IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Donnez-nous vos données biométriques pour obtenir votre déjeuner en 5 secondes, disent les écoles britanniques aux enfants :
La reconnaissance faciale et le paiement des repas un système efficace ?

Le , par Nancy Rey

122PARTAGES

10  0 
Dans le North Ayrshire, une des divisions administratives de l’Écosse, neuf écoles vont commencer à traiter le paiement des repas scolaires à l'aide de la technologie de reconnaissance faciale. La division administrative et la société qui met en œuvre cette technologie, CRB Cunninghams, affirment que le système contribuera à réduire les files d'attente et qu'il est moins susceptible de propager la COVID-19 que les paiements par carte et les scanners d'empreintes digitales. Mais les défenseurs de la vie privée ont exprimé leur inquiétude quant à la normalisation inutile de la reconnaissance faciale en introduisant cette technologie dans les écoles et ont signifié que les enfants ne devraient pas être utilisés comme cobayes pour cette technologie. Le bureau du commissaire à l'information (ICO) à ce sujet a déclaré que les écoles devraient « examiner attentivement la nécessité et la proportionnalité de la collecte de données biométriques avant de le faire ». Il a déclaré qu'il aborderait la question avec le conseil de North Ayrshire en ajoutant que les organisations devraient envisager d'utiliser une approche différente si le même objectif peut être atteint d'une manière moins intrusive.


Neuf écoles du North Ayrshire vont commencer à traiter le paiement des repas scolaires à l'aide de la technologie de reconnaissance faciale. À ce sujet, David Swanston, le directeur général du fournisseur CRB Cunninghams, a déclaré que les caméras vérifient l'identité de l'enfant par rapport à des « modèles d'empreintes faciales chiffrées » et seront conservées sur des serveurs sur place dans les 65 écoles qui ont jusqu'à présent signé. Il ajoute : « Dans une école secondaire, vous avez environ 25 minutes pour servir potentiellement 1 000 élèves. Nous avons donc besoin d'un débit rapide au point de vente ». Il a déclaré qu'avec le système, le temps moyen de transaction a été réduit à cinq secondes par élève. Le système a déjà été testé en 2020 à la Kingsmeadow Community School de Gateshead, en Angleterre.

Le conseil municipal de North Ayrshire a déclaré que 97 % des parents avaient donné leur accord pour ce nouveau système, bien que certains aient dit qu'ils n'étaient pas sûrs que leurs enfants aient reçu suffisamment d'informations pour prendre leur décision. Semblant ignorer la controverse entourant la reconnaissance faciale, le fournisseur de solutions éducatives CRB Cunninghams a annoncé en juin l'introduction de cette technologie dans les écoles comme « la prochaine étape de la restauration sans argent ». « Cette technologie intuitive permet aux opérateurs d'identifier rapidement le compte sans argent de l'élève tandis que les paiements sont instantanément ajustés de la même manière que toutes les autres méthodes d'identification dans le logiciel Fusion de CRB Cunninghams », a déclaré la société.

Un porte-parole du conseil de North Ayrshire a déclaré : « Nos contrats de système de restauration arrivent naturellement à leur terme et nous avons la possibilité d'installer une infrastructure informatique qui rend notre service plus efficace et améliore l'expérience des élèves en utilisant une technologie innovante… Compte tenu des risques permanents associés à la COVID-19, le Conseil souhaite vivement disposer d'une identification sans contact, car elle offre un environnement plus sûr pour les élèves et le personnel. La reconnaissance faciale a été évaluée comme la solution optimale qui répondra à toutes nos exigences ».

Selon le professeur Fraser Sampson, responsable aux caméras de surveillance du gouvernement britannique, la technologie de reconnaissance faciale pourrait devoir être réglementée de la même manière que certaines techniques médicales sensibles sur le plan éthique, afin de garantir la mise en place d'assurances suffisantes pour protéger la vie privée et les libertés des personnes. Sampson, qui travaille avec le ministère de l'Intérieur pour superviser la surveillance technologique au Royaume-Uni, a déclaré le mois dernier que la reconnaissance faciale était « un domaine en évolution rapide et que les preuves sont insaisissables, mais il se peut que les aspects actuellement laissés à l'autodétermination présentent le plus grand risque pour les communautés ou suscitent simplement la plus grande inquiétude parmi les citoyens ».

Les défenseurs de la vie privée ont exprimé leur inquiétude quant à la normalisation inutile de la reconnaissance faciale en introduisant cette technologie dans les écoles

« Aucun enfant ne devrait avoir à subir des contrôles d'identité de type contrôle de douane juste pour obtenir un repas scolaire. Nous sommes censés vivre dans une démocratie, pas dans un État sécuritaire. Il s'agit de données très sensibles et personnelles que les enfants devraient apprendre à protéger, et non à donner sur un coup de tête. Cette société de biométrie a refusé de divulguer à qui d'autre les informations personnelles des enfants pourraient être partagées et il y a là des signaux d'alarme pour nous… La technologie de reconnaissance faciale souffre généralement d'inexactitudes, en particulier pour les femmes et les personnes de couleur, et nous sommes extrêmement préoccupés par l'impact de ce système invasif et discriminatoire sur les enfants », a déclaré Silkie Carlo, du groupe de campagne Big Brother Watch.

