IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La lanceuse d'alerte de Facebook estime que la société fait trop peu pour protéger les utilisateurs
La plupart des gens sont d'accord et estiment qu'une action du Congrès est nécessaire

Le , par Stéphane le calme

93PARTAGES

5  0 
Suite au témoignage de l'ancienne employée de Facebook Inc. et dénonciatrice Frances Haugen, la plupart du public a déclaré dans un récent sondage Morning Consult que la société ne faisait pas assez pour protéger la sécurité des utilisateurs et soutenait à la fois les actions du Congrès et des entreprises pour remédier à la situation.

La dénonciatrice Frances Haugen qui a fait fuiter un énorme cache de documents glané lors de son passage dans l'entreprise avait déjà indiqué lors d'une interview que la situation était en quelque sorte « encouragée ». « Ce que j'ai vu à plusieurs reprises chez Facebook, c'est qu'il y avait des conflits d'intérêts entre ce qui était bon pour le public et ce qui était bon pour Facebook. Et Facebook, encore et encore, a choisi de faire passer ses propres intérêts en premier, comme gagner plus d'argent », a déclaré Haugen à Scott Pelley, son interlocuteur.

Elle a secrètement copié des dizaines de milliers de pages de recherches internes sur Facebook. Elle dit que les preuves montrent que l'entreprise ment au public sur ses progrès significatifs contre la haine, la violence et la désinformation.

Face à cette situation, la lanceuse d'alerte a témoigné devant un panel du Sénat, recommandant une liste de changements pour freiner l'entreprise, y compris une refonte de l'article 230 qui tiendrait le géant des médias sociaux pour responsables de ses algorithmes qui promeuvent le contenu en fonction de l'engagement qu'il reçoit dans le fil d'actualité des utilisateurs.

« Si nous avions une surveillance appropriée ou si nous réformions [l'article] 230 pour rendre Facebook responsable des conséquences de leurs décisions de classement intentionnelles, je pense qu'ils se débarrasseraient du classement basé sur l'engagement », a déclaré Haugen. « Parce que cela expose les adolescents à plus de contenu anorexique, cela sépare les familles, et dans des endroits comme l'Éthiopie, cela attise littéralement la violence ethnique ».

Haugen s'est assuré de faire la distinction entre le contenu généré par les utilisateurs et les algorithmes de Facebook, qui priorisent le contenu dans les fils d'actualité et stimulent l'engagement. Elle a suggéré que Facebook ne devrait pas être responsable du contenu que les utilisateurs publient sur ses plateformes, mais qu'il devrait être tenu responsable une fois que ses algorithmes commencent à prendre des décisions sur le contenu que les gens voient.

Cette suggestion reflète un projet de loi, le Protecting Americans from Dangerous Algorithms Act, qui a été présenté à la Chambre.

Pourtant, malgré l'appel à la réforme de l'article 230, Haugen a également averti que la réforme à elle seule ne suffirait pas à surveiller de manière adéquate la large portée de l'entreprise. « La gravité de cette crise exige que nous rompions avec les cadres réglementaires précédents », a-t-elle déclaré. « Les modifications apportées aux protections de la vie privée obsolètes ou les modifications apportées à la section 230 ne seront pas suffisantes. »

Le public partage son avis

Soixante pour cent des adultes américains ont déclaré que Facebook ne faisait pas assez pour protéger les utilisateurs, contre 19 pour cent qui ont déclaré que la société de médias sociaux en faisait assez.


Le public est d'accord pour des contrôles de contenu plus stricts

Parmi les problèmes rencontrés par Facebook ces dernières semaines figurent des informations selon lesquelles les plateformes de l'entreprise, telles qu'Instagram, ont eu un effet négatif sur la santé mentale des jeunes utilisateurs, ainsi que des allégations selon lesquelles l'entreprise a autorisé la désinformation sur des sujets tels que les vaccins COVID-19. proliférer sur ses sites. Le sondage indique que le public soutiendrait les mesures que Facebook pourrait prendre pour répondre à certaines de ces préoccupations.


