IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Un ancien investisseur de Facebook réclame des poursuites pénales et la prison pour les dirigeants de Facebook
Alors que le monde de la technologie entre en révolte ouverte contre les médias sociaux

Le , par Nancy Rey

156PARTAGES

5  0 
Le Web Summit est un événement, regroupant une série de conférences sur les technologies, qui se tient chaque année depuis 2009. La conférence est énorme et a attiré 80 000 personnes certaines années. Elle s'étale sur quatre jours sur le littoral de la capitale portugaise. Habituellement, on y parle d'offres publiques initiales, de "mise à l'échelle", d'évaluations et de "sorties". Pas cette fois. Le monde de la technologie est désormais en révolte ouverte contre ses propres grandes plateformes. Cette année, Facebook est l'ennemi public n° 1. La plupart des discussions entre les participants portent sur la façon de tuer les médias sociaux, de réguler Google ou de contourner les deux. Lorsque Roger McNamee, ancien investisseur de Facebook, est monté sur scène pour réclamer six enquêtes criminelles différentes sur Facebook et des peines de prison pour tout dirigeant jugé responsable, il est devenu évident que le Web Summit de cette année serait différent des sessions précédentes.

Roger McNamee (à gauche), ancien investisseur de Facebook, lors du Web Summit à Lisbonne, au Portugal, en novembre 2021


Le Web Summit est un rassemblement largement apolitique de fondateurs de start-up technologiques, de spécialistes des logiciels, de hackers et de capital-risqueurs qui veulent leur donner de l'argent. Et cette année, la conférence a été officiellement ouverte par la lanceuse d'alerte de Facebook, Frances Haugen, qui a déclaré devant les 20 000 personnes présentes sur la scène centrale que le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, devait démissionner. « Facebook donne actuellement la priorité aux contenus dans le fil d'actualité, ce qui a pour effet secondaire de privilégier et d'amplifier les contenus les plus extrêmes et les plus conflictuels », a-t-elle déclaré.

Frances Haugen a cité l'exemple de l'Éthiopie. Ce pays est actuellement en proie à une guerre civile qui pourrait renverser son gouvernement. Les pays « les plus fragiles » ne disposent pas d'une modération artificiellement intelligente capable de supprimer automatiquement les contenus toxiques, car Facebook donne la priorité à l'anglais et à ses utilisateurs américains sur tous les autres, a-t-elle expliqué. En Éthiopie, « où des violences ethniques ont lieu en ce moment même », 100 millions de personnes parlent six langues et 95 dialectes. La modération du contenu « n'est pas adaptée aux endroits les plus fragiles du monde ».


Le lendemain, Roger McNamee a participé à une discussion avec la journaliste Jane Martinson, devant un public d'environ 1 000 personnes. Roger McNamee a été l'un des premiers investisseurs de Facebook et a joué un rôle clef dans des décisions telles que le refus de l'offre de rachat de Yahoo pour 1 milliard de dollars en 2006, ainsi que l'embauche de Sheryl Sandberg en 2008. Il a investi 210 millions de dollars dans l'entreprise en 2009, deux ans seulement avant son introduction en bourse.

Ses sentiments à l'égard de l'entreprise ont évolué au fil du temps, car il en est venu à penser que Facebook tirait profit de la manipulation des consommateurs, allant même jusqu'à dire que « Facebook est terrible pour l'Amérique ». Aujourd'hui, l'un des plus grands détracteurs de l'entreprise, McNamee a qualifié la démonstration Meta « d'embarrassante » et a déclaré qu'il n'y avait rien dans la nouvelle image de marque qui n'était pas déjà disponible sur le marché depuis longtemps.

« Je pense qu'il y a au moins six domaines dans lesquels des enquêtes criminelles sont justifiées », a-t-il déclaré à l'auditoire :
  • la Commission américaine des valeurs mobilières et des changes devrait se pencher sur le fait que Facebook n'a pas divulgué d'informations sur ses activités ;
  • Facebook a autorisé le trafic d'êtres humains sur sa plateforme et a été « payé pour que cela se produise » ;
  • la direction de Facebook a été "complice" de la campagne "Stop the Steal" qui a conduit à l'insurrection du 6 janvier au Capitole ;
  • la société fait l'objet d'une enquête du procureur général de l'État du Texas visant à déterminer si Facebook a collaboré avec Google pour fixer les prix.

« La peine standard pour cela est de trois ans et demi de prison pour tous les dirigeants et c'est le cas le plus clair de fixation des prix aux États-Unis depuis des décennies », a-t-il lancé. McNamee n'a pas donné de détails sur les deux autres enquêtes qui, selon lui, sont justifiées.

