IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

App Store : Spotify estime que les concessions d'Apple faites aux développeurs ne corrigent pas ses pratiques anticoncurrentielles
L'entreprise ne compte donc pas arrêter les poursuites judiciaires

Le , par Stéphane le calme

241PARTAGES

4  0 
Apple, sous la pression des développeurs et des régulateurs concernant la façon dont il gère son App Store, est en train de changer certaines de ses règles, via une proposition de règlement déposée devant le tribunal suite à un recours collectif. En effet, Apple permettra aux développeurs d'applications de mettre en œuvre des systèmes de paiement en dehors de l'App Store et de communiquer directement avec les clients à leur sujet. Auparavant, une application serait supprimée de l'App Store si elle contournait les systèmes de paiement d'Apple et les commissions d'achat in-app.

Le terme de règlement ne permettrait pas aux développeurs d'informer les utilisateurs sur les options d'achat non App Store au sein des applications elles-mêmes, nécessitant que cette communication ait lieu en dehors des applications. Les créateurs d'applications pourraient contacter les clients à l'aide d'adresses e-mail et de numéros de téléphone obtenus dans leurs applications et leur dire comment acheter des abonnements et d'autres contenus numériques sur les propres sites Web des développeurs ou ailleurs.

Apple n'autorise actuellement pas les développeurs à « utiliser les informations de contact (e-mails, numéros de téléphone, etc.) obtenues dans une application pour contacter leur base d'utilisateurs en dehors de l'application », ce qui « empêche effectivement les développeurs d'alerter leurs clients sur d'autres options de paiement », rappellent les plaignants. « Le règlement proposé lève cette restriction, et il le fait pour toutes les catégories d'applications ».

La raison pour laquelle cela est significatif est que jusqu'à présent, Apple, qui prélève jusqu'à 30% de l'argent que les développeurs génèrent lorsqu'ils effectuent des ventes in-app, n'a pas permis aux développeurs de parler aux clients d'alternatives moins chères. Maintenant, ils le peuvent.

Ainsi, Spotify, par exemple, pourrait vendre un abonnement mensuel à son service de streaming pour 13 $ via une application Apple – mais pourrait alors immédiatement envoyer un e-mail à quelqu'un qui s'est inscrit à ce service pour lui dire qu'il pourrait obtenir la même chose pour 10 $ par mois s'il signait sur Spotify.com.

Ainsi, Spotify, qui a déposé une plainte antitrust contre Apple auprès de l'Union européenne, et Epic, qui a poursuivi Apple pour violations des lois antitrust aux États-Unis, on obtenu une partie de ce qu'ils veulent : la possibilité de dire à leurs propres clients qu'ils peuvent payer moins cher pour le même service.

Mais cette proposition d'Apple n'a pas été suivie par la liesse de ces entreprises. Elles poursuivent leurs campagnes juridiques, pour de multiples raisons*: toutes les deux, par exemple, veulent pouvoir indiquer à leurs clients directement dans leur application iOS qu'ils peuvent payer moins cher en allant ailleurs.

À l'heure actuelle, par exemple, si vous êtes un utilisateur d'iPhone qui souhaite mettre à niveau votre service Spotify gratuit vers un service payant, Spotify vous dit simplement que vous ne pouvez pas le faire sur votre application, sans aucune autre instruction sur la façon de le faire. Vous êtes confrontés à un « Nous savons que ce n'est pas idéal ».


Mais les griefs de Spotify à l'endroit d'Apple vont au-delà de la façon dont il peut faire de la publicité. Une grande partie de la plainte du service de musique est qu'il fait face à une concurrence encore plus féroce du propre service de musique en streaming d'Apple, car Apple n'a pas à payer de taxe App Store sur ses propres services.

Epic, quant à lui, veut bien plus que la possibilité de diriger les clients vers son propre site. Il dit vouloir gérer sa propre boutique d'applications au sein de l'App Store d'Apple, puis, éventuellement, gérer sa propre boutique d'applications concurrente. Et Apple n'en veut pas.

D'ailleurs, sur Twitter, Spotify a déclaré : « Les récents "changements" d'Apple ne répondent à aucune des principales préoccupations que Spotify et bien d'autres ont avec Apple », relayant les propos de Horacio Gutiierrez, Head of Global Affairs and Chief Legal Officer chez Spotify qui a estimé que « les propositions d'Apple ne répondent pas aux aspects les plus basiques des pratiques injustes et anticoncurrentielles de l'App Store. Elles sont une tentative de distraction à l'endroit des politiciens et des régulateurs et ralentissent le dynamisme qui se développe dans le monde pour corriger leur comportement. Apple a été autorisé à abuser de sa position dominante pendant des années et nous continuons à chercher de vraies réformes pour nous assurer que les entreprises puissent innover et se faire concurrence équitablement ».