Jen Persson, directrice chez defenddigitalme, un groupe de défense des droits de l'enfant et de la vie privée, a souligné que la Suède avait émis sa première amende en vertu du RGPD dans le cas d'une école utilisant la reconnaissance faciale et que l'autorité française de protection des données avait ordonné aux lycées de Nice et de Marseille de mettre fin à leurs programmes de reconnaissance faciale. « Nous nous attendons à une réponse similaire de la part de l'ICO britannique et à ce que tous les éléments biométriques soient supprimés dans les écoles britanniques. La loi dit que si nous pouvons, nous devons, utiliser des approches moins invasives pour protéger les droits et libertés fondamentaux des enfants », a-t-elle déclaré.

Ceux qui s'inquiètent de la sécurité des systèmes scolaires stockant désormais les données biométriques des enfants ne seront pas rassurés par le fait que les établissements d'enseignement sont devenus la cible de cyberattaques. En mars dernier, la Harris Federation, une organisation caritative à but non lucratif chargée de gérer 50 écoles primaires et secondaires à Londres et dans l'Essex, a été victime d'un ransomware. L'organisme éducatif britannique a déclaré qu'il s'agissait au moins du quatrième multi-academy trust ciblé au cours de ce seul mois. Au début de l'année, le South and City College de Birmingham a annoncé à 13 000 étudiants que tous les cours seraient dispensés sur le Web, car une attaque par ransomware avait désactivé ses principaux systèmes informatiques.

Un porte-parole de l'OIC a déclaré : « Les organisations qui utilisent la technologie de reconnaissance faciale doivent se conformer à la loi sur la protection des données avant, pendant et après son utilisation. En outre, la loi sur la protection des données prévoit des protections supplémentaires pour les enfants, et les organisations doivent examiner attentivement la nécessité et la proportionnalité de la collecte de données biométriques avant de le faire. Les organisations doivent envisager d'utiliser une approche différente si le même objectif peut être atteint d'une manière moins intrusive. Nous sommes au courant de l'introduction et nous nous renseignerons auprès du conseil de North Ayrshire. Toute personne qui estime que ses données personnelles ont été traitées de manière illégale peut déposer une plainte directement auprès de l'ICO ».

Sources : ICO, CRB Cunninghams

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Quel commentaire faites-vous de la mise en œuvre de la reconnaissance faciale dans la cadre scolaire ?
Pensez-vous qu’un tel système pourrait être adopté dans d’autres pays ?
Ne craigniez-vous pas que la reconnaissance faciale avance jusqu’à se banaliser de la même façon que la vidéosurveillance dans les années 90 ?

Voir aussi :

La reconnaissance faciale utilisée en Chine pour tout, de la collecte des déchets à la distribution de rouleaux de papier toilette, d'après une enquête, les citoyens sont de plus en plus préoccupés

Tencent déploie la reconnaissance faciale pour détecter les mineurs qui jouent la nuit, dans le cadre de sa lutte contre la dépendance aux jeux chez les jeunes joueurs

L'utilisation de la reconnaissance faciale par la police viole les droits de l'homme, selon un tribunal britannique, cependant, la Cour n'a pas complètement interdit l'utilisation de la technologie

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de yoyo3d
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 20/10/2021 à 13:38
ou comment habituer la population, dés le plus jeune âge à ne plus se soucier de ses données personnelles...
d'habitude , c'est le terrorisme et la sécurité, maintenant, c'est le COVID et la santé, mais également avoir des accès plus rapide en diminuant les files d'attentes... à la cantoche

ça va mal finir ma bonne dame!!
7  0 
Avatar de phil995511
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 20/10/2021 à 13:27
Un pas de plus en direction de Big Brother...
6  0 
Avatar de Jeff_67
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 20/10/2021 à 15:29
Technologie inutile et très chère au vu du but recherché dans ce cas précis.
4  0 
Avatar de rbolan
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 20/10/2021 à 13:49
Il y a toujours une bonne excuse !
2  0 
Avatar de Andy Oka
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 23/11/2021 à 4:16
Il s'agit d'habituer les enfants à penser que c'est "normal" et "acceptable".
2  0 
Avatar de walfrat
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 22/10/2021 à 15:17
Je trouve ça un peu bizarre l'argument sur le COVID.

Je paye mon self par carte (pas bancaire, carte du boulot), je n'ai même pas besoin de contact, il n'y a donc aucun problème pour le COVID.

Après personnellement, je suis contre toute forme de reconnaissance faciale/empreinte/etc. Tout simplement parce que si tes données biométriques fuitent, ben t'es foutu, tu peux pas changer ta tronche ou tes empreintes comme ça.

Donc pour moi, le mot de passe reste peut-être moins sécurisé sur du crackage, mais au moins le fait qu'on puisse en changer me paraît plus sécure que les systèmes de reconnaissances.
1  0 
Avatar de Andy Oka
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 18/11/2021 à 19:58
Ce n'est pas vraiment différent des générations précédentes. Nous avons tous été endoctrinés d'une manière ou d'une autre à travailler pour vivre, à payer notre nourriture, à fonctionner dans une société, ceci n'est que l'étape suivante. Tu te souviens de la récréation ? C'était amusant, mais vous étiez limité à une période de la journée, parce que vous n'aviez pas d'autre choix.

C'est vraiment la faute des parents qui permettent que cela se produise. Ainsi que nous tous, les adultes. C'est de notre faute, mais cela se produira et les enfants n'auront pas l'expérience du passé pour savoir qu'il y a eu des temps différents.
1  0