IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'opérateur de réseau national du Kazakhstan a commencé à rationner l'électricité distribuée aux fermes de minage de cryptomonnaies
Grosses consommatrices du pays, suite à une pénurie d'énergie

Le , par Stéphane le calme

143PARTAGES

10  0 
Une étude du Centre sur la Finance Alternative de Cambridge (en anglais, CCAF) révèle que la place de la Chine dans le minage de bitcoin a considérablement baissé, à mesure que Beijing durcissait le ton sur le sujet. La part de la Chine est passée de 75,5 % à 46 % du minage mondial entre septembre 2019 et avril 2021. Un des pays qui a le plus profité de cette bascule est le Kazakhstan. Le CCAF montre que la part que le pays occupe dans le minage mondial a presque été multipliée par 6 : elle est passée de 1,4 % à 8,2 % au cours de cette période. Depuis avril 2021, beaucoup d’autres fermes ont donc cessé leurs activités en Chine et, pour une partie d’entre elles, les ont relocalisées ailleurs. Face à une pénurie d'énergie soudaine en partie due aux activités de minage, l'opérateur a du faire un choix.

Noursoultan a eu du mal à adopter une politique cohérente envers les cryptomonnaies et le minage de cryptomonnaie (la série de calculs gourmands en électricité effectués par des ordinateurs en réseau pour vérifier et enregistrer les transactions de cryptomonnaie). Après avoir essayé de durcir sa position sur le minage en 2018, le Kazakhstan l’a finalement assouplie, adoptant en 2020 une loi pour légaliser cette activité.

Il y a seulement trois ans, la Banque nationale a appelé à l'interdiction du commerce des cryptomonnaies et de leur minage.

Puis, en 2020, le parlement a adopté une loi légalisant le minage de cryptomonnaie et créant des conditions d'accueil pour l'industrie. Le projet de loi a introduit le concept « d'actif numérique » et a posé les bases pour que les courtiers en cryptomonnaie agréés s'installent. La législation a également établi des taux pour les taxes à percevoir auprès des mineurs et de nouveaux tarifs d'électricité augmentés à partir de janvier prochain : une contribution de 1 tenge (0,0020 €) par kilowattheure sur l’électricité consommée par le minage de crypto. Les amendements entreront en vigueur le 1er janvier 2022. Cette mesure a été expliquée par les autorités kazakhes comme une tentative de « sortir les mineurs de l’ombre » et de la « zone grise ».

S'exprimant peu de temps après l'adoption du projet de loi, le ministre du Développement numérique Bagdat Musin a déclaré lors d'une réunion gouvernementale que 13 fermes de minage avaient déjà commencé à fonctionner au Kazakhstan avec des investissements totalisant 80 milliards de tenge (161 millions d'euros). D'ici 2025, les investissements miniers atteindraient 500 milliards de tenge (1 milliard d'euros), a-t-il déclaré.

Fin septembre 2021, la Chine a intensifié la répression du commerce des cryptomonnaies, promettant d'éradiquer les activités « illégales » tant pour le bitcoin que pour les autres monnaies virtuelles et d'interdire dans tout le pays le minage de cryptomonnaies. Dix agences gouvernementales chinoises, dont la banque centrale ainsi que les régulateurs des banques, de la Bourse et des changes, ont déclaré dans un communiqué conjoint qu'elles travailleraient en étroite collaboration pour maintenir une répression « à haute pression » contre les activités spéculatives des cryptomonnaies.

La Banque populaire de Chine a déclaré que les cryptomonnaies ne doivent pas circuler sur les marchés en tant que monnaies traditionnelles et que les Bourses étrangères ne sont pas autorisées à fournir des services aux investisseurs du continent via Internet : « Les activités commerciales liées aux monnaies virtuelles sont des activités financières illégales », a déclaré la Banque centrale dans un communiqué en ligne, en ajoutant qu'elles « mettaient sérieusement en difficulté la sécurité des actifs des gens ». La Banque centrale a précisé que les contrevenants feront « l'objet d'une enquête pour responsabilité pénale conformément à la loi ».

La décision chinoise interdit donc notamment le commerce de monnaies virtuelles, la vente de jetons, les transactions impliquant des dérivés de devises virtuelles et les « collectes de fonds illégales ».

Pour faire suite à cette décision, de nombreux mineurs ont simplement déplacé leurs opérations de l'autre côté de la frontière, faisant du Kazakhstan le deuxième plus grand mineur de cryptomonnaie au monde. La part du pays dans l'exploitation minière mondiale est passée de 1,4 % en septembre 2019 à plus de 18 %, selon les données collectées par l'Université de Cambridge.