L'une des actions les plus populaires pour Facebook a été de mettre en œuvre des réglementations et des normes plus strictes pour interdire le contenu qui encourage la désinformation, les discours de haine, les activités illicites ou les actes de violence, qui ont collectivement reçu le soutien de 69 % des personnes interrogées. L'une des actions qui ont reçu une part égale de soutien était l'augmentation de l'âge d'éligibilité pour avoir un compte sur les plateformes de l'entreprise.

Malgré le soutien du public à la levée de la barrière à l'entrée, certains experts ne sont pas convaincus. Sean Blair, professeur adjoint de marketing à la McDonough School of Business de l'Université de Georgetown, a déclaré que de telles restrictions « ne fonctionnent tout simplement pas ».

« Les gens trouveront toujours des moyens de les contourner, donc le problème ne disparaîtra pas simplement », a déclaré Blair. « Maintenant, cela ne signifie pas que nous ne devrions pas du tout avoir d’obstacles ou d’exigences d’âge, mais cela signifie que nous ne devrions probablement pas compter sur eux pour résoudre le problème. En fin de compte, je pense que tout le monde – entreprises, utilisateurs, parents, enfants, régulateurs – devra jouer un rôle dans le processus. »

La plupart soutiennent l'expansion de la capacité de Facebook à censurer et à supprimer certains types de contenu, ainsi qu'une mesure pour que le fil d'actualité affiche le contenu par ordre chronologique plutôt que d'utiliser des algorithmes pour personnaliser individuellement ce qui est affiché.


Soutien majoritaire à l'action du Congrès

Le public est également favorable à une intervention du Congrès et à une réglementation accrue du géant des médias sociaux.

La suggestion la plus populaire était de renforcer la protection des enfants sur les plateformes de médias sociaux, qui a reçu un soutien de 77 %. Cela fait suite à l'annonce par Facebook de suspendre son initiative Instagram Kids, une décision soutenue par 52 % des adultes américains dans un sondage Morning Consult réalisé peu de temps après l'annonce.

Un plan pour que le Congrès crée un organisme gouvernemental indépendant composé d'anciens techniciens qui enquêterait sur l'utilisation des algorithmes par Facebook et le risque qu'ils représentent pour le public a recueilli un solide soutien, tout comme les réglementations qui exigent une plus grande transparence autour des algorithmes et de la façon dont les sociétés de médias sociaux les utilisent.

Et 64 % ont déclaré qu'ils soutenaient que les sociétés de médias sociaux soient au moins quelque peu responsables des actions de leurs utilisateurs, ce qu'un groupe de démocrates de la Chambre cherche à faire avec un nouveau projet de loi qui attribuerait la responsabilité aux plateformes si les recommandations personnalisées faites par leurs algorithmes de contenu favorisent contenu préjudiciable ayant causé un préjudice émotionnel ou physique.

Ce serait un défi majeur pour les protections de responsabilité des entreprises en vertu de l'article 230 de la Communications Decency Act, bien que certains groupes technologiques aient déclaré que ce n'était pas la meilleure voie à suivre.

« Au lieu de blâmer l'algorithme, le Congrès devrait travailler avec des plateformes pour développer les meilleures pratiques pour identifier et supprimer rapidement les contenus nuisibles et donner aux utilisateurs les compétences et les outils dont ils ont besoin pour rester en sécurité en ligne », Daniel Castro, vice-président de l'Information Technology and Innovation Foundation, a déclaré dans un communiqué.

Adam Kovacevich, directeur général du groupe de politique technologique de la Chambre du progrès, a averti dans un communiqué que le projet de loi « exacerbe le problème » du contenu préjudiciable. « En interdisant aux entreprises d'utiliser des données personnelles pour recommander un contenu pertinent aux utilisateurs, les plateformes pourraient être obligées de s'appuyer davantage sur des mesures telles que l'engagement viral qui entraîne la propagation de mauvais contenus », a-t-il prévenu.

Que peut-on faire d'autre

D'autres ont suggéré une approche différente. Un groupe de plus de 40 organisations de défense des droits de la personne a appelé à une loi fédérale sur la confidentialité des données afin d'interdire aux sociétés de médias sociaux de collecter des données et de les utiliser pour leurs algorithmes de recommandation personnalisée. Les groupes ont déclaré que la loi devrait être « suffisamment forte pour mettre fin au modèle commercial actuel de Facebook ».