En guise d'explications, le tableau récapitulatif ci-dessous a été communiqué :


Pendant ce temps, d'autres critiques soutiennent que même la concession de courrier électronique d'Apple n'est peut-être pas si significative car elle oblige les développeurs et les utilisateurs à prendre de nombreuses mesures supplémentaires. De nos jours, le simple fait d'amener quelqu'un à ouvrir un e-mail promotionnel demande beaucoup d'efforts ; pensez à votre boîte de réception et à l'encombrement que vous ignorez régulièrement.

Si vous êtes un défenseur d'Apple, vous pouvez affirmer que les développeurs devraient être satisfaits de toute concession offerte par Apple, car il s'agit de l'App Store et des appareils Apple et Apple devrait pouvoir faire ce qu'il veut sur sa propre propriété. Si vous allez dans un Walmart, par exemple, vous ne trouverez pas de panneaux indiquant que vous pouvez acheter moins cher chez Target ou Amazon.

Ou encore : vous pouvez affirmer que l'App Store d'Apple a fourni aux développeurs un énorme marché d'utilisateurs d'iPhone et d'iPad (« un miracle économique », comme le dit Phil Schiller, directeur d'Apple dans le communiqué de presse d'Apple) et estimer qu'Apple devrait être libre d'établir des règles autour de son propre magasin d'applications.

Tout ce débat souligne à quel point Apple subit désormais la pression des développeurs et des régulateurs. L'App Store d'Apple est devenu au fil des ans un entonnoir de distribution majeur pour les développeurs et un véritable centre de profit pour Apple, générant probablement 15 milliards de dollars en revenus l'année dernière. Et les développeurs se plaignent des règles de l'App Store depuis au moins une décennie.

Cette fois-ci, alors que les régulateurs et les politiciens parlent du pouvoir des grandes enseignes technologiques en général, ils ont passé une partie de leur temps à se concentrer sur Apple et son magasin d'applications, et sur la question de savoir si les règles de l'entreprise sont trop rigides et anticoncurrentielles.

Les régulateurs de l'UE ont déjà déclaré qu'ils pensaient qu'Apple violait les règles antitrust, bien qu'ils n'aient pas rendu de décision finale. La sénatrice Amy Klobuchar a fait d'Apple une cible de choix dans ses arguments antitrust – elle a coparrainé un projet de loi qui limiterait la façon dont Apple et Google gèrent leurs magasins d'applications. Via son service de presse, elle dit que les changements proposées par Apple ne suffiront pas :

«*Alors que les technologies mobiles sont devenues essentielles à notre vie quotidienne, il est devenu clair qu'Apple, ainsi que quelques autres gatekeepers, ont un contrôle immense sur le marché des applications. Ce pouvoir soulève de sérieux problèmes de concurrence et a un impact aussi bien sur les consommateurs que sur les développeurs d'applications. Cette nouvelle action d'Apple est un petit premier pas vers la résolution de certains de ces problèmes de concurrence, mais il faut faire davantage pour garantir un marché d'applications mobiles ouvert et compétitif, y compris une législation de bon sens pour établir des règles de route pour les magasins d'applications dominants. »

Les législateurs de l'État, quant à eux, intensifient les propositions de mesures pour assouplir les règles d'Apple et la Maison Blanche de Biden semble très intéressée quant à la réduction du pouvoir des grandes enseignes technologiques en général.

Ce qui signifie qu'il est peu probable que ce soit la dernière concession de l'App Store qu'Apple doit faire. Que l'entreprise continue d'apporter des changements progressifs ou qu'elle en fasse de plus grands, nous en dira long sur la motivation et l'efficacité des critiques envers les grandes enseignes technologiques.

Source : Spotify

Et vous ?

Que pensez-vous de la perspective d'Epic et de Spotify qui estiment qu'Apple n'a pour le moment rien fait pour corriger ses pratiques anticoncurrentielles sur l'App Store ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de 23JFK
Membre expert https://www.developpez.com
Le 12/09/2021 à 22:35
Citation Envoyé par archqt Voir le message
...
Gratuit... Quand vous devez payer $100 tous les ans pour maintenir la possibilité de soumettre des apps. Ils ont largement les moyens de maintenir leurs servers sans ponctionner à des taux usuriers.
11  0 
Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 04/02/2022 à 17:31
Si Apple était un gouvernement, on pencherait clairement vers quelque chose de totalitaire.
Où tout est régenté, de la naissance à la mort, dans un système fonctionnant en vase clos.

