IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Encouragé par la victoire d'Apple, Google poursuit Epic pour avoir ajouté son système de paiement pour les achats intégrés
Dans son application Fortnite. L'éditeur évoque la rupture de contrat

Le , par Stéphane le calme

209PARTAGES

5  0 
Epic Games continue d'accumuler des combats judiciaires avec les propriétaires de magasins d'applications. Cette fois, Google poursuit Epic pour rupture de contrat. Epic a signé des contrats avec Google et Apple, s'engageant à utiliser leurs systèmes de paiement par défaut pour les achats intégrés. Dans le cadre de sa campagne pour des systèmes de paiement plus ouverts, cependant (et pour esquiver les frais de 30% de chaque plateforme), Epic a hardiment diffusé des mises à jour de son jeu Fortnite sur Android et iOS qui ont basculé le traitement des paiements des achats intégrés des plateformes vers le système maison de paiement d'Epic, mettant en avant des économies faites par les mobinautes. Google et Apple allèguent tous deux que cette action était une violation de leurs contrats de magasin d'applications avec Epic.

En 2018, Epic a fait un pari audacieux : apporter son jeu Fortnite sur Android en décidant de se passer de Google et des 30 % de commissions touchées pour les applications publiées sur Play Store.

« Le 9 août, nous avons lancé la bêta Android de Fortnite sur certains appareils de nos partenaires chez Samsung. Quelques jours plus tard, nous avons lancé des invitations à un sous-ensemble de propriétaires d'appareils Android auprès de divers fabricants de combinés. Nous avons beaucoup appris de la version bêta en ce qui concerne les performances, la sécurité, la compatibilité des appareils et la fourniture de Fortnite sur Android via Fortnite Installer », raconte l’équipe dans un long billet technique.

Quel était le bilan un mois plus tard ? « Au cours des 21 premiers jours qui ont suivi le lancement de Fortnite sur Android, l’intérêt a été très vif, avec plus de 23 millions de joueurs entrant dans notre version bêta Android et plus de 15 millions de joueurs ayant installé notre APK. Alors que nous sommes dans une phase d'invitation seulement pour Android, notre conversion des joueurs invités à jouer est similaire à celle de la bêta iOS », explique Epic.

« Livrer le même jeu sur toutes les plateformes, tout en prenant en charge le jeu croisé, représentait un défi unique. Généralement, lorsque vous essayez de faire évoluer un jeu pour des appareils mobiles, vous simplifiez le contenu et même la conception, afin de vous adapter aux contraintes de performance de la plateforme. Par exemple, vous pouvez éliminer des objets plus proches de la caméra pour réduire les appels de dessin. Dans Fortnite, les joueurs Android peuvent être dans le même match avec leurs amis sur PC et sur console, donc nous devons faire un rendu de tout ce qui affecte le gameplay ».


Un travail effectué avec plusieurs partenaires

Depuis janvier 2018, Epic a travaillé avec une équipe importante sur la version Android de FNBR. Bien que la plupart de leurs efforts ont été consacrés au rendu, à la stabilité et à la mémoire, le nombre et la variété du matériel Android, des versions du système d'exploitation et des versions des pilotes constituaient le principal obstacle à surmonter.

Aussi, il était crucial pour Epic de travailler avec des partenaires afin d’apporter Fortnite à Android. D’ailleurs, Epic reconnaît que sans leurs connaissances, leur expertise et leur travail acharné, cela n’aurait pas été possible.

« Nous avons travaillé en étroite collaboration avec Samsung pour définir et optimiser Fortnite pour leurs appareils. Samsung a envoyé des ingénieurs dans plusieurs bureaux Epic du monde entier et a travaillé directement avec nos ingénieurs sur les optimisations et l'analyse des performances, et a apporté de nombreuses modifications de code, en particulier pour le moteur de rendu Vulkan. À l'aide de téléphones de test instrumentés et de leurs outils d'ingénierie internes, ils ont pu nous donner un aperçu de nos goulots d'étranglement en termes de performances et de mémoire et de la manière de les résoudre. Nous avons également travaillé avec Samsung pour créer le processus d'installation le plus transparent et le plus sûr possible pour les utilisateurs de téléphones Samsung.

