu'est-ce qui va changer ?
  • les entreprises de plus de dix salariés n’auront plus le droit de contacter leurs collaborateurs, par e-mail ou par téléphone, les week-ends et jours fériés, sous peine de s’exposer à des amendes ;
  • il est également interdit aux employeurs de surveiller leurs employés lorsqu'ils travaillent à domicile ;
  • toutefois, une proposition visant à inclure le "droit à la déconnexion" (ou le droit légal d'éteindre les appareils de travail et les services de messagerie après les heures de travail) a été rejetée par les députés portugais ;
  • less entreprises doivent aussi désormais contribuer aux dépenses que les travailleurs ont encourues du fait du passage au travail à distance. Il peut s'agir de factures d'électricité ou d'Internet, mais pas d'eau. Les employeurs peuvent déduire ces coûts en tant que frais professionnels ;
  • les nouvelles règles sont également une bonne nouvelle pour les parents de jeunes enfants. Ils ont désormais le droit de travailler à domicile sans avoir à prendre des dispositions préalables avec leur employeur, jusqu'à ce que leur enfant ait huit ans ;
  • des mesures visant à lutter contre la solitude sont également prévues dans les règles du travail à distance, les entreprises devant organiser des réunions en face à face au moins tous les deux mois.


En janvier de cette année, le Portugal a été le premier pays européen à modifier ses règles en matière de travail à distance, conséquence directe de la pandémie de COVID-19. Ces règles temporaires faisaient du travail à distance une option obligatoire, à quelques exceptions près, et obligeaient les employeurs à fournir les outils nécessaires pour effectuer le travail à domicile.

Mais si le travail à distance a apporté une nouvelle flexibilité à de nombreuses personnes pendant la pandémie, des problèmes tels que l'inégalité d'accès aux équipements informatiques ont montré que le gouvernement devait intervenir, a déclaré Ana Mendes Godinho, ministre portugaise du Travail, de la Solidarité et de la Sécurité sociale, lors de la conférence Web Summit à Lisbonne la semaine dernière : « La pandémie a accéléré la nécessité de réglementer ce qui doit l'être. Le télétravail peut changer la donne si nous profitons de ses avantages et réduisons ses inconvénients. La construction d'une culture saine du travail à distance pourrait également apporter d'autres avantages au Portugal, sous la forme de travailleurs à distance étrangers à la recherche d'un changement de décor ».

« Nous considérons que le Portugal est l'un des meilleurs endroits au monde pour que ces nomades numériques et travailleurs à distance choisissent de vivre, nous voulons les attirer au Portugal », a-t-elle ajouté au public du Web Summit.

Le terme "nomade numérique" est devenu si populaire au cours de l'année écoulée que le Merriam-Webster l'a ajouté au dictionnaire fin octobre. Le nombre de nomades numériques (désormais officiellement définis comme une personne qui exerce son activité professionnelle entièrement sur Internet tout en voyageant) a bondi de près de 50 % en 2020. « Environ 11 millions d'Américains s'identifient désormais comme des nomades numériques, et plus de la moitié sont des employés traditionnels à temps plein qui ont décidé de faire leur travail depuis la route », a rapporté le journaliste David Kushner.

Le Portugal n'est pas le seul pays à espérer attirer une main-d'œuvre virtuelle, malgré la pression que les touristes de longue durée exercent sur les infrastructures locales et les fréquentes exonérations fiscales. Des destinations tropicales telles que les Bermudes, Antigua et le Costa Rica ont annoncé leur intention de proposer des visas de nomade numérique pendant la pandémie, qui permettent des séjours de longue durée allant jusqu'à deux ans. Des pays européens comme la Croatie, la Grèce et l'Espagne proposent également des variantes de visas télétravail.

Source : AP News

Et vous ?

Que pensez-vous de cette résolution ?
Pensez-vous vous qu’une telle loi puisse être votée en France ?
Certaines personnes pensent que cette mesure va mettre à mal les relations extraconjugales à travers tout le Portugal, qu’en pensez-vous ?

Voir aussi :

Les eurodéputés réclament un "droit à la déconnexion" des télétravailleurs, pour leur permettre de se désengager des outils numériques en dehors de leurs heures de travail

L'UE pousse pour la mise sur pied d'un « droit à se déconnecter » de leurs appareils en faveur des employés en télétravail, acculés par les employeurs les week-ends et en dehors des heures de travail

Loi Travail : le droit à la déconnexion entre en vigueur, une illusion ou une réalité pour les métiers IT ?

France : des députés font une proposition de loi visant à inciter au télétravail partiel, notamment en supprimant les charges patronales dues au titre des salariés en bénéficiant

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de john94
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 11/11/2021 à 15:39
en effet le droit à la déconnexion est important : les conséquences sur la santé au travail du stress des TIC concernent en premier lieu les troubles musculo-squelettiques et visuels, mais ce sont surtout les risques psychologiques liés au stress, à l’excès de charge mentale qui apparaissent les plus préoccupants dans le développement non maitrisé des technologies de l’information et de la communication, à la fois sous ses aspects psychosociaux et organisationnels : https://www.officiel-prevention.com/...-communication
5  0