C'est assez paradoxal si on se souvient de la publicité iconique de la marque à la pomme, en 1984, où une dissidente pulvérisait un Big Brother cathodique, et ainsi se portait comme le champion de la liberté, de l'émancipation.

On en est très loin aujourd'hui.

Le pire, c'est que la fanbase d'Apple ne s'est jamais aussi bien portée, y compris parmi mes proches, à mon grand dam.

A croire que la liberté est un concept passé de mode.
11  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 28/06/2022 à 20:20
Si Ferrari prenait des Dacia, changeait les sièges et les revendait en son nom en collant leur écusson par dessus, ces voitures seraient certes officiellement des Ferrari, mais les amateurs de voitures n'auraient pas de mal a s'accorder sur le fait que ce n'en est pas vraiment.
Si Apple fabriquait des voitures, tu ne pourrais mettre dans ton moteur que de l'huile Apple, la réparer dans un garage Apple. Et pour l'essence, tu payes la TIPP à Apple via le store.
9  0 
Avatar de smarties
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 28/06/2022 à 13:10
Que pensez-vous de l’approche Apple de manière générale en matière de gestion de la concurrence ?
Ils ont 2 gros marchés au niveau des iPhone et des macs donc ils vont finir par imposer leur navigateur pour des fausses raisons.

L'Europe devrait durcir la législation sur ces grosses entreprises :
- pour éviter obsolescence programmée
- éviter de tuer la concurrence
- éviter l'évasion fiscale
- interdire les bloatware sur les PC portables (limiter à l'OS + drivers + 1 navigateur + 1 explorateur + les accessoires comme la calculatrice) et téléphones (OS + contacts + SMS + horloge + calculatrice + divers logiciels accessoires), quand je vois le nombre de services qui tournent sur un PC Windows et un smartphone, je suis souvent obligé de faire des recherches sur internet pour voir si je peux le virer. Tout ces bloatware n'aident pas non plus à la sécurité de l'appareil.
7  0 
Avatar de SQLpro
Rédacteur https://www.developpez.com
Le 10/11/2021 à 11:39
Ma boite vient d'interdire l'utilisation des appareils Apple de toute nature : téléphone, tablette, PC...
6  0 
Avatar de juju26
Membre actif https://www.developpez.com
Le 04/02/2022 à 17:20
Comprenez-vous qu'Apple facture aussi bien les développeurs qui se servent de son système de paiement que ceux qui utilisent un système de paiement alternatif ?
Non, 100% abusif

Développer sur cette plateforme c'est trop de contrainte, trop fermé, bien trop abusif, trop lassé par leur attitude. Pourtant j'ai commencé sous MacOS System 6
6  0 
Avatar de 23JFK
Membre expert https://www.developpez.com
Le 13/09/2021 à 20:36
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
...
Facturation plus juste... Tant que le seul moyen d'installer une application iOs est de passer par l'AppStore, je ne suis pas certain qu'il y ait quoique ce soit de juste. Apple revendique 20 millions de comptes développeurs actifs (ayant donc payé leur $100), cela fait 2 milliards de cash directement disponible pour Apple et je n'ai pas l'impression que la gestion d'un server, même multiplié par 10000 se chiffre en miiliards par an.
5  0 
Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 14/09/2021 à 2:37
tres bonne nouvelle
6  1 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 24/09/2021 à 15:10
C'est pas très flair play de leur part

Quand on pense qu'il y a des années ils avaient une pub du genre "Apple va vous libérer de l'emprise du méchant IBM" maintenant c'est le contraire, Apple et devenu un des pire monstre du monde IT : fait travailler les enfants en Chine, lutte contre le droit à la réparation, vends des produit fragiles et irréparables, planque ses bénéfices dans les paradis fiscaux, etc...
6  1 
Avatar de totozor
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 23/03/2022 à 7:33
Citation Envoyé par Sandra Coret Voir le message
Et vous ?

A votre avis, Apple va-t-elle écoper d'une dixième amende ou va-t-elle finalement suivre les directives des autorités néerlandaises ?

Voir aussi :
Si ne pas respecter cette directive leur rapporte plus que ça ne leur coute pourquoi changeraient ils d'attitude?
Quand tu as payé 9 amendes pour la même raison il parait raisonnable d'envisager qu'elle ne te pose pas tant de problèmes que ça.
5  0