Une loi qui obligerait Facebook à divulguer publiquement ses recherches internes a également reçu un fort soutien, puisque 68 % ont déclaré qu'ils étaient favorables à une telle décision. Une grande partie de la récente controverse entourant l'entreprise découle de la série « Facebook Files » du Wall Street Journal, qui a publié une mine de documents internes montrant comment l'entreprise a minimisé divers aspects négatifs associés à ses plateformes, y compris les impacts d'Instagram sur la santé mentale des enfants.

Le public semble favorable à la réglementation des entreprises de médias sociaux en général, car 52 % ont déclaré qu'ils étaient favorables à une telle décision des législateurs. Et 43 % ont déclaré que Facebook n'était pas assez réglementé, contre 19 % qui ont dit qu'il avait la bonne quantité de surveillance et 17 % qui ont dit qu'il en avait trop.

La perspective de Facebook

Dans une tribune, Nick Clegg, vice-président des affaires mondiales de Facebook, a appelé à de nouvelles réglementations Internet, y compris la réforme de l'article 230 :

« On a beaucoup parlé de Facebook récemment, mais il y a une chose sur laquelle nous sommes d'accord : le Congrès devrait adopter de nouvelles réglementations Internet. 

« Nous plaidons depuis plusieurs années pour de nouvelles règles. Pendant trop longtemps, de nombreuses questions importantes ont été abandonnées à la décision des entreprises privées. 

« Mais alors que de nouvelles règles Internet sont écrites en Europe, en Inde, en Australie, au Royaume-Uni et ailleurs, les efforts de réglementation technologique des États-Unis sont au point mort. Voici quelques domaines dans lesquels le Congrès pourrait agir »:

« Nous avons plaidé en faveur de la création d'une nouvelle agence de réglementation numérique pour faire face à des compromis concurrents dans l'espace numérique, un peu comme la Federal Communications Commission supervise les télécommunications et les médias. »

« Nous avons proposé des moyens de réformer l'article 230 de la Communications Decency Act, notamment en exigeant des plateformes qu'elles soient plus transparentes sur la façon dont elles suppriment les contenus préjudiciables et illégaux, et en exigeant des grandes entreprises comme Facebook qu'elles démontrent qu'elles se conforment aux meilleures pratiques de lutte contre les contenus illégaux pour gagner les protections de la loi. »

« Nous soutenons les efforts visant à apporter une plus grande transparence aux systèmes algorithmiques, à offrir aux gens plus de contrôle sur leur expérience et à exiger des audits des systèmes de modération de contenu des plateformes - qui, bien sûr, incluent des algorithmes. Nous soutenons également les processus d'établissement de normes qui abordent des questions telles que la mesure du "biais" dans un algorithme qui, une fois établi, pourrait être requis dans l'ensemble du secteur. »

« Nous convenons que le Congrès devrait agir pour établir des règles clarifiant comment les plateformes peuvent ou devraient partager des données avec des chercheurs affiliés à des universités à des fins de recherche, potentiellement par le biais d'une nouvelle division de la Federal Trade Commission. »

« Nous avons appelé le Congrès à faire plus pour se protéger contre les opérations d'influence, en créant une dissuasion qu'aucun effort de l'industrie ne peut égaler. Le Congrès pourrait agir maintenant pour imposer la transparence de la plateforme, permettre le partage légal d'informations et imposer la responsabilité directement aux personnes et aux organisations à l'origine des opérations d'influence malveillantes. »

« Et le Congrès peut sortir de l'impasse sur la législation fédérale sur la protection de la vie privée. Les États-Unis regardent de côté tandis que d'autres écrivent le livre de jeu mondial sur la vie privée. Une loi fédérale complète sur la protection de la vie privée pourrait consacrer les droits des consommateurs et renforcer la responsabilité des entreprises. Nous avons également besoin d'une législation sur la portabilité des données donnant aux gens la possibilité de transférer leurs données vers d'autres services tout en protégeant la confidentialité. »

« Il est grand temps que le Congrès établisse des règles claires et équitables. C'est ainsi que nous rendrons Internet plus sûr, tout en veillant à ce que la créativité et la concurrence continuent de prospérer en ligne ».

Source : résultat de l'enquête

Et vous ?

Êtes-vous d'accord avec les propositions de la dénonciatrice de Facebook ? Sur quels points ?
Partagez-vous l'opinion du public ?
Comment pouvez-vous interpréter les statistiques ?

Voir aussi :

Facebook annonce qu'il va embaucher 10 000 personnes en Europe pour l'aider à construire un « métavers », qui imitera l'expérience d'interagir en personne grâce à des techno comme l'AR et la VR
Facebook suspend son projet de lancer Instagram Kids, cette décision fait suite aux préoccupations concernant les effets sur la santé mentale des moins de 13 ans

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de vanquish
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 16/11/2021 à 15:21
Citation Envoyé par redcurve Voir le message
Facebook n'est pas devenu Meta
Quand même un peu ...

Soit ! Le produit/site/réseau social s'appelait et continue de s'appeler "Facebook".
Mais la société "Facebook Inc." a bien changé de nom en (et est donc devenu) "Meta Platforms, Inc."

Alors ne pas spécifier le "Inc." est peut-être un raccourci de langage, mais on dit "Microsoft", jamais "Microsoft Corp."
On ne peut pas considérer la phrase comme fausse.
7  0 
Avatar de kain_tn
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 01/11/2021 à 12:31
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
Quel est votre avis sur le sujet ?
Facebook est une boîte qui collecte autant d'information et qui ne les protège pas (cf. les fuites de données massives de ces dernières années). Je dirais même qu'ils s'en moque, si l'on en crois le mail interne qui avait lui aussi fuité et qui disait qu'il fallait habituer les utilisateurs au fuites de données en normalisant ces évènements...

Si l'on tient à la sécurité de ses enfants, il faut essayer de les tenir le plus éloignés possible de cette cochonnerie.

Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
Pensez-vous que Facebook et ses filiales sont investis dans la protection des enfants en ligne ?
La seule protection dans laquelle Facebook investit c'est la protection de ses revenus.
3  0 
Avatar de archqt
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 16/11/2021 à 9:16
On s'en doutait que les réseaux sociaux n'étaient pas bons pour la santé. Mais c'est valable aussi pour les téléphones. Les jeunes passent leur temps dessus.
Et encore mes gamins n'ont pas de comptes sur les réseaux sociaux, ils regardent plein de vidéos (tik-tok, youtube, des séries) moins pire. Par contre il est clair que les influenceurs physiques ne peuvent que donner des complexes. Ils prennent des produits, ne mangent pas pour rester "sec", font 4H de muscu par jour, sans compter la chirurgie pour se faire gonfler les seins, blanchir les dents...
Une personne normale ne peut pas lutter.

De toute façon quand c'est gratuit c'est toi le produit.
6  3 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 16/11/2021 à 15:42
Citation Envoyé par archqt Voir le message
Par contre il est clair que les influenceurs physiques ne peuvent que donner des complexes. Ils prennent des produits, ne mangent pas pour rester "sec", font 4H de muscu par jour, sans compter la chirurgie pour se faire gonfler les seins, blanchir les dents...
Une personne normale ne peut pas lutter.
J'aimerai voir la tronche de l'influenceur des frères Bogdanov
3  0 
Avatar de smobydick
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 20/10/2021 à 9:04
À partir du moment où les fondateurs de ses réseaux sociaux ne veulent pas que leurs propres gosses y aient accès (alors qu'ils proposent des versions soit disant édulcorées et protégées pour les ados), faut commencer à chercher la porte de sortie.
2  0 
Avatar de rbolan
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 20/10/2021 à 10:37
Il y a 2 points bien distincts sur cet article :

- La capacité de Facebook a retirer du contenus de sa plateforme jugé préjudiciable et illégal
- La capacité de Facebook a sélectionner à priori du contenu pour qu'il soit présent ou non dans le fil d'actualité des utilisateurs par des algorithmes.

C'est le deuxième point qui est critiqué, à raison, par Frances Haugen, car elle considère que Fb est pleinement responsable des conséquences d'une filtration active du contenu à priori. C'est ce qui constitue son business model et qui enrichit l'entreprise. D'ailleurs elle sépare bien les deux points dans son argumentaire.

Le principe de censure du contenu par la plateforme est un débat complètement différent à mon sens. Notamment, qui décide de ce qui est préjudiciable, limites d'un système centralisé, etc...
2  0 
Avatar de PomFritz
Membre actif https://www.developpez.com
Le 20/10/2021 à 16:44
Citation Envoyé par phil995511 Voir le message
Globalement Internet c'est le Far-West.
Dans ce cas, le Far-West, c'est le monde des entreprises privées qui ne veulent surtout pas se voir brider leur "capacité d'innovation".
2  0 
Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 01/11/2021 à 9:49
Punaise, mais laissez les grandir en paix !
2  0 
Avatar de tanaka59
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 20/10/2021 à 14:05
Bonjour,

Citation Envoyé par rbolan Voir le message
Il y a 2 points bien distincts sur cet article :

- La capacité de Facebook a retirer du contenus de sa plateforme jugé préjudiciable et illégal
- La capacité de Facebook a sélectionner à priori du contenu pour qu'il soit présent ou non dans le fil d'actualité des utilisateurs par des algorithmes.

C'est le deuxième point qui est critiqué, à raison, par Frances Haugen, car elle considère que Fb est pleinement responsable des conséquences d'une filtration active du contenu à priori. C'est ce qui constitue son business model et qui enrichit l'entreprise. D'ailleurs elle sépare bien les deux points dans son argumentaire.

Le principe de censure du contenu par la plateforme est un débat complètement différent à mon sens. Notamment, qui décide de ce qui est préjudiciable, limites d'un système centralisé, etc...
Facebook n'est ni plus ni moins qu'une agrégation de 4 services web :

> forum
> blog
> gallerie photos
> logiciel de tchat

Historiquement, si on prend le modèle des forums il y a PHPBB et Niceboard forum.

Sur un forum classique (comme developpez.com) ici on a notre propre modération . C'est comme ci notre hébergeur (OVH, Ionos et j'en passe) , décidait de venir fourrer son nez et de faire "sa propre modération" en faisait de la censure ou du flicage directement dans la BDD MySQL ...

Avec facebook , c'est un peu pareil. L'individu est placé "au centre". Il y a peu de modérateurs de groupes bénévoles ... Donc facebook utilise ces modérateurs à but commercial/consumériste et non dans un but de "bon sens" .

Tout commentaire qui ne vas pas le sens "commercial" est dégagé manu militari .

C'est comme ci un commerçant "truquait" ces commentaires sur son site ... C'est interdit, cela s'appelle une fraude et est condamnable pour publicité mensongère.
1  0 
Avatar de tanaka59
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 20/10/2021 à 21:04
Bonsoir,

Citation Envoyé par seedbarrett Voir le message
Plus maintenant, facebook c'est pas seulement instagram, messenger, whatsapp et son site lui même, c'est devenu également oculus, un marketplace, un site de rencontre, un éditeur de logiciel (ils ont leur propre langage web par exemple), une régie pub et j'en passe. Si ca peut aider à la compréhension de quel service on parle pourquoi pas, Google l'a bien fait avec réussite.
Facebook est une sorte gros shecker / blender / patchwork /meltingpot ou on est venu agglomérer un tas de sites différents . Dans le fond c'est funky est cool .

Par contre c'est les "centres d’intérêts" qu'on est venu y mettre ... politique, religion, théologie ... puis cela a mal tournée .

Penser qu'on peut vendre un discours politique , un discours religieux comme on vend un bien ou service ... C'est comment dire ... tordu

Vous acheter "du coran" ou de "la bible" au rayon conserve ? Même chose vous acheter du discours PS , PC , RN au rayon lessive ou électroménager ou sur la marketplace de facebook ?

Soyons sérieux , l'ideologie et la croyance ne sont par mercantilisable ni monnayable.
1  0