Avant que McNamee ne prenne la parole, la légende du football Thierry Henry a dit au public qu'il avait abandonné tous ses comptes de médias sociaux au début de l'année parce qu'il était fatigué des abus racistes qu'il recevait d'eux. « Quand vous découvrez qu'ils génèrent de l'argent par la haine, c'est très difficile quand votre médicament est votre poison », a-t-il déclaré.

Autrefois, avant la pandémie, les visiteurs du Web Summit utilisaient le mot "disruption" pour décrire la façon dont ils souhaitaient que leurs applications et leur codage remplacent les industries de type "brick-and-mortar" ou les anciennes entreprises de type "cash". Cette année le même thème revenait sans cesse : comment perturber Facebook et Google. Ou les abandonner, ou les miner, ou les éviter, ou les bloquer, ou encore remplacer leurs activités par des logiciels plus éthiques.

Sridhar Ramaswamy, l'ancien vice-président senior des annonces et du commerce chez Google, est aujourd'hui cofondateur et directeur général de Neeva, un moteur de recherche sur abonnement qui offre un service plus privé, sans publicité, axé sur la qualité des classements et non sur l'engagement. L'engagement est le problème, pas la solution, a-t-il expliqué : « Les écosystèmes basés sur l'engagement récompensent les pires acteurs sur n'importe quelle plateforme, car leur comportement horrible attire le plus d'attention". Une quête sans fin pour plus de temps et plus d'attention ».

McNamee a déclaré que l'engagement associé à l'anonymat étaient les deux principaux poisons délivrés par les médias sociaux. « Historiquement, l'anonymat a donné aux trolls un pouvoir énorme par rapport à leur nombre... et pourtant vous pouvez les cibler parfaitement avec des publicités. Et puis vous créez des incitations économiques pour les voix les plus émotionnellement extrêmes, n'est-ce pas ? ».

Nick Clegg, actuel vice-président chargé des affaires internationales au sein de la société mère de Facebook, Meta, est apparu à la conférence grâce à un écran vidéo pour défendre l'entreprise. Il a déclaré que Facebook ne voulait pas plus que quiconque que des propos haineux soient diffusés sur sa plateforme. « Les personnes qui paient pour générer ces publicités, les annonceurs, ne veulent pas de ce contenu à côté de nous… Les utilisateurs ne continueront pas à utiliser nos produits s'ils ont une mauvaise expérience. Sur 10 000 éléments de contenu que vous voyez dans le fil d'actualité, seuls cinq seront des discours de haine » a déclaré Clegg.

Frances Haugen, qui s'est exprimée plus tôt, a reconnu que seul un petit nombre de personnes sur Facebook est à l'origine de la plupart des « problèmes d'intégrité ». Mais cela ne signifie pas que ces problèmes sont mineurs, car leur engagement est plus élevé que celui de tous les autres. « Le classement basé sur l'engagement est dangereux parce qu'à l'heure actuelle, le contenu le plus extrême l'emporte sur cette course de fond. C'est comme les facteurs de variante virale et ceux qui vont être les plus extrêmes et les plus polarisants sont ceux qui obtiennent le plus d'audience », a-t-elle ajouté.

Source : Web Summit

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

Facebook encourage les discours de haine pour gagner de l'argent, selon une lanceuse d'alerte, qui a publié des informations qu'elle a pu glaner durant son passage au sein de l'entreprise

La dénonciatrice de Facebook demande au Sénat de tenir les réseaux sociaux pour responsables de leurs algorithmes en modifiant l'article 230 de la Communications Decency Act

La lanceuse d'alerte Frances Haugen exhorte Mark Zuckerberg à démissionner et à investir davantage sur la « sécurité », au lieu de consacrer des ressources au « métavers »

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de vanquish
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 16/11/2021 à 15:21
Citation Envoyé par redcurve Voir le message
Facebook n'est pas devenu Meta
Quand même un peu ...

Soit ! Le produit/site/réseau social s'appelait et continue de s'appeler "Facebook".
Mais la société "Facebook Inc." a bien changé de nom en (et est donc devenu) "Meta Platforms, Inc."

Alors ne pas spécifier le "Inc." est peut-être un raccourci de langage, mais on dit "Microsoft", jamais "Microsoft Corp."
On ne peut pas considérer la phrase comme fausse.
7  0 
Avatar de archqt
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 16/11/2021 à 9:16
On s'en doutait que les réseaux sociaux n'étaient pas bons pour la santé. Mais c'est valable aussi pour les téléphones. Les jeunes passent leur temps dessus.
Et encore mes gamins n'ont pas de comptes sur les réseaux sociaux, ils regardent plein de vidéos (tik-tok, youtube, des séries) moins pire. Par contre il est clair que les influenceurs physiques ne peuvent que donner des complexes. Ils prennent des produits, ne mangent pas pour rester "sec", font 4H de muscu par jour, sans compter la chirurgie pour se faire gonfler les seins, blanchir les dents...
Une personne normale ne peut pas lutter.

De toute façon quand c'est gratuit c'est toi le produit.
6  3 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 16/11/2021 à 15:42
Citation Envoyé par archqt Voir le message
Par contre il est clair que les influenceurs physiques ne peuvent que donner des complexes. Ils prennent des produits, ne mangent pas pour rester "sec", font 4H de muscu par jour, sans compter la chirurgie pour se faire gonfler les seins, blanchir les dents...
Une personne normale ne peut pas lutter.
J'aimerai voir la tronche de l'influenceur des frères Bogdanov
3  0 
Avatar de tanaka59
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/11/2021 à 14:35
Bonjour

Un projet de loi obligerait Facebook à proposer une version où le contenu n'est pas sélectionné par un « algorithme opaque » s'appuyant sur les données personnelles.

Que pensez-vous de ce projet de loi ?
Sur le papier , c'est "bien". Dans les fait Facebook fait travailler tellement d'entreprises prestataires, qu'ici on court le risque que cela soit les prestataires qui continuent d'entretenir ce que l'on critique.

Facebook pourrait se dédouaner et dire "c'est pas nous, c'est nos prestataires" ... Comme avec Cambridge Analytica. 1 société de supprimée, 10 autres qui se battent en duel pour décrocher le marché ...

Cela pourrait même être encore plus contreproductif dans le sens ou , la data ne serait plus forcement dans le pays d'origine. Genre les datas belges ou suisses qui se retrouvent , chez un presta en Asie. A la merci d'ingérences ou de manipulations encore pire, que ce que l'on a pu connaitre.

Aimeriez-vous utiliser Facebook sans algorithme qui sélectionne le contenu sur la base de données personnelles ?
1) soit un modèle par abonnement ou l'on doit payer ... Facebook n'en veut pas au risque de voir partir ces users.

2) soit un modèle économique ou l'utilisateur choisit "ses" pub. Bon ici encore un truc plutôt boiteux. Si je choisis les entreprises qui peuvent me faire de la pub, pas sur que cela rapporte beaucoup ... si je ne consomme pas chez elles.

Qu'en est-il de Google ?
Chez Google, suffit d'avoir une boite mail "poubelle" ,. Au moins la ils peuvent balancer toute la pub qu'ils veulent, on s'en tamponne
1  0 
Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 05/11/2021 à 9:35
En Birmanie, les roynghas, minorité ethnique du pays, est parquée dans des camps sur une île suite à une campagne d'appel à la haine sur Facebook. Cambridge analytica représente la partie émergée de l'iceberg. A mon humble avis, Facebook génère moins de troubles que de bienfaits mais lorsque cela arrive, il s'agit de faits gravissimes à cause des algorithmes.

Et ces algorithmes générant de l'argent et des bénéfices, rien ne change pour satisfaire les marchés. La modération humaine ne suffisant pas à contrer cette politique de faire du fric.
0  0 
Avatar de tanaka59
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 07/11/2021 à 14:00
Bonjour,

Un ancien investisseur de Facebook réclame des poursuites pénales et la prison pour les dirigeants de Facebook, alors que le monde de la technologie entre en révolte ouverte contre les médias sociaux.

Quel est votre avis sur le sujet ?
Facebook est clairement une "arme politique" . En occident , c'est une arme d'influence pour piquer des voies et influencer les masses les plus naïves (consommateurs, jeunes , ...) .

Dans les pays moins démocratique et avec un système politique plus fragile, cela est une forme de "corruption" et "d'ingérence politique".

Clairement, il y aurait de quoi sérieusement enquêter. Cela demande par contre des moyens humains (justice, police, ...) pour mener de lourdes enquêtes ...