« Les ingénieurs de Google nous ont également rendu visite sur site pour identifier et optimiser Fortnite, en nous aidant à identifier les optimisations clés, une fuite de mémoire et à élaborer une implémentation de stimulation de trame solide pour OpenGL sur Android. Les ingénieurs Android de Google sont très talentueux et passionnés par le fait de rendre l'écosystème Android génial pour les jeux et de l'améliorer constamment ».

Epic a également travaillé avec d’autres partenaires pour tester et optimiser Fortnite, notamment ARM, Qualcomm, Imagination Technologies, Razer, HiSilicon et bien d’autres.

L'ultime tentative de négociation

En 2019, Epic Games a approché la filiale d’Alphabet pour lui proposer d’accueillir à nouveau son jeu Fortnite sur le Play Store, mais sous certaines conditions : le studio voulait conserver l’intégralité des revenus tirés des achats intégrés dans son jeu.

En guise de réponse, Google s’est fendu d’un commentaire expliquant : « Google Play a un modèle d’affaires et une politique de paiement qui nous permettent de développer notre plateforme et nos outils pour aider les développeurs à générer de l’argent tout en gardant nos utilisateurs en sécurité. Nous accueillons tous les développeurs qui reconnaissent la valeur de Google Play et nous attendons d’eux qu’ils participent sous les mêmes termes que les autres ». En clair, la firme de Mountain View ne voyait pas pourquoi Fortnite, malgré son large succès, devait bénéficier d'un traitement de faveur sur le Play Store.

Suite aux propos de Google, Epic Games a réagi afin d’exposer les réelles motivations de sa récente démarche (dénoncer le caractère illégal et abusif du système de rémunération de Google sur le Play Store) :

« Nous n’avons pas demandé d’exception pour nous ; nous espérons plutôt voir un changement général dans les pratiques de l’industrie des smartphones à ce sujet. Nous avons demandé à Google de ne pas appliquer sa mesure pour que les produits distribués par Google Play utilisent le service de Google pour les achats intégrés. Nous pensons que le fait de lier un service de paiement obligatoire à une commission de 30 % est illégal dans le cas d’une plateforme de distribution avec plus de 50 % de parts de marché ».

Epic Games a également attiré l’attention sur le fait que « l’accord de distribution des développeurs de Google Play ne requiert pas que les développeurs utilisent le système de paiement de Google. Il référence simplement un certain nombre de documents non contractuels demandant aux développeurs de le faire ». L’éditeur de Fortnite a poursuivi en rappelant qu’il « propose une boutique majeure de jeux sur PC avec un service de paiement » et qu’il ne force pas les développeurs à utiliser sa boutique pour accéder à son écosystème de paiement.

Epic décide de courber l’échine après un bras de fer qui aura duré plus d’un an

En avril 2020, Epic a abandonné sa lutte contre la plateforme et a finalement rendu Fortnite disponible sur le Google Play Store.

La raison de ce revirement est expliquée par la société dans un communiqué :

« Google désavantage les logiciels téléchargeables en dehors de Google Play, grâce à des mesures techniques et commerciales telles que des fenêtres contextuelles de sécurité effrayantes et répétitives pour les logiciels téléchargés et mis à jour, des accords et des transactions restrictives avec les fabricants et les opérateurs, les relations publiques de Google caractérisant les sources de logiciels tiers comme les logiciels malveillants et les nouveaux efforts tels que Google Play Protect pour bloquer purement et simplement les logiciels obtenus en dehors du Google Play Store ».

Une partie de cette déclaration pourrait faire référence à un problème de sécurité entre Google et Epic juste après le lancement du jeu sur Android. Là, Epic a corrigé une vulnérabilité potentielle du programme d'installation d'Android Fortnite après en avoir été alerté en privé par Google. En pratique, cette vulnérabilité permettait à un hacker de contourner le processus de téléchargement pour installer des applications malicieuses au lieu de télécharger le jeu à partir du serveur d’Epic, ce qui laissait l’utilisateur vulnérable à ce qui est communément appelé l'attaque de l'homme du milieu (HDM) ou man-in-the-middle attack (MITM).

Mais lorsque Google a révélé la (première) vulnérabilité une semaine après la publication du correctif, Epic a déclaré « qu'il était irresponsable de Google de divulguer publiquement les détails techniques de la faille si rapidement, alors que de nombreuses installations n'avaient pas encore été mises à jour et étaient toujours vulnérables ». Epic a également mis cette divulgation sur le compte des « efforts de contre-relations publiques de Google contre la distribution d'Epic de Fortnite en dehors de Google Play ».

Par la suite, dans une mise à jour, Epic a proposé aux mobinautes sur Android et iOS de bénéficier d'une ristourne s'ils choisissaient de procéder à des paiements par son système de paiement plutôt que par celui d'App Store et de Play Store. Ce qui lui a valu d'être éjecté de ces plateformes et a marqué le début d'une succession de batailles judiciaires.


Google poursuit Epic après le succès d'Apple

Apple a poursuivi Epic et a obtenu gain de cause dans la décision de la Cour le mois dernier. Epic a été condamné à payer 3,65 millions de dollars de dommages et intérêts, couvrant la perte de revenus d'Apple résultant des trois mois de paiements auto-alimentés d'Epic. À la suite de cette décision, Google veut également son argent manquant et lance une contre-attaque dans l'espoir d'une décision similaire.

La plainte de Google indique ceci : « Epic a délibérément enfreint le DDA [Accord de distribution des développeurs] en soumettant une version de Fortnite pour publication sur Google Play avec un mode de paiement autre que la facturation Google Play pour les achats de contenu intégré à l'application. Ce faisant, Epic a refusé à Google ses frais de service en vertu de la DDA pour tout achat effectué via l'application en dehors de la facturation Google Play ».

Google poursuit*en disant que : «*Les utilisateurs qui ont téléchargé la version non conforme de Fortnite avant sa suppression de Google Play peuvent toujours utiliser le mécanisme de paiement externe corrigé d'Epic pour effectuer des achats intégrés, ce qui permet à Epic d'échapper à ses frais de service contractuellement convenus avec Google pour ces achats ».

Google fait valoir « qu'Epic s'est alternativement enrichi injustement aux dépens de Google » et demande la restitution de ses revenus manquants et de ses dommages et intérêts.

La plainte de Google prend également du temps pour tracer une ligne claire entre Android et iOS, affirmant que, « contrairement à des concurrents comme Apple, Google n'exige pas des utilisateurs ou des développeurs Android qu'ils utilisent Google Play pour télécharger, installer ou distribuer des applications sur Android » et que « la plupart des téléphones Android » sont préchargés avec plusieurs magasins d'applications. Google affirme que « les consommateurs et les développeurs n'ont pas besoin d'utiliser Google Play*; ils choisissent de l'utiliser lorsqu'ils ont le choix entre les magasins d'applications Android et les canaux de distribution ».

L'implication : si Epic n'aime pas les règles du Play Store, il est libre d'aller ailleurs.

Source : Google

Et vous ?

Que pensez-vous des arguments de Google ?

Voir aussi :

« Epic Games va cesser de faire des exclusivités si Steam offre aux développeurs plus d'argent » a annoncé Tim Sweeney, PDG d'Epic Game
Epic qualifie Google « d'irresponsable » pour avoir divulgué des détails sur la faille affectant Fortnite sur Android après une semaine
Epic Games affirme que Google s'est entendu avec les constructeurs de téléphones pour éviter de perdre 1,1 milliard de dollars de bénéfice si d'autres développeurs venaient à suivre l'exemple d'Epic

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de SQLpro
Rédacteur https://www.developpez.com
Le 10/11/2021 à 11:39
Ma boite vient d'interdire l'utilisation des appareils Apple de toute nature : téléphone, tablette, PC...
4  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 10/11/2021 à 19:47
Le juge ordonne à Apple d'autoriser les options de paiement externes pour l'App Store d'ici le 9 décembre
2  0 
Avatar de KnifeOnlyI
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 14/10/2021 à 15:21
Epic va finir par créer son propre "Epic Game Store" sur Android. Un peu de concurrence ça ferrais du bien je pense.

Je garde quand même à l'esprit qu'Apple, Google et Epic son 3 rapaces qui n'hésiterais pas à attaquer les 2 autres au moindre prétexte. Loin moi l'envie de plaindre Epic.
2  3