La Blockchain and Data Center Industry Association, un groupe de pression, estime que plus de 250 000 appareils de minage sont hébergés au Kazakhstan aujourd'hui.

Ces ordinateurs exigent de grandes quantités d'énergie.

« Nous avons vu que la consommation d'électricité de notre [pays] a littéralement augmenté de 7 % en un an. C'est une très forte augmentation », a déclaré le 30 septembre le ministre de l'Énergie, Magzum Mirzagaliyev, notant que la consommation augmente généralement d'environ 2 % par an.

Mirzagaliyev a associé l'augmentation spectaculaire de la demande au minage de cryptomonnaie.

Selon le ministère de l'Énergie, les fermes de minage consomment environ 1 GW d'électricité. Cela correspond à la capacité installée de l'une des plus grandes centrales électriques du Kazakhstan (Ekibastuz GRES-2). Sans compter que tout le pays en hiver (qui représente la période où le niveau de consommation est le plus élevé) nécessite environ 15 GW d'électricité avec une capacité totale disponible dans le système électrique de 20 GW.

Aussi, le ministre a proposé au gouvernement de limiter l'approvisionnement en électricité à 1 MW par ferme de minage et à 100 MW pour l'ensemble du secteur.

Cette suggestion a suscité les critiques des mineurs. La Blockchain and Data Center Industry Association a fait valoir que le gouvernement devrait sévir contre les mineurs illégaux au lieu de restreindre l'approvisionnement en énergie à des entreprises qui paient des impôts.

« Les mesures visant à limiter la consommation d'énergie des mineurs sous la forme sous laquelle elles sont actuellement proposées ne résoudront pas le problème existant. Ces restrictions n'affecteront légalement que les mineurs. Malgré le fait qu'environ 300 MW par an sont dépensés illégalement par les mineurs gris, ce qui est trois fois plus que l'allocation des 100 MW d'énergie proposée dans le projet du ministre de l'Énergie », a déclaré le président de l'association des mineurs Alan Dordzhiev.

Pour résoudre le problème du déficit en énergie et du minage illégal, l'association propose d'introduire une interdiction de connexion des fermes de minage dans les villes et à proximité des grandes agglomérations, mais aussi l'interdiction de faire du minage au sein des organisations productrices d'énergie ou dans des entreprises engagées dans d'autres activités spécialisées.

Le 15 octobre, le gestionnaire de réseau national, KEGOC, a annoncé un rationnement de l'électricité après la fermeture de trois grandes centrales électriques au charbon. KEGOC n'a pas directement blâmé les mineurs, mais il a utilisé un langage similaire à celui du ministre de l'Énergie et a déclaré qu'il coupait les clients qui « surconsomment ».

La crise de l’énergie électrique dans les pays où le minage du Bitcoin est légalisé devient déjà un phénomène courant, auparavant une situation similaire s’était déjà produite en Iran au premier trimestre de 2021. Au début, le gouvernement iranien a légalisé le minage du bitcoin dans le pays pour soutenir son économie et lutter contre les sanctions commerciales.

Cependant, les autorités se sont vite rendu compte que les mineurs illégaux exploitaient des ressources énergétiques limitées, ce qui a entraîné des coupures de courant.

Sources : sénat du parlement du Kazakhstan, Ministre du Développement numérique Bagdat Musin, Bitcoin Mining Map (universite de Cambridge), Blockchain and Data Center Industry Association

Et vous ?

Cela vous semble-t-il surprenant ? Dans quelle mesure ?
Ce phénomène est-il susceptible de se reproduire dans d'autres pays qui ont légalisé le minage de cryptomonnaies ?
Que pensez-vous du fait de rationaliser l'électricité distribuée aux fermes de minage, même si elles paient des impôts ?
Que pensez-vous des propositions de l'association des mineurs (interdiction de connexion des fermes de minage dans les villes et à proximité des grandes agglomérations mais aussi l'interdiction de faire du minage au sein des organisations productrices d'énergie ou dans des entreprises engagées dans d'autres activités spécialisées) ?