Problème pour aller trouver un ou des responsables , c'est très complexe . La justice ne traitera jamais cela. Qui plus est , cela supposerait aussi une coopération internationale façon europol . Financièrement, cela couterait plus cher que ce que cela ne rapporterait .
0  0 
Avatar de totozor
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 09/11/2021 à 8:16
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Les chercheurs de Facebook ont découvert que l'application avait des impacts négatifs pour 360 millions de ses utilisateurs,
car certains « manquaient de contrôle sur le temps qu'ils passaient sur Facebook »
Je trouve cet article problématique.
Peut on reprocher aux voiture de faire des accrocs de la vitesse?
Peut on reprocher à l'alcool de faire des alcooliques?
Facebook provoque des problèmes bien plus importants que de se coucher trop tard parce que certains passent trop de temps à scroller pendant 1h.
Sortir cette étude permet à Facebook de noyer le poisson.
Cette étude ou une autre du genre fait surface régulièrement, Facebook y est habitué et a une réponse qui est probablement toujours plus ou moins la même.
Ils ont beaucoup plus de mal à se défendre contre les accusations d'être le principal média de diffusion de la désinformation.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Dans le cas de Facebook, qui devrait être, selon vous, tenu pour responsable de l'addiction : Facebook ou l'utilisateur ? Dans quelle mesure ?
Ma réponse reste malgré tout ni l'un ni l'autre ou un peu des deux. Je ne sais pas.
L'entourage aussi qui ne prend pas toujours son rôle de garde fou voir qui impose de rester sur facebook (associations, clubs, famille)
L'engagement est l'objectif de Facebook, l'optimiser est jouer avec la frontière de l'addiction.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Avez-vous déjà rencontré directement ou indirectement (un de vos proches) un problème décrit par la perte de contrôle sur le temps passé sur Facebook ou ses autres applications ? Si oui comment l'avez-vous résolu ?
Je perds actuellement le contrôle du temps passé sur facebook : J'aimerais ne plus du tout y aller mais je fait partie d'un club de sport qui ne communique quasiment que par facebook.
J'ai complètement coupé facebook pendant toute la période de pause sportive dûe au covid.
Maintenant je vais sur facebook maximum 1 fois par jour (souvent 1 ou 2 fois par semaine), le temps de voir les news du club. Certains trouvent que c'est problématique parce que je répond rarement en moins de 10-12h. Je trouve que ça rend service : ce qui semble entre une crise à gérer très vite deviens un truc à gérer en prenant le temps.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Que pensez-vous des outils mis à la disposition des utilisateurs par Facebook pour leur permettre de mieux gérer leur temps passé sur la plateforme ?
Je ne les connais pas.
Le seul que j'ai essayer est la réclamation : j'ai prétendu être un ancien alcoolique et demandé à ne plus recevoir de pub d'alcool. J'en reçoit toujours et je ne retrouve pas ma réclamation.
Pour moi les meilleurs outil sont :
supprimer facebook de son téléphone.
Supprimer toutes les notifications facebook
ne jamais répondre à un post avec lequel on est pas d'accord.
ne jamais répondre à un post ou on est pas identifié ou directement impliqué.
Et je n'ai besoin de facebook pour aucun d'eux
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Estimez-vous être dépendant à une application en général ou un réseau social en particulier ? Laquelle / lequel?
Oui, je ne peux pas me passer de facebook si je veux maintenir certains de mes loisirs.
Ce n'est probablement pas le sens de la question mais ça reste autant problématique pour moi.
0  0 
Avatar de tanaka59
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 09/11/2021 à 14:02
Bonjour,

Dans le cas de Facebook, qui devrait être, selon vous, tenu pour responsable de l'addiction : Facebook ou l'utilisateur ?
C'est 50 / 50 . Facebook favorise la publication et le suivi de contenu qu'on ne veut pas ... Parfois on en est même inondé. Signalement et refus de suivis sont contre productif.

Dans quelle mesure ?
Une personne victime d'addiction qui n'a pas de cercle de soutien pour l'extirper est victime d'elle même et d'isolement au final

Avez-vous déjà rencontré directement ou indirectement (un de vos proches) un problème décrit par la perte de contrôle sur le temps passé sur Facebook ou ses autres applications ?
Il suffit de réduire le nombre de page suivi quand le canal de comm' "impose" facebook. Pour tout ce qui est associatif , même problème que mon interlocuteur du dessus. L'environnement social/sociétal , impose ce canal de comm'.

Si oui comment l'avez-vous résolu ?
J'ai réduit drastiquement, le nombre de page suivi. Donc oui

Que pensez-vous des outils mis à la disposition des utilisateurs par Facebook pour leur permettre de mieux gérer leur temps passé sur la plateforme ?
C'est de l'enfumage.

Estimez-vous être dépendant à une application en général ou un réseau social en particulier ?
Dépendant d'un système et d'un mode de fonctionnement plutôt. On peut de moins en moins choisir, comment on communique. L'utilisateur "subit" et n'est pas vraiment mettre des choix.

Laquelle / lequel ?
Facebook s'impose comme un outil "obligatoire", avec Messenger et Whatsapp.
0  0 
Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 10/11/2021 à 12:11
Frances haugen a témoigné devant une commission parlementaire ce matin diffusé sur public sénat et a dit que modifier l'algorithme de diffusion de contenu sur un fil de discussion d'une page Facebook ne suffirait pas à répondre à la question mais qu'il fallait maintenant revoir tout le fonctionnement du système du réseau social pour empêcher les contenus négatifs prenant une ampleur disproportionnée.
0  0 
Avatar de byrautor
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 18/11/2021 à 15:49
L'anarchie numérique n'a pas encore atteint ses limites, on en verra d'autres !
Le procureur général de l'Ohio ? pourquoi pas le grand chaman des Machin-choses !
Le pouvoir judiciaire USA est bien le plus fort ! (de café) du monde.
Pouvons nous perdre notre temps technique ainsi alors que nous sommes désarmés.
0  0