IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La lanceuse d'alerte Frances Haugen exhorte Mark Zuckerberg à démissionner et à investir davantage sur la « sécurité »
Au lieu de consacrer des ressources au « métavers »

Le , par Stéphane le calme

124PARTAGES

7  0 
Dans sa première allocution publique depuis qu'elle a divulgué une mine de documents préjudiciables sur le fonctionnement interne de Facebook, la dénonciatrice Frances Haugen a exhorté son ancien patron, Mark Zuckerberg, à démissionner et à autoriser le changement plutôt que de consacrer des ressources à une nouvelle image de marque.

« Je pense qu'il est peu probable que l'entreprise change si [Mark Zuckerberg] reste le PDG », a déclaré Haugen lundi dans une salle comble lors de la soirée d'ouverture du Web Summit, un festival technologique attirant des dizaines de milliers de personnes dans la capitale portugaise, Lisbonne.

L'ancien chef de produit Facebook a répondu positivement à la question de savoir si Zuckerberg devrait démissionner et a ajouté : « C'est peut-être une chance pour quelqu'un d'autre de prendre les rênes... Facebook serait plus fort avec quelqu'un qui serait prêt à se concentrer sur la sécurité ».

Le changement de nom de Facebook perçu comme une manœuvre de distraction pour certains et applaudi par d'autres

Durant l'édition 2021 de la Facebook Connect qui a eu lieu jeudi, Facebook a annoncé le changement de son nom. Comme Google l'avait fait auparavant en présentant Alphabet, Meta est la maison-mère de différentes entreprises dont Facebook, WhatsApp, Instagram, Messenger et Oculus. « Notre marque était trop liée à un seul de nos services et ne reflétait pas tout ce que nous faisons », a expliqué le PDG du groupe. « Ce nouveau nom marque notre nouvel objectif : aider à donner vie au métavers. »

Le projet, en développement dans le département Facebook Reality Labs (qui s'occupe des technologies de réalité augmentée, virtuelle et mixte), compte actuellement 10 000 salariés aux États-Unis. Facebook a annoncé le recrutement dans les cinq prochaines années de 10 000 ingénieurs et développeurs supplémentaires en Europe. Un projet pour lequel Facebook a réservé 10 milliards de dollars rien que pour 2021, une addition qui sera donc plus salée les années à venir.

Lors du discours d’ouverture de Facebook Connect, Mark Zuckerberg et d’autres cadres de l'entreprise ont parlé d'Horizon, le nom que donne l’entreprise au métavers qu’elle est en train de créer.

Selon eux, Horizon va révolutionner notre quotidien, du travail au divertissement, en passant par le sport. Aussi, plusieurs usages du métavers ont été montrés, comme pouvoir jouer à des jeux, se retrouver entre amis, assister à des évènements virtuels, faire du sport, ou même travailler.

« On utilisera sûrement des avatars hyper réalistes pour le monde du travail, mais aussi d'autres plus cartoons voire totalement fantaisistes pour d'autres activités », a noté le PDG. « Les avatars deviendront aussi communs que les photos de profil aujourd'hui, mais ils produiront des interactions beaucoup plus riches grâce aux expressions faciales et au langage du corps ». Les utilisateurs pourront également habiller leurs avatars grâce à des objets virtuels qu'ils pourraient acquérir.


Mais ce changement de nom est interprété comme une manœuvre de distraction par les critiques du groupe californien, empêtré dans les scandales et controverses.

« Facebook pense qu’un nouveau nom de marque peut l’aider à éviter le sujet », a indiqué il y a quelques jours The Real Facebook Oversight Board, une organisation non gouvernementale d’activistes anti-Facebook.

Les premiers utilisateurs des mondes virtuels connus sous le nom de métavers ont estimé que le changement de marque de Facebook est une tentative de capitaliser sur le buzz croissant autour d'un concept qu'il n'a pas créé.

Dans les mondes virtuels, les utilisateurs peuvent se promener en tant qu'avatar, rencontrer des amis et jouer à des jeux. Certains qui sont basés sur la blockchain permettent également aux utilisateurs de spéculer sur l'immobilier virtuel.

« Je pense que Facebook a effectué ce changement de nom précoce pour essentiellement sécuriser la nouvelle marque légalement dès que possible, à mesure que de plus en plus de marques s'y intéressent », a déclaré un investisseur en crypto basé au Royaume-Uni connu sous le nom de Pranksy, qui a déclaré avoir acheté pour la première fois des biens immobiliers dans le monde virtuel en 2020.

Artur Sychov, qui a fondé le métavers Somnium Space en 2017, a déclaré que l'annonce du changement de marque par le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, semblait « précipitée... c'est un peu comme essayer de s'insérer dans le récit du métavers qui se déroule actuellement ».

Sychov passe jusqu'à cinq heures par jour dans Somnium Space avec 1 000 à 2 000 autres utilisateurs quotidiens.

Dave Carr, responsable des communications de l'organisation qui gère le monde virtuel Decentraland, a déclaré que la décision de Facebook pourrait rencontrer la résistance des utilisateurs du métavers qui se méfient de son contrôle sur le contenu.

« Les personnes qui souhaitent déterminer l'avenir des mondes virtuels qu'ils habitent, conserver la propriété de leur production créative et se déplacer librement entre eux choisiront la version décentralisée », a-t-il déclaré, décrivant l'environnement métavers de Decentraland comme décentralisé et le plan de Facebook comme probablement centralisé.

Les cadres de Facebook martèlent que Facebook ne cherche pas, avec le « métavers », à construire un nouvel univers fermé, à l'image de son réseau social « aucune entreprise ne possédera ni n'exploitera le métavers ». « Comme internet, sa caractéristique principale sera son ouverture et son interopérabilité. Pour lui donner vie, la collaboration et la coopération seront nécessaires entre les entreprises, les développeurs, les créateurs et les décideurs politiques », affirment-ils.

Facebook, qui a massivement investi dans la réalité virtuelle (VR) et la réalité augmentée (AR), notamment en rachetant des sociétés comme Oculus, entend connecter ses près de trois milliards d'utilisateurs grâce à plusieurs appareils et applications. Zuckerberg pense que le métavers serait accessible sur VR, AR, PC, appareils mobiles et consoles de jeux.

De nombreuses plateformes de métavers existantes sont basées sur la technologie blockchain qui rend le contrôle central impossible. La blockchain est l'architecture de grand livre distribué qui sous-tend les cryptomonnaies. Dans ces mondes virtuels, les gens utilisent des cryptomonnaies pour acheter des terrains et d'autres objets numériques sous la forme de jetons non fongibles (NFT).

Cependant, la réaction des premiers utilisateurs du métavers n'a pas été entièrement négative. Certains ont déclaré que l'entrée de Facebook pourrait susciter l'intérêt pour le concept de mondes virtuels en général, attirer plus d'utilisateurs et soutenir le développement de plusieurs mondes virtuels.

Tristan Littlefield, cofondateur de la société NFT nft42 et utilisateur du métavers depuis 2018, a déclaré que sa première réaction à l'annonce de Facebook était négative, car il n'aime pas sa vente de données utilisateur.

Mais « avoir un mastodonte comme Facebook qui vient déverser des milliards de dollars… pourrait être positif » en raison des nouvelles personnes que cela amènerait dans l'espace, a-t-il déclaré.


Comment Haugen voit-il le changement de nom de Facebook ?

Commentant le changement de marque, Haugen a déclaré que cela n'avait aucun sens compte tenu des problèmes de sécurité qui n'ont pas encore été résolus.

« Encore et encore, Facebook choisit l'expansion dans de nouveaux domaines plutôt que de s'en tenir à ce qu'il a déjà fait. Je trouve cela inadmissible... Il faut consacrer plus de ressources aux systèmes de sécurité de base », a-t-elle déclaré devant une foule animée qui a fréquemment applaudi pendant qu'elle parlait.

« Au lieu d'investir pour s'assurer que leurs plateformes sont un minimum sûres, ils sont sur le point [d'engager] 10 000 ingénieurs » en Europe pour le développement du "métavers" », a-t-elle ajouté à propos du monde parallèle numérique qui représente, selon le patron de Facebook, l'avenir d'internet. « Je ne peux imaginer comment cela puisse avoir du sens », a-t-elle encore dit.

Plus tôt ce mois-ci, Facebook a annoncé son intention d'embaucher du personnel hautement qualifié en Europe pour son projet :

« Nous annonçons donc aujourd'hui un plan de création de 10 000 nouveaux emplois hautement qualifiés au sein de l'Union européenne (UE) au cours des cinq prochaines années. Cet investissement est un vote de confiance dans la force de l'industrie technologique européenne et le potentiel des talents technologiques européens. »

« L'Europe est extrêmement importante pour Facebook. Des milliers d'employés dans l'UE aux millions d'entreprises utilisant nos applications et outils chaque jour, l'Europe est une grande partie de notre succès, car Facebook est investi dans le succès des entreprises européennes et de l'économie au sens large. »

« C'est une période passionnante pour la technologie européenne. L'UE présente un certain nombre d'avantages qui en font un endroit idéal pour les entreprises technologiques : un vaste marché de consommation, des universités de premier ordre et, surtout, des talents de premier ordre. Les entreprises européennes sont à la pointe de plusieurs domaines, qu'il s'agisse de la biotechnologie allemande qui aide à développer le tout premier vaccin à ARNm ou de la coalition de néo-banques européennes menant l'avenir de la finance. L'Espagne enregistre des niveaux record d'investissements dans des startups qui résolvent tout, de la livraison d'épicerie en ligne à la neuroélectronique, tandis que la Suède est en passe de devenir la première société sans numéraires au monde d'ici 2023. »

« Nous pensons depuis longtemps que le talent européen est un leader mondial, c'est pourquoi nous y avons investi si massivement au fil des ans - du financement de subventions à l'Université technique de Munich à l'ouverture de notre premier grand laboratoire de recherche européen en IA et programme d'accélérateur FAIR en France et Facebook Reality Labs à Cork. »

L'annonce de Facebook est intervenue au milieu de vives critiques de la part des législateurs et des régulateurs concernant les pratiques commerciales de la société, en particulier son énorme pouvoir de marché, les décisions de ses algorithmes et la police des abus sur ses services.

Le réseau de médias sociaux, qui exploite une structure d'actions à double classe à travers laquelle Zuckerberg et un petit groupe d'investisseurs contrôlent l'entreprise, a riposté en affirmant que les documents divulgués par Haugen étaient utilisés pour brosser un « faux tableau » du fonctionnement.

Haugen a déclaré le mois dernier aux législateurs britanniques et américains que Facebook alimenterait des troubles plus violents dans le monde à moins qu'il ne réduise ses algorithmes qui poussent un contenu extrême et controversé et s'attaquent à des données démographiques vulnérables pour les faire défiler.

« Si nous avions une surveillance appropriée ou si nous réformions [l'article] 230 pour rendre Facebook responsable des conséquences de leurs décisions de classement intentionnelles, je pense qu'ils se débarrasseraient du classement basé sur l'engagement », a déclaré Haugen. « Parce que cela expose les adolescents à plus de contenu anorexique, cela sépare les familles, et dans des endroits comme l'Éthiopie, cela attise littéralement la violence ethnique ».

Haugen s'est assuré de faire la distinction entre le contenu généré par les utilisateurs et les algorithmes de Facebook, qui priorisent le contenu dans les fils d'actualité et stimulent l'engagement. Elle a suggéré que Facebook ne devrait pas être responsable du contenu que les utilisateurs publient sur ses plateformes, mais qu'il devrait être tenu responsable une fois que ses algorithmes commencent à prendre des décisions sur le contenu que les gens voient.

Cette suggestion reflète un projet de loi, le Protecting Americans from Dangerous Algorithms Act, qui a été présenté à la Chambre.

Pourtant, malgré l'appel à la réforme de l'article 230, Haugen a également averti que la réforme à elle seule ne suffirait pas à surveiller de manière adéquate la large portée de l'entreprise. « La gravité de cette crise exige que nous rompions avec les cadres réglementaires précédents », a-t-elle déclaré. « Les modifications apportées aux protections de la vie privée obsolètes ou les modifications apportées à la section 230 ne seront pas suffisantes. »

« Un problème clef est que la base de la sécurité de la plateforme repose sur la surveillance du contenu langue par langue, ce qui ne s'applique pas à tous les pays où Facebook opère », a noté Haugen.

Source : Web Summit

Et vous ?

Que pensez-vous du métavers ? La prochaine évolution technologique ou simplement un mot tendance ?
Le projet piloté par Facebook vous perturbe-t-il ?
Partagez-vous l'opinion de certains utilisateurs de métavers qui estime que le changement de marque de Facebook est une tentative de capitaliser sur le buzz croissant autour d'un concept qu'il n'a pas créé ?
Vous rangez-vous plutôt du côté de certains utilisateurs de métavers qui estiment que l'arrivée d'une grande enseigne numérique de la taille de Facebook dans le domaine ne pourra que susciter l'intérêt du public et attirer donc plus de personnes ?
Que pensez-vous des propos de la lanceuse d'alerte qui demande notamment à Mark Zuckerberg d'abandonner son poste pour que Facebook puisse prendre une nouvelle direction, et qui demande à l'entreprise de plus investir dans la sécurité au lieu de s'étendre dans le métavers ?

Voir aussi :

Facebook encourage les discours de haine pour gagner de l'argent, selon une lanceuse d'alerte, qui a publié des informations qu'elle a pu glaner durant son passage au sein de l'entreprise
La dénonciatrice de Facebook demande au Sénat de tenir les réseaux sociaux pour responsables de leurs algorithmes en modifiant l'article 230 de la Communications Decency Act
La lanceuse d'alerte de Facebook estime que la société fait trop peu pour protéger les utilisateurs, la plupart des gens sont d'accord et estiment qu'une action du Congrès est nécessaire

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de vanquish
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 16/11/2021 à 15:21
Citation Envoyé par redcurve Voir le message
Facebook n'est pas devenu Meta
Quand même un peu ...

Soit ! Le produit/site/réseau social s'appelait et continue de s'appeler "Facebook".
Mais la société "Facebook Inc." a bien changé de nom en (et est donc devenu) "Meta Platforms, Inc."

Alors ne pas spécifier le "Inc." est peut-être un raccourci de langage, mais on dit "Microsoft", jamais "Microsoft Corp."
On ne peut pas considérer la phrase comme fausse.
7  0 
Avatar de archqt
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 16/11/2021 à 9:16
On s'en doutait que les réseaux sociaux n'étaient pas bons pour la santé. Mais c'est valable aussi pour les téléphones. Les jeunes passent leur temps dessus.
Et encore mes gamins n'ont pas de comptes sur les réseaux sociaux, ils regardent plein de vidéos (tik-tok, youtube, des séries) moins pire. Par contre il est clair que les influenceurs physiques ne peuvent que donner des complexes. Ils prennent des produits, ne mangent pas pour rester "sec", font 4H de muscu par jour, sans compter la chirurgie pour se faire gonfler les seins, blanchir les dents...
Une personne normale ne peut pas lutter.

De toute façon quand c'est gratuit c'est toi le produit.
6  3 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 16/11/2021 à 15:42
Citation Envoyé par archqt Voir le message
Par contre il est clair que les influenceurs physiques ne peuvent que donner des complexes. Ils prennent des produits, ne mangent pas pour rester "sec", font 4H de muscu par jour, sans compter la chirurgie pour se faire gonfler les seins, blanchir les dents...
Une personne normale ne peut pas lutter.
J'aimerai voir la tronche de l'influenceur des frères Bogdanov
3  0 
Avatar de tanaka59
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/11/2021 à 14:35
Bonjour

Un projet de loi obligerait Facebook à proposer une version où le contenu n'est pas sélectionné par un « algorithme opaque » s'appuyant sur les données personnelles.

Que pensez-vous de ce projet de loi ?
Sur le papier , c'est "bien". Dans les fait Facebook fait travailler tellement d'entreprises prestataires, qu'ici on court le risque que cela soit les prestataires qui continuent d'entretenir ce que l'on critique.

Facebook pourrait se dédouaner et dire "c'est pas nous, c'est nos prestataires" ... Comme avec Cambridge Analytica. 1 société de supprimée, 10 autres qui se battent en duel pour décrocher le marché ...

Cela pourrait même être encore plus contreproductif dans le sens ou , la data ne serait plus forcement dans le pays d'origine. Genre les datas belges ou suisses qui se retrouvent , chez un presta en Asie. A la merci d'ingérences ou de manipulations encore pire, que ce que l'on a pu connaitre.

Aimeriez-vous utiliser Facebook sans algorithme qui sélectionne le contenu sur la base de données personnelles ?
1) soit un modèle par abonnement ou l'on doit payer ... Facebook n'en veut pas au risque de voir partir ces users.

2) soit un modèle économique ou l'utilisateur choisit "ses" pub. Bon ici encore un truc plutôt boiteux. Si je choisis les entreprises qui peuvent me faire de la pub, pas sur que cela rapporte beaucoup ... si je ne consomme pas chez elles.

Qu'en est-il de Google ?
Chez Google, suffit d'avoir une boite mail "poubelle" ,. Au moins la ils peuvent balancer toute la pub qu'ils veulent, on s'en tamponne
1  0 
Avatar de tanaka59
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 03/11/2021 à 22:33
Bonsoir,

Que pensez-vous du métavers ?
Je préfère les Sims . Le metavers de Facebook, c'est une pâle et malsaine copie de Second Life (une daude).

La prochaine évolution technologique ou simplement un mot tendance ?
Effet de mode. Donc mot tendance.

Le projet piloté par Facebook vous perturbe-t-il ?
Oui car facebook est en train de déshumaniser la société ... Tout est fait à distance et on constate littéralement un effritement des relations sociales/contacts humains.

Partagez-vous l'opinion de certains utilisateurs de métavers qui estime que le changement de marque de Facebook est une tentative de capitaliser sur le buzz croissant autour d'un concept qu'il n'a pas créé ?
Je dirais plutôt se protéger les fesses en cas d'attaque en justice.

Vous rangez-vous plutôt du côté de certains utilisateurs de métavers qui estiment que l'arrivée d'une grande enseigne numérique de la taille de Facebook dans le domaine ne pourra que susciter l'intérêt du public et attirer donc plus de personnes ?
Hélas oui et pas qu'en bien.

Que pensez-vous des propos de la lanceuse d'alerte qui demande notamment à Mark Zuckerberg d'abandonner son poste pour que Facebook puisse prendre une nouvelle direction, et qui demande à l'entreprise de plus investir dans la sécurité au lieu de s'étendre dans le métavers ?
Voeux pieu
0  0 
Avatar de kaitlyn
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 04/11/2021 à 0:51
Citation Envoyé par tanaka59 Voir le message
Le metavers de Facebook, c'est une pâle et malsaine copie de Second Life
Ah bon ! Moi qui croyais que le metavers de facebook est un parasite de l'être humain.
0  0 
Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 05/11/2021 à 9:35
En Birmanie, les roynghas, minorité ethnique du pays, est parquée dans des camps sur une île suite à une campagne d'appel à la haine sur Facebook. Cambridge analytica représente la partie émergée de l'iceberg. A mon humble avis, Facebook génère moins de troubles que de bienfaits mais lorsque cela arrive, il s'agit de faits gravissimes à cause des algorithmes.

Et ces algorithmes générant de l'argent et des bénéfices, rien ne change pour satisfaire les marchés. La modération humaine ne suffisant pas à contrer cette politique de faire du fric.
0  0 
Avatar de tanaka59
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 07/11/2021 à 14:00
Bonjour,

Un ancien investisseur de Facebook réclame des poursuites pénales et la prison pour les dirigeants de Facebook, alors que le monde de la technologie entre en révolte ouverte contre les médias sociaux.

Quel est votre avis sur le sujet ?
Facebook est clairement une "arme politique" . En occident , c'est une arme d'influence pour piquer des voies et influencer les masses les plus naïves (consommateurs, jeunes , ...) .

Dans les pays moins démocratique et avec un système politique plus fragile, cela est une forme de "corruption" et "d'ingérence politique".

Clairement, il y aurait de quoi sérieusement enquêter. Cela demande par contre des moyens humains (justice, police, ...) pour mener de lourdes enquêtes ...

Problème pour aller trouver un ou des responsables , c'est très complexe . La justice ne traitera jamais cela. Qui plus est , cela supposerait aussi une coopération internationale façon europol . Financièrement, cela couterait plus cher que ce que cela ne rapporterait .
0  0 
Avatar de totozor
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 09/11/2021 à 8:16
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Les chercheurs de Facebook ont découvert que l'application avait des impacts négatifs pour 360 millions de ses utilisateurs,
car certains « manquaient de contrôle sur le temps qu'ils passaient sur Facebook »
Je trouve cet article problématique.
Peut on reprocher aux voiture de faire des accrocs de la vitesse?
Peut on reprocher à l'alcool de faire des alcooliques?
Facebook provoque des problèmes bien plus importants que de se coucher trop tard parce que certains passent trop de temps à scroller pendant 1h.
Sortir cette étude permet à Facebook de noyer le poisson.
Cette étude ou une autre du genre fait surface régulièrement, Facebook y est habitué et a une réponse qui est probablement toujours plus ou moins la même.
Ils ont beaucoup plus de mal à se défendre contre les accusations d'être le principal média de diffusion de la désinformation.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Dans le cas de Facebook, qui devrait être, selon vous, tenu pour responsable de l'addiction : Facebook ou l'utilisateur ? Dans quelle mesure ?
Ma réponse reste malgré tout ni l'un ni l'autre ou un peu des deux. Je ne sais pas.
L'entourage aussi qui ne prend pas toujours son rôle de garde fou voir qui impose de rester sur facebook (associations, clubs, famille)
L'engagement est l'objectif de Facebook, l'optimiser est jouer avec la frontière de l'addiction.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Avez-vous déjà rencontré directement ou indirectement (un de vos proches) un problème décrit par la perte de contrôle sur le temps passé sur Facebook ou ses autres applications ? Si oui comment l'avez-vous résolu ?
Je perds actuellement le contrôle du temps passé sur facebook : J'aimerais ne plus du tout y aller mais je fait partie d'un club de sport qui ne communique quasiment que par facebook.
J'ai complètement coupé facebook pendant toute la période de pause sportive dûe au covid.
Maintenant je vais sur facebook maximum 1 fois par jour (souvent 1 ou 2 fois par semaine), le temps de voir les news du club. Certains trouvent que c'est problématique parce que je répond rarement en moins de 10-12h. Je trouve que ça rend service : ce qui semble entre une crise à gérer très vite deviens un truc à gérer en prenant le temps.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Que pensez-vous des outils mis à la disposition des utilisateurs par Facebook pour leur permettre de mieux gérer leur temps passé sur la plateforme ?
Je ne les connais pas.
Le seul que j'ai essayer est la réclamation : j'ai prétendu être un ancien alcoolique et demandé à ne plus recevoir de pub d'alcool. J'en reçoit toujours et je ne retrouve pas ma réclamation.
Pour moi les meilleurs outil sont :
supprimer facebook de son téléphone.
Supprimer toutes les notifications facebook
ne jamais répondre à un post avec lequel on est pas d'accord.
ne jamais répondre à un post ou on est pas identifié ou directement impliqué.
Et je n'ai besoin de facebook pour aucun d'eux
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Estimez-vous être dépendant à une application en général ou un réseau social en particulier ? Laquelle / lequel?
Oui, je ne peux pas me passer de facebook si je veux maintenir certains de mes loisirs.
Ce n'est probablement pas le sens de la question mais ça reste autant problématique pour moi.
0  0 
Avatar de tanaka59
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 09/11/2021 à 14:02
Bonjour,

Dans le cas de Facebook, qui devrait être, selon vous, tenu pour responsable de l'addiction : Facebook ou l'utilisateur ?
C'est 50 / 50 . Facebook favorise la publication et le suivi de contenu qu'on ne veut pas ... Parfois on en est même inondé. Signalement et refus de suivis sont contre productif.

Dans quelle mesure ?
Une personne victime d'addiction qui n'a pas de cercle de soutien pour l'extirper est victime d'elle même et d'isolement au final

Avez-vous déjà rencontré directement ou indirectement (un de vos proches) un problème décrit par la perte de contrôle sur le temps passé sur Facebook ou ses autres applications ?
Il suffit de réduire le nombre de page suivi quand le canal de comm' "impose" facebook. Pour tout ce qui est associatif , même problème que mon interlocuteur du dessus. L'environnement social/sociétal , impose ce canal de comm'.

Si oui comment l'avez-vous résolu ?
J'ai réduit drastiquement, le nombre de page suivi. Donc oui

Que pensez-vous des outils mis à la disposition des utilisateurs par Facebook pour leur permettre de mieux gérer leur temps passé sur la plateforme ?
C'est de l'enfumage.

Estimez-vous être dépendant à une application en général ou un réseau social en particulier ?
Dépendant d'un système et d'un mode de fonctionnement plutôt. On peut de moins en moins choisir, comment on communique. L'utilisateur "subit" et n'est pas vraiment mettre des choix.

Laquelle / lequel ?
Facebook s'impose comme un outil "obligatoire", avec Messenger et Whatsapp.
0  0