Voir aussi :

Christine Lagarde préoccupée par le rôle du Bitcoin dans la facilitation des activités criminelles. La présidente de la Banque centrale européenne voudrait une régulation mondiale de la cryptomonnaie
Bitcoin : les mineurs de la région nordique bénéficient d'une énergie bon marché, offrant des alternatives aux endroits traditionnels comme la Chine et le Kazakhstan
Les États-Unis dépassent désormais la Chine en tant que premier centre d'extraction de bitcoins, avec plus de 35 % de la part mondiale de l'extraction de bitcoins
Le bitcoin et d'autres cryptomonnaies basés sur l'algorithme Proof of Work sont un cauchemar suivant les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance, selon Timothy Swanson

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de smarties
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 04/11/2021 à 10:32
Je suis globalement contre les cryptomonnaies car elles sont presque toutes spéculatives et il n'a pas eu suffisamment d'achat/vente de produits/services qui s'est développé.

Vu les problèmes d'énergie engendrés dans différents pays, les mineurs devraient commencer à réfléchir à une production partielle ou complète de l'énergie nécessaire.
4  0 
Avatar de youtpout978
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 04/11/2021 à 11:16
Citation Envoyé par ChemOuRoussOuJadot Voir le message
Je trouve ça surprenant en effet, les fermes de cryptos participent à l'économie du pays en achetant de l'électricité et en rendant riche des entrepreneurs qui par effet de ruissellement va inonder l'économie du pays d'une richesse vertueuse.

L'URSS est tombée mais pas le communisme, il gangrène le monde avec des idées nauséabondes, c'est bien dommage pour ce pays.
Je ne sais pas si c'est du troll, mais ça m'étonnerait que ceux-ci résident au Kazakhstan et donc dépense cet argent localement.
3  0 
Avatar de AoCannaille
Membre expert https://www.developpez.com
Le 04/11/2021 à 11:48
Citation Envoyé par youtpout978 Voir le message
Je ne sais pas si c'est du troll, mais ça m'étonnerait que ceux-ci résident au Kazakhstan et donc dépense cet argent localement.
Un moyen simple de le savoir est de regarder sa réputation. Tu peux cliquer sur son zéro pointé et constater un -325 points pour 78 messages.
Cet indicateur n'est pas infaillible, mais, à titre personnel, il me suffit pour ne pas prendre la peine de lui répondre.
à titre personnel également, j'aurais tendance à te dire "don't feed the troll"
2  0 
Avatar de Jesus63
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 04/11/2021 à 11:16
Citation Envoyé par ChemOuRoussOuJadot Voir le message
Je trouve ça surprenant en effet, les fermes de cryptos participent à l'économie du pays en achetant de l'électricité et en rendant riche des entrepreneurs qui par effet de ruissellement va inonder l'économie du pays d'une richesse vertueuse.

L'URSS est tombée mais pas le communisme, il gangrène le monde avec des idées nauséabondes, c'est bien dommage pour ce pays.
La même remarque pourrait être faite sur n'importe quel type d'industrie, cela dit.
Le problème avec les cryptomonnaies, c'est la volatilité de la rentabilité et les besoins impliqués, surtout vis-à-vis d'une véritable industrie nationale qui pourrait devenir une force motrice de l'économie. (Emplois, exports, avantages techniques, comme ce qui a pu être essayé avec Sophia Antipolis un temps par exemple)

De plus, quand on voit d'où provient l'énergie fournie pour le minage, on se rend compte que la totalité est issue de ressources non-renouvelables avec notamment le charbon en tête de file (64%). D'un côté, on peut se dire que la production nationale de charbon kazakh étant suffisante, les cryptomonnaies boostent également l'industrie énergétique; D'un autre côté, dans le cadre géopolitique actuel, l'usage d'énergies fossiles à outrance (Notamment polluantes comme le charbon) n'est pas bien vu, ni pérenne sur tout les points de vue.

Du point de vue national, c'est peut-être une bonne stratégie sur le court terme, mais j'ai l'impression que c'est difficilement viable sur le long terme, en tout cas pour un pays qui n'a pas accès à suffisamment d'énergies renouvelables. Donc en passant outre les raisons politiques plus ou moins légitimes, il reste des raisons autres pour expliquer ceci.
0  0 
Avatar de ChemOuRoussOuJadot
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 04/11/2021 à 10:15
Je trouve ça surprenant en effet, les fermes de cryptos participent à l'économie du pays en achetant de l'électricité et en rendant riche des entrepreneurs qui par effet de ruissellement va inonder l'économie du pays d'une richesse vertueuse.

L'URSS est tombée mais pas le communisme, il gangrène le monde avec des idées nauséabondes, c'est bien dommage pour ce pays